Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • jeudi 9 janvier 2020 à 11h10min
  Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

Le rapport public 2018 de la Cour des comptes, remis au président du Faso en décembre 2019, a identifié des irrégularités dans la gestion de certaines communes urbaines. Parmi elles, la commune urbaine de Dori dirigée par le député-maire Ahmed Aziz Diallo. La commune urbaine de Dori, chef-lieu de la province du Séno et de la région du Sahel est située à 265 km de Ouagadougou. Elle dispose d’importantes infrastructures qui génèrent des ressources pour son budget. Les vérifications de la Cour ont porté entre autres sur l’évaluation du dispositif du contrôle interne, la gestion des achats publics et de la gestion du patrimoine.

Dans le cadre de sa mission de contrôle, la Cour des comptes s’est penchée, dans son rapport 2018, sur la gestion de la commune urbaine de Dori. Dans ledit document, il ressort de nombreuses insuffisances, dues au manque de rigueur dans l’application des textes et bonnes pratiques régissant la commune. Ces manquements relevés concernent aussi bien le plan organisationnel que fonctionnel de la commune de Dori.

De 2012 à 2013, la commune de Dori a fonctionné sans organigramme. Certains services décrits dans l’organigramme n’ont pas fonctionné. Il s’agit du service de protocole, de la direction des affaires domaniales et foncières et de la direction de l’action économique. Elle ne dispose pas aussi d’un règlement intérieur.

Aussi, la cour a noté l’absence de cadre de concertation formalisé entre le maire et ses collaborateurs, l’absence de cadres de concertation entre le maire et ses administrés, l’inexistence des rapports spéciaux. Le contrôle des opérations d’acquisition de biens, de matières, de fournitures et de prestations réalisées par la commune urbaine de Dori courant les gestions 2012 à 2015 a permis de déceler des faiblesses et des irrégularités.

En outre, le contrôle de la planification et la passation des marchés par la commune urbaine de Dori, sur la période 2012 à 2015, ont relevé des manquements. Ainsi, la Cour a constaté l’existence de marchés exécutés et non-inscrits dans le plan de passation des marchés (PPM) dus à la non-actualisation des PPM. Par exemple, l’acquisition de chaises métalliques et de fauteuils d’un montant de 3 976 600 F CFA, de fauteuils directeurs d’un montant de 1 496 240 F CFA, la réalisation d’un caniveau en perré maçonné dans la ville de Dori d’un montant de 40 000 000 F CFA, etc.

Sur ces acquisitions, la Cour a relevé l’absence de codification des biens due à la méconnaissance de la comptabilité des matières. Il a aussi été constaté l’absence d’un livre d’inventaire sur lequel toutes les acquisitions doivent être répertoriées en faisant apparaître la date d’acquisition, le numéro d’enregistrement, la désignation, le coût d’acquisition, l’affectation, la source de financement éventuelle.

En dépit de ces manquements observés par la Cour, la mairie, à travers son premier responsable Ahmed Aziz Diallo, estime que la commune avait pris conscience de certaines irrégularités et travaillait déjà à les corriger. Ainsi, en ce qui concerne, le fonctionnement de l’administration communale, pour résoudre le problème, la mairie s’est attaché les services d’un cabinet pour la réalisation de l’étude diagnostique de l’administration communale et la relecture de l’organigramme.

Au titre des irrégularités constatées de 2012 à 2015 dans la gestion des ressources financières, « la situation n’était pas reluisante au cours de ladite période », a déclaré le bourgmestre de la commune de Dori Ahmed Aziz Diallo. Cette situation , selon la mairie, s’explique en grande partie par l’inexistence de logiciels et le manque d’espace pour l’archivage. Cependant, elle s’est beaucoup améliorée ces dernières années avec l’acquisition du matériel adéquat.

Elle a par ailleurs rassuré que les recommandations de la Cour seront mises en œuvre pour corriger les irrégularités afin d’améliorer les conditions de vie de la population de la commune à travers le développement des infrastructures et services de base, des filières de production et un renforcement des capacités techniques et organisationnelles des acteurs.

Synthèse de Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 13:06, par Mylène En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    Il me semble que plusieurs mairies sont gérées de la même manière anarchique. L’état devrait développer des outils de gestion et uniformiser la structure hiérarchique de toutes les mairies. En plus, il faudrait créer un manuel ou guide de gestion des maries. Ça facilitera le contrôle et même la gestion.
    Mais comme au Burkina on aime quand ça ne fonctionne pas bien pour mieux se sucrer je suppose qu’on va rester dans cette gestion anarchique pendant un bon bout de temps.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 13:13, par Tous ont raison En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    2012-2015, la Cour a constaté l’existence de marchés exécutés et non-inscrits dans le plan de passation des marchés...

    A ce titre, cette mairie est plutôt à féliciter. Car à cette époque, la tendance était à l’existence de marchés non exécutés mais inscrits dans le plan de passation des marchés et l’argent dissipé.

    Au niveau organisationnel, pourquoi n’y a-t-il pas un cadre standard à partir duquel se declinerait les spécificités de chaque commune ? A mon avis, le règlement intérieur ou l’organigramme par exemple devraient être assez similaires pour toutes les communes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 14:29, par sylas En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    c’est du pipo. Pourquoi aller jusqu’à dori pendant que la commune de Ouagadougou, il y a eu réfection de la mairie à plus de milliard et malgré les injonctions de la cour des comptes les responsables ne se sont pas pliés. Il y a des escrocs à col blanc ici sous les barbes de la cour des comptes sans aucune inculpation. Quelle justice à deux vitesse pour ne pas par dire quelle injustice !

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 15:17, par Sacksida En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    Depuis que la Cours des comptes effectue ses actions de controle et constate des irregularites, des malversations, des insuffisances et autres ; quelle a ete la suite apres le depot des rapports publics ? Sont -ils transmis aux juridictions penales pour des jugements et des sanctions appropriees ? Sinon, on va toujours faire des controles et des rapports publics mais rien ne changera dans la gouvernance de l’Etat Central et bien sur dans les collectivites publiques et les entreprises ou entites publiques.En outre, il n’y’a rien d’etonnant etant entendu que dans ces collectivites publiques, elles ne sont que le reflet des pratiques constatees dans l’administration centrale. Des centaines de millions ou de milliards se volatisent chaque annee et pendant ce temps les braves populations sont toujours dans la pauperisation. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 09:05, par vision En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    je me pose une question, alors si la cour des comptes estime que les règles n’ont pas été suivies alors elle a eu l’idée de dire à ces communes comment doit se tenir les comptes avant de passer au contrôle de son application ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 12:33, par Sacksida En réponse à : Gestion de la commune de Dori : La Cour des comptes décèle des irrégularités

    En outre, l’on sait que la mal gouvernance, les detournements, les malversations et autres sont des fleaux qui mettent a mal l’economie nationale et les chances de resoudre efficacement des problemes recurrents et fondamentaux des populations a la base. Les structures comme la Cour des comptes et l’Autorite Superieure du Controle de l’Etat font du bon travail de Controle, mais tant que des mecanismes ne seront pas efficaces pour juger au penale et sanctionner sur le plan judiciaire des auteurs qu’ils soient (grands ou petits) et les mettre en prison pour manquement grave de servir des interets du peuple, et non pas leurs interets personnels egoistes ; ces fleaux malheureusement vont prosperer. Comme le disait un magistrat : "Tant que notre justice ne pourrait pas apprehender un Ministre, un Depute, un Directeut General, un Gouverneur, un Maire etc..qui ont commis des malversations ; tout comme la justice apprehende le voleur de poulet ou de chevre dans le village ou la ville, la justice sera toujours mal percue" et notre gouvernance nationale serait sujete a caution. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque de Barsalogho : Les condoléances de l’UPC
Burkina : Les députés adoptent la loi modificative du Code électoral
Loi instituant les Volontaires pour la défense de la patrie : Le MPP salue l’unanimité des parlementaires
Djibrill Bassolé bientôt évacué en France ?
Quota des femmes aux élections législatives et municipales : « A l’UNIR/PS, notre souhait est d’aller au-delà », Me Bénewendé Sankara
Loi instituant les Volontaires pour la défense de la patrie : « Le conseil constitutionnel est là pour dire si oui, ou non, la loi contredit la constitution », Me Benéwendé S. Sankara
Assemblée nationale : La loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidats aux élections adoptée
Etat de santé de Djibril Basssolé : L’ADF/RDA réclame une « solution urgente »
Processus électoral : Faible taux d’enrôlement chez les Burkinabè de l’étranger
Situation nationale : Le Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso appelle à la réconciliation
Sécurité : Le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Eddie Komboïgo, président du CDP : « Notre objectif ultime est la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020 et le retour honorable des exilés dans un climat apaisé »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés