Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le capital est seulement le fruit du travail et il n’aurait jamais pu exister si le travail n’avait tout d’abord existé.» Abraham Lincoln

Eau et assainissement : Le budget accordé à ce secteur a considérablement diminué en 2019, selon le SPONG

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 18 décembre 2019 à 22h14min
Eau et assainissement : Le budget accordé à ce secteur a considérablement diminué en 2019, selon le SPONG

Le Secrétariat permanent des organisations non-gouvernementales (SPONG), à travers son groupe thématique « approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement », a organisé, le mercredi 18 décembre 2019, une rencontre de partage et d’échange autour des résultats de l’étude sur l’évaluation du niveau de prise en compte de l’eau et l’assainissement dans la loi de finances 2019. Cette étude commanditée par WaterAid vise à renforcer le plaidoyer de la société civile pour l’atteinte de l’Objectif de développement durable 6, au regard des défis majeurs qui freinent la course pour l’accès universel d’ici à l’horizon 2030. La faiblesse des ressources financières allouées demeure une préoccupation majeure du secteur de l’eau et de l’assainissement malgré la constitutionnalisation des droits d’accès en novembre 2015.

Cette rencontre, qui se tient à la veille de la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, regroupe des représentants des organisations de la société civile, des ONG et associations de développement. Il s’est agi, au cours d’une demi-journée, de voir les enjeux du financement du secteur de l’eau et de l’assainissement sur la période 2014 à 2019. « A travers l’étude, nous avons vu que depuis 2014 jusqu’à 2019, le budget alloué au secteur a considérablement baissé.

Mais ce n’est pas la baisse qui est importante. Pour nous, le budget peut baisser si effectivement il n’y a rien à financer », a déclaré Célestin Pouya, membre du groupe thématique « Approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement (AEPHA) » qui a présidé l’ouverture des travaux. Il a par ailleurs affirmé qu’il y a une contradiction entre les besoins et l’allocation, estimant le taux d’accès à l’assainissement à 22% et celui de l’eau potable à 74,6%. « On ne peut pas avoir de grands besoins comme ça et avoir un petit financement », a-t-il indiqué.

De son côté, Hermann Douanio, économiste, expert des finances publiques, a tenu à préciser que le budget accordé au secteur de l’eau et l’assainissement est de 0,7% en 2014 contre 0,22% en 2019. Au regard de cette situation, l’étude donne des orientations pour alimenter le plaidoyer budgétaire dans les actions de Wash.

Entre autres recommandations, c’est d’œuvrer à l’accroissement des ressources propres à travers l’élargissement de l’assiette fiscale et à l’optimisation du rendement de l’impôt ; travailler à maîtriser les rythmes d’évolution des dépenses ; assurer une exécution efficace des dépenses et investissements par le renforcement des capacités des administrations dans la gestion des procédures des marchés publics. A cela s’ajoute l’augmentation des ressources allouées au secteur de l’AEPHA, en particulier au sous-secteur de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement.

C’est aussi de mettre en place des stratégies innovantes de mobilisation de ressources nationales en faveur de l’AEPHA, surtout dans sa composante hygiène et assainissement. Et le boom minier que connaît le pays depuis plus d’une décennie pourrait également contribuer significativement au financement de ce secteur à travers l’accroissement des ressources budgétaires internes par l’application du code minier adopté en 2015, selon Hermann Douanio. La société civile a aussi un rôle prépondérant à jouer. Elle devra travailler à faire des plaidoyers et à mettre le doigt sur les véritables défis que le ministère en charge de l’Eau doit relever pour une accessibilité beaucoup plus accrue des populations à ce secteur.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Catastrophes naturelles au Burkina : L’élaboration urgente d’une stratégie nationale de gestion des risques d’inondation s’impose
Protection de l’environnement : L’artiste Ras Simposh sensibilise par la musique
Protection de la couche d’ozone : La qualité de l’air au cœur des Journées à faibles émissions de Carbone
Restauration des terres : Un projet pour renforcer les capacités institutionnelles de six pays
Changements climatiques : L’ONG SNV veut améliorer la résilience des agriculteurs et éleveurs
Réhabilitation de la ceinture verte de Ouagadougou : Le groupe Hage s’engage à travers la plantation de 400 arbres
Préservation et protection de l’environnement : Une quinzaine de techniciens en réfrigération et climatisation formés aux bonnes pratiques
Arrondissement N°3 de Bobo-Dioulasso : Les conseillers plantent « pour assurer l’avenir dans le village de Kékélésso »
Centre de formation professionnelle de Fada N’Gourma : L’Amicale des anciens élèves reverdit l’établissement
CHU de Tengandogo : 150 plants mis en terre au lieu de mis SOUS terre
Cadre sectoriel de dialogue « Environnement, eau et assainissement » : Résultats satisfaisants au premier semestre de l’année 2020
Campagne de reforestation 2020 : l’agence des énergies renouvelables apporte 1265 plants pour reboiser Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés