Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Election présidentielle 2005 : "... le MTP, premier parti sankariste mûr pour diriger...", selon Nayabtigoungou Congo Kaboré

Nayabtigoungou Congo Kaboré, président du Mouvement pour la tolérance et le progrès (MTP), opposant au régime actuel, ex-ministre de l’Action sociale et de la Solidarité, ministre de l’Intégration régionale sous la IVe République, avait disparu de la scène publique depuis longtemps. En se portant candidat à la présidentielle de novembre 2005, il effectue un retour remarqué.

Nayabtigoungou Congo Kaboré a fait son entrée dans une salle où l’attendait une centaine de partisans. Après une dizaine de minutes ponctuées de trois brèves interventions des villageois, il s’est retiré pour réapparaître cinq minutes plus tard dans une tenue similaire, mais cette fois de couleur blanche maculée de bandes noires. La conférence de presse pouvait commencer.

Le président et fondateur du Mouvement pour la tolérance et le progrès (MTP) a déclaré en substance, ce mercredi 31 août 2005 à Tanghin-Dassouri, que son parti a atteint la majorité absolue pour participer aux élections démocratiques à venir.

M. Kaboré a expliqué que son parti, le plus ancien des partis se réclamant de l’héritage de l’ancien président Thomas Sankara, a maintenant 18 ans et il ira aux élections prochaines : "Le MTP Moog Teeb Pan Paasgo, crée le 1er septembre 1981, comme premier parti sankariste au Burkina est mûr pour aller à des élections pluralistes, justes, équitables et transparentes".

Entouré de deux membres de son parti et soutenu par une population sortie des champs pour la circonstance, le président du MTP a levé un coin de voile de sa stratégie pour cette élection présidentielle du 13 novembre. "Au cours de la campagne électorale, nous allons adopter une stratégie de communication qui mette l’accent sur les langues nationales afin de toucher le maximum de populations," a-t-il expliqué.

Il n’a cependant pas explicité son projet de société qui, de son avis, pourrait être utilisé par d’autres. Il estime à ce sujet que les masses connaissent bien ce que c’est que le sankarisme, puisque selon lui, il n’existe pas un sankariste du MTP, un autre du BSB etc. "Notre programme est le même pour tous les partis sankaristes", a-t-il indiqué avant de préciser qu’il corrigera les erreurs du sankarisme que le mouvement de rectification, conduit par BIaise Compaoré, n’a réussi à faire.

Le premier parti sankariste tire son chapeau à BIaise Compaoré

En attendant la victoire espérée au soir du 13 novembre prochain, M. Kaboré a manifesté sa compassion aux populations qui vivent actuellement les affres de la faim et de l’épidémie de choléra. Il a "imploré" le ciel pour que cette saison hivernale soit meilleure. Il n’a pas non plus manqué de rappeler sa préoccupation concernant la crise en Côte d’Ivoire. "Pour avoir exercé les fonctions de ministre de l’Action sociale, nous savons jusqu’à quel point des situations pareilles peuvent compromettre pendant longtemps, l’ensemble du développement d’un pays", a-t-il affirmé.

Il a une lecture "nationaliste, patriotique et burkinabè de la crise ivoirienne" et c’est pour cela qu’il est d’accord avec la politique internationale du président BIaise Compaoré, surtout en ce qui concerne l’attitude de celui-ci dans cette crise. Pour lui, cette politique internationale du président burkinabè a été définie sous la Révolution. "C’est l’action qui avait été prévue sous la révolution : redorer l’image du Voltaïque qui était maltraité çà et là", révélera-t-il aux journalistes.

Nayabtigoungou Congo Kaboré s’est dit tolérant vis-à-vis du président actuel et de l’opposition burkinabè. Selon lui, même Hitler avait des qualités. Il a reconnu à Blaise Compaoré des valeurs. "Il a été conséquent avec moi durant les deux ans et demi où je suis passé au gouvernement. Il s’est comporté tel qu’il était avec moi avant le 15 octobre. Par conséquent, chapeau pour lui", a fait savoir le président du parti de la tolérance et du progrès. Il a confiance que Blaise peut faire de bonnes choses à condition qu’il ôte "ceux qui détruisent" dans ses rangs.

Il a fait allusion au Mali voisin qui a réussi à faire travailler ensemble la majorité et l’opposition. Le Burkina Faso peut faire autant, tout dépend de la qualité du "chef", estime M. Kaboré qui reconnaît que Blaise Compaoré a justement les qualités, pour ce faire. "Maintenant, dit-il, c’est son entourage".

A propos de l’entourage du président, le président du MTP a affirmé que le CDP, le parti au pouvoir, est ingrat, tant et si bien que certains qui ont tout perdu, même leur honneur pour ce parti, ne peuvent plus s’exprimer aujourd’hui après leur déception. Il demande à ces gens-là de voter le 13 novembre pour le MTP, c’est-à-dire pour lui. "Ceux qui sont mécontents de la manière du CDP doivent voter le MTP", a-t-il dit. Mais, il n’entend pas soutenir BIaise Compaoré dans l’hypothèse d’un second tour. C’est BIaise qui aura besoin de soutien s’il reste encore dans la course, car le MTP entend y rester.

Le MTP n’a pas de comptes à régler à quelqu’un, il est pour la réconciliation

Le président du MTP, s’ exprimant à propos de ses relations avec autrui, s’ est refusé d’ apprécier les uns et les autres. "Nous n’avons de compte à régler à personne", résume M. Kaboré qui ne veut pas que les partis politiques se chamaillent entre eux, car le "Moog Teeb Pan Paasga" est pour la paix, la réconciliation nationale. "Nous ne voulons pas avoir de point de vue", a-t-il indiqué avant de poursuivre : "Si vous êtes chef de l’opposition, cela veut dire que vous cherchez le pouvoir et si vous allez soutenir le président, c’est que vous savez où aller chercher votre pouvoir".

Il a tout de même déploré le manque de cohésion de l’opposition. Dans sa déclaration liminaire, il affirme qu’il a souhaité ardemment que l’opposition puisse présenter un candidat unique à l’élection présidentielle. "A défaut, nous aurions souhaité que dans la famille sankariste, l’ensemble des partis se retrouve autour d’un candidat de taille qui pourrait affronter valablement le président sortant, mais là encore, nous sommes obligés de dire hélas". Cette division au sein de l’opposition est l’une des raisons qui a amené le MTP à présenter aussi un candidat.

Ce parti créé le 1er septembre 1987, c’est-à-dire à un mois de la fin de la Révolution sous Sankara, avait pour tâche selon son fondateur, d’éviter ce qui est arrivé le 15 octobre. "Henri, Blaise, Lingani, Thomas était au courant de l’existence de ce parti. C’était pour éviter ce qui est arrivé", soutient-il. En tous les cas, le MTP se définit comme "les acquis positif" de la Révolution. Dans la même logique, il entend appliquer le sankarisme rectifié, débarrassé des erreurs du passé comme solution aux problèmes actuels. S’il est victorieux et même s’il ne l’est pas, Nayabtigoungou Congo Kaboré souhaite qu’après le 13 novembre, l’on puisse instaurer un gouvernement de réconciliation sont devenues. La paix et la réconciliation sont devenues le credo de ce parti qui estime qu’actuellement, les Burkinabé vivent dans une "paix de Damoclès".

Le président du MTP a sa solution pour l’alternance. Pour lui, il faut garantir au président actuel, une sortie sans crainte de poursuites quelconques. Parce que tant que celui-ci craindra de ne pas pouvoir être tranquille hors du pouvoir, et tant que l’opposition le menacera dans ce sens, il ne quittera pas le pouvoir.

Le MTP prie les gens de voir les choses dans le bon sens. Pour son président, aucun homme n’est mauvais de tous les côtés et il reconnaît clairement beaucoup de qualités au président sortant. C’est la deuxième fois en l’espace de deux mois et à trois mois de l’élection du président du Faso que des candidats au fauteuil présidentiel apprécient positivement à travers les médias, le président Blaise Compaoré, candidat à sa propore succession.

Aimé Mouor KAMBlRE (Aimekambire@yahoo.fr)
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés