Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Commémoration 59e anniversaire d’indépendance du Burkina à Paris : à l’étranger, ils sont connectés leur pays et entendent apporter leur contribution à ce moment charnière

Accueil > Diasporas • LEFASO.NET • lundi 23 décembre 2019 à 06h00min
Commémoration 59e anniversaire d’indépendance du Burkina à Paris : à l’étranger, ils sont connectés leur pays et entendent apporter leur contribution à ce moment charnière

A Paris, ce sont les locaux de l’Ambassade du Burkina Faso qui ont accueilli la commémoration en différé des 59 ans d’accession à l’indépendance du Burkina ce 14 décembre 2019. Une initiative porté par certains délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE)-section France sous le thème : « Regards croisé du Burkina Faso : le Faso d’hier, d’aujourd’hui et demain ». SEM Alain Gustave Ilboudo, ambassadeur du Burkina en France, pour qui le « changement collectif passe par le changement individuel », n’a pas manqué de féliciter cette initiative qui aura rassemblé une soixantaine d’âmes vivant particulièrement dans la région Ile-de-France.

Malgré les grèves enclenchées depuis le 05 décembre 2019 en France dont on ressent rudement les conséquences dans la région parisienne, ces Burkinabè n’ont pas lésiné sur l’appel à la mobilisation lancée par quelques délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Extérieur, en l’occurrence, Benjamin Zoumba, Ardiouma Sirima et Hermann Ouédraogo. Ces derniers ont voulu, dans une dynamique de soutien à l’appel à la mobilisation générale du Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, que les Burkinabè, où qu’ils se trouvent en France, puissent se rassembler le 14 décembre pour commémorer les 59 ans d’accession à l’indépendance du Burkina en différé.

Femmes et enfants, jeunes et adultes, doyens et membres de la représentation diplomatique burkinabè, amis et sympathisants du Burkina Faso n’ont pas voulu se faire conter ce moment à Paris. Allocutions, conférence, prestations musicales, échanges leur auront permis de communier avec leurs frères et sœurs restés au pays.

Ainsi, SEM Alain Gustave Ilboudo, non sans féliciter les organisateurs de cette initiative, a appelé à l’union nationale des fils et filles du Burkina, à l’instar des doyens présents : « Il s’agit pour chacun, à l’intérieur ou à l’extérieur, d’avoir cette conscience que chacun a un rôle et une contribution dans le sens de la consolidation de notre vive ensemble et doit le faire. C’est un appel à la citoyenneté de chacun pour qu’on aille ensemble dans la même direction. »

Et concrètement, la diaspora « doit occuper tous les champs du droit (économique, social, culturel, politique », à en croire l’un des conférenciers, Didier Ouédraogo : « Ce que je souhaite c’est que nous ayons plus d’audace pour aller à la conquête du droit d’exister et on n’attend pas que les gens viennent se battre à notre place. » Un avis partagé par Elisée Coulibaly, conférencier du jour également, qui, pour sa part, a invité chaque Burkinabè à jouer son rôle de citoyen qui a des droits mais également des devoirs.

Benjamin Zoumba, l’un des délégués CSBE, pour clore cette commémoration, est revenu sur le contexte de cette activité : « Nous l’avons souhaité comme une pierre angulaire marquant le sceau de notre unité et de solidarité. Il y a des suites pour consolider cette vision, cette volonté à travers la mise en œuvre de propositions pertinentes de court, moyen et long terme que notre diaspora suggère. »

La contribution de la diaspora burkinabè en France s’échafaude ainsi autour d’un comité de pilotage dans l’action unitaire envers la nation commune, de la finalisation et synthèse des différentes propositions de la diaspora et enfin de la constitution de fonds pour soutenir les personnes victimes du terrorisme en particulier les déplacés.
En attendant, cette diaspora est invitée à s’enrôler d’ici à début janvier 2020 pour les prochaines élections à venir.

Yéroséo Kus pour Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Avis de recherche : Un S.O.S pour retrouver les parents de Boukary Ouédraogo, hospitalisé aux États-Unis
Bourses d’études : La diaspora burkinabè en France décide d’accompagner la mère-patrie
Appel à témoin : Qui est « Don Giovanni le Slameur », qui appelle à des violences contre les étrangers en Côte d’Ivoire ?
Maison de l’entreprise : Désormais une plateforme pour la création d’entreprise en ligne
Soudan : La communauté burkinabè, le Covid-19, les affaires et la mère-patrie… !
Diaspora : Les Burkinabè de l’extérieur invités à s’impliquer dans la gestion de la crise humanitaire
Retour des Burkinabè bloqués en Amérique : La quatrième tentative était la bonne
Projet Humanitaire de la diaspora Burkinabè des Etats-Unis : Le concert live mobilise près de 4 millions de FCFA
Diaspora : Des Burkinabè vivant aux Etats-Unis lancent un projet humanitaire
Burkinabè interpellés en Côte d’Ivoire : Certains avaient des autorisations d’entrée
Daouda Emile OUEDRAOGO, Coordonnateur d’une ONG aux Etats-Unis : « Pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, la rue a fait changer une décision de justice »
Covid-19 : Des Burkinabè du Nigeria viennent en aide à d’autres Burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés