Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 5 décembre 2019 à 23h10min
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

L’Autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption (ASCE/LC) a organisé le mercredi 4 décembre 2019 à Ouagadougou, la 1ère édition de la nuit de l’anti-corruption. Elle s’est tenue sous le thème : « Responsabilité individuelle et collective dans la lutte contre la corruption au Burkina Faso ». C’est le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui a présidé la cérémonie.

Rompre la chaine de corruption, c’est le souhait de l’ASCE/LC. Elle l’a réitéré le mercredi 4 décembre 2019 dans la soirée, au cours de la 1ère édition de la nuit de l’anti-corruption. Cette volonté d’en finir avec ce mal se justifie à plusieurs niveaux. La corruption tue le tissu économique. Elle aliène l’homme. Elle menace la paix et la stabilité. Tout le monde est unanime sur la question. Au cours de la cérémonie, le public a pu voir des témoignages des autorités coutumières et religieuses. Elles ont toutes condamné le phénomène, qui constitue moralement un péché.

Après elles, les élèves de l’école primaire « Kinder in Not » de Tingandogo ont pris la parole. Ils ont expliqué que la corruption viole le sacro-saint principe d’égalité. C’est pourquoi ils invitent les autorités et leurs parents à ne pas laisser le fléau voler leur avenir. Le président de l’ASC/LC, Luc Marius Ibriga, a souligné que lutte contre la corruption ne pourra répondre aux attentes légitimes des citoyens sans leur engagement. Pour lui, l’engagement présuppose une prise de conscience. Il a profité de l’occasion pour inviter chaque Burkinabè à prendre la ferme résolution de poser dès maintenant le plus petit des actes qui soit à sa portée en matière de lutte contre la corruption.

La célébration de la 1ère édition de la nuit de l’anti-corruption a connu la participation du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Il a tenu à féliciter l’ASCE/LC pour le travail abattu. Il a rappelé que la corruption est une préoccupation pour son gouvernement. Ainsi, il s’est engagé à travailler pour éradiquer le phénomène. Il a aussi invité chaque Burkinabè à l’intégrité, à la probité et la transparence.

Le président du Faso a également rassuré qu’il ne ménagera aucun effort pour accompagner l’ASCE/LC. Roch Marc Christian Kaboré a pris l’engagement de mettre en pratique les recommandations de l’ASCE/LC. Au cours de la soirée, des artistes musiciens et comédiens de théâtre ont produit des textes de sensibilisation sur la corruption.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2019 à 12:06, par Nabiiga En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Excellence Notre Très Honorable Rock Kaboré, il faut fêter toutes les nuits la transparence de votre gouvernement car tout le monde le sait. Ceux que vous précèdez, pourraient-ils fêter une seconde de transparence, rien qu’à suivre mon regard. En tant que lamba burkinabè, il faut que vous fêtiez des nuits et des nuits de transparence car un premier au Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2019 à 15:47, par Georges En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    "Il a rappelé que la corruption est une préoccupation pour son gouvernement. Ainsi, il s’est engagé à travailler pour éradiquer le phénomène. Il a aussi invité chaque Burkinabè à l’intégrité, à la probité et la transparence."
    Tertus avait décider de recruter par des tests les directeurs de l’administration publiques.
    Tout le monde sait que tout part de là.
    Le directeur est nommé par un parvenu qui ne sait pour combien de temps et donc attend des retours qui ne peuvent venir que par des détournements, des vols et la corruption.
    L’agent non nommé se débrouille au su de ce que fait son médiocre directeur parvenu qui n’a de défi que s’y maintenir à travers ces crimes.
    Quelqu’un qui est à une position par mérite suite à une compétition ne cherche pas de retour pour son ministre pour ne pas être débarqué. Et l’intégrité légendaire de l’Homme est sauve.
    Arrêtons l’hypocrisie.
    Lol

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2019 à 16:39, par Yiriba En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Les citoyens sont des victimes de la corruption. Leur demander de ne pas participer aux manœuvres de la corruption, c’est conclure qu’ils les font par plaisir. La corruption prend place lorsque le citoyen demande un service publique, lorsqu’il offre un bien ou un service à l’état et finalement lorsqu’il a commis une infraction assortie d’une amande. Le processus et le traitement de ces opérations doivent à la base inclure un mécanisme qui tient compte et minimise les actes de corruption. Par exemple, tout payement doit se faire dans un compte de l’état moyennant un reçu ; claire séparation de la fonction de demande d’un service ou d’un bien publique avec la fonction de payement qui s’y rattache ; un contrôle indépendant et de sources imprévisibles de la qualité des travaux publiques librés ; etc…. C’est plus une question de volonté des administrateurs au plus haut niveau en descendant que des changements de comportement des citoyens, et c’est aussi simple à faire qu’à dire.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2019 à 19:34, par Danton En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Non M. le Président. La lutte contre la corruption n’est pas une priorité pour vous. Regardez comment des gens continuent de manger dans les marchés publics pendant que le Peuple meurt. Qu’avez-vous posé comme acte fort contre le fléau depuis que vous êtes là ? Regardez comment même dans des pays à gouvernance approximative et décriée comme le Cameroun ou le Gabon, on emprisonne des ministres, dg, etc, pour des faits d’enrichissement Illicite. Ces dirigeants-là ont compris dans un instant de lucidité, que développement et corruption sont deux choses antinomiques. Il est impératif que vous agissiez enfin contre le problème car c’est un passage obligé pour rassembler vos compatriotes contre l’hydre terroriste.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 06:49, par Substance Grise En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Mettez juste en application la loi pour le delis d’apparence et combattez la double titre fonctionnaire-homme d’affaire et demmantelez tous les reseaux mafieux qui empechent le developpement d’un secteur privé prosper
    Halte aux discours place aux actes

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 08:28, par Rabo En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    M. IBRIGA Luc Marius a été nommé à la tête de l’ASCE le 23 novembre 2014, au temps de la Transition.

    Jusqu’à ce jour, aucun résultat tangible n’est sorti de toutes ses vérifications effectuées (procès aboutis, peines d’emprisonnement, confiscation des biens et des fonds détournés, etc.), quand bien même ce serait du fait des Autorités.

    M. IBRIGA gagnerait beaucoup personnellement et déclenchera aussi un choc de porté générale en démissionnant.

    Cette démission pourra éventuellement bénéficier à son successeur dans la lutte contre la corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 13:32, par HYPOCRISIIE En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    LE SIEUR IBRIGA A APPORTE QUOI DEPUIS LORS ?
    ROCH D AILLEURS ?
    MOUTA MOUTA LAND C EST QU EST DEVENU LE BF !
    EN EFFET POURQUOI BLAISE ET CO ONT ÉTÉ CHASSES ? VOL DEMAGOGIE népotisme INTIMIDATION ASSASSINAT CRIME DE TOUT GENRE .
    DE NOS JOURS OU SE TROUVE L amélioration ? FOUTAISES !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 14:17, par INTEGRE En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Tout mon rêve pour mon pays bien aimé , c’est qu’il n’ y ait plus de corruption ,de mensonge : ces deux choses font patiner , ça fait régresser un pays . S’il vous plait Mr RMCK , prenez des décisions fermes , communiquer-les à tos les burkinabè ; suivez-les sanctionnez le non respect de ces décisions n’en déplaise au "droit de l’homme". Il faut que ça cesse . Mr le président , le burkinabè souffre ,pas parce que le pays est pauvre (au contraire le pays est très riche ),mais parce que tous les domaines sont souillés par la corruption . Si vous arrivez à abolir la corruption , la spéculation dans le domaine foncier : avec des lois claires qui fixent les loyers des maisons selon le standing et la catégorie , le prix du mètre carré des parcelles selon les zones (urbaines ou rurales) , un contrôle des prix des matériaux de construction ; sachez qu’ avec ça en 2020 , vous avez déjà la majorité des voies et mieux , les Burkinabès vont tellement respirer un air sain et saint ! Mettez-vous dans cette dynamique , vous et vos ministres ; que chacun soit sincère dans tous ce qu’il fait .La plus grande corruption c’est le favoritisme .Disons NON à cela à tous les niveaux . Mr le président , votre ministre de la jeunesse doit dès à présent , organiser tous les jeunes dans tous les secteurs d’activités pour leur communiquer votre message de lutte contre ces fléaux ci-dessus qui minent notre pays . Envahissez tous les canaux de communication dans toutes les langues du terroir pour que chaque burkinabé soit bien imprégné . Et après tout, sévir en cas de manquement sans distinction. Commencez dès aujourd’hui , vous verrez que vous n’aurez plus besoin de campagne et vous allez passer "haut les mains en 2020 .

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 16:08, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Prenez l’exemple du président Rodrigo Duterte aux Philippines : Même si on voit quelqu’un ramasser un mégot de drogue, la personne rejoint ses ancêtre sous terre. Il est juriste et sait bien que ce n’est bien mais aux grands maux il faut de grands remèdes. On ne sanctionne pas par gaieté de cœur mais c’est pour préserver les générations futures. Pendant la révolution même si c’est ta mère qui veut te corrompre , tu es capable de le dénoncer parce que tu sais qu’elle veut te griller. Les discours et les affiches c’est de la plaisanterie.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 21:35, par jeunedame seret En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    Une nuit pour célébrer la transparence ?? Quelle ironie ! Fallait la célébrer sous le soleil de la vérité. C’est plus cohérent. Et comme le président prétend faire de la corruption une préoccupation, je m’attendais à voir au moins un corrupteur emprisonné durant cette nuit de célébration comme symbole d’engagement de lutte. RMCK, n’as-tu pas un spécimen de corrupteur ou de corrompu dans ton jardin ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2019 à 07:04, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique

    C’est bien beau tous ces discours, réunions, discussions, sensibilisations et on n’en finit jamais. Trop is te veel (en Flamand/Néerlandais = Trop c’est trop !). Si nous voulons vraiment réduire La Corruption ici au Faso, et même l’éradiquer, c’est très simple : copions l’exemple de ceux qui ont réussi en la matière : Chine Populaire, Corée du Nord... Donc il faut dissuader La Volonté de Corrompre et aussi La Volonté d’Accepter ou de Suggérer ses services contre une rétribution autre que Le Salaire....
    Il nous faudra ramener la peine de mort et veiller à ce que Le Corrupteur que le Corrompu soient pendus haut et court et jusqu’à ce que mort s’en suive ; qui que ce soit (président, ministre, haut fonctionnaire, chef traditionnel ou petit agent) et de quelles que soient leurs origines/nationalités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Axe Kantchari - Diapaga : L’escorte du président du CSC, Mathias Tankoano, victime d’une attaque terroriste
Loropéni : Un conflit communautaire fait 3 morts
Régularisation des indemnités des magistrats : L’intersyndicale dénonce un "plan funeste pour asphyxier financièrement" les acteurs
Lutte contre le paludisme : La campagne de chimio prévention débute le 13 juillet 2020
Don de sang : Eddie Komboïgo, président du CDP et ses « camarades » sacrifient à la solidarité
Education : Les bisongo, un tremplin pour préparer les enfants du milieu rural au cycle primaire
Gestion des épidémies dans la Boucle du Mouhoun : Le plan de riposte exécuté à 63,21 ℅
Prix burkinabè de la qualité 2020 : CIMBurkina maintient sa place de champion dans la catégorie B
Procès recrutement frauduleux à la CNSS : « J’ai demandé le poste de secrétaire pour ma fille », reconnaît une fonctionnaire
Facturation de l’ONEA : Les responsables provinciaux de la Ligue des consommateurs du Burkina se familiarisent avec le relevé bimestriel
Burkina : La réconciliation est une nécessité, selon le président du HCRUN, Léandre Bassolé
Gendarmerie de Pô : Un réseau de malfrats mis hors d’état de nuire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés