Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Celui qui a vu son semblable au plus bas de la déchéance n’a plus les mêmеs yеux : il а détruit sаns lе sаvοir lе mur qui séраrаit l’hοmmе dе sοn image.» Joë Bousquet

Accès à l’eau potable : Les femmes de Loropéni appellent au secours

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mercredi 4 décembre 2019 à 20h30min
Accès à l’eau potable : Les femmes de Loropéni appellent au secours

La problématique de l’accès de l’eau potable dans les communes demeure jusqu’à nos jours une difficulté cruciale à surmonter. Celle de Loropéni (localité située à environ 40 km de Gaoua) n’est pas en reste. La commune a bénéficié d’une adduction d’eau potable courant l’année 2017, qui n’a malheureusement fonctionné que six mois. Les femmes de Loropéni-Centre se battent pendant plusieurs heures au niveau des pompes pour avoir quelques litres du liquide précieux, en attendant qu’une solution durable soit trouvée.

Loropéni ou la « Cité de Massako (la rivière du chef) » a une population estimée à environ 62 000 habitants. Des données hydrauliques, il ressort que la commune (qui compte 71 villages), bénéficie de 286 forages dont 33 en panne et 20 abandonnés. « Loropéni-Centre, avec ses cinq secteurs, a bénéficié d’une adduction d’eau potable avec seize bornes-fontaines financée par la KFW [Coopération financière allemande] avec pour maître d’ouvrage l’ONEA [Office national de l’eau et de l’assainissement] », nous confie le maire de Loropéni, Sié Wolonkourè Pooda. « Après la réception définitive en début 2017, nous nous sommes rendu compte que la nappe d’eau n’était pas fournie », ajoute-il. Cette situation cause beaucoup de difficultés à la population.

Sié wolonkourè Pooda ,maire de Loropéni

Et ce ne sont pas les femmes qui diront le contraire. « Je me lève à 4h du matin pour venir à la pompe, mais jusqu’à 9h voire 10h, tu ne peux pas avoir une quantité d’eau suffisante pour faire la cuisine et les autres travaux ménagers. Il n’y a pas assez de pompes à Loropéni-Centre. Au secteur 2, nous avons une seule pompe, ce qui amène souvent des disputes entre nous », témoigne Madeleine Mamoué.

Elle ajoute : « Les bornes-fontaines qui pouvaient nous aider, elles n’ont fonctionné que quelques mois et plus une goutte d’eau jusqu’à aujourd’hui ». La gérante d’une borne-fontaine au secteur 2, Mariam Ouattara, explique que « les robinets ne fournissent plus d’eau depuis plusieurs mois. Avant cette longue coupure, on avait l’eau environ deux heures [par jour]. Nous partons au barrage puiser l’eau dans un grand puits qui a été aménagé ».

Borne fontaine secteur 2

Au secteur 3, Djénéba Ouattara nous relate son calvaire pour avoir l’eau : « J’ai un bébé de huit mois que je ne peux pas laisser seul à la maison ni amener avec moi pour aller me battre pendant des heures pour avoir l’eau. La borne-fontaine qui est à environ 200 mètres de chez moi ne fonctionne plus depuis quelques mois ».

Pourquoi plusieurs bornes-fontaines ne fonctionnent pas ?

Selon le maire de Loropéni, la situation s’explique, de l’avis des techniciens de l’eau, par le faible débit du forage auquel le château d’eau a été raccordé. Le débit actuel n’est pas en mesure de générer une quantité d’eau suffisante pour les 16 bornes-fontaines. En résumé, la situation est due à l’insuffisance de la ressource eau.

Pour le gérant de l’adduction d’eau potable, Brahima Sanou, le problème de la nappe d’eau est une réalité. « Quand je démarre le groupe électrogène, à peine deux heures, l’eau ne monte plus dans le château. Je suis obligé d’arrêter parce que les machines tournent à vide », confie-t-il.

Les pistes de solution

« Au regard de la situation, nous avons adressé une lettre au bailleur de fonds, la KFW, pour lui signifier les difficultés avec l’adduction d’eau. Ils sont venus constater avec l’entreprise qui a la gestion de la distribution de l’eau. En 2018 et en 2019, ils sont venus prospecter dix sites jusqu’à 7 km de Loropéni-Centre. Malheureusement, sur les dix sites, ils ont pu avoir deux positifs (…). Ils ont prévu d’associer ces deux sites qui font chacun environ 6 mètres-cubes de débit par heure. Les levés topographiques ont été faites, il ne reste que la pose des vannes et les travaux connexes », relate le maire Sié Wolonkourè Pooda.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Boubacar Tarnagda

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hygiène et assainissement : WaterAid outille des acteurs sur le changement de comportement
COP 25 sur les changements climatiques : Le Burkina tire un bilan satisfaisant de sa participation
Opérationnalisation de la Stratégie nationale de l’Eau : A Fada N’Gourma, le groupe thématique régional Eau et Assainissement de l’Est rend public le bilan de ses réalisations de l’année 2019
Ministère de l’Eau et de l’assainissement : Onze personnes reçoivent la reconnaissance de la nation pour leur abnégation à la tâche
Accès à l’eau et à l’assainissement : Des journalistes visitent des réalisations dans trois régions du Burkina
36e session extraordinaire du Conseil national de l’eau : Le projet de prélèvement de l’eau brute pour les activités agricoles en examen
Environnement : Une session pour passer en revue le programme budgétaire 089 de l’économie verte et du changement climatique
Ministère de l’Environnement : Des forages et des digues pour protéger les crocodiles sacrés de Bazoulé et de Sabou
Police de l’eau des Cascades : Les acteurs font le bilan des activités de 2019
Environnement et changement climatique : Vers la validation du Programme national de recherche
Sécurisation des corridors biologiques : Un groupe de plaidoyer tire la sonnette d’alarme
Eau et assainissement : Le budget accordé à ce secteur a considérablement diminué en 2019, selon le SPONG
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés