Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel jouent leur partition

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 15 janvier 2020 à 16h06min
Lutte contre l’extrémisme violent : Les  ministres de la Culture du G5 Sahel jouent leur partition

La conférence des ministres en charge de la Culture des pays du G5 Sahel s’est ouverte ce mercredi 15 janvier 2020 à Ouagadougou. Durant trois jours, les ministres et leurs experts vont échanger autour de la contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent au Sahel.

L’arme n’est pas la seule réponse aux attaques terroristes. La culture pourrait être une alternative. C’est du moins ce que pensent les ministres de la Culture de l’espace du G5 Sahel. Pour uniformiser leurs actions dans la lutte contre l’extrémisme violent, une conférence s’est ouverte à Ouagadougou ce mercredi 15 janvier 2020.

L’activité est pilotée par le ministère de la Culture burkinabè. Pour son secrétaire général, par ailleurs président du comité d’organisation, Dr Lassina Simporé, la culture est une arme redoutable. Il en veut pour preuve le fait qu’elle ne peut pas tuer ou blesser. Au contraire, elle soigne et ramène sur le droit chemin.

Pour lui, les cultures des pays membres du G5 Sahel sont variées. Mais, mises ensemble et utilisées à bon escient elles peuvent constituer une riposte, voire une réponse pour juguler le fléau. Pour le ministre de la Culture du Burkina, Abdoul Karim Sango, l’on assiste en Afrique, à la mort programmée de nos valeurs, de nos modes de vie d’où cette tendance à la violence.

Pourtant, reconnaît-il, si la culture est marginalisée, non intériorisée, il manquera assurément à nos sociétés la possibilité d’affronter les problèmes fondamentaux liés à l’insécurité et au développement durable. Pour donc s’en sortir et résister à tous les chocs exogènes, il croit savoir que l’Afrique doit impérativement retourner à ses valeurs. Au Burkina, il s’agit de la solidarité et de l’entre-aide.

Ainsi, la première journée de la conférence sera consacrée aux communications en plénière. Au deuxième jour, il y aura les travaux en commission. Enfin, le dernier jour c’est-à-dire le 17 janvier 2020, interviendra la mise ne forme de la déclaration de Ouagadougou. Les ministres participeront également à la cérémonie du faux départ au palais du Moogho-Naaba.

Il est donc demandé durant ces trois jours aux acteurs culturels, de mener la réflexion sur les axes stratégiques et le mode opératoire des actions à initier pour une gouvernance intégrée du patrimoine culturel et artistique, en lien avec la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent. Des pays observateurs comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal participent à cette rencontre.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 21:24, par RV En réponse à : Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel jouent leur partition

    Que dites-vous de la culture de la mauvaise gouvernance de nos gouvernants comme ce sommet ? A-t-on besoin de réunir des experts pour vous expliquer que la corruption est le pire des pêchés ? Monsieur le ministre Sango, que dites-vous de l’esclavage en Mauritanie ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 02:15, par Taboudou Silas En réponse à : Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel jouent leur partition

    Je souscris entierement la formulation selon laquelle on peut pas mettre fin au terrorisme par le seul combat avec le fusil.
    Aujourd’hui il n’est au pouvoir de personne de nier que l’insécurité a gagné plus de terrain par les reponses dubitatifs sur la conduite de la cible .
    Beaucoup de personnes seront du ressort de complices lorsque ils veront ceux pour qui ils ont l’affection succomber des represailles licites. Les gens se nourrissent facilement de haine et mettent la vie des gens en peril ainsi que leur propre vie en peril. De l’âge d’or à nos jours ,de toute mode organisation gouvernementale,les tensions sociales ,les guerres civiles connaissent leur terme par ’’le dialogue ’’ un mot tellement parlé ici qu’aujoud’hui qu’il a perdu sa saveur et beaucoup se contentent de sa forme que de son fond.
    J’ai hate de voire ces ministres regionales de faire vraiment la culture leur cheval de bataille pour endiguer nos problemes .Disons tous que chacun a tort et changeons notre pays dans la paix .Car si notre constitution seule etait bien respectée elle aurait fait survivre une vraie societé d’Etat de droit .
    Puisse Dieu nous aider à poser nos actes de bonne foi !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 04:11, par La vérité En réponse à : Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres de la Culture du G5 Sahel jouent leur partition

    Le Ministre n’aura pas le courage d’aborder le problème de l’esclavage en Mauritanie, au Mali, au Niger, et la stratification sociale (héritage socioculturel et historique) au Faso et dans les autres pays du Sahel, les formes de discrimination inter-ethnique et intra-ethnique, les vestiges de pratiques culturelles (razzias, aujourd’hui devenus grand banditisme et trafics de stupéfiants), « la culture de la pauvreté » et la pauvreté culturelle (obscurantisme et l’ignorance), etc. Je le mets au défi, qu’il s’exprime sur ces questions et propose des solutions !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
Accidents de la route et enfants de moins de 15 ans : Une nécessaire éducation des enfants ou une prise de conscience des parents ?
IUTS sur les indemnités : Les syndicats des forces de sécurité intérieure réclament son « annulation pure et simple »
Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse
Lean Six-sigma : Une formation pour renforcer les capacités des chefs de projet en management opérationnel
Epidémie de poliomyélite au Burkina : Un plan de riposte pour interrompre la transmission du virus
Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse
Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents
Affaire de recrutement frauduleux à la CNSS : Le procès reporté au 7 avril 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés