Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 7 décembre 2019 à 23h20min
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque

Ce 6 décembre 2019 à Ouagadougou, le Syndicat national des commerçants du Burkina (SYNATCOMB) était face à la presse pour se défendre, suite à la sortie médiatique d’un groupe de commerçants du Kadiogo qui a accusé le bureau du syndicat de gestion opaque de fonds d’accompagnement des membres. Pour le SYNATCOMB, certains de ses membres se font manipuler.

Au cours d’un point de presse tenu le 2 décembre 2019, des commerçants se réclamant du Syndicat national des commerçants du Burkina (SYNATCOMB) ont publiquement réclamé leurs frais d’adhésion au syndicat, accusant les premiers responsables du SYNATCOMB de gestion opaque. Face à cette accusation, le syndicat a décidé de réagir.

Ainsi, face aux journalistes ce 6 décembre, le SYNATCOMB a invité ses membres à rester sereins et à éviter de se faire manipuler par le groupe de commerçants mécontents.

Le président du marché Naab raaga membre du syndicat

Pour le SYNATCOMB, les propos tenus par ces commerçants révèlent leur ignorance de la vie de la structure et de la charte de bonne conduite validée par l’ensemble des treize régions du Burkina. « Nous avons bénéficié de l’accompagnement du SYNATCOMB. Et les prêts varient de 200 000 à 1 million de F CFA. Cela nous a permis de bien mener nos activités », rappelle le Malgre-Naaba, président du marché de Naab-Raaga, pour démentir le manque d’aide de la coopérative aux membres.

Reconnue comme une structure de développement dont le seul but est de protéger les intérêts moraux et matériels de ses membres, le SYNATCOMB a mis en place trois outils de développement, notamment le réseau SOCOCOM, les centrales d’achat et la Brigade citoyenne de veille et de contrôle anti-fraude.

« Nous ne voyons pas de crise avec ce groupe de personnes mais plutôt de l’ignorance de leur part. Sinon, il n’y a aucune crise entre nous parce que nous nous sommes dit que nous travaillerons à réunir et non à diviser » a souligné Roch Nagalo, secrétaire général du SYNATCOMB.

Rock Nagalo SG du SYNATCOMB

Pour le syndicat, la preuve est qu’en 2019, 446 personnes ont introduit des dossiers de demande de crédit auprès de la structure de financement, pour un montant total de 302 465 000 F CFA. Et toujours dans cette logique, 20 000 producteurs membres du réseau ont bénéficié, de la coopérative, d’un soutien en intrants et en appui. Tout ce soutien de la part du SYNATCOMB témoigne de l’accompagnement qu’offre la coopérative à ses membres pour renforcer leurs capacités dans les divers domaines d’activité.

Selon le secrétaire général du SYNATCOMB, parmi ce groupe de personnes, certains ont même pris des prêts qu’ils n’ont pas fini de rembourser et ont le courage de dire que le SYNATCOMB n’accompagne pas ses membres. « Quel mépris ! », s’offusque Roch Nagalo.

Des journalistes lors de la conférence

Pour les membres qui attentent d’être accompagnés, le conseil d’administration du syndicat annonce que des mesures seront bientôt prises afin de leur permettre d’avoir un soutien à travers cette solidarité instaurée par la structure. Ainsi, le SYNATCOMB demande à tous ceux qui n’ont pas compris le fonctionnement de la coopérative de bien s’en imprégner, afin de permettre à la coopérative de poursuivre son objectif d’accompagnement au profit des membres.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Ouagadougou : La Police écourte le plan de Kiemtoré Lassina, auteur d’un détournement d’une escorte de fonds
Burkina : Le ministère du commerce met en garde contre les pratiques de prix illicites sur le gaz butane
« Il est dommage que souvent, l’agent de développement et le politicien n’aient pas le même langage sur le terrain », constate Ousséni Nyantudré, président de l’IDEBAK
Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire
Entrepreneuriat féminin : 15 apprenantes du Centre Sainte Perpétue prêtes pour l’auto-emploi
Agriculture : Les exploitations familiales (EF) pour une sécurité alimentaire durable au Burkina Faso
Burkina : Les astuces des femmes pour se faire belles
Droits humains : Un forum national pour réfléchir sur la protection des acteurs dans un contexte d’insécurité
Gestion des réfugiés au Burkina Faso : Les acteurs se concertent en vue de l’élaboration d’une meilleure stratégie
Détournement d’une escorte de fonds de la SGBF : L’argent retrouvé dans le véhicule au quartier Larlé
Burkina Faso : L’IDEBAK, une véritable actrice de développement à la base dans le Koulpélogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés