Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Bobo-Dioulasso : La cité universitaire de Belle-ville officiellement inaugurée

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 2 décembre 2019 à 00h11min
Bobo-Dioulasso : La cité universitaire de Belle-ville officiellement inaugurée

Le gouvernement burkinabè, à travers son ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, a procédé, dans l’après-midi de ce samedi 30 novembre 2019 à Bobo-Dioulasso, à l’inauguration officielle de la cité universitaire de Belle-Ville, baptisée « Cité Koubawê », en langue bôbô qui signifie « sous la calebasse ». La réalisation de ce projet a pour objectif d’offrir les meilleures conditions d’apprentissage et de vie aux étudiants, et de contribuer à améliorer les performances et la qualité de l’enseignement supérieur public. C’est le président du Faso, Roch Kaboré, qui a procédé à la coupure du ruban.

La deuxième phase du projet de construction de la cité universitaire de Belle-ville, lancée en mai 2017, a permis de mettre à la disposition des étudiants de l’Université Nazi Boni, trois pavillons à niveaux avec une capacité d’environ 1 512 lits, portant ainsi la capacité totale de la cité à 2 520. Avec cette deuxième phase de construction, « c’est une cité moderne jamais réalisée au Burkina Faso », que le projet cité universitaire offre ainsi aux étudiants de la ville de Bobo-Dioulasso.

En effet, le deuxième volet du projet a permis aujourd’hui, de mettre à la disposition des étudiants comme ouvrages principaux, trois pavillons d’hébergement dont un pour les filles avec une capacité d’accueil totale de 1512 lits, un centre bucco-dentaire, l’extension du restaurant de 500 places supplémentaires, la construction d’un centre d’écoute pour jeunes, deux tribunes dont une pour le centre d’écoute et l’autre pour le terrain de sport.

La coupure du ruban

A cela s’ajoute la construction de trois buanderies, dix blocs latrines VIP de huit cabines chacun, dix paillottes d’études et deux paillottes de tresse, tous répartis judicieusement dans la cour. Il est également prévu des aménagements paysagers visant à agrémenter et à sécuriser l’espace de la cité. Il s’agit du pavage des alentours des bâtiments, la fixation de balises au bord des talus, la plantation d’arbres, etc. En ce qui concerne les ouvrages annexes, trois parkings pour engins à deux roues, soit un pour chaque pavillon d’hébergement, ont été construits.

D’un coût de plus huit milliards de francs CFA, cette phase 2 du projet est financée par la Banque islamique de développement (BID) avec une contrepartie nationale de plus de 900 millions de francs CFA.

Des étudiants sortis nombreux pour l’inauguration de la cité

Dans l’exécution du projet, il a été également acquis, outre les mobiliers et équipements pour les hébergements et bâtiments connexes, des équipements de jeux de société et sport divers, du matériel informatique et audiovisuel et du matériel biomédical pour le cabinet dentaire. A en croire les responsables du projet, le coût du matériel biomédical est estimé à 131 millions de francs CFA. Le lot de matériels est ainsi composé de fauteuils dentaires, de lits d’hospitalisation, de scanner et de matériels d’échographie. Toutes ces actions, selon eux, ont pour but de garantir une bonne santé des étudiants. Le ministre l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr Alkassoum Maïga, a souligné la qualité du matériel biomédical acquis pour l’équipement du centre bucco-dentaire. A l’en croire, aucun centre de santé au Burkina Faso ne possède certains de ces matériels.

Pr Alkassoum Maiga, ministre en charge de l’enseignement supérieur

Pour lui, tout cela témoigne de la volonté du gouvernement d’offrir les meilleures conditions de travail et de vie aux étudiants. Il a félicité tous les acteurs impliqués dans la réalisation du projet, ainsi que les entreprises en charge des travaux. Selon Pr Alkassoum Maïga, avec cette deuxième phase, c’est une cité moderne jamais réalisée au Burkina Faso que le projet cité universitaire offre aux étudiants de l’Université Nazi-Boni. « Le joyau offrira à coup sûr les meilleures conditions d’apprentissage et de vie aux étudiants et contribuera à améliorer les performances et la qualité de l’enseignement supérieur public », a-t-il laissé entendre. Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur a par ailleurs traduit sa reconnaissance à la Banque islamique de développement. Il a annoncé des grands projets en cours d’exécution, et qui ont pour but d’améliorer les conditions d’études dans les universités publiques du Burkina Faso.

Tribune des autorités

Le délégué de la cité, Abdoul Samadou Ouédraogo, au nom de ses camarades étudiants, a remercié le gouvernement à travers le ministère en charge de l’Enseignement supérieur, pour cette « belle initiative », qui selon lui, va contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage de tous les étudiants de la ville de Sya. Cependant, il n’a pas manqué d’évoquer certaines doléances, notamment la construction d’un château d’eau au sein de la cité et l’électrification de la voie menant à l’université Nazi Boni, à Nasso. Il a par ailleurs invité tous les étudiants à entretenir les lieux pour les générations futures.

Le président du Faso, pour sa part, a indiqué que le Burkina Faso s’est engagé depuis quelques années dans un vaste programme de développement accéléré de ses différents ordres d’enseignement, à travers de grands actions pour créer les conditions favorables au développement durable. C’est pourquoi, il a apprécié positivement le travail qui a été fait sur le terrain. Il a aussi salué l’action du ministère de l’Enseignement supérieur pour sa contribution dans l’apaisement du climat social pour le bien-être des étudiants. « C’est un sentiment de joie qui nous anime après avoir visité la cité. Ce sont plus de 2500 lits qui sont offerts aux étudiants dans le cadre de leurs études. Nous avons trouvé une cité où les étudiants sont dans une ambiance et une sérénité qui nous font plaisir. Parce que cela n’a pas été le cas toujours. Nous souhaitons seulement qu’ils en fassent bon usage à travers l’entretien et les soins appropriés », a conclu le président Roch Kaboré.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré

Le directeur du bureau régional de la Banque islamique de développement à Abuja, Mayoro Niang, a exprimé sa satisfaction par rapport à la qualité des ouvrages réceptionnés. Selon lui, la BID est très satisfaite de sa coopération avec le gouvernement burkinabè. « Aujourd’hui, c’est un projet extrêmement important qui a été inauguré. C’est un ouvrage de qualité qui a été bien fait et dans les délais. Donc il était important pour la banque de venir témoigner au peuple burkinabè, sa satisfaction par rapport à cette prouesse », a-t-il laissé entendre.

Mayoro Niang, directeur du bureau régional de la BID à Abuja

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
Dimensionnement et gestion des réservoirs de barrages : Une conférence réunit des professionnels du domaine à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés