Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Celui qui a vu son semblable au plus bas de la déchéance n’a plus les mêmеs yеux : il а détruit sаns lе sаvοir lе mur qui séраrаit l’hοmmе dе sοn image.» Joë Bousquet

« Approche protection sociale sensible aux enfants » : L’ONG Save the Children plaide pour sa prise en compte dans les politiques communales à Dédougou

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 15 décembre 2019 à 21h00min
« Approche protection sociale sensible aux enfants » : L’ONG Save the Children plaide pour sa prise en compte dans les politiques communales à Dédougou

L’ONG Save the Children/Burkina Faso a organisé, le vendredi 13 décembre 2019 à Dédougou, dans la région de la Boucle du Mouhoun, un atelier de plaidoyer pour la prise en compte de la protection sociale sensible aux enfants dans les politiques communales. La cérémonie officielle d’ouverture des travaux a été présidée par le secrétaire général de la région de la Boucle du Mouhoun, Jérémie Kouka Ouédraogo, qui a invité les élus locaux à inscrire cette démarche dans leurs politiques et stratégiques de développement.

L’objectif de cet atelier de plaidoyer dans la ville de Dédougou est d’amener les élus locaux de la région de la Boucle du Mouhoun à prendre en compte « l’approche protection sociale sensible aux enfants » dans les politiques et Plans communaux de développement (PCD). Ainsi, au cours de cette rencontre, il s’est agi, pour les acteurs de Save the Children, de faire connaître à ces élus locaux, les bénéfices et les démarches de cette approche qui permettrait sa prise en compte dans les PCD.

Selon Moussa Traoré, représentant la directrice pays de l’ONG Save the Children, l’idée du plaidoyer pour la prise en compte de la protection sociale sensible aux enfants dans les programmes et politiques de développement, tant au niveau local que national, résulte de la volonté de l’organisation d’assurer la durabilité et la pérennisation des acquis du projet, en encourageant les communes et le gouvernement central à accorder des ressources conséquentes à la protection sociale aux enfants. « Notre souhait c’est que les communes intègrent de manière structurelle l’approche protection sociale sensible aux enfants, afin de soutenir des initiatives de développement qui prennent en compte les besoins spécifiques des enfants et qui permettent de s’attaquer au cycle générationnel de pauvreté de façon plus solide », a-t-il souhaité.

Moussa Traoré, représentant de la directrice pays de l’ONG Save the Children

En effet, la mise en œuvre de cette approche entre dans le cadre de l’exécution du Projet intégré de protection de l’enfant et renforcement de l’environnement familial et communautaire (PIEREF), financé par le ministère finlandais des Affaires étrangères. Ce projet intervient dans les régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Nord. La protection sociale se définit ainsi comme l’ensemble des politiques, des programmes et des systèmes qui aident les personnes et les ménages pauvres et vulnérables à réduire leur vulnérabilité sur le plan socio-économique, à renforcer leurs capacités à affronter les risques et les chocs et à améliorer leurs droits et leurs statuts sociaux. Cette approche vise, selon le secrétaire général de la région, Jérémie Kouka Ouédraogo, à éradiquer la pauvreté à sa racine en réduisant au maximum, voire même en éliminant la vulnérabilité des enfants, étape indispensable vers l’éradication de la transmission intergénérationnelle de la pauvreté.

Les participants

« Cette approche est une bonne initiative car les statistiques ont montré que nous avons un fort taux de pauvreté dans notre pays. Et ce sont ces approches qui peuvent nous aider à réduire considérablement ce taux de pauvreté. Lorsqu’on parle de commune, on parle de gestion de la population et de développement des collectivités. Une collectivité ne peut pas se développer également si une grande majorité de sa population est croupie dans la misère. C’est pourquoi, il faut qu’on travaille à sortir tout le monde de ce seuil de pauvreté pour que chacun puisse être productif et apporter sa contribution au développement des collectivités », a-t-il indiqué.

Il a par ailleurs affirmé que cette approche est une initiative noble en ce sens qu’elle entend s’attaquer à la racine de la pauvreté. A cet effet, il a invité l’ensemble des élus locaux à prendre en compte la protection sociale sensible aux enfants dans leurs politiques communales de développement, afin de consolider la résilience des enfants et des familles. A l’en croire, c’est au regard des impacts que cette approche a engendrés dans la vie des enfants et des communautés en général après son expérimentation, qu’il s’est avéré nécessaire de plaider pour un passage à l’échelle.

Jérémie Kouka Ouédraogo, SG de la région de la Boucle du Mouhoun

« Les résultats auxquels nous sommes parvenus après l’expérimentation de l’approche protection sociale sensible aux enfants sont fort encourageants et renforcent du même coup la nécessité de sa vulgarisation. Sur la base de la liste des ménages vulnérables fournie par le Secrétariat permanent du Conseil national pour la protection sociale, Save the Children a sélectionné 566 ménages vulnérables ayant des enfants de 6 à 15 ans. Ces ménages reçoivent, depuis juin 2018, un appui financier de 12 500 F CFA par mois. Parmi ces 566 ménages, 446 (311 hommes et 135 femmes) ont reçu un appui financier pour les activités génératrice de revenus à hauteur de 60 000 F CFA par ménage avec une formation pour la gestion par les animatrices du Fonds d’appui aux activités génératrices des femmes du gouvernement. En plus de cette somme, Save the Children, à travers des activités de sensibilité à l’enfant telles que le renforcement des compétences parentales et le programme de résilience des enfants, renforce les compétences des membres des ménages bénéficiaires », a expliqué Moussa Traoré, représentant de la directrice pays de Save the Children.

C’est ainsi qu’une évaluation a été conduite pour mesurer l’efficacité de ces actions. « Les résultats de ladite évaluation à mi-parcours sont très satisfaisants. A titre illustratif, on apprend que 93,19% des ménages enquêtés déclarent avoir investi l’argent du cash sur les enfants. Parmi ces ménages, 84,76% ont investi dans l’alimentation, 54,97% dans la santé, 65,36% dans l’habillement et 32,33% dans la scolarité (cantine, frais de scolarité, fournitures) », nous renseigne-t-il. Pour lui, tous ces éléments prouvent à souhait que la mise à l’échelle de l’approche protection sociale sensible aux enfants vient comme une réponse appropriée à la problématique structurelle et complexe de lutte contre la pauvreté au sein des ménages.

La photo de famille

Il a aussi rappelé aux participants que l’ONG Save the Children est une organisation qui travaille à promouvoir les droits de l’enfant de manière équitable, durable et innovante. Dans cette logique, l’organisation accorde une place de choix aux innovations et nouvelles approches qui permettent une protection plus efficace des enfants. Du reste, il est convaincu que la meilleure façon de rendre durables les acquis au profit des enfants de ces différentes communes est de prendre en compte cette approche dans le référentiel politique et stratégique de développement communal.

Cette rencontre a été ponctuée par des communications, des débats et surtout des témoignages de certains bénéficiaires du programme. Ces derniers ont tous exprimé leur satisfaction et ont souhaité la pérennisation de cette approche pour le bien-être des populations de la région de la Boucle du Mouhoun.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Maladie à coronavirus : « Nous avons la capacité de riposte », rassure le ministère burkinabè de la Santé
Pèlerinage diocésain de Bobo-Dioulasso à Dingasso : Les fidèles catholiques ont prié pour la paix et l’unité nationale
Epidémie de coronavirus : Respecter les règles élémentaires d’hygiène pour limiter les possibilités de contamination
Crise humanitaire : Les ambassadeurs africains accrédités au Burkina font un geste en faveur des déplacés internes
Déplacés internes de Pazaani : Miss Burkina offre un repas et des vivres
Message de Monsieur le Directeur Général des Douanes à l’occasion de la Journée Internationale de la Douane
Insécurité au Burkina : « Ne nous trompons pas d’adversaire », invite la fédération des associations islamiques
Fête coutumière à Koudougou : Naaba Saaga 1er de Issouka vénère ses ancêtres à travers son Nabasga
Ministère de l’Administration territoriale : 68 agents admis à la retraite reçoivent les reconnaissances du ministre
Société : Le Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso réhabilite une route à Ouagadougou
Solidarité : La Fondation Lucie Kaboré - Traoré vole au secours des déplacés
Ouagadougou : La SONABEL donne les raisons des coupures d’électricité du samedi 25 janvier 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés