Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • dimanche 12 janvier 2020 à 16h00min
25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

Le président de la commission de l’UEMOA, Boureima Abdallah, s’est adressé à la presse nationale et internationale, le vendredi 10 janvier 2020, à travers une conférence de presse tenue au siège de l’UEMOA. Boureima Abdallah s’est voulu un peu plus précis sur les raisons de cette conférence, qui se déclinent en trois axes, le bilan de la célébration des 25 ans de l’institution, le bilan de l’édition 2019 de la revue annuelle de l’UEMOA et enfin le bilan de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’UEMOA, tenue à Dakar au Sénégal.

Créée le 19 janvier 1994, l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a célébré ses 25 ans d’existence en 2019 sous le thème : « 25 ans de progrès vers l’intégration régionale : ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens ». Le 10 janvier 2019, l’évènement a été solennellement célébré à Ouagadougou en présence du président en exercice de l’UEMOA, Alassane Dramane Ouattara et de nombreuses personnalités.

Comme moments mémorables de ce 25e anniversaire, le président de la commission Boureima Abdallah, a relayé le message du président en exercice de l’UEMOA, à l’adresse de toutes les populations de la zone, la veille de la célébration de l’évènement. Le président Ouattara avait rappelé la nécessité de consolider les acquis de l’intégration, invité les États membres à plus d’engagement pour une Union encore plus dynamique, plus prospère et tournée vers l’union des peuples et a rappelé les défis de la transition vers l’Eco et de la libre circulation des personnes et des biens mis aujourd’hui à mal par le contexte sécuritaire assez particulier.

Le président de la commission a aussi noté une forte mobilisation des autorités nationales et d’anciens responsables de l’institution pour la cause de la célébration des 25 ans de l’institution et un intérêt manifeste des populations pour le renforcement des acquis de l’intégration, qui exigent même que l’Union en fasse un peu plus. « Les populations en font plus dans beaucoup de domaines, que nous-mêmes institution. Elle a franchi beaucoup de barrières dans l’espace », dit-il. Enfin dans le cadre de ces 25 ans, le président de la commission a noté l’organisation du forum scientifique, les 7 et 8 octobre, sur le thème « UEMOA, 25 ans : ensemble, relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé » qui a réuni plus de 200 personnes.

Dans le cadre de la revue annuelle des politiques, réformes, projets et programmes communautaires de l’UEMOA, Boureima Abdallah affirme qu’elle a été une décision politique qui a été la bienvenue. Des objectifs, en matière de réformes et politiques communautaires qui étaient latents pendant plusieurs années, ont pu être atteints dans un délai très court. Beaucoup d’éléments de cette revue, couvrent les objectifs du pacte de convergence, qui était à son terme en 2019. Notamment les critères de gouvernance et de convergence macroéconomique, la construction du marché commun et les politiques sectorielles.

Cette revue est partie du constat amer que la mise en œuvre de la règlementation, qui a été mise en place au milieu des années 1990 de manière laborieuse et consensuelle, était en souffrance. Donc il a fallu la revue, pour pouvoir aller très rapidement. C’est l’exemple des politiques sectorielles qui étaient en dessous de 15% au moment du diagnostic et ont atteint plus de 80% en 2019.

Pour finir, le conférencier a annoncé que la conférence des chefs d‘Etat et de gouvernement à Dakar a pris la décision d’appuyer la lutte contre le terrorisme dans les trois pays les plus touchés de l’espace communautaire (le Burkina, le Mali et le Niger), à travers une contribution à hauteur de 100 millions de dollars au niveau de la CEDEAO et d’instituer un fonds régional de sécurité. Il précise que l’UEMOA n’est pas devenue un organisme qui lutte contre l’insécurité, d’autres institutions existent à cet effet ; mais, conclut-il : « il est aussi certain qu’il n’y a pas de sécurité dans la pauvreté et l’action va être orientée dans ce sens ».

L’UEMOA a été portée sur les fonds baptismaux le 10 janvier 1994, d’où le choix de cette date pour capitaliser les acquis des 25 ans d’intégration économique auprès de la presse, soutient le président Boureima Abdallah. Les défis pour cet espace, sont les coûts élevés de l’énergie et du transport, qui le rendent moins compétitif.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 08:25, par TAGROU En réponse à : 25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

    Sans détour, je voudrais dire aux premiers responsables de l’UEMOA de revoir la copie au niveau de l’intégration. Car, peut-on parler d’intégration quand, entre nos frontières, les rackets se font au vu et au su de tous, sans que l’Union ne s’en émeuve ?
    Pendant combien de temps va-t-elle continuer de fermer les yeux sur ces pratiques qui ne sont ni plus ni moins que du briguandage ?
    Par ailleurs, à quoi servent finalement ces aires de repos réalisés à coups de miliions de CFA et qui (pour ceux qui sont sur l’axe Ouaga-Bobo par exemple), sont dans un tel état d’abandon avancé qu’il faut etre téméraire pour s’y garer la nuit ?
    C’est à n’y rien comprendre. A moins que cela ait été une trouvaille pour permettre à certains de se remplir les poches sans autres formes de procès.
    Comme quoi, chers grands fonctionnaires de l’UEMOA, réveillez-vous. On ne vous sent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 16:49, par Kanzim En réponse à : 25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace

    Je suis entièrement d’accord avec TAGROU. En sus, je dirai aux rentiers de l’UEMOA, dirigeants et décideurs ensemble das leur boulimie financière, que ce n’est pas ce genre de machin qui peut servir les peuples. Créé sans leur participation, l’UEMOA aura du mal à se faire accepter par les pays réels qui en sont membres, parce que les convives n’ont pas assez d’élasticité ni du point de vue intellectuel, ni du point de vue de la dimension du ventre, pour se baisser , écouter, comprendre les citoyens et programmer avec eux. Alors mangez et taisez-vous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
DOPPEL MUNICH s’invite au Burkina Faso
Aide publique au développement : « Les autres pays du monde nous aident parce qu’ils ont des intérêts à défendre », estime l’économiste Taladidia Thiombiano
Burkina : Près de 5 milliards de F CFA pour améliorer la compétitivité des entreprises
Loi de finances 2020 : Les chefs d’entreprises de Bobo sensibilisés sur les innovations et modifications fiscales
Oxfam en Afrique de l’Ouest : Les 22 hommes les plus fortunés au monde possèdent plus que l’ensemble de la population féminine d’Afrique
Burkina Faso : " Il faut que les opérateurs de téléphonie améliorent la qualité du service et réduisent les coûts de la prestation", Dasmané Traoré de la Ligue des consommateurs
Dipgoldinvestment : La plateforme qui a englouti l’argent d’investisseurs burkinabè
Jeunes commerçants et entrepreneurs du Burkina : « Nous devons apporter notre pierre à l’édification du pays »
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Les syndicats des enseignants-chercheurs et des médecins disent niet
Loi de finances gestion 2020 : La Maison de l’entreprise instruit le monde des affaires à Ouagadougou
Monnaie unique de la CEDEAO : L’Eco de l’UEMOA ne sera pas celle de la CEDEAO
Finance : ICCO Coopération sensibilise six institutions de microfinance sur la gestion du risque
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés