Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 26 novembre 2019 à 23h25min
Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de  Russie au Burkina Faso

Au lendemain du 1er sommet Russie-Afrique tenu à Sotchi en octobre 2019, l’ambassadeur plénipotentiaire de Russie au Burkina Faso, avec résidence en Côte d’Ivoire, Vladimir Baykov, au micro de Lefaso.net, dresse le bilan de cette grand- messe et annonce les perspectives de la coopération Russie-Afrique. Interview

Lefaso.net : Quel bilan se dégage du tout premier sommet Russie-Afrique, tenu à Sotchi en octobre dernier ?

Vladimir Baykov : C’était le tout premier forum Russie-Afrique, et toutes les premières fois ne se passent pas comme prévu ; mais, je peux vous dire que cette fois-ci l’événement était d’une importance capitale. Il faut bien le dire, avec les chiffres à l’appui, que tous les Etats Africains ont répondu présents. Au niveau des représentations, parmi les 54 Etats Africains, 45 étaient représentