Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Commémoration du 3 janvier 1966 : Les syndicats font une halte sur leur contribution aux grands tournants de l’histoire du Burkina Faso

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • samedi 4 janvier 2020 à 00h25min
Commémoration du 3 janvier 1966 : Les syndicats font une halte sur leur contribution aux grands tournants de l’histoire du Burkina Faso

Chaque 3 janvier, le mouvement syndical commémore le soulèvement populaire qui a emporté le premier président de la Haute-Volta actuel Burkina Faso, Maurice Yaméogo, en 1966. Pour marquer le 55e anniversaire de cet événement, l’Unité d’action syndicale a organisé une conférence publique, le vendredi, à Ouagadougou, en présence de son président entrant, Augustin Blaise Hien. A l’occasion, un vibrant hommage a été rendu au dernier survivant des 10 héros du 3 janvier 1966. Zakaria Traoré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est décédé le 6 septembre 2019.

La fraicheur de ce 3 janvier 2020 n’a pas empêché les militants, partisans et sympathisants de l’Unité d’action syndicale (UAS) de prendre d’assaut la Bourse du travail pour suivre une communication développée par le secrétaire général adjoint du CNTB, Justin Palé Sié, dans le cadre de la commémoration du 55e anniversaire du soulèvement populaire. Celui-ci a fait un tour d’horizon de la contribution du mouvement syndical aux grands tournants de la vie du Burkina Faso.

De son exposé, il est ressorti que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase sous la première république de Maurice Yaméogo, est l’adoption de mesures de baisse des salaires et des allocations familiales, accompagnés d’arrestations de dirigeants politiques et syndicaux.

Cela a suscité une forte réaction des syndicats et a abouti le 3 janvier 1966, au soulèvement populaire qui mettait fin à la première république. Sous le général Sangoulé Lamizana, le mouvement syndical de l’époque a encore pris ses responsabilités en lançant un mot d’ordre de grève générale pour les 17 et 18 décembre 1975 face aux attaques et surtout aux tentatives d’embrigadement du peuple avec le projet de parti unique.

« Cette grève a paralysé pendant 48 heures l’activité économique du pays et a contraint le général et son équipe à abandonner leur projet de création de parti unique, à augmenter les salaires, à supprimer la contribution patriotique et à poursuivre en justice les détournements de céréales », a relaté M. Palé, notant qu’entre septembre et décembre 1998, suite à la volonté du gouvernement de supprimer le 3 janvier comme jour férié, chômé et payé, l’ensemble des centrales syndicales firent front contre cette volonté, dans une lettre en date du 3 décembre 1998 adressée au ministre en charge de l’emploi.

Ils eurent gain de cause, car le 3 janvier sera réhabilité. Si le renforcement de l’UAS lui a permis de contribuer de façon décisive à la résistance contre le coup d’Etat du RSP, à travers son mot d’ordre de grève générale suivie sur l’ensemble du territoire national, les luttes engagées sous la transition par contre se sont poursuivies et se sont renforcées sous le régime de Roch Kaboré pour plusieurs raisons.

Partant de là, les demandes réitérées de trêve sociale, du point de vue du conférencier, ressemblent à une invite faite aux syndicats de renoncer à leur rôle de veille citoyenne et d’interpellation des autorités sur les manquements constatés dans la gouvernance. A la question de savoir si l’UAS est capable de rééditer ses exploits, le président de mois répond : « Nous ne sommes pas là pour rééditer des histoires qui ont marqué durablement nos populations. Puisque ça aussi, il y a des effets secondaires et des effets collatéraux. Nous ne souhaitons pas cela. Nous souhaitons qu’on nous écoute et qu’on mette en œuvre les engagements qu’on a pris avec nous de façon libre ».

Poursuivant, Augustin Blaise Hien, secrétaire général de la CNTB et président de mois de l’UAS, a fait cette mise au point : « Nous n’avons pas tourné le bras d’un ministre dans le dos pour lui amener à prendre des engagements ». Avant d’inviter le gouvernement à entretenir la flamme du dialogue social sur ce qui bloque réellement la mise en œuvre effective des engagements pris.

Sur l’épineuse question de l’IUTS, M. Hien s’est exprimé en ces termes : « Il y a beaucoup de débats qui sont des fuites en avant. Attendons de voir ». Et d’ajouter : « Mais ce que j’ai pu comprendre depuis que je suis arrivé, il y a beaucoup de simulations qui ont été balancées sur les réseaux sociaux et qui font l’objet de débats. Je pense que les travailleurs ont raison d’être inquiets par rapport à des acquis durement acquis par la lutte et qui donne l’impression par rapport à ses simulations qu’on veut encore leur prendre des choses. Mais le débat est ouvert. Nous avons encore la possibilité de discuter entre nous ».

En « bon chef de famille », il a invité ses militants à être tolérants envers « leurs camarades » qui, à un moment donné, ont donné leur point de vue. « Laissons l’histoire leur montrer qu’ils se sont trompés », a-t-il lancé. Le président de mois de l’UAS a, pour terminer, eu une pensée forte pour les populations du Nord et de l’Est ainsi que les FDS qui engrangent des résultats de jour en jour.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque de Barsalogho : Les condoléances de l’UPC
Burkina : Les députés adoptent la loi modificative du Code électoral
Loi instituant les Volontaires pour la défense de la patrie : Le MPP salue l’unanimité des parlementaires
Djibrill Bassolé bientôt évacué en France ?
Quota des femmes aux élections législatives et municipales : « A l’UNIR/PS, notre souhait est d’aller au-delà », Me Bénewendé Sankara
Loi instituant les Volontaires pour la défense de la patrie : « Le conseil constitutionnel est là pour dire si oui, ou non, la loi contredit la constitution », Me Benéwendé S. Sankara
Assemblée nationale : La loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidats aux élections adoptée
Etat de santé de Djibril Basssolé : L’ADF/RDA réclame une « solution urgente »
Processus électoral : Faible taux d’enrôlement chez les Burkinabè de l’étranger
Situation nationale : Le Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso appelle à la réconciliation
Sécurité : Le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Eddie Komboïgo, président du CDP : « Notre objectif ultime est la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020 et le retour honorable des exilés dans un climat apaisé »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés