Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.» Carl Gustav Jung

59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 12 décembre 2019 à 00h26min
59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-nation ». C’est sous ce thème qu’a été célébré, ce mercredi, 11 décembre 2019 dans la cité de Zoungrantenga, Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-est, le 59è anniversaire de la fête de l’indépendance. Dans la sobriété, mais avec la hargne commune de vaincre l’adversité.

C’est dans la sobriété, en signe de solidarité avec les victimes de tous ordres des attaques terroristes, que s’est commémoré le 59è anniversaire de l’accession à l’indépendance du Burkina. L’occasion a convergé de nombreux Burkinabè à Tenkodogo, capitale de la région du Centre-est. Venus des différentes localités du pays, mais également de la diaspora, notamment de la Côte d’Ivoire et de l’Italie, ces Burkinabè et amis du Burkina, ont assisté à trois heures de défilé civile et militaire, présidé par le président du Faso, Roch Kaboré. Un moment qui a permis aux Burkinabè des quatre coins du monde de communier à travers les couches sociales et socio-professionnelles, les régions et pôles de richesses du pays qui ont défilé.

« C’est un jour de méditation profonde pour chacun, sur l’histoire de notre pays, sur les valeurs qui ont incarné ses hommes ; de la Haute-Volta au Burkina Faso ; des valeurs de courage, d’engagement, de défense de la patrie et d’intégrité », a confié le président à l’issue de la parade, rappelant que cette célébration marque aussi le centenaire de la création du Burkina Faso.

Fort du contexte, il invite les Burkinabè à se souvenir que, quelle que soit la situation dans laquelle s’est toujours trouvé le pays, le Voltaïque, le Burkinabè, a toujours su se battre pour son pays. « Même au moment où le Burkina Faso a été disloqué entre plusieurs pays, vous avez vu que c’est grâce à la ténacité, la détermination de nos chefs et de nos rois que le Burkina Faso a été reconstitué », rend-il hommage.

Comme pour ainsi dire que certes, le pays traverse une situation difficile, mais les Burkinabè doivent garder courage et maintenir le cap ; convaincu que comme hier, les Burkinabè sortiront vainqueurs du combat qu’ils mènent.
Il a saisi l’occasion pour remercier tous ceux qui ont rendu (et contribué à rendre) cette fête belle. Il a également félicité le royaume du Maroc, présent à travers une délégation, pour les services rendus au Burkina en termes de formation d’officiers.

Roch Kaboré a, en outre, demandé une pensée pour ceux qui ne sont pas à la fête ; parce qu’étant sur les fronts, dans les provinces, les zones reculées, etc. Pour ceux qui ne sont pas là, parce que victimes du terrorisme, il a eu une pensée pieuse et a souhaité prompt rétablissement aux blessés.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

OLO
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2019 à 05:22, par Terre bénie En réponse à : 59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure

    Je voudrais profiter de faso.net pour suggérer à la RTB ou à toute autre Institution (ex le Département de l’Histoire de l’Université) de nous produire en audio ou en audio-visuel compilé les discours de tous les Chefs de l’Etat prononcés à l’occasion de la commémoration de l’indépendance du Burkina Faso (ex Haute Volta),de 1960 à nos jours.
    Il en est de même pour les présidents de l’Assemblée Nationale pour les discours d’ouverture des sessions annuelles.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2019 à 07:30, par Ka En réponse à : 59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure

    Pour la jeune génération né dans les années 1980 et qui fête joyeusement drapeau en main notre indépendance en 2019.

    ’’’’’Avant 1984, l’actuel Burkina Faso portait le nom de Haute Volta : Un nom hérité de la colonisation. Les Voltaïques ignoraient même la signification, qui n’était simplement en hommage des trois fleuves nommés Volta noire, Volta Blanche, Volta rouge qui traversent notre territoire.’’’’’’

    En 1984, la Haute Volta devient Burkina Faso qui signifie « Pays des hommes intègres ». Ce nom est tiré des langues du terroir. « Burkina » vient du mooré, la langue la plus parlée dans le pays, qui signifie « intègre ». Le Président Thomas Sankara a adopté ce nom en tenant compte des valeurs des Burkinabè qui se caractérisaient comme telles. Il a voulu valoriser ces qualités. Burkina est aussi le nom d’un quartier de la ville de Koudougou situé à peu près d’une centaine de km de Ouagadougou.

    « Faso » est tiré du Dioula, la deuxième langue la plus parlée dans le pays. Faso signifie « la terre des ancêtres », « territoire » etc. Dans ce contexte, il signifie « Pays ». Comme le dit la constitution du Burkina Faso, le « Faso » est la forme républicaine de l’Etat.
    C’est pourquoi, on ne dit pas la « République du Burkina Faso », « République du Faso » ou encore « République du Burkina ». Donc, pour désigner le pays, il faut juste dire « Burkina Faso » ou « Burkina » tout simplement.

    Et pour ce qui concerne le chef de l’Etat ou le Président de la République, l’appellation officielle est « Président du Faso » et non « Président de la République ».

    Les habitants du Burkina Faso sont les Burkinabè. Thomas Sankara a juste ajouté le« Bè » qui signifie « les ressortissants de », désignant donc un habitant. Il est invariable parce que ce n’est pas un terme français mais aussi parce qu’il est invariable dans cette langue. « Bè » est tiré de la langue fulfudé parlée par les Peulh.

    J’ai pu lire aussi : « En français, on utilise également les mots Burkinais ou Burkinabés pour désigner les habitants ». Ce qui est totalement faux si vous avez bien suivi les explications données plus haut. Burkinabè est INVARIABLE !
    Ce que l’on ignore également, Thomas Sankara a changé beaucoup d’autres symboles. Par exemple, l’hymne nationale qui était « Fière Volta » est devenue la Dytaniè de la langue lobiri parlée par les Lobi. La dytaniè signifie « la chanson de la victoire » dans cette langue.

    L’avion Présidentiel du Burkina Faso est le « Pic du Nahouri » en référence au plus haut sommet de Burkina. Les différents fleuves du Burkina que sont La Volta Noire, La Volta Blanche, La Volta Rouge (également les couleurs de la Haute Volta) vont prendre les noms respectifs de Mouhoun, Nakambé et le Nazinon. Toutes ces dénominations sont issues des langues du terroir.

    L’objectif de Thomas Sankara était l’unification d’une société multi-ethnique mais aussi de permettre au pays de valoriser son potentiel local. Au Burkina Faso, il y a plus de 60 ethnies.

    De la Haute Volta au Burkina Faso en passant par la Côte d’Ivoire !

    La zone de l’actuel Burkina Faso conquise en 1894, il était désigné par la Haute Volta alors que l’actuel Côte d’Ivoire était la basse Volta. Le pays a failli ne jamais plus exister puisque la Haute Volta sera partagée et incluse dans les colonies du Haut Sénégal et du Niger, avant de se reconstituer en 1924.

    Ce sera pour un bref instant, puisque la Haute Volta sera à nouveau partagé entre les Colonies de la Côte d’Ivoire, du Soudan (actuel Mali) et du Niger. Les colons expliquent ce partagent par le fait qu’il s’agit d’une région sèche et improductive. Pourtant, les Voltaïques sont réputés êtres de grands travailleurs. Ce partage permet d’organiser le voyage de plusieurs Voltaïques dans les champions de cacao, de café en Côte d’Ivoire, de Coton et la construction des voies au Mali et la mise en valeur du bassin du fleuve Niger.
    Le Mogho Naba Saaga, chef des Mossi de Ouagadougou et plusieurs autres intellectuelles vont se battre pour qu’elle soit rétablie à ses frontières actuelles après la deuxième guerre mondiale. Ce combat porte fruit puisque la région administrative de Haute Côte d’Ivoire sera créée pour, par la suite, retrouver son intégrité territoriale en 1937. Il sera reconnu sous le nom de la région de Haute Côte d’Ivoire et l’actuel Côte d’Ivoire étant la basse Côte d’Ivoire.

    A ce sujet, il faut signaler que les Ivoiriens et les burkinabè auraient pu avoir la même nationalité. Il va retrouver ses limites de 1932 dix ans plus tard soit en 1947 sous le nom de Haute Volta. La Haute Côte d’Ivoire et la Basse Côte d’Ivoire fusionnent et sont représentés à l’Assemblée Nationale française par les mêmes députés que sont Félix Houphouët Boigny, Ouezzin Coulibaly et Phillipe Zinda Kaboré.

    La Haute Volta prendra son indépendance en 1960 comme la plupart des Etats de l’Afrique sous la Présidence de Maurice Yaméogo chassé à l’issue d’un soulèvement populaire. La première fois en Afrique !

    Vont suivre des coups d’Etats (25 novembre 1980 Saye Zerbo remplace Sangoulé Lamazina. Il sera remplacé à son tour par Jean Baptiste Ouédraogo en 1982). En 1983, Thomas Sankara et trois de ses camarades d’armes renversent Jean Baptiste Ouédraogo le 4 août. Une année après le pays devient Burkina Faso qui signifie dans la traduction Mooré et Dioula : « Pays des Hommes intègres ». Ka

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2019 à 09:09, par Landry En réponse à : 59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure

    Je tiens à feliciter Monsieur le President et tout les Membres du Gouvernement pour cette fete !! La fete a ete tres tres belle et nous sommes tres tres content !! Beaucoup de courage à eux !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Plaque tournante du commerce illégal du mercure en Afrique de l’Ouest
Transports et facilitation des échanges : Le Conseil burkinabè des chargeurs sensibilise les acteurs à Dakola
Evaluation des acquis scolaires au Burkina : Les apprenants ont des performances moyennes
Epargne voyage Air Burkina : Rendre le voyage aérien accessible à tous
Fonction publique : « Tôt ou tard, il y aura une situation de saturation », prévient le gouvernement
Choc entre tradition et religion à Loropéni : Surmonter les divergences par le dialogue et l’acceptation de l’autre
Promotion du civisme et prévention des conflits : Le NDI satisfait de ses actions
Permanence syndicale : La comparution de Bassolma Bazié servira-t-elle de leçon ?
Réduction des inégalités au Burkina : Une coalition d’OSC saisit l’opportunité des élections pour faire bouger les lignes
Situation humanitaire au Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes à la date du 8 septembre
Projet de réduction des pertes post-récoltes : Un bilan satisfaisant après sept ans de mise en œuvre
Prévention des maladies chroniques : Une série musicale pour sensibiliser le public
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés