Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 20 janvier 2020 à 22h20min
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires :  Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le

Dans la déclaration ci-après, le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) donne sa position sur l’application de l’IUTS sur les salaires et primes des agents relevant de secteur public.

L’IUTS est l’Impôt Unique sur les Traitements et Salaires. Le Gouvernement burkinabè veut appliquer l’IUTS sur les indemnités des agents de la fonction publique sous prétexte du principe d’équité qu’il cherche à rétablir avec les agents du privé.

En considérant l’origine de cet impôt qui date de 1970 , il avait pour but de répondre à un besoin ponctuel face à une situation financière nationale difficile. Les autorités de l’époque sous LAMIZANA l’avait mis en place pour une durée d’une année mais cet impôt a été maintenu jusqu’à ce jour.

Si on admet que cet impôt soit maintenu pour générer des ressources pour l’État, ce n’est en aucun cas une obligation d’étendre son application à toutes les composantes du revenu (salaire de base et indemnités) sous prétexte de l’équité, car le contexte financier tel que le décrivent les dirigeants actuels ne le justifie pas.

En effet, avec la multiplication des affaires de détournement et de corruption publique, l’augmentation des budgets 2020 de la Présidence du Faso, de l’Assemblée Nationale, du Médiateur du Faso, des différents Fonds spéciaux, etc., en nombre et en volume, le Gouvernement actuel ne peut convaincre le peuple burkinabè que la situation financière du Burkina Faso est catastrophique comme cela se présentait à l’époque du régime LAMIZANA au point de justifier des sacrifices supplémentaires aux travailleurs.

L’imposition des indemnités et primes devrait conduire à des pertes de plus cent mille francs pour certains agents, ce qui serait une baisse non négligeable. S’il y a besoin d’un nivellement, il faut que ce nivellement se fasse par le haut et non par le bas.

La mesure que les dirigeants actuels veulent appliquer risque d’être nocive pour toutes les parties prenantes et devenir une source de dégradation du climat social. En effet, le peuple verra son pouvoir d’achat baisser car derrière les fonctionnaires burkinabè se trouvent des millions de citoyens qui vivent à leurs dépens. La baisse du pouvoir d’achat des premiers réduira de manière sensible le bien-être d’un grand nombre.

Les dirigeants actuels espèrent mobiliser des recettes de l’ordre de trois milliards à quatre milliards par an selon le DG des impôts. Pourtant, cette hausse de l’imposition va négativement se répercuter sur la demande des ménages qui va baisser de manière sensible. Cette baisse de la demande sera d’autant plus forte que les prix des biens et services croissent, surtout en période de mauvaise pluviométrie pour les produits de base.

Une telle baisse va donc se répercuter sur les vendeurs et par conséquent sur leurs chiffres d’affaires ainsi que sur les impôts qu’ils doivent payer à l’État. D’où la nécessité de renoncer à l’application de cet IUTS supplémentaire. Techniquement, l’effet de cette imposition supplémentaire pourrait être pervers à travers la baisse des recettes sur le budget de l’État.

Il faut rappeler que durant la même année 2019, les fonctionnaires et tout le peuple ont subi à la fois :

- la hausse du prix des hydrocarbures ;
- le coût lié au changement du permis de conduire ;
- le coût lié au changement des plaques d’immatriculation pour tout propriétaire de moyen de déplacement ;
- la taxe sur les véhicules motorisés ;
- la hausse du coût de l’électricité et de l’eau ;

En dépit de toutes ces charges, le peuple n’a pas réagi et a accepté en supposant que de telles mesures étaient appliquées pour le bien-être de la nation. Mais face au train de vie élevé de l’État, voire l’augmentation du train de vie des dignitaires de la République, l’application de l’IUTS sur les indemnités et primes constituerait une forfaiture sans égale et ouvrirait la voie à une déstabilisation du climat social déjà délétère.

Le MPS ne saurait aller dans le sens de la dégradation du bien-être du peuple burkinabè et de la détérioration du climat social. Il soutient que, s’il y a nécessité de rétablir une certaine équité entre les travailleurs du public et du privé, il serait adéquat de supprimer le prélèvement de l’IUTS sur les indemnités des agents du secteur privé.

Dans le cas contraire, – pour ne pas procéder à un nivellement par le bas – l’autre option serait d’accroître les salaires des agents publics pour compenser d’autant la réduction du pouvoir d’achat que ne manquerait pas de provoquer l’application de la mesure envisagée par le Gouvernement.
Ensemble, nous bâtirons un Burkina meilleur

Vive le MPS, vive le Burkina Faso

Vos commentaires

  • Le 21 janvier à 08:36, par le democrate En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    le gouvernement est quand même constitué d’intellectuels. pour avoir l’adhésion des salariés, il aurait suffit de proposer des montants à prélever selon la catégorie pour efforts de guerre sur une période de 5 ans par exemple.
    au lieu d’augmenter le budget du médiateur et autres, il aurait fallu plutôt renforcer le budget du ministère des infrastructures qui, à l’image de ce qui se fait à Ouaga que tout le monde apprécie bien, pourrait également s’attaquer aux autres promesses jusque là non tenues. Bitumez l’axe Ouahabou, Bagassi- Bouan pour permettre à ces populations d’écouler les produits et vous verrez bien que vous n’avez besoin d’aller battre campagne.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:40, par Véritas En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Les gars veulent plus d’argent pour battre compagne.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:44, par Indjaba En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Le vrai problème de nos partis politiques surtout de l’opposition, c’est de faire la course au populisme au detriment de leur ideologie. Consequence tous ces partis et leurs actions tombent dans la precarité. En restant collé à une ideologie et en fondant toutes les reflexions basées sur cette ideologie, on resiste mieux au temps et aux tempetes. Rassurez vous au Canada les impots sont payés rigoureusement et integralement sur tout revenu qu’on soit agent public ou du privé.

    Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 18:04, par Zitai En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

      @djabagui !
      Continue dans ta comparaison, soit plus honnête et dit ( comme on le sait tous) qu’au Canada, on ne couvre pas les voleurs de deniers publics, que là-bas, on n’incite pas au vol du bien commun ; dit ici honnêtement qu’au Canada, il Ya des mécanismes de prise en charge d’un certain nombre de filets sociaux mis en œuvre par le biais de l’impôt. Dis tout simplement que l’impôt est bien utilisé là-bas et que les dirigeants ne se font pas de fortunes ni de gloire dans la gestion des affaires publiques.
      Quand on se prend pour un donneur de leçons qu’on n’apprend même pas bien soi même, on l’a boucle sans vicier l’air.
      Pauvre type.
      Quelle megd.

      Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:53, par FrancTireur En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Equité pour équité, et pour une approche plus globale, envisageons donc l’arrêt de l’application de l’IUTS au niveau des agents du privé, qui sont aussi citoyens Burkinabè au même titre que les fonctionnaires !

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:29, par figo En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Vous allez tous changer de langage ici. Que tous ceux qui prennent exemple sur la France ou le Canada nous disent quels sont les services sociaux pris en charge par l’État dans ces pays, quelles sont les rémunérations des dirigeants et quels sont les montants des caisses noires etc. Il y a bel et bien la transparence là bas et il ne viendrait à l’idée d’aucun dirigeant de déroger à une législation. Quand on part se mettre au vert dans un pays où les Lois sont respectées par tout le monde, il faut éviter de pourrir la situation au pays.
    Soyons clairs : En Afrique, les caisses noires sont été multiples et bien approvisionnées et ne font pas l’objet de contrôle ; les dirigeants signent des contrats mirobolants au mépris de la Loi ; les détournements et concussions ne vont pas toujours l’objet de poursuite etc. Alors, les positions que vous défendez laissent souvent perplexes

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 11:37, par @@gog En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    S’ils bitumaient la voie Zone du bois croix rouge allant a la station radio ganbidi et la voie marché de Dassasgho -au mur ouest du Musée national on leur dirait grand merci .Actuellement cette zone est couverte d’un grand nuage de poussière et personne n’en parle.S’agissant de l’IUTS je ne suis pas contre mais je le dis et je le répété le contexte n’est pas favorable comme l’a indiqué l’internaute le Démocrate

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 12:31, par Sacksida En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    En outre, toutes ces questions utiles sont d’interet national et merite un traitement plus serieux ; c’est pourquoi je suis d’avis avec ceux qui suggerent la convocation d’une Conference Nationale sur la Gestion des Ressources Nationales et leur meilleure utilisation. De meme, la question de l’IUTS et la contribution des salaries aux impots de l’Etat est normale ; mais toutefois il doit exister une justice fiscale et sociale pour les citoyens. Pour prendre un simple exemple, en 25 ans d’activites salariales, j’ai paye au moins 25.000.000 de fcfa annuel ; mais en dehors du goudron sur lequel je roule souvent, je n’ai pas beneficie en tant que citoyen Burkinabe d’une contrepartie sociale. Du reste, c’est le sens de l’impot, toutefois si la gouvernance etait plus solidaire, equitable et de justice sociale, beaucoup de Citoyen ne s’en plaindraient pas. En tout etat de cause, tant que le Burkina Faso ne reviendrait a une gouvernance de lumiere que 27 ans d’obscurite a permis des actes contraires a la verite et a toutes sortes de contrevaleurs positives ; des solutions justes aux problemes du peuple Burkinabe seront trahis. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 15:27, par Naaba Padré En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Vraiment désolé de penser que les fonctionnaires sont les seuls vrais travailleurs du Faso. Depuis plus de 20 ans que je travaille au privé, je suis soumis à l’IUTS sur toutes mes indemnités y compris le 13è mois et autres primes. En 1997, un inspecteur a fait un redressement à ce propos et chacun de nous a remboursé.
    Alors pourquoi, les fonctionnaires refusent-ils à leur tour de payer surtout que leurs salaires dépassent de loin beaucoup de salariés du privé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 16:09, par Paling-wendé En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Oh ! Les enfants de la marâtre, que dire ! tenez bon, Dieu seul nettoie le derrière du chien. Pauvre salariés du privé...

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 17:02, par sidwaya En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Le fonctionnaire de l’Eat ne doit pas être comparé au salariés du privé médiocre. Aujourd’hui les salariés du Bon privé, c-à-dire ceux qu’un bon Etat souhaite voir émergé, ont une couverture assurance maladie à un taux de 100%. Certains ont même une prise en charge d’une partie ou totalité de la scolarité des enfants. Si l’Etat assure cela à ses employés alors il serait normal de prélever les UITS sur les primes et indemnités. Imaginé un salarié du privé qui a une assurance maladie de sa famille à un taux de 100%, avec des salaires nets élevés peut-il exiger qu’on applique des impôts supplémentaires aux fonctionnaires pour une question d’équité ? Dans ces condition il faut faire en sorte que les agents de la fonction publique aient les mêmes traitements salariaux et avantages (santé, scolarité des enfants) comme le bon privé.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 09:15, par Sidbewendin Zoungrana En réponse à : Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"

    Soyons objectif. Cet Impôt est juste et légale dans son fondement. L’incompréhension qui est née tient d’une mauvaise communication du Pouvoir actuel selon notre analyse. Tout comme on l’a observé depuis la mise en place de ce Gouvernement, le mal que l’on a pu constaté est "l’incompétence" de certains membres du Gouvernement dont celui de la Communication qui dans de gros français pensant qu’il est le seul à bien comprendre et manipuler la langue de Molière, ne fait que multiplier les bourdes qui déroutent les populations. Ce qui donne raison à Mr. Émile P. PARÉ qui dans une sortie, a demandé "que le MPP assume pleinement son Pouvoir âprement acquis en : i)-Composant son/ses Gouvernements des membres issus de son rang pour mieux s’assumer devant le peuple à qui il reste redevable d’explications et de rapports ; un Gouvernement ne devant pas être laissé entre les mains de la Société Civile et des riches Opérateurs Économiques ; ii)-Mettant les hommes qu’il faut à la place qu’il faut ; nécessaire compétence devant être prioritaires.
    Alors, en réponse à la demande des Syndicats sur le Recadrage de l’IUTS, le Gouvernement devrait plutôt s’appuyer sur la justesse de la chose et surtout sur l’équité à observer nécessairement dans son application, que, par opportunisme, s’appuyer sur la situation sécuritaire du pays pour justifier l’opération qui somme toute, reste normale. Les Communications du Pouvoir (Gouvernement et Parti) souffrent dans leur légitimités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
Accidents de la route et enfants de moins de 15 ans : Une nécessaire éducation des enfants ou une prise de conscience des parents ?
IUTS sur les indemnités : Les syndicats des forces de sécurité intérieure réclament son « annulation pure et simple »
Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse
Lean Six-sigma : Une formation pour renforcer les capacités des chefs de projet en management opérationnel
Epidémie de poliomyélite au Burkina : Un plan de riposte pour interrompre la transmission du virus
Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse
Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents
Affaire de recrutement frauduleux à la CNSS : Le procès reporté au 7 avril 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés