Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En matière de prévision, le jugement est supérieur à l’intelligence. L’intelligence montre toutes lеs рοssibilités рοuvаnt sе рrοduirе. Lе jugеmеnt disсеrnе раrmi сеs рοssibilités сеllеs qui οnt lе рlus de chance de se réaliser.»  Gustave Le Bon

Education pour tous au Burkina : Avec Arlette, l’inclusion sociale est une réalité

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 16 janvier 2020 à 22h50min
Education pour tous au Burkina : Avec Arlette, l’inclusion sociale est une réalité

Le droit à l’éducation pour tous les enfants, quel que soit leur handicap, est un droit fondamental. Ce principe est bien compris par l’école catholique de Manga, qui accueille en son sein des élèves en situation de handicap. L’atout qui fonde l’espoir de cette école, c’est le programme de Réhabilitation à base communautaire (RBC). Parmi les élèves en situation de handicap, la jeune Arlette. Elle a toutes ses facultés intellectuelles, mais ses pieds sont endormis. Malgré son handicap et son jeune âge, elle rêve, un jour, d’embrasser une carrière dans le domaine de la santé.

Il est 10 h à l’école catholique de Manga. La cloche sonne l’heure de la récréation. Quelques minutes après, la cour de l’école est bondée de bambins. Ça court dans tous les sens, sans destination précise. De loin, on aperçoit une fillette âgée de 9 ans, se déplaçant en fauteuil roulant. Elle répond au nom d’Arlette Tiendrébéogo, élève en classe de CE2. Assistée par des camarades de classe, elle se dirige vers nous, l’air un peu méfiant. Nous l’accueillions par le sourire. Dès lors, elle prend confiance et nous conduit auprès de sa mère, assise au petit marché de l’école.

Après les salutations d’usage, la dame explique : « Durant ma grossesse jusqu’à l’accouchement, je n’ai pas eu de problème. Mon enfant aussi était en pleine forme ». Constatant les difficultés de sa progéniture à faire des mouvements au niveau des pieds, quand elle avait huit mois, sa mère, soutenue par son père, se tourne vers des professionnels de la santé, pour expliquer la situation d’Arlette.

Des examens réalisés, les résultats sont concordants : « Arlette n’a pas de problème particulier ». Pourtant, la « petite », issue d’une famille de quatre enfants, est clouée au sol. Est-ce un sort ou une volonté divine ? Les parents s’en remettent à Dieu. Et le temps s’écoule comme les flots d’une rivière Sans toutefois réussir à résoudre le problème qui se pose à Arlette et à ses parents. Pour autant, sa situation ne la prive pas du chemin de l’école Arlette a un rêve : devenir médecin. Et pour y parvenir, elle sait qu’elle a une longue marche à faire. Pour l’instant, ses capacités sont reconnues par ses enseignants. « En classe, elle travaille bien. Il suffit seulement qu’elle soit attentive pour faire des merveilles », confie sa maitresse, Jeanne Compaoré.

En plus d’être une élève exemplaire, elle est adulée par ses camarades qui font de leur mieux pour lui venir en aide en cas de besoin ; comme par exemple, lorsqu’elle veut aller se soulager. Cette attitude des camarades de classe d’Arlette, l’enseignante l’apprécie à sa juste valeur : « Ce sont des actes de solidarité, d’entraide et de fraternité. Et si les enfants grandissent avec cet esprit, c’est bon pour la société ».

Pour mémoire, la toute première fois qu’Arlette mettait les pieds dans cette école, les choses n’étaient pas aussi faciles. « Elle ne voulait pas s’approcher de la classe à cause de son handicap. Elle ne voulait pas non plus venir à l’école avec son vélo », se souvient toujours celle qui, depuis quatre ans, est chargée de transmettre des connaissances à Arlette ainsi qu’à ses camarades de l’école catholique de Manga.

Mais du fait de conseils avisés, Arlette domine sa gêne et opte définitivement pour son moyen de déplacement, le fauteuil roulant. Dans cette école, elle trouve alors compréhension, ouverture et chaleur humaine. Néanmoins, en classe, des difficultés ne manquent pas de se poser à « la petite ».

Son table-banc n’est pas adapté à son handicap. Egalement, la disposition des rampes d’accès réalisées dans le cadre d’un projet de Light for the world, ne favorise pas l’intégration directe de l’écolière en classe, sans l’assistance de ses camarades. Mais qu’à cela ne tienne, Arlette fait tout pour s’en accommoder ! Au prix d’efforts quotidiens certes, mais réconfortée par le soutien de ses camarades de classe.

Mais si le défi de la scolarisation d’Arlette est relevé, son enseignante, Jeanne Compaoré, appelle à gagner celui de son intégration en milieu ordinaire. A ce propos, la maman de la jeune fille rassure : « Dans mon quartier, ma fille est acceptée par tout le voisinage ».

Le programme de Réhabilitation à base communautaire (RBC) de Manga promeut l’inclusion des personnes en situation de handicap. A ce titre, les enfants dans ce cas, sont identifiés et orientés vers l’école catholique de Manga, pour leur prise en charge scolaire. De nos jours, cette école compte parmi ses apprenants, une trentaine d’enfants présentant divers types de pathologies (handicap associé, auditif, mental, etc.). Ces derniers sont souvent accueillis à un âge un peu avancé. Le directeur de cette école catholique A, Alain Pama, a reçu une formation en 2011, sur la scolarisation des enfants en situation de handicap auditif, mais pas pour ce qui concerne les autres cas. Pour lui, l’école est un excellent moyen de socialisation.

« Après, ceux qui peuvent s’en sortir, on les accompagne sur le plan pédagogique. Il y a deux élèves en situation de handicap que nous avons pu présenter l’année surpassée au CEP. Ils ont été admis et actuellement ils sont au Centre d’éducation et de formation intégrée des sourds et des entendants », a-t-il fièrement noté. Son vœu, « une société où tous les enfants, en situation de handicap ou non, iraient dans les mêmes écoles et apprendraient à valoriser le potentiel de chacun ; et où la vie d’un ‘’enfant handicapé’’ pourrait être transformée, grâce à une éducation de qualité ». C’est aussi la vision de l’éducation pour tous, portée par l’ODD4. Cette vision recommande la conjugaison des efforts, aux fins de parvenir collectivement à cultiver et à garantir l’inclusion du handicap.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 06:48, par wag En réponse à : Education pour tous au Burkina : Avec Arlette, l’inclusion sociale est une réalité

    courage ma fille tu y parviendra un jour
    merci à tes camarades pour leur affection

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:40, par Lemba Solange GOMA En réponse à : Education pour tous au Burkina : Avec Arlette, l’inclusion sociale est une réalité

    C’est bon d’encourager la mixité et ne pas faire des classes spécifique aux enfants avec handicap. La solidarité est un cadeau et chez les enfants ce n’est pas toujours évident car les enfants craignent les différences. Or c’est à leur âge qu’on apprend vraiment l’aide désintéressé à l’autre.

    Félicitation pour ton courage Arlette.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:54, par jeunedame seret En réponse à : Education pour tous au Burkina : Avec Arlette, l’inclusion sociale est une réalité

    Dame SOLANGE, la mixité est une bonne idée pour le but que tu affiches. Mais il y a que l’enseignant général risque de ne pas pouvoir gérer chaque élève en situation difficile dans ses besoins. J’en sais beaucoup de choses parce que j’ai mes formations et expérience en différenciation. Ces genres d’élèves ont besoin d’éducation spécialisée. Mais notre système n’a pas ça. Il ne l’aura pas, car il ne s’y intéresse pas, et avec les classes déjà pléthoriques il lui manquera toujours les moyens Et ceux-là mêmes qui négocient avec le gouvernement pour ces genres d’enseignement au Faso ne sont pas considérés par nos politiciens. L’église catholique a trouvé une belle initiative ; cette formation est plus sociale, intellectuelle et donc nécessaire que celle d’une école coranique dans notre situation de vie au Faso. Actuellement, seule l’église catholique peut réussir cette politique d’enseignement avec une belle diplomatie et de coopération pour les financements extérieurs. Ce n’est pas le malin. Souhaitons que cette école s’étende et évolue dans toutes les régions, du primaire au supérieur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement local : les réalisations du projet pilote d’amélioration de l’aviculture traditionnelle en évaluation
Application de l’IUTS au Burkina Faso : Quand les éléphants se battent…
Préavis de grève des syndicats : Voici la plateforme revendicative
Centre universitaire de Ziniaré : Les activités académiques et pédagogiques lancées
Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée
Santé : Pr Claudine Lougué encourage les agents de santé à Fada N’Gourma et Koupèla
Bobo-Dioulasso : Une marche le 29 février prochain pour dénoncer « l’injustice » dans le lotissement du secteur 26
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés