Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Fasofoot : Deux mois d’arriérés de salaire à l’EFO

Accueil > Actualités > Sport • LEFASO.NET • mercredi 15 janvier 2020 à 22h35min
Fasofoot : Deux mois d’arriérés de salaire à l’EFO

Les joueurs et le staff de l’Etoile filante de Ouagadougou comptabilisent deux mois d’arriérés de salaires. Un retard qui porte un coup au moral et à la motivation des joueurs et du staff technique.

C’est récurrent dans le Fasofoot que des clubs accusent des retards dans le paiement de leurs joueurs. On se rappelle encore les saisons passées où des clubs, et pas des moindres, rencontraient des difficultés à payer les salaires de leurs joueurs. Contraignant certains à des mouvements d’humeur- boycott des séances d’entrainement, des refus de jouer certains matchs-pour exiger le paiement de leurs salaires. L’ASFA, l’EFO, l’ASFB, le RCK, l’USO ont tous connu cette situation.

Pour cette année, c’est encore l’EFO qui s’illustre, et négativement, dans le Fasofoot. En effet, les joueurs et les membres du Staff technique enregistrent deux mois d’arriérés de salaire. Pourtant, le 25 novembre 2018, alors qu’il prenait les rênes du club Bleu et blanc de la capitale, Boukary Sawadogo s’était engagé à faire briller à nouveau l’étoile. « Notre mission est de travailler à éliminer les tourmentes pour faire en sorte que le club retrouve son éclat d’antan. C’est une étoile et l’Etoile doit toujours briller », avait-il déclaré. Cela passe aussi par l’obligation de solder les arriérés et d’éviter une telle situation au club.

Mais quelque un an après, les vieux démons sont de retour dans la maison Bleu et blanc. Depuis deux mois, les joueurs et le staff sont sans salaires. Selon les responsables qui ne veulent peut-être pas laisser le découragement gagner leurs hommes, le moral des joueurs est encore haut. « Les joueurs sont motivés. Ils sont déterminés à réaliser les objectifs. Malgré qu’ils n’ont pas de salaire, ils continuent à se battre sur le terrain et à l’entrainement. Mais, il faut reconnaitre que ce n’est pas facile sans argent et avec tous les problèmes », a confié l’un d’entre eux à notre confrère de l’Etalon.net.

Seulement, il faut reconnaitre qu’une telle situation entame toujours le moral des acteurs. Il est même difficile de croire que l’EFO manque d’argent pour payer ses joueurs eu égard au nombre de richissimes hommes d’affaires et de supporters dans le club. Vivement qu’une solution soit trouvée afin que l’EFO puisse quitter la 11e place qu’elle occupe actuellement au classement.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 janvier à 14:36, par LOS En réponse à : Fasofoot : Deux mois d’arriérés de salaire à l’EFO

    Ce n’est pas juste que des Clubs emblématiques comme l’EFO/ASFA/USO/ASFB/RCB/RCK/USFRAN/Bobo Sport/USFA/Jeunesse/USY vivent des situations pareilles. Le Ministère et la FBF doivent pousser les sponsors à supporter ces clubs pas que nous les aimons mais parcequ’ils participent à l’animation de la vie sportive, faiseurs de paix s’ils sont bien dirigés et gérés et aussi pourvoyeurs d’emploi. Il faut un plan de sauvetage et pour cela, noussommes tous interpéllés.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 17:30, par Kouda En réponse à : Fasofoot : Deux mois d’arriérés de salaire à l’EFO

    LOS,
    Le Ministère ne peut pousser aucune structure privée à sponsoriser des clubs de football dont le jeu et le spectacle ne se vendent pas. Si nos clubs étaient gérés de façon professionnelle, on aurait eu peu de problèmes. Combien de supporteurs ou spectateurs vont assister aux matches de football dans les stades ? Pourquoi ? Combien d’objets (tee-shirts, gadgets...) chaque club de football parvient-il à vendre chaque année ? Pourquoi ?
    Quand le Ministère des sports a institué sa subvention au profit des clubs de football de D1, il a voulu payer directement un salaire à 15 joueurs (je crois bien que c’est 15) de chaque club de la 1ère division. Les clubs ont recusé cette proposition du Ministère en disant que cela affaiblirait leur autorité sur leurs joueurs. Raison valable en grande partie bien sûr. Mais comment ont-ils géré la subvention ? Qu’ils nous fassent le point de la gestion de cette subvention et on avisera.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Faso-foot : « Si nous perdons notre match contre l’AS Sonabel, le championnat sera déjà un problème pour nous », Ladji Coulibaly, entraineur de Salitas
Éliminatoires Coupe du monde Qatar 2022 : Les Etalons commenceront avec le Mena
Football : L’actualité des joueurs burkinabè en Europe
Éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 : Le Burkina Faso dans le groupe A
Éliminatoires Mondiale U20 féminin : L’Algérie, le Botswana, l’Ethiopie et la Guinée-Bissau prennent des options sérieuses
8e édition de la coupe de l’Excellence : le top de départ est prévu pour le 8 février 2020
Super coupe d’Afrique des Clubs : Le Zamalek refuse de jouer au Qatar
Éliminatoires Mondial U20 féminin : Le Burkina s’impose face à la Gambie (3-2)
Semaine nationale du sport pour tous : L’avenue Kwamé N’krumah vibrera au rythme du sport
Championnat d’Afrique des nations masculin de handball 2020 : Qui succèdera à la Tunisie ?
Préparation au CHAN : Les Etalons locaux à un tournoi en RD Congo
34e Coupe du Faso : La succession de RAHIMO FC est ouverte
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés