Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Centres de formation professionnelle au Burkina : L’éducation sexuelle complète désormais inscrite au programme

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • vendredi 13 décembre 2019 à 20h30min
Centres de formation professionnelle au Burkina : L’éducation sexuelle complète désormais inscrite au programme

L’éducation sexuelle complète fait désormais partie des modules des centres de formation professionnelle du ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. L’introduction officielle de la formation est intervenue ce 13 décembre 2019 à Ouagadougou. Il s’agit de la concrétisation du 8e programme de coopération 2018-2020 entre le Burkina Faso et le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

Six thèmes seront abordés dans le module de formation portant sur l’Education sexuelle complète (ESC) à l’intention des apprenants des centres de formation professionnelle du ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. Ainsi, les thèmes suivants seront désormais développés au profit des apprenants : la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents, les infections sexuellement transmissibles, le VIH/Sida, le genre, les droits humains et le civisme, les conduites addictives et les relations interpersonnelles.

« C’est un processus d’enseignement et d’apprentissage fondé sur les aspects cognitifs, émotionnels, physiques et sociaux de la personne humaine », a développé Seydou Belemviré, représentant du représentant résident de l’UNFPA au Burkina Faso.

L’objectif est de renforcer les connaissances des jeunes sur la santé sexuelle et reproductive et de faire d’eux des responsables. Le produit 3 de ce 8e programme de coopération stipule que « les adolescents et les jeunes disposent de capacités pour prendre des décisions éclairées en matière de droits et de santé sexuelle et reproductive ainsi que de compétences de vie pour leur développement ».

En effet, 29% des filles et 14% des garçons au Burkina Faso ont des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. Pis, 28% des adolescents ont une naissance vivante. C’est une situation qui interpelle les acteurs à mettre l’accent sur l’éducation sexuelle complète. « Dans nos centres de formation professionnelle, les jeunes sont exposés aux problèmes de santé sexuelle et reproductive du fait de leurs comportements insouciants et à risque, et de par leur ignorance », a fait remarquer Boubacar Bah, directeur général du Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré, et représentant des centres de formation professionnelle.

Seydou Belemviré, représentant du représentant résidant de l’UNFPA au Burkina Faso

Selon le représentant du représentant résident de l’UNFPA au Burkina, Seydou Belemviré, l’inscription de ce module revêt une « importance particulière », car elle consacre l’atteinte d’un résultat important du 8e programme de coopération entre le pays et l’organisation onusienne. Jacqueline Ilboudo, chargée de mission du ministre de la Jeunesse, abonde dans le même sens. Pour elle, la formation aux métiers doit prendre en compte les thèmes sociétaux qui pourront améliorer l’éducation des jeunes.

L’UNFPA s’est voulue rassurante sur la finalité dudit module. Les programmes portant exclusivement sur l’abstinence ont montré leurs limites. L’ESC n’augmente pas l’activité sexuelle, la prise de risques ou les IST, car elle a pour effet le recul de l’âge des premières relations sexuelles, la réduction du nombre de partenaires sexuels et des pratiques sexuelles, et l’augmentation des pratiques sexuelles à moindre risque ou l’utilisation de préservatifs.

Le module sur l’éducation sexuelle complète assorti du guide du formateur a été élaboré en 2018. 88 formateurs ont été formés à leur utilisation. Les 28 centres de formation professionnelle et d’apprentissage sont concernés. Dans les prévisions, les autres centres sous la tutelle du ministère en charge de la Jeunesse devront aussi épouser les modules.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Kantchari (Est) : Un policier municipal assassiné à son domicile
Pari mutuel urbain du Burkina : Un parieur novice de Koudougou dans le cercle des multimillionnaires
Examens nationaux : La fondation Barka offre des masques faciaux à 2000 candidats de la région de l’Est
Baccalauréat 2020 : Le ministre de l’Enseignement supérieur donne le top de départ à Banfora
Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire
SUNU Assurances : Le programme " Kiff Tes Vacances avec SUNU Assurances Vie Burkina Faso" lancé
Baccalauréat session 2020 : 3 726 candidats en lice dans la région du Sud-Ouest
Baccalauréat 2020 : 1012 candidats à l’assaut du premier diplôme universitaire dans la région du Sahel
Université Joseph ki-Zerbo/UFR/SVT : Le baboratoire Labesta revisité pour répondre aux exigences des formations doctorales
Kaya : Première session du Comité de pilotage du projet de construction de la paix et la cohésion sociale
Tabaski 2020 : 3 480 bœufs tués pour les personnes vulnérables
Province du Kourweogo : Bientôt une bibliothèque numerique pour la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés