Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Burkina Faso : Des journalistes et communicateurs s’outillent davantage sur des questions d’intégration et de migration

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 28 janvier 2020 à 17h00min
Burkina Faso : Des journalistes et communicateurs s’outillent davantage sur des questions d’intégration et de migration

Dans la dynamique de la mise en œuvre des missions qui lui sont assignées, le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur (MIABE) a initié un atelier d’information et de sensibilisation sur l’intégration et la migration au bénéfice de plusieurs journalistes et communicateurs, considérés comme une courroie de transmission des règles et textes communautaires aux populations à la base. Cette activité qui s’est déroulée du 15 au 17 janvier 2020 à Bobo-Dioulasso, capitale économique, s’est soldée entre autres par la relance du Réseau des journalistes et communicateurs sur l’intégration et la migration (ReJCIM).

Par cette activité, le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur entreprend de renforcer les capacités des journalistes et communicateurs, aux fins de leur permettre de mieux s’approprier les concepts-clés et arcanes de l’intégration et de la migration. L’idéal poursuivi étant de mettre à la disposition des populations de l’espace communautaire, des informations et outils à leur épanouissement. Car, dit-on, les textes communautaires existent, mais sont méconnus de leurs destinataires (les populations).

Le ministre de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrébeogo (au milieu) avec à sa gauche, le Coordonnateur du ReJCIM, Wilfried Bakouan, et à sa droite, le représentant du gouverneur de la région des Hauts-Bassins (dont Bobo-Dioulasso est le chef-lieu) à la cérémonie de clôture de l’atelier

L’atelier de Bobo-Dioulasso a donc permis d’outiller davantage ces acteurs de l’information et de la communication sur le niveau actuel de la mise en œuvre du processus d’intégration régionale au sein des institutions régionales (CEDEAO, UEMOA), notamment les défis et les perspectives ainsi que sur les questions relatives à la migration.

La formation a été articulée autour de plusieurs communications livrées par des spécialistes. La charge est revenue à la directrice générale de l’Intégration africaine, Bernadette Marie Conrad Nikiéma, de camper le décor par une présentation sur les « Généralités sur la CEDEAO ».

La seconde communication de ce panel a été assurée par Bamorifin Djané de la direction générale de l’Economie et de la Panification du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement qui a présenté les grands chantiers de la « Vision 2020 de la CEDEAO ». Il a rappelé que l’objectif de cette politique est de « créer une région sans frontière, paisible et cohérente, bâtie sur la bonne gouvernance et où les populations ont la capacité d’accéder et d’exploiter ses énormes ressources par la création d’opportunités de développement durable et de préservation de l’environnement ». Cette vision est ficelée autour de cinq piliers : la mise en valeur des ressources de la région ; la paix et la sécurité ; la gouvernance ; l’intégration économique et monétaire ; le secteur privé.

Ici, le personnel du ministère de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur

Ce premier panel s’est achevé avec la présentation du thème : « Le protocole de la CEDEAO sur la libre circulation des personnes et des biens : défis et perspectives ». La communication a été faite par le directeur de l’Union douanière et de la Fiscalité de la CEDEAO, Salifou Tiemtoré. Dans le vif de son thème, l’intervenant s’est appesanti sur l’état des lieux de la libre circulation des personnes et des biens, en rapport avec les textes en vigueur. Dans son analyse , il a relevé les « avancées significatives » en la matière avant de souligner les obstacles à cette libre circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire.

« Les réformes en cours à l’Union africaine » et l’« aperçu sur l’accord de la zone de libre-échange continentale africaine » ont été deux autres thèmes développés à travers le deuxième panel. Leur diagnostic a été fait, respectivement, par le directeur des Organisations régionales et des communautés au ministère de l’Intégration africaine, Karim Ouépia Idogo et du directeur de la Promotion du commerce électronique au ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Boubakar Bilgo.

Les communications de la deuxième journée ont porté sur les « acquis des 25 ans de l’UEMOA », exposée par le directeur de la Stratégie et de l’Evaluation de l’UEMOA, Dr Aly Coulibaly et « l’Intégration régionale et des accords de partenariats économiques/Accords UE-ACP », développé par le directeur du Commerce à l’UEMOA, Cléophas Houngbedji.

Le ministre Paul Robert Tiendrébeogo est revenu sur la place des questions d’intégration et de migration dans la vision du président du Faso

La session de formation a pris fin avec l’Organisation internationale de la Migration, dont le représentant, Manon Cagnard, a présenté le « pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière ».

Chaque série de communications a été suivie d’échanges avec la trentaine de participants venus de toutes les catégories de presse.

Aux termes des travaux, les participants ont renouvelé l’organe dirigeant du ReJCIM, et ce, après avoir relu les textes fondateurs pour prendre en compte les nouveaux défis, notamment la question de la migration. Ainsi, le Réseau des journalistes et communicateurs sur l’intégration (ReJCI) devient désormais le Réseau des journalistes et communicateurs sur l’intégration et la migration (ReJCIM). Aussi, Abdoul Karim Sawadogo, journaliste à L’Observateur Paalga passe la main à Wilfried Bakouan, journaliste à la télévision Canal 3, nouveau coordonnateur du ReJCIM. 

O.L
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement numérique : Le directeur des opérations de la Banque mondiale touche du doigt le projet E-Burkina
TIC : Des ingénieurs se familiarisent au Cloud computing
Télévision nationale du Burkina : De nouveaux décors pour le studio JT et le studio production
Cloud computing : Cinq jours pour sensibiliser aux enjeux du Cloud et démystifier son utilisation au Burkina
Marché de la téléphonie mobile au Burkina : L’épidémie de coronavirus risque d’impacter les importations
Journée mondiale de la radio : « Rien ne peut battre la radio en matière de notoriété et de puissance, même pas les TIC »
Promotion de la paix : Les meilleures productions radiophoniques primées
Journée mondiale de la radio du 13 février 2020 : Message du ministre de la communication
Médias : Des journalistes lancent une initiative pour mieux traiter l’information parlementaire
Conseil supérieur de la communication : Des vœux pour affronter une année de défis
Education au numérique : Les élèves du Lycée Philippe-Zinda-Kaboré sensibilisés à une utilisation responsable des TIC
Twitter : Plus de 100 000 followers pour Lefaso.net
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés