Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

Enseignement supérieur : Deux partenaires présentent leurs réalisations au Burkina

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • lundi 2 décembre 2019 à 19h00min
Enseignement supérieur : Deux partenaires présentent leurs réalisations au Burkina

La Banque arabe de développement économique de l’Afrique (BADEA) et le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) ont présenté leurs réalisations dans le domaine de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique au Burkina Faso, ce lundi 2 décembre 2019 à l’Université Joseph Ki-Zerbo.

« L’éducation est essentielle pour tout pays qui veut travailler pour son propre développement », a déclaré le directeur du Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID), Dr Abdulhamid Al Kalifa. Et cette éducation, il s’agit de celle élémentaire, secondaire et supérieure. C’est ainsi que l’OFID et la Banque arabe de développement économique de l’Afrique (BADEA) ont décidé de soutenir le Burkina Faso dans le domaine de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga

Selon le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, grâce à la BADEA et à l’OFID, son département a pu conduire à bon terme un projet important. Il s’agit de la construction de l’Université Ouaga II d’un coût global de 12 milliards de francs CFA et les travaux de construction d’une Unité de formation et de recherches (UFR) en Sciences et techniques de l’Université Norbert-Zongo de Koudougou d’un coût d’environ 20 milliards de francs CFA. « Ce sont des investissements très consistants surtout que ça touche la question des UFR dans un domaine où on a une carence de personnel de Sciences et techniques », a indiqué le ministre.

Quant au président de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Pr Rabiou Cissé, il a déclaré que ces réalisations vont résoudre, un tant soit peu, l’épineuse question de la disponibilité d’infrastructures d’enseignement et de recherches dans un contexte d’accroissement continuel des effectifs des étudiants. « En faisant le choix de cette aventure avec le Burkina Faso, c’est le pari de la lutte contre l’obscurantisme qui est en partie gagné, au regard des infrastructures sociales et pédagogiques entièrement réalisées et ceux en cours d’exécution », a fait savoir le Pr Rabiou Cissé aux partenaires présents à la cérémonie.

Tout en exprimant sa gratitude aux donateurs, au nom des bénéficiaires, le président de l’Université Norbert-Zongo de Koudougou, Pr Frédéric Ouattara, a indiqué que la construction de ces infrastructures entre en droite ligne des objectifs de la politique nationale de déconcentration de l’enseignement supérieur. « De façon spécifique, ces infrastructures vont permettre aux enseignants ainsi qu’aux étudiants d’avoir un environnement de travail moderne. Elles contribueront à stimuler la politique scientifique et la qualité des enseignements », a-t-il ajouté.

Plus de 300 milliards de F CFA investis

Le partenariat entre le gouvernement burkinabè, la BADEA et l’OFID est sur de bons rails, à en croire les différentes parties prenantes. « Nous avons eu la bonne nouvelle. Les évaluations vont être concluantes pour l’université de Fada N’Gourma et le centre universitaire de Dori. Je suis entièrement satisfait parce qu’au centre des crises au niveau des universités, il y a toujours la question des infrastructures et celle du renforcement des capacités », a confié le ministre Alkassoum Maïga.

Le directeur de l’OFID, Dr Abdoulhamid Al-Khalifa

Dans son discours, le directeur de l’OFID, Dr Abdulhamid Al Kalifa, a dressé un bilan de l’investissement de sa structure au Burkina Faso. « Depuis que nous sommes là, nous avons financé l’éducation à plus de 600 millions de dollars (environ 300 milliards de francs CFA). Cette coopération est dynamique et elle continue. Nous ne travaillons pas seulement au niveau de l’éducation, les autres secteurs aussi sont pris en compte », a-t-il déclaré.

Une photo de famille entre les récipiendaires et le ministre de l’Enseignement supérieur

Au cours de la cérémonie, le ministre de l’Enseignement supérieur a décoré quatre partenaires, dont la BADEA et l’OFID. Deux partenaires ont été faits chevaliers de l’ordre de l’Etalon et deux autres, chevaliers de l’ordre des palmes académiques.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les populations de la commune rurale de Zitenga face aux changements climatiques
Transitions de l’occupation des terres et stratégies d’adaptation des producteurs dans la commune de Tikaré (Burkina Faso)
Université Joseph Ki-Zerbo : Hamidou Yaméogo, le premier docteur en anglais « made in Burkina »
Université Joseph-Ki-Zerbo : Yacouba Tengueri élevé au rang de docteur en sociologie avec la mention « Très honorable »
Soutenance de thèse de doctorat unique en science du sol : La mention « Très honorable » décernée à Delphine Bernadette Ouédraogo
Burkina Faso : Le monde de la recherche explore les domaines de l’agriculture durable et l’alimentation
Soutenance de thèse : Ladifata Sorgho/Mogmen a consacrée Docteur de l’Université Joseph Ki-Zerbo
Programmation robotique : Les étudiants de l’ISGE-BF à l’école de l’Académie de création et d’éveil scientifique
Traitement traditionnel des troubles mentaux : Dr Prosper Kinda identifie le potentiel thérapeutique et psychotrope de deux plantes
Bilan des eaux usées de la ville de Ouagadougou : Test sur les capacités épuratoires de production du biogaz
Recherche et innovation : Une étude pour un meilleur devenir du Burkina d’ici à 2050
Guide pour le calcul de la densité de courant limite dans un procédé d’électrocoagulation continu à recirculation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés