Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les difficultés n’existent pas. Il y a seulement des challenges qui une fois relevés nous rendent expert dans un domaine qui nous était jusque là inconnu» Nora Samir

Réseau inter-agences en matière de recouvrement des avoirs pour l’Afrique de l’Ouest : Les points focaux tiennent leur 6e Assemblée générale à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 28 novembre 2019 à 23h20min
Réseau inter-agences en matière de recouvrement des avoirs pour l’Afrique de l’Ouest : Les points focaux tiennent leur 6e Assemblée générale à Ouagadougou

La confiscation sans condamnation préalable est au cœur de la 6e Assemblée générale des points focaux du Réseau inter-agences en matière de recouvrement des avoirs pour l’Afrique de l’Ouest qui s’est ouverte, ce mercredi 27 novembre 2019, à Ouagadougou. Cette réunion générale annuelle de deux jours vise à stimuler une dynamique autour de la problématique du recouvrement d’actifs afin de priver les criminels de leurs profits illicites. C’est le secrétaire général du ministère de la Justice, Théophile Sawadogo, qui a présidé la cérémonie.

Créé en novembre 2014 à Accra, le Réseau inter-agences de recouvrement des avoirs pour l’Afrique de l’Ouest (Arinwa) compte 15 Etats membres de la CEDEAO (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone et Togo) et Sao Tome et principe. Arinwa a pour mission principale de lutter contre les crimes financiers. A ce titre, le recouvrement occupe une place importante, a déclaré le président du réseau, Mafall Fall, estimant le cumul des pertes engendrées à 50 millions de dollars à travers l’Afrique.

C’est pourquoi les acteurs de la justice se sont résolument engagés à traquer les flux financiers illicites et de les recouvrer au grand bonheur des finances publiques. C’est du moins ce qu’a confié M. Fall à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la réunion générale annuelle. L’évènement réunit une trentaine de points focaux nationaux de Arinwa et des organisations partenaires. Co-organisée par l’ONUDC et, pour la première fois, avec un pays membre, en l’occurrence le Burkina Faso, du 27 au 28 novembre à Ouagadougou.

L’édition de cette année est capitale et fondamentale, à en croire M. Fall. « Elle nous permet d’accueillir un partenaire de taille qui est la coopération allemande, Giz. Aujourd’hui, nous aurons lors de nos délibérations à valider un plan d’action stratégique qui porte sur cinq ans (2019-2024) et qui va booster les actions du réseau », a-t-il souligné. En plus du thème développé « confiscation sans condamnation préalable », la 6e Assemblée générale a examiné le fonctionnement du réseau, les difficultés rencontrées par les Etats membres dans le processus de création des agences de recouvrement et de gestion des avoirs saisis et confisqué.

Dans ses propos, le président du réseau est revenu sur les étapes qui jalonnent le parcours judiciaire. « Si une enquête, par exemple, est ouverte ici à Ouagadougou, et que des actions devraient être menées à Bamako ou à Dakar, le réseau facilite l’échange d’informations. A travers les points focaux, nous échangeons sur les flux financiers, sur les activités criminelles et transfrontalières. D’où le nom du réseau inter-agences. La secrétaire permanente ici présente est chargée de recevoir les requêtes et de les envoyer à qui de droit. Le pays requis donne des informations relatives au flux financier illicite et ça permet de juguler les retards notés à travers le schéma classique de transmission du centre aide judiciaire », a-t-il signifié.

Le Burkina Faso a entamé un processus aux fins de revoir son dispositif institutionnel et juridique, et ce grâce aux efforts des partenaires que sont l’ONUDC et le GIABA. A ce sujet, le point focal du réseau pour le compte du ministère en charge de l’Economie, Soumaïla Nyamba, a relevé qu’au niveau du ministère de la Justice, des pôles spécialisés ont été créés pour trancher des dossiers de crimes financiers. Aussi, le ministère de la Justice et celui en charge de l’Economie de concert travaillent afin de mettre en place un bureau de recouvrement des avoirs. Mais pour l’instant, ce sont les structures classiques, notamment les greffes qui continuent de recouvrer les créances au profit de l’Etat. Ce qui ne permet pas de faire un état exhaustif du niveau du recouvrement des avoirs au Burkina Faso.

« Le réseau a eu des résultats probants dans la mesure où depuis sa création avec notre partenaire, l’ONUDC, qui est en train d’être rejoint par le GIZ, nous avons encouragé les pays à installer des bureaux de recouvrement des avoirs. », a pour sa part, rappelé la secrétaire permanent du réseau Arinwa, Kadiatou Sangaré/Ly. Toujours au titre des performances, il ya des requêtes qui « ont permis à certains Etats requérants de mettre l’argent sur certains bien à travers le réseau ». C’est le cas notamment, du Nigéria et de l’Afrique du Sud qui avaient fait une requête auprès du Ghana qui a connu un aboutissement heureux par l’entremise du réseau.

Aïssata laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sommet du G5 Sahel à Nouakchott : Les chefs d’Etat saluent les avancées dans la lutte contre le terrorisme
Sommet élargi G5 Sahel : Les Chefs d’Etat préoccupés face à l’expansion de la menace terroriste dans la sous-région
G5 Sahel : Le sommet de Nouakchott confirme les progrès depuis Pau et énonce les futurs enjeux
Sahel : Quels enjeux autour du sommet de Nouakchott ?
Coopération : Des émissaires européens acheminent une aide humanitaire au Burkina Faso
Burkina : Le MCC approuve « à l’unanimité » le deuxième compact
Coopération sino-burkinabè : Le ministre en charge de l’éducation nationale satisfait de l’exécution d’infrastructures éducatives dans le Passoré
Coopération : L’Agence française de développement appuie le Burkina avec une enveloppe de 61, 7 milliards de F CFA
Coopération militaire Burkina-France : Trois coopérants en fin de mission décorés
Coopération : « Les compagnies minières canadiennes sont parmi les plus transparentes au monde », selon Carol McQueen, ambassadrice du Canada au Burkina
Coopération : « Il y a eu un souci par rapport au respect des droits humains », Metsi Makheta
Coopération : La protection civile au centre d’un accord entre le Burkina et la France
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés