Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • dimanche 26 janvier 2020 à 20h00min
Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

Il traîne dans sa besace une pile de documents et de coupures de presse. Sur l’un d’eux, titre l’Observateur Paalga : « Hassane Baadhio : Savant fou ou génie incompris ». L’homme rappelle un certain Magloire Somé et son codex grammatical égyptien ou le chercheur passionné d’égyptologie, Mamadou Dango. Hassane Baadhio est-il lui aussi, considéré à tort ou à raison de rêveur, lorsqu’il défend dans sa « science », baptisée « Géolettrerie », que les arbres ont un langage ? Dans un entretien qu’il nous a accordé, jeudi 23 janvier 2020, il nous parle de ses recherches mais surtout de son combat pour le respect des droits scientifiques du savant noir.

Lefaso.net : Pouvez-vous davantage vous présenter à nos lecteurs ?

H.B. : Je suis Hassane Baadhio, écrivain. Je mène des recherches pluridisciplinaires. J’ai inventé une science qui est la Géolettrerie. Dans ce cadre, j’ai découvert que les arbres parlent. Il y a des revues qui sont en train de le reconnaître . J’ai été l’un des premiers à avoir fait cas du langage des arbres depuis le début des années 2000. C’est déjà très important de savoir que les arbres ont de l’intelligence et qu’ils parlent. Aujourd’hui, plusieurs articles parus dans des revues scientifiques corroborent ce que j’avançais tant pour le langage des arbres que pour leur intelligence. Toujours dans le cadre de mes recherches, j’ai donné une interview où je parle du sport et l’importance des alphabets dans le sport. Là encore j’ai vu dans une revue scientifique un article traitant du rugby et des mathématiques des mois après mon interview.

Lefaso.net : Avant de revenir plus en détails sur les résultats de ces travaux, dites-nous depuis combien de temps faites-vous de la recherche ?

H.B. : J’ai d’abord aimé l’écriture et je suis parti d’une constatation banale par rapport aux arbres. J’ai vu qu’il y avait une ressemblance entre l’écriture et certaines formes (géométriques et alphabétiques) d’arbres. C’est à partir de là qu’ont commencées mes recherches. C’est difficile de donner une date mais cela fait quand même plus de 30 ans que je fais et l’écriture et des recherches. Mais fondamentalement, c’est à partir des années 2000 que je me suis beaucoup intéressé à la recherche.

Lefaso.net : Revenons au langage des arbres. Dites-nous en davantage !

H.B. : Je dis que les arbres ont un langage, cela veut dire qu’on peut déterminer comment ils arrivent à parler. C’est à partir de la géomancie et de certaines lettres de l’alphabet que je suis arrivé à déterminer ce langage. Aujourd’hui des équipes scientifiques l’annoncent et le confirment. Quand vous regardez certaines formes géométriques, vous constatez qu’il y a un alphabet sur les arbres et dans les arbres. A partir des deux premières feuilles de l’arbre, vous avez déjà au moins deux lettres de l’alphabet. En géomancie, vous retrouvez encore ces formes typiques de ces deux lettres. Ça c’est déjà le langage basique. A mesure que l’arbre se développe, vous allez retrouver à partir des branches, des feuilles, des fleurs, des fruits, le langage des arbres.

Lefaso.net : Peut-on lire ou prévenir des dangers à partir de ce langage ?

H.B. : Je pense que forcément. Puisque selon ce que j’ai lu aussi, on parle beaucoup des arbres d’une même espèce qui arrivent à collaborer. Je suis parti de la géomancie pour établir ou classifier certaines espèces d’arbres. Quand on parle d’arbres par bouture ou d’arbres épineux, quelle sera la nature de leur langage ? Voilà des questions qui m’intéressent.

Lefaso.net : Vos recherches ont-elles été éditées ou publiées dans des revues ?

H.B. : Actuellement, j’écris directement sur des cahiers de 200 pages. Pour la science que j’ai inventée, ça me fait déjà dix (10) cahiers de terminés. Je suis sur le onzième. Mais avant la Géolettrerie, j’écrivais directement sur des feuilles.

Lefaso.net : Parlez-nous des autres recherches …

H.B. : J’ai également parlé de sport, de lien entre les mathématiques et le rugby dans une revue. Bien avant j’ai donné une interview dans L’Observateur Paalga où je parlais de lien entre les alphabets et le football. C’est important de savoir qu’on peut déterminer beaucoup de choses. Si on arrive à faire des sondages pour déterminer que X ou Y peut passer à une élection, c’est forcé qu’on puisse faire aussi une sorte de sondage alphabétique pour savoir ce que tel ou tel joueur peut faire ?

