Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 23 janvier 2020 à 15h00min
Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire

« Quelle synergie d’actions pour une meilleure gestion de l’éducation dans les zones à forts défis sécuritaires », c’est autour de cette thématique que les participants vont travailler les 23 et 24 janvier 2020, à Ouagadougou, à l’occasion du Conseil de cabinet extraordinaire élargi sur l’éducation en situation d’urgence (ESU) organisé par le ministère de l’Education nationale. L’ouverture des travaux est intervenue ce jeudi, sous la présidence du ministre Stanislas Ouaro.

En dépit des efforts multiformes du gouvernement burkinabè, la crise sécuritaire persiste et continue d’affecter le système éducatif dans six régions que sont la Boucle du Mouhoun, le Nord, le Sahel, l’Est, le Centre-Nord, le Centre-Est, et elle s’étend à d’autres régions que sont le Centre-Sud et les Cascades. Il est donc impérieux et urgent pour toutes les parties prenantes de se concerter afin d’apporter les réponses les plus adaptées pour juguler cette crise dans le secteur de l’éducation.

C’est dans cet élan que le ministre de l’Education nationale a entrepris de tenir un Conseil de cabinet extraordinaire élargi aux acteurs de l’éducation de ces régions, les 23 et 24 janvier 2020, à Ouagadougou. En plus des responsables des structures du ministère, des gouverneurs de régions et leur corps constitué, des ONG et associations intervenant dans l’éducation en situation d’urgence, des partenaires techniques et financiers ainsi que des partenaires sociaux, prennent part à la présente rencontre dont l’intérêt pour le gouvernement n’est plus à démontrer.

Il s’agira, au cours des travaux, « d’apprécier les différentes situations et de façon lucide, sans sentimentalisme aucun faire des propositions pour qu’au niveau du gouvernement nous puissions prendre des décisions qui peuvent être difficiles mais qui doivent se prendre pour contribuer aussi à la lutte contre le terrorisme. Parce que lorsque par exemple des vivres des cantines scolaires servent à nourrir des groupes armés terroristes, comprenez que c’est inadmissible », selon le ministre Stanislas Ouaro.

Pour donner plus de profondeur à la discussion, les participants vont se pencher sur le thème « quelle synergie d’actions pour une meilleure gestion de l’éducation dans les zones à forts défis sécuritaires ». De l’avis du ministre, la situation de l’éducation est compliquée mais elle n’est pas alarmante.

« Il faut regarder le verre dans les deux faces. C’est vrai que nous avons plus de 2000 établissements fermés mais nous avons réussi à réouvrir 752 établissements scolaires grâce aux différents efforts », a-t-il relevé. Toutefois, son souhait est de réduire davantage et de façon accélérée ce phénomène de fermeture d’établissements. Ce conseil offre également une chance inouïe aux participants d’échanger sur la question de la solidarité. Il est attendu au terme des travaux, des propositions tendant à la solidarité (un appui financier, Ndlr) vis-à-vis des Forces de défense et de sécurité pour la lutte contre le terrorisme.

L’idée aussi de cette rencontre, c’est de voir dans quelle mesure prendre des décisions de sursoir à la livraison de vivres dans certaines zones où il n’y a pas d’élèves au profit des élèves déplacés internes où il y a plus de besoins. Avant de se prononcer sur le redéploiement des enseignants.

« Nous avons commencé à redéployer dans d’autres régions où cela est possible certains enseignants qui étaient en arrêt d’activités pédagogique. Nous avons 2194 enseignants, trois (03) de l’Est et 2191 du Sahel. C’est un processus qui va peut-être continuer. Il y en a qui ne sont pas encore touchés. Cette rencontre a pour objectif aussi d’apprécier cette mesure et de pouvoir y aller », a ajouté le MENAPLN qui a tenu, dans son discours, à remercier les PTF pour les appuis multiples et multiformes à l’ESU et particulièrement le Partenariat mondial pour l’éducation qui a annoncé que le Burkina Faso est éligible pour un financement de 11 millions de dollars supplémentaires en guise de financement accéléré. Les citoyens burkinabè qui œuvrent pour que le Burkina Faso triomphe des ennemis de la démocratie et de la liberté ont également reçu les félicitations et encouragements du ministre Ouaro.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Péages : Les travailleurs en grève à partir du 27 février 2020
Burkina Faso : Un pays en panne de leaders ?
Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles-de-Gaulle : Le ministre de la Santé veut améliorer la qualité des soins
Polémique concernant l´affectation de policiers dans les ambassades : Le SAMAE contrattaque avec un droit de réponse
Corruption à la police municipale : Le Collectif des policiers municipaux fustige le rapport du REN-LAC
Région du Nord : Un centre de transit pour prendre en charge les enfants en situation de mobilité
Déplacés internes au mois de février 2020 : Une augmentation d’environ 24,72% par rapport à la situation du mois de janvier
Décès au Burkina Faso d’un militaire français de l’opération Barkhane
UNAPOL/ SAMAE : la guerre des syndicats est-elle ouverte ?
Société d’exploration minière Boss Minerals SARL : Du matériel médicotechnique pour les districts sanitaires de Dano et de Diébougou
Police municipale : Le regard tourné vers le président du Faso pour une sortie de crise
Cité relais de Bassinko : week-end convivial entre voisins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés