Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mercredi 25 décembre 2019 à 23h30min
Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

La commission du Partenariat public privé a tenu sa session ce 24 décembre 2019 à Ouagadougou. Le bilan des projets exécutés en 2019 a été fait, et 18 projets ont été discutés et retenus pour être exécutés en 2020 en tenant compte des insuffisances et difficultés notées de par le passé.

C’est autour du premier ministre Christophe Dabiré, président de la commission du partenariat public privé, que la session a eu lieu. Ce fut l’occasion pour les acteurs d’examiner le rapport de mise en œuvre du Partenariat public privé (PPP) précédent et d’examiner un nouveau programme.

Selon Edith Clémence Yaka, ministre déléguée au Budget auprès du ministre de l’Economie, des finances et du développement qui a fait le point de la rencontre, 94 projets étaient inscrits dans le programme précédent qui a été adopté en 2016 et mis en œuvre en 2017-2018. Cela a permis de réaliser 5 projets. C’est donc un taux de réalisation très faible, qui tourne autour de 5%. La modernisation des titres de transports, les passeports, l’autoroute de contournement sont entre autres les projets financés et exécutés.

« C’est une matière qui est assez nouvelle. Tous les acteurs font leurs premiers pas en la matière. Beaucoup d’insuffisances et de difficultés ont été rencontrées. Notamment la non maturité des dossiers qui avaient été inscrits, les dossiers n’avaient pas d’étude de faisabilité », a expliqué la ministre chargée du Budget.

Aussi, les différents acteurs n’étaient pas assez outillés, d’où la lenteur dans la mise en œuvre des activités. Foi de Edith Clémence Yaka, le chapelet des difficultés ne se limitait pas là. Le type de PPP privilégié pour les 94 projets n’était pas judicieux. Il s’agissait de préfinancement. « C’était de l’endettement qui alourdissait la charge de la dette et qui allait déstabiliser nos différents ratios », a poursuivi la ministre déléguée chargée du Budget.

La loi sur les PPP en cours de relecture

Forte de ces différentes expériences, la commission a discuté d’un dossier d’appel type et d’un contrat type pour les PPP. Aussi la loi sur les PPP est en cours de relecture pour améliorer son cadre juridique. Avec 21 propositions sur la table des discussions au départ, à l’issue des échanges, la commission a retenu 18 projets dont les études de faisabilité sont achevées, pour financement en 2020. Le dossier sera bientôt transmis en conseil des ministres pour validation.

Les critères qui ont prévalu au choix des projets tiennent notamment à l’existence d’études de faisabilité. Aussi, les projets figurent parmi les axes prioritaires du Programme national de développement économique et social (PNDES). Enfin, le mode de PPP privilégié est le BOT (Build Operate and Transfer). Les privés intéressés devront construire, exploiter avant de transférer à l’Etat.

Les 18 projets couvrent huit départements ministériels et concernent par exemple la construction de l’ambassade du Burkina au Sénégal, le domaine de l’énergie, la réalisation de bâtiments administratifs pour la location-vente à l’Etat.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 décembre 2019 à 19:51, par Bamos En réponse à : Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

    Trop de difficultés je prends pour exemple le projet de sécurisation des titres de transports. Le projet est très mal exécuté. L interconnexion des systèmes de la douane le Ccva l oni la police la gendarmerie les impôts, cette interconnexion n est pas effective.Alors un projet qui devrait lutter contre la fraude des engins à deux roues et les véhicules sur 16 milliards RIEN n est investi. Alors on ne comprends rien. C est maintenant qu un autre projet parle de cela Alors ce PPP DEVRAIT COUVRIR CELA..DONC PRÉSENTEMENT BEAUCOUP DE CHOSES N ONT PAS ÉTÉ PRISES EN COMPTE. C EST LE PAYS QUI PERD. C EST CATASTROPHIQUE COMME PROJET. RIEN NE FONCTIONNE. QUELQUE TROIS PERSONNES SONT EN TRAIN DE TOURNOYER DANS LE PROJET SANS ISSUE. POUR MA PART LE PROJET N A PAS ATTEINT SES OBJECTIFS. CE QUI ÉTAIT UN IMPÉRATIF ABSOLU NE L EST PLUS. ON CONTINU DE FAIRE COMME AVANT ET MÊME PIRE. C EST COMME SI ON INCITAIT LES COMMERÇANTS À CONTINUER LA FRAUDE. L ADMINISTRATION MÊME REFUSE L INTERCONNEXION DE LA DOUANE LE CCVA À LA DGTTM. IL Y A PROBLÈME. IL FAUT REVOIR LE PPP.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2019 à 20:57, par Fasolibre En réponse à : Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

    Trop d’amateurisme ? Populisme ? Avec peu de responsabilité certainement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2019 à 21:28, par S. DIALLO En réponse à : Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

    Et ces 18 projets qui concernent le Burkina Faso des Burkinabè sont si confidentiels qu’ils ne peuvent pas être listés afin que le peuple Burkinabè en prenne connaissance. Le Burkina est il toujours le pays de Thomas SANKARA celui qui partageait tout avec le peuple ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2019 à 08:55, par Un Burkinabê En réponse à : Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

    Je pense que l’action doit être mis sur les outils qui confirment ou aident à confirmer la preuve de la corruption. Il faut mettre la priorité sur les projets qui ont vocation la lutte contre la corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2019 à 09:49, par Saw En réponse à : Partenariat public privé : 18 projets retenus pour 2020

    En cliquant sur cet article, je m’attendais à voir la liste des 18 projets. Et mieux les motivations pour leurs choix. A ma grande surprise c’est juste des indications vagues pour des projets de hautes importance pour le Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rapport Cour des comptes 2018:Toujours des irrégularités dans l’exécution des marchés publics
Impôt unique sur les traitements et salaires : L’Economiste du Faso lance le débat sur la justice fiscale au Burkina Faso
Aide publique au développement : « Les autres pays du monde nous aident parce qu’ils ont des intérêts à défendre », estime l’économiste Taladidia Thiombiano
DOPPEL MUNICH s’invite au Burkina Faso
Burkina : Près de 5 milliards de F CFA pour améliorer la compétitivité des entreprises
Loi de finances 2020 : Les chefs d’entreprises de Bobo sensibilisés sur les innovations et modifications fiscales
Oxfam en Afrique de l’Ouest : Les 22 hommes les plus fortunés au monde possèdent plus que l’ensemble de la population féminine d’Afrique
Burkina Faso : " Il faut que les opérateurs de téléphonie améliorent la qualité du service et réduisent les coûts de la prestation", Dasmané Traoré de la Ligue des consommateurs
Dipgoldinvestment : La plateforme qui a englouti l’argent d’investisseurs burkinabè
Jeunes commerçants et entrepreneurs du Burkina : « Nous devons apporter notre pierre à l’édification du pays »
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Les syndicats des enseignants-chercheurs et des médecins disent niet
Loi de finances gestion 2020 : La Maison de l’entreprise instruit le monde des affaires à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés