LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Le Programme Voix pour le changement (V4CP) a...

LEFASO.NET

Publié le jeudi 23 janvier 2020 à 15h00min

PARTAGER :                          
Le Programme Voix pour le changement (V4CP) a...

Le Programme Voix pour le changement (V4CP) a organisé des Journées de compréhension des Exploitations familiales (EF) et de dissémination des évidences, les 23 et 24 janvier 2020 à Ouagadougou. Ces journées ont servi de cadre d’échanges pour faire des EF un facteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle durable.

C’est sous le thème : « Rôle des exploitations familiales pour une sécurité alimentaire durable au Burkina Faso », que les quatre-huit heures (48h) des Journées de compréhension sur les exploitations familiales et de dissémination des évidences se sont tenues.

Le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo (au milieu) entouré de Bassiaka Dao (bonnet rouge) et D’audace Sau (costume cravate)

Pour le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, ces journées visent à interpeller les décideurs et les Partenaires techniques et financiers (PTF) sur la nécessité d’engager des actions vigoureuses et urgentes en faveurs de la transformation des EF pour favoriser l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire et nutritionnelle du Burkina Faso. « Les participants mettront leurs connaissances et expériences sur la table pour rehausser le niveau de perception et de compréhension du rôle des exploitations familiales et leurs capacités à relever le défi de la sécurité alimentaire et nutritionnel de notre pays », a-t-il ajouté.

Un panel de discussion marquera la clôture de ces journées

A en croire Jeanette De Regt, Directrice Pays de l’Organisation Néerlandaise de Développement SNV au Burkina Faso, cette initiative va amener les décideurs à plus de responsabilité et de redevabilité en ce qui concerne la politique de la sécurité alimentaire. Pour cette année 2020 dont la SNV fête ses 50 ans d’existence au Burkina, Jeanette De Regt a réitéré la volonté de sa structure, à accompagner les efforts du gouvernement pour des exploitations familiales modernes et transformées.

Jeannette Deregt, représentante de la SNV au Burkina

La tenue de ces journées s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un plaidoyer de plusieurs Organisations de la société civile (OSC), a indiqué le président de la confédération paysanne du Faso, Bassiaka Dao. « Nous ne nous lacerons jamais de lancer de cris d’alerte dans le domaine des exploitations familiales afin que les paysans puissent accéder facilement aux crédits, engrais et autres possibilités pour leurs bonnes mises en œuvre », a-t-il déclaré.

Selon les estimations de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les besoins alimentaires vont augmenter de 60% d’ici 2050, compte tenu de la démographie mondiale. C’est l’occasion pour le représentant de FAO au Burkina, Dauda Sau, d’inviter les participants à des réflexions qui vont exiger de la part du pouvoir public et des décideurs « une bonne sécurité alimentaire ».

Les participants sont composés des agents de l’Agriculture et les députés à l’Assemblée nationale

En plus du panel inaugural, quatre thèmes seront débattus au cours de ces journées, essentiellement sur les exploitations familiales et la dissémination des évidences.

Voix pour le changement (V4CP) est un programme multisectoriel financé par le Ministère néerlandais des affaires étrangères (DGIS) et mis en œuvre dans six pays : le Burkina Faso, le Ghana, le Honduras, l’Indonésie, le Kenya et le Rwanda.

Au Burkina Faso, le V4CP se concentre sur le plaidoyer par plusieurs OSC afin d’influencer les politiques et les décisions. Il est mis en œuvre par la SNV conjointement avec l’International food policy research institute (IFPRI) et neuf (09) OSC.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?