Lefaso.net : Est-ce une démarche empirique ou scientifique ?

H.B. : C’est scientifique. La méthode, c’est à partir des alphabets et plusieurs autres éléments qui entrent en ligne de compte comme les noms des joueurs, les noms et la direction des stades, etc.

Lefaso.net : Vous l’avez dit, vos recherches sont en manuscrit. N’avez-vous pas eu de soutien pour les éditer ?

H.B. : Malheureusement en Afrique, on n’a aucune considération pour les savants. Je suis au regret de le dire et c’est le combat que je mène. Ça n’intéresse personne et pour ça aussi l’Afrique est pauvre et en retard. On n’investit pas dans la recherche. Le jour qu’on le fera, on pourra fondamentalement avancer. Je n’ai pas encore eu de soutien. Je me bats pour que la notion de droits scientifiques soit une réalité en Afrique.

Au système des Nations unies, les droits scientifiques sont reconnus au même titre que les droits politiques. Quand un leader politique a un problème, la presse en parle. Si j’étais un footballeur et que je mettais dix buts, on parlerait de moi. Il faut que les scientifiques eux-mêmes commencent à s’approprier la notion des droits scientifiques pour mener le combat. Voici d’ailleurs des raisons pour les Noirs de mener ce combat. Rechercher sur internet la déclaration sur l’utilisation du progrès scientifique et de la technique dans l’intérêt de la paix et au profit de l’humanité. Puis continuer la recherche en tapant sur Déclaration de l’UNESCO sur l’utilisation du savoir scientifique. Vous verrez que les droits scientifiques font partie intégrante des droits humains.

Lefaso.net : Avez-vous déjà approché d’autres scientifiques pour partager vos idées et recherches ?

H.B. : Non, franchement pas tellement ! Déjà quand je dis que j’ai fait une découverte, je vois un peu le regard des autres. Le peuple noir a un regard très négatif sur ses savants. Il faut véritablement combattre ce mal. Car, c’est pour cette raison que nous n’avançons pas. Un exemple. Ces jours-ci, un Nigérian a inventé une sorte de générateur qui offre de l’électricité. Dans le reportage, il est dit que 80 millions de Nigérians n’ont pas d’électricité. Puis, un Congolais a aussi inventé une machine qui donne de l’électricité de 220 volts. Et ce, avec du manioc. Alors, ces deux se plaignent du manque de financement. C’est crucial.

Le continent noir n’est pas électrifié, des fils du continent apportent des solutions originales mais ne trouvent pas de financement. Rien qu’avec ces deux inventions, nous perdons au bas mot un milliard de dollars par an. Parce qu’électrifier l’Afrique, même dans les zones rurales, c’est la moderniser. De plus utiliser le manioc pour le faire, c’est encore développer l’agriculture. Hélas, les organisations de défense des droits humains, les organisations non gouvernementales, les organisations de la société civile, les ligues des consommateurs, les élites et classes intellectuelles d’Afrique noire se murent dans un silence étouffant. Aujourd’hui, au nom des droits scientifiques qui font partie intégrante des droits humains, je les interpelle. Car, jamais le Noir n’a mené un véritable combat dans ce sens. Agissons.

Lefaso.net : Quel est donc votre cri du cœur ?

H.B. : Je lance un appel aux organisations de défense des droits humains, pas pour ma personne mais pour les savants noirs. Je ne comprends pas pourquoi en Afrique on ne met pas en avant les droits scientifiques. J’ai dix cahiers de 200 pages que je ne peux pas imprimer. Si j’avais un parti politique avec dix personnes comme députées, et que j’avais un pépin, la presse mondiale en parlerait. Les medias devraient publier sur les droits humains et les Africains ont cette obligation de défendre les droits scientifiques parce qu’il y a des traités qui le disent.

Personnellement, je n’aime pas parler de ma modeste personne. Pouvez-vous me citer le nom d’un seul savant africain qui est resté en Afrique et qui a été applaudi par les Noirs ? N’y en a pas. Dites-moi qu’est-ce que le Noir a inventé et qui a été applaudi par l’Humanité entière ? Ce n’est pas que nous n’inventons pas. Nous ne valorisons pas. C’est cela l’essence de mon combat. La Science est un tout et l’Homme noir a négligé la Science pendant des millénaires.

J’insiste pour dire que cela fait plus de 5 500 ans la charrue existe en Egypte et à l’heure où je vous parle au Burkina, il y a des endroits où l’on n’a pas de charrue. La pauvreté de l’Afrique vient de son retard scientifique et aussi de sa mentalité scientifique.

Je serai très intéressé qu’on m’aide à éditer mes recherches. Cela ne sert à rien d’avoir des travaux qui dorment dans les tiroirs alors que d’autres, ailleurs dans le monde, arrivent aux mêmes conclusions que moi. En plus, j’ai fait ces recherches sans 5 francs. Si une personnalité peut aussi me permettre d’avoir des portes ouvertes à l’extérieur pour des travaux de recherches, je suis preneur. J’ai besoin de continuer mes recherches même si je le fais en autodidacte, il y a des résultats probants. Permettez que j’ajoute que sur le plan littéraire j’ai correspondu avec le grammairien et académicien SENGHOR.

A la sortie de mon premier livre il m’a qualifié de Poète (avec majuscule). Il existe trois types de poète : le poète ; le grand poète et le Poète. Pour SENGHOR, le Poète prophétise la Cité de demain. J’ai personnellement annoncé la guerre des monnaies ; l’émergence des monnaies numériques avant l’arrivée du bitcoin ; traité dans des articles de presse des thématiques sur les monnaies africaines plus d’une décennie avant le débat sur le franc CFA.

Au plan politique, j’ai aussi publié des articles de presse où je faisais l’analyse de l’évolution politique de l’humanité en parlant de l’arrivée de certains leaders et de la mort des grands partis.Macron en est une illustration et la dislocation des partis de gauche et de droite en France aussi. Par ailleurs, je mène des réflexions dans des domaines intéressant l’art, la science, la philosophie, la psychologie, la sociologie, l’économie, la communication politique, la grammaire et le vocabulaire. J’ai même élaboré des théories pour certaines disciplines comme la psychologie comportementale. Tout cela peut avoir un plus dans ce cri du cœur.

Lefaso.net : Retard scientifique oui, mais est-ce qu’il ne faut pas repenser le mode d’emploi de l’éducation héritée de l’Occident ?

H.B. : J’ai déjà écrit un article dans Jeune Afrique pour parler de la création d’une université dans nos langues africaines. Vous savez, le problème de l’Afrique est culturel et mental. Tant que nous ne nous reconnaîtrons pas en nous-mêmes, nous ne pourrons jamais avancer. Tant que nous ne dépasserons pas ce complexe d’infériorité, nous ne pourrons pas avancer.

Lefaso.net : Votre mot de fin

H.B. : Je mène un combat pour la science, pour les savants noirs. Sachez-le, nous avons 2,4% de chercheurs scientifiques africains dans le monde pour une population d’un milliard de personnes. C’est dommage. De plus, nous n’avons aucune revue scientifique propre à nous. La classe et l’élite intellectuelles noires ne mènent aucun débat scientifique valorisant. Trop c’est trop. Et pourtant nous avons tout pour briller.

Aujourd’hui, celui qui a inventé le cellulaire que tout le monde a, c’est un Américain noir. Il y a plus de 100 milliards de dollars par an que cela rapporte à toutes les sociétés qui se sont investies dedans. Personne ne le connaît en Afrique. On ne s’intéresse pas à la Science. La Science permet toujours des évolutions sur le plan économique. Prenez les plus grands milliardaires de ce monde, c’est grâce à Internet. Si de l’agriculture au spatial, nous arrivons vraiment à faire en sorte que tous nos savants soient considérés et valorisés, l’Afrique n’aurait pas besoin de mendier. Elle se suffirait à elle-même. Et étonnera positivement l’Humanité.

Propos recueillis par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 janvier à 17:52, par me nikiema En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    merci beaucoup à faso.net pour cet article. et bravo à mr Hassane Baadio. encouragements à se faire connaitre et à sensibiliser les burkinabe et les africains sur l importance de la recherche scientifique. nous aurons tous à y gagner. Quand à ses publications, peut etre faut il faire appel à des dons ?Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 00:04, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Je trouve que notre Ministre de l’Innovation ne travaille vraiment pas. Depuis que ce Ministère existe je n’ai jamais entendu dans un compte rendu de conseil de Ministre une note sur des inventions ou découvertes faites dans notre pays. Il faudrait peut être erriger en Ministère plein la question des inventions, découvertes et innovations.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 05:31, par Yirmegna En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Félicitations pour cet article. En lieu et place de don, moi j’interpelle le Ministre Maiga et le DG du CNRST. Valoriser les drafts de ce monsieur. Que le FONRID lui octroie ce dont il a besoin. On devrait l’intégrer comme chercheur dans un département et documenter son savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:15, par verite no1 En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Dans la tradition moaga, l’arbre a un language et sort souvent de sa coquille pour se balader ! Il faut etre un wack man pour le constater !!!!!!!
    Le plus souvent, il se transforme en tourbillon !

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 11:10, par Yacouba En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Bonjour ! Hassane Baadhio est un homme courageux et passionné par ses recherches. Je l’ai connu il y a un peu plus de dix and lorsqu’il a travaillé avec ma structure et à l’époque il avait cette volonté d’avancer. Ce que les uns ignorent c’est que Hassane est le frère jumeau d’une célébrité du droit. Mais il a toujours voulu compter sur lui même pour réussir ; il cherche à être à la lumière de par ses travaux. Moi je suis prêt à aider Hassane à faire saisir ses découvertes, cataloguées dans des cahiers, afin qu’il dispose au moins d’un support numérique.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 13:13, par Sanem En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Hassane rappelle cet autre BAADHIO (Abdoulaye), qui, dans les annees 80, a ete aussi traite de fou, parce que faisant la recherche sur l’astrophysique. Il a fallu le Pr COULIBALY, de l’universite d’Abidjan pour qu’il se revele lors d’un colloque en Italie. Il a ensuite ete integre aux equipes de recherche de la NASA, notamment a l’universite de Berkeley, Californie, USA. Et depuis lors, il est americain et vit aux USA. Il faut noter qu’il n’avait pas le bac

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 15:19, par Abel En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Bravo à Assane Badhio que je connais bien. Il s’est toujours battu pour valoriser la culture de l’Homme noir, dommage que l’institut des peuples noirs crée sous le président Thomas Sankara n’existe plus. Les autorités en charge du departement de la recherche doivent se pencher sur les recherches de M. Badhio, et l’aider à publier ses recherches. Pourquoi pas reveiller l’institut des peuples noirs afin de valoriser notre culture. De toutes façons personne ne fera notre promotion que nous mêmes. Merci aux journalistes de fasonet de permettre nous autres de la diaspora de suivre l’actualité du pays. Courage et félicitations à Assane Badhio.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 15:50, par GUIGMA E. En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Bonne chance à tous les chercheurs et battants c’est bien beau. Voyons la faisabilité d’une structure (cooperative/banque/tontine/etc.) de financement de toute initiative. Les fonds de départ pourraient provenir de collecte, dons, subventions, ....
    On financerait ainsi les projets éligibles, les porteurs de projets devront rembourser pour permettre à la machine d’avancer. Nous devons risquer parfois.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 22:21, par Sereme YACOUBA En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    M. YACOUBA, merci de la volonté exprimée. Pour le reste que le tout puissant vous aide à matérialiser cela. l’Afrique est plein de génies créateurs dont les oeuvres salutaires restent toujours à l’ombre, jamais valorisées. Est-ce faute de moyen ? Loin de là ! Ou-bien nous n’avons pas le droit à la découverte et à l’invention, comme Hassane a souligner droit scientifique ? Sinon c’est quand même inconcevable d’apprendre chaque fois les nouveaux talents qui naissent dans le domaine scientifique et qui meurent sans évoluer toujours par manque de financements,lesquels financement qui peuvent souvent être supportés par un particulier sans difficultés à plus forte raison tout un ministère ! Nous interpellons sincèrement les ministères concernés à avoir la volonté pour accompagner. C’est plutôt pour la plus part question de volonté et non de moyen.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 03:21, par Hess En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Peut-être nous faut-il un Institut national des savoirs endogènes ? Doté de sources... Car parfois on demande trop à nos dirigeants ! Le Ministre commence par où pour apprécier un tel travail et le soutenir avec quel budget ? Avons-nous des outils pour accompagner les savoir qui ne sont pas la Science ? Même si les chercheurs concernés prétendent que c’est la science, la science est assez bien définie. Ce type de travaux n’en font pas partie. Ce qui ne signifie pas que ce ne sont pas des savoirs utiles. Même les Einstein et autres ont dû suivre les codes de la science pour être reconnus et tous les jours on continue de travailler pour remettre en cause ou définir les limites de leurs travaux...

    RMCK alors PM, avait mis en place un Comité d’experts multidisciplinaire pour apprécier les travaux de Mamadou DANGO... La suite semple avoir été un fiasco. Que devient d’ailleurs M. DANGO ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 11:14, par BOUBA En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Voila quelqu’un qui lutte pour sa race son continent, dans les commentaires on l’encourage ,mais peu de personne ont compris ce dont il se plaint. Le manque de participation de l’africain, du noir à son propre développement. Il faut que le ministre agisse, il faut que le DG agisse. Voila ce qui fait qu’on est au point mort depuis des lustres, parce qu’il faut toujours que ce soit l’autre qui agisses. On ne s’engage à rien, on sait juste donner des points de vue dont en général le dénouement relève de la responsabilité de quelqu’un d’autre. Ceux même qui sont dans ces structures censés défendre certaines valeurs sont souvent dépourvues de ces valeurs là, alors quoi défendre ?
    Chaque peuples qui a pris sa destiné en main, s’est redressé, je dis PEUPLE. C’est des individus, des gens du peuple qui ont fait l’Europe, qui ont financé les recherches des scientifiques européens, pas les dirigeants, eux ils ne font que profiter, exploiter les retombées, les résultats des travaux.
    Merci en tout cas à Yacouba qui semble lui au moins avoir compris le chemin à prendre pour se développer, c’est donner son humble contribution, parce qu’il s’agit de ça. Au lieu de bâtir des immeubles qui resteront vides un peu partout, nous devons penser à investir dans la recherches, aider les scientifiques africains à se valoriser.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 11:49, par Ola Hélène En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Salut à tous, du courage à Mr Basané BAADHIO.
    Par rapport à ce sujet ,nous pouvons multiplier à l’infini des commentaires du genre :"l’Afrique ne fait rien pour...." "le gouvernement ne fait rien pour...", le ministre ne travaille pas dans le sens...." ect...
    Le constat est que rien ne se fait non plus avec seulement ces remarques et commentaires. Quelqu’ un a fait une proposition judicieuse à mon avis auquel personne n’a plus attaché d’importance.il a proposé une cotisation, souscription volontaire pour soutenir ce savant. Ça n’a peut-être l’air de rien.imaginer 100frs fois
    1 000 000 d’individu font 100 millions. Pourquoi attendre nécessairement l’état si nous sommes pour un changement. Allons- y chers frères Africains !
    Moteiniola Helene

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 11:55, par Ola Hélène En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Salut à tous, du courage à Mr Basané BAADHIO.
    Par rapport à ce sujet ,nous pouvons multiplier à l’infini des commentaires du genre :"l’Afrique ne fait rien pour...." "le gouvernement ne fait rien pour...", le ministre ne travaille pas dans le sens...." ect...
    Le constat est que rien ne se fait non plus avec seulement ces remarques et commentaires. Quelqu’ un a fait une proposition judicieuse à mon avis auquel personne n’a plus attaché d’importance.il a proposé une cotisation, souscription volontaire pour soutenir ce savant. Ça n’a peut-être l’air de rien.imaginer 100frs fois
    1 000 000 d’individu font 100 millions. Pourquoi attendre nécessairement l’état si nous sommes pour un changement. Allons- y chers frères Africains !
    Moteiniola Helene

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 14:49, par Bikienga En réponse à : Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »

    Content de te lire mon ami BAADHIO,
    Je souscris entièrement à la proposition de cotisation et/ou de lever de fonds pour soutenir notre recherche burkinabè. Mais avant tout il faut une masse critique de personnes convaincues. La recherche, c’est pour la postérité et très peu de gens y pensent.
    Rallions Monsieur Baaadhio Hassane et les réflexions se poursuivront. Nous pouvons par exemple créer un club de soutien.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Alimentation : Ousmane Ouédraogo braque les projecteurs sur le statut nutritionnel des populations de la région du Centre-ouest
Médias sociaux et politique : Issaka Ouédraogo scrute l’appropriation faite par le CDP
Soutenance de mémoire : L’étudiant Sana Clauris scrute la participation des citoyens dans la conception des plans communaux
Burkina : Hassane Baadhio, l’homme qui a découvert le « langage des arbres »
Les populations de la commune rurale de Zitenga face aux changements climatiques
Transitions de l’occupation des terres et stratégies d’adaptation des producteurs dans la commune de Tikaré (Burkina Faso)
Université Joseph Ki-Zerbo : Hamidou Yaméogo, le premier docteur en anglais « made in Burkina »
Université Joseph-Ki-Zerbo : Yacouba Tengueri élevé au rang de docteur en sociologie avec la mention « Très honorable »
Soutenance de thèse de doctorat unique en science du sol : La mention « Très honorable » décernée à Delphine Bernadette Ouédraogo
Burkina Faso : Le monde de la recherche explore les domaines de l’agriculture durable et l’alimentation
Soutenance de thèse : Ladifata Sorgho/Mogmen a consacrée Docteur de l’Université Joseph Ki-Zerbo
Programmation robotique : Les étudiants de l’ISGE-BF à l’école de l’Académie de création et d’éveil scientifique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés