Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 20 janvier 2020 à 22h21min
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en  notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

Le dossier sur la crise foncière que connaissent les villages de Garghin et de Tingandogo, dans la province du Kadiogo, ne semble pas reléguée au rang du passé. A en croire le porte-parole des habitants concernés, Moustapha Titinga Nikiéma, que nous avons rencontré le mardi, 7 janvier 2020, l’administration a dissipé plus de 400 parcelles dans cette affaire. Mobilisés, les habitants annoncent pour les jours à venir, des mouvements pour protester contre ce qu’ils ont qualifié de « vol » de parcelles par des "autorités." Entretien !

Lefaso.net : Pouvez-vous revenir en gros sur le fond de l’affaire pour nos lecteurs ?

Moustapha Titinga Nikiéma : Nous avons été victimes d’une dissipation de parcelles. C’est-à-dire que l’autorité compétente, à qui on a remis notre dû ne nous a pas tout remis. De par sa position, l’autorité a gardé une partie de ce qui devait nous revenir. Pour comprendre l’affaire, il faut remonter en 2004. Sur documents, les dirigeants avaient promis remettre les parcelles.

En 2005, on a constaté la dissipation. Nous avons poursuivi sans succès, jusqu’au départ du pouvoir Compaoré. Nous avons relancé avec la transition, qui nous a écoutés, mais n’a pas pu faire quelque chose. Le pouvoir de Roch Kaboré est arrivé et dit que ce que nous revendiquons est juste, qu’il va régler le problème (avec surtout les commissions ad’hoc mises en place). Malheureusement, ce sont les mêmes pratiques d’avant qui se poursuivent. Vous avez réalisé, mais remettez !

Lefaso.net : Qui est ici en cause ?

C’est l’administration ; puisque c’est elle qui a géré. Le contrat de départ, c’est la SONATUR (Société nationale d’Aménagement des terrains urbains), en relation avec la direction générale de d’Urbanisme et la préfecture de Komsilga. Donc, s’il y a dissipation, on ne peut accuser que ces groupes de personnes-là.

Lefaso.net : Sur quoi porte la dissipation ?

Sur des parcelles. Plus de 400 parcelles.

Lefaso.net : Combien de parcelles sont finalement revenues aux habitants ?

Environ 1 500. On devait entrer en possession de plus de 1900 parcelles. Au finish, ils ont annoncé 1 500. C’est après avoir fait le travail que nous avons constaté le manquant. Voilà pourquoi je parle de dissipation.

Lefaso.net : Au départ, combien de personnes étaient concernées par le dédommagement ?

Il y avait deux villages qui étaient concernés : le village de Garghin et celui de Tingandogo. Ce sont leurs terres cultivables qui ont été dépossédées au bénéfice de la LONAB (Loterie nationale burkinabè) et d’une société immobilière.

Lefaso.net : Mais peut-on avoir le nombre de personnes qui étaient concernées par ce déguerpissement ?

Ce sont les propriétaires terriens de ces villages-là. On ne pouvait pas faire un recensement, c’était impossible. L’administration a dit : voici la surface que je veux et en contrepartie, le reste de vos terres, on va faire des parcelles pour vous et c’est ce qu’elle a fait. Les parcelles ont été faites et remises à l’autorité administrative pour nous remettre. L’autorité administrative a réceptionné et nous a invités pour dire que notre dû est venu et qu’on va procéder maintenant au partage.

Donc, on remet 1 000 parcelles à tel village et 400 à l’autre village et les 100 et quelques qui restent, on les remet à l’administration notamment à ceux qui nous accompagnent (dans tous les cas, les motivations ne sont pas les mêmes). Après discussions, on a accepté. Alors que dans les documents officiels, depuis la SONATUR, c’était plus de 1 900 parcelles qui devaient nous revenir. Voyez-vous, ce couac-là, il fallait qu’on fasse des pieds et des mains pour pouvoir avoir les éléments de preuve que nous avançons et c’est lorsqu’on les a eus que nous avons revendiqué le reliquat et c’est ce qui nous amène aujourd’hui à ces multiples problèmes.

Lefaso.net : Vous parliez de parcelles qui devaient revenir à l’administration, précisément aux gens qui vous ont accompagnés. Est-ce que c’est ce que disent les textes ?

Non, ce n’est pas du tout autorisé ; parce que depuis la SONATUR, le premier jour, quand le directeur technique remettait les parcelles, personnellement, je lui ai demandé (parce que c’est moi qui suivais, j’étais au-devant) s’il était possible qu’il enlève d’abord une part pour eux afin de nous laisser avec notre gâteau. Il a dit non, que l’administration est condamnable (si elle le fait), qu’ils n’ont même pas le droit d’enlever une seule parcelle. Ils ont géré la situation, ils nous remettent toutes les parcelles, quitte à nous d’enlever des parcelles pour qui on voudra. Il a dit : nous, on a fait le travail, les parcelles, c’est pour vous. C’est ce que le directeur technique a dit.

Mais, c’est après le partage, et après recherche, que nous avons constaté la dissipation.

Lefaso.net : A ce jour, combien de personnes attendent leurs parcelles ?

C’est un patrimoine. Ainsi, même si j’avais eu une parcelle, est-ce que vous pensez que c’est suffisant et que j’ai été dédommagé suffisamment. Ces terres nous ont été léguées par nos anciens. A notre tour, nous sommes obligés de les léguées aux futures générations. Maintenant, quand on nous prend ces terres-là, il faut monnayer encore d’autres terres pour l’avenir. Pour ajouter encore, le directeur technique a dit que l’administration ne vous donne pas de l’argent en occupation de vos terres, mais elle peut faire des parcelles pour vous, quitte à vous de vous débrouiller.

C’est ainsi que nous avons discuté et j’ai dit, ce sont des cultivateurs, si vous prenez leurs terres, vous voulez qu’ils partent cultiver où ? Il a dit que c’est à nous de nous débrouiller. J’ai dit, dans ce cas-là, on va monnayer ; on garde une partie, on vend une autre partie pour acheter d’autres terres plus loin. C’est ce qui a été fait. Donc dans chaque famille, nous avons escompté avoir au minimum trois parcelles (vous avez une parcelle, la femme et les deux enfants).

Certains ont pu acheter des terres pour aller cultiver, d’autres n’ont pas pu ; parce que la taille des familles n’est pas la même (pour que l’enfant ait une parcelle, il fallait avoir quinze ans révolu ; donc il y a des familles où ce sont uniquement madame et monsieur qui ont bénéficié). Nous nous sommes dit, on va revendiquer le reste de ce qui a été dissipé, ça pourra nous permettre de régler pas mal de problèmes. C’est-à-dire qu’avec ce que nous allons récupérer, on peut se permettre d’ajouter à certains pour leur permettre d’aller acheter d’autres terres (cultivables) ailleurs. En 2017, quand le ministre a donné son accord, il y a eu des contrats entre ces villageois et d’autres villageois plus loin ; donc les gens s’attendent maintenant à aller cultiver à Ipelcé, en allant vers Sapouy.

Lefaso.net : Le ministre avait rassuré que les inquiétudes allaient être levées ! Pourquoi la question se pose-t-elle toujours aujourd’hui ?

Vous savez, l’administration reste l’administration et les hommes sont les hommes. Si l’administration était ce que nous avons connu quand on était petits, je pense qu’on n’allait pas avoir tous ces problèmes. Nous ne pouvons pas comprendre que le ministre ait reçu les documents, et qu’il nous fasse une injustice flagrante à travers son département (le département du ministre de l’Habitat) … ; je me dis qu’il devait gérer le problème. Encore que nous avons apporté les preuves (nous avons sermonné la SONATUR et de là, le problème est parti au ministère qui a dit que le gouvernement va gérer ce genre de problèmes-là).

Donc, quand le ministre nous a rassurés, on s’est dit déjà que c’est bon, notre problème est réglé. On a attendu et en 2018, ils ont mis les bornes et bien avant ça, ils ont demandé le nombre et je leur ai dit : c’est ce qui est dans le papier (on ne peut pas demander au-delà). A la dernière minute, en fin 2019 (puisqu’ils avaient fait la liste des personnes devant bénéficier, plus de 450 personnes), le conseiller technique fait savoir que le ministre a dit qu’il ne peut pas donner tout ce nombre. Je dis mais non, il faut donner parce qu’avant de faire les parcelles, vous étiez au courant de la situation (on ne peut pas se lever aller faire des parcelles et décider de donner un certain nombre, alors que ce sont des problèmes qu’on veut résoudre). Son conseiller dit qu’il n’y a pas de problème, que ça allait être résolu dans la même semaine et qu’ils allaient nous revenir en totalité.

C’est dans cette attente qu’on m’appelle pour dire : monsieur Nikiéma, nous on ne peut que vous donner 20 parcelles. Je n’ai rien dit, je me suis tu, parce que j’étais sidéré. Je ne comprenais plus l’attitude du ministère. Ça fait pleurer et pitié. D’abord pour notre administration et je pleure pour le préjudice. Mais j’ai attendu, quand ils m’ont dit de venir chercher, j’ai appelé le cabinet qui nous accompagne, d’aller nous représenter et prendre. Il est revenu et je me suis dit que c’est un problème pour moi : vous me donnez 20 parcelles, est-ce pour moi ou pour quoi ? Pour créer une bagarre entre moi et la population et je deviens la bête à abattre … ?

Lefaso.net : Mais sur quelle base vous attribue-t-on les 20 parcelles ?

C’est ce que je ne comprends pas. Mais comme il y a un document (joint), on a pris et on a lu. Dans le document, on a dit que c’est par rapport au terrain occupé pour la construction de l’Assemblée nationale.

Lefaso.net : Il y a un terrain prévu sur le site pour la construction de l’Assemblée nationale ?

Au départ, il n’y avait pas ça. Quand la direction générale de l’Urbanisme venait prendre nos terres-là, on ne parlait pas d’Assemblée nationale là-bas (en 2004, on n’en parlait pas). En plus, les terres ont été occupées sans évaluer les superficies ; ils ont décidé d’autorité. Donc, c’est la force. Avec ces 20 parcelles, j’ai appelé mes ‘’lieutenants’’ des deux villages et leur ai exposé le problème. Donc, nous avons enlevé 20 noms sur la liste des 400, question de continuer à réclamer le reste. J’ai dit si on ne prend pas, ça ne fait pas sérieux.

Lefaso.net : Etes-vous reparti vers le ministère de tutelle ?

Si, j’y suis allé. J’ai même contacté le directeur général de la SONATUR. On m’y connaît tellement que des fois, on ne me prend pas au sérieux, on croit que c’est ma cause personnelle. Les gens m’ont confié une responsabilité et je dois la conduire. Je me suis dit qu’il faut qu’on ait de la transparence. Mais comme j’étais toujours en activité (quand c’est le cas, les gens peuvent manœuvrer et ils avaient même décidé de m’affecter loin), je me suis calmé jusqu’à ce que je prenne ma retraite en 2014 et je suis rentré en activité à nouveau sur la question.

Les gens m’ont demandé combien je veux. Je dis que je veux la transparence, le juste ; parce que si la société immobilière n’est pas dans la transparence, les gens qui achètent ses villas peuvent avoir des problèmes de propriété (parce qu’il n’y aura pas de papiers corrects), des années après et là, ce n’est pas bon, c’est très dangereux. En 2016, la société immobilière n’avait aucun papier. Mais quand le gouvernement Roch Kaboré est arrivé, elle a eu tous les papiers. On s’est demandé comment elle a eu les papiers ; parce qu’il faut d’abord que les propriétaires terriens cèdent leur terrain, ce qui n’est pas le cas (pourtant elle a des attestations signées). Ce n’est pas du tout bien.

Lefaso.net : A ce jour, le terrain de la société immobilière est-il cédé ou pas ?

En tout cas, la société immobilière en question, a les papiers et elle est même en train de construire. Les propriétaires terriens n’ont pas cédé. Mais, la société immobilière n’est pas venue contre nous ; c’est l’administration qui a manigancé. La société immobilière cherche simplement à entrer dans un droit, selon les textes. Si des gens dans l’administration peuvent s’asseoir prendre des décisions et dire que c’est au nom de l’autorité supérieure, ça fait pitié et ça fait pleurer.

Lefaso.net : En récapitulatif, votre problème aujourd’hui, ce n’est ni avec la société immobilière ni avec la LONAB, mais plutôt avec les intermédiaires que sont la SONATUR et la direction générale de l’Urbanisme !

Justement ! Tout en sachant que la SONATUR est rattachée au ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme. Voilà pourquoi, je dis que le ministère doit être interpellé, ce n’est pas bon.

Lefaso.net : Quelle est votre attente aujourd’hui ?

Qu’on nous dédommage, qu’on nous donne nos parcelles. On ne demande même pas qu’on nous donne monnaie pour monnaie ce qui devait nous revenir ; si on devait le faire, ça allait être grave. La superficie occupée par la société immobilière et la LONAB n’est pas la même qu’on nous a donnée. Encore que même là, ce sont nos terres cultivables (ce qui n’est même plus un dédommagement, parce que ce sont nos terres). Quand nos enfants vont grandir, imaginez ce qui peut être leur réaction, lorsqu’ils vont se rendre compte que leurs parents ont été floués.

Il faut comprendre qu’il y a une certaine solidarité au village ; au village, quand on dit que vous êtes propriétaire terrien, ça ne veut pas dire que c’est un legs de votre père, non. J’ai un cousin, là où je cultive, il est aussi propriétaire, de même que moi et mes enfants. Aussi, si on revient dans l’histoire, Tingadogo est un des villages les plus anciens, qui a existé avant même les villages de Garghin, Bassem-yaam, Boulbi. On peut même dire que Garghin est un quartier, en quelque sorte, de Tingandogo.

Mais ce n’est pas pour autant qu’ils sont venus et qu’ils ne doivent pas avoir de terres cultivables, ils ont hérité d’une superficie, qui devient pour eux. On devient solidaire, parce qu’on partage nos peines et joies ensemble. Quand on vient prendre ma terre, je griffonne un peu chez lui. C’est pour dire que toutes les terres-là, c’est Tingandogo et Garghin. C’est de droit. Presque tout le village de Garghin a été englouti, voilà pourquoi on lui a donné 1 000 parcelles et à Tingandogo, 400 parcelles. En réalité, il n’allait pas avoir de difficultés, si on ne nous avait pas volés. C’est pourquoi, nous avons pris un cabinet pour nous aider à défendre nos droits.

Lefaso.net : Est-ce que les propriétaires terriens ne partagent pas la responsabilité de cette situation ?

Non, ils ne sont pas fautifs ; parce qu’au Burkina, vous ne verrez nulle part un propriétaire terrien s’opposer à une réalisation de l’administration. Il accepte, et même à bras ouverts ; puisqu’il se dit que c’est pour leur bien, le bien de sa localité. Ce qu’il y a, c’était d’honorer ce qu’ils ont dit, c’est tout. Ça me fait mal de savoir que l’administration fonctionne ainsi. C’est très triste parce qu’avec ça, le pays n’a pas d’avenir. Ça fait mal aujourd’hui de se rendre compte que c’est ceux d’en haut là-mêmes qui sont malhonnêtes.

Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir une autorité qui sort et qui ment publiquement. C’est grave et personnellement ça me fait mal, c’est révoltant. Nous avons affaire à des terroristes, mais nous avons de vrais terroristes en notre propre sein. Et si ceux d’en haut-là ne rectifient pas vite le tir, ils vont essayer à un certain moment, mais ce sera trop tard. Pourquoi piller les gens de la sorte. Ce sont les mêmes gourmands qui sont à la marmite, donc rien ne va parvenir au bas peuple. Quand on parle de cohésion sociale, c’est tout cela.

On nous dit à longueur de journée qu’il faut la solidarité, l’unité pour lutter contre le terrorisme. On ne peut pas mettre des rapaces en haut et croire que tout va aller bien. Non, ce n’est pas possible. Nous revendiquons juste ce qui nous revient, on ne veut pas ce qui ne nous appartient pas, il faut nous le donner. Depuis Sankara (Thomas), la jus,tice sociale tant prônée a foutu le camp. Nous, nous allons pleurer pour que les autorités entendent nos pleurs ; qu’il plaise à elles de régler ou de ne pas régler.

Entretien réalisé par Oumar Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 janvier à 13:43, par A qui la faute ? En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    « En 2016, la société immobilière n’avait aucun papier. Mais quand le gouvernement Roch Kaboré est arrivé, elle a eu tous les papiers. On s’est demandé comment elle a eu les papiers »
    Il fallait bien créer les nouveaux riches et ça passe par la spoliation des villageois. Comment imaginez-vous que des gens sont multi-milliardaires dans ce pays, avec les salaires qu’on connait (oui car c’est souvent des fonctionnaires). Souvent le terroriste, l’impérialiste, l’esclavagiste n’est pas celui qu’on croit, mais son propre frère qui a juste eu la chance d’être bien placé pour te spolier. Vous voulez que ces multiples enfants qui ne pourront même plus cultiver deviennent quoi ? des mendiants ? des coupures de routes ?
    Et on s’appelle homme fièrement intègre !

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 16:28, par konoba En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    AH en tout cas, la mairie de kompsilga qui a géré certaines opérations la bas s ’ est bien remplie les poches.....mêmes les agents de cette mairie ne sont pas en restes..... surtout le premier responsable.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 00:44, par GUIETA YIIGA En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    Je ne comprends pas mon peuple et surtout nos autorités ! Vous voulez lotir tout le pays ? Tout le pays en logements ? Ou allons nous cultiver pour nourrir nos familles ? Ou allons nous elever nos animaux s’il n y a plus de brousse ? Les gens ont la vue très courte et nos autorités des aveugles complets ou de méchantes personnes qui s’en foutent de notre avenir. On doit construire des immeubles avec des appartements . On ne doit pas occuper tout notre espace vital. L’Etat peut prendre un prêt pour ces immeubles-là. Les gens prendront des appartements qu’ils paieront à tempérament. On ne doit plus continuer à nous étendre en surface. Nous devons préserver l’espace pour nos productions culturales et nos fermes comme dans les pays européens ou américains avec des gratte-ciels. ou des gratte-nuages chez nous (7à 15 étages). Les Sociétés immobilières peuvent le faire aussi. Arrêtons de gaspiller nos espaces . C’est au centre ville qu’il faut ramener les lotissements par la construisant d’immeubles à appartements (de 7 0 15 étages.). Arrêtons aussi de vendre les hectares dans les campagnes. Beaucoup de nantis les achètent ; font des clôtures ne réalise rien dedans et déguerpissent les nos pauvres villageois. Ces gens attendent et ne savent même pas quoi faire. Il est temps que le peuple se lève pour qu’on arrete ce gaspillage.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 01:01, par GUIETA YIIGA En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    Quand on aura fini de parceller notre pays en habitations on ira cultiver chez nos voisins du TOGO ou en COTE D’IVOIRE ou au GHANA ? Actuellement le problème de pâturage se pose. Les pâturages sont vendus et les éleveurs vont chez nos voisins. Pensons à l’avenir de notre pays. Voyez ces gens qui ne vivent que de lotissements. On lotit on vous donne votre parcelle vous y vivez 2ans, vous vendez et vous allez en non loti attendant un autre lotissement et ainsi de suite. Ce n’est pas normal. Il y a trop désordres dans notre pays. Vraiment il faut changer sinon le Burkina ira très vite à sa perte (si ce n’est déjà fait) ; OH DIEU viens à notre secours !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:36, par Nongasidapaguilidi En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    "On nous dit à longueur de journée qu’il faut la solidarité, l’unité pour lutter contre le terrorisme. On ne peut pas mettre des rapaces en haut et croire que tout va aller bien. Non, ce n’est pas possible. Nous revendiquons juste ce qui nous revient, on ne veut pas ce qui ne nous appartient pas, il faut nous le donner. Depuis Sankara (Thomas), la jus,tice sociale tant prônée a foutu le camp. Nous, nous allons pleurer pour que les autorités entendent nos pleurs ; qu’il plaise à elles de régler ou de ne pas régler." Moi, je vous soutiens totalement : On ne peut pas mettre des rapaces en haut et croire que tout va aller bien.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:30, par DEHI En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    Aaaah mon pauvre pays le BURKINA FASO à quand la fin de ces injustices. je ne peux pas comprendre que vous venez dépossédé des gens de leurs terres parce qu’on veut urbaniser la zone, et en plus vous faites de fausses promesses en soutirant des parcelles qui sont destinées aux propriétaires terriens. cChaque jours on parle d’intégrité et d’équité alors que les gens sont corrompus jusqu’au os dans ce pays. En tout cas gérer ce problème et remetter leurs leurs parcelles, sinon ce sont des crises que nous sommes entrain de créer petit à petit. Avec la corruption qui ne continue qu’a grimper !!

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 12:08, par Ressortissant de Komsilga En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    Le tonton Nikièma très bien résumé la situation des villages de Garghin et de Tingandogo. Les autorités de l’époque (préfet comme maire) en savent quelque chose pour avoir voir gérer la situation (détournement, spoliation des parcelles des populations, menaces et intimidations avec la complicité de certaines personnes). Le cas le plus emblématique est la cession du terrain de football du village de Kienfangué à une autorité par la mairie dans une impunité totale.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 15:19, par TOUS DES VOLEURS En réponse à : Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents

    JE NE COMPRENDS PAS CETTE manière DE FAIRE LES CHOSES VOUS SUIVEZ L EXEMPLE DES PAYS RICHES EN SPOLIANT LA PAUVRE POPULATION MAIS POURQUOI ? A NEW YORK ILS ONT TELLEMENT déguerpis LES GENS POUR BÂTIR DES BUILDINGS DE HAUT STANDING QU ’IL N’Y A PERSONNE OU DU MOINS LES APPARTEMENTS DE LUXE SONT VIDES POUR FAUTE D ARGENT !
    ET PUIS HONTE AUX SOCIÉTÉS IMMOBILIÈRES MINABLES, A LA LONAB, A L ADMINISTRATION ROCH KABORE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
Accidents de la route et enfants de moins de 15 ans : Une nécessaire éducation des enfants ou une prise de conscience des parents ?
IUTS sur les indemnités : Les syndicats des forces de sécurité intérieure réclament son « annulation pure et simple »
Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse
Lean Six-sigma : Une formation pour renforcer les capacités des chefs de projet en management opérationnel
Epidémie de poliomyélite au Burkina : Un plan de riposte pour interrompre la transmission du virus
Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse
Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents
Affaire de recrutement frauduleux à la CNSS : Le procès reporté au 7 avril 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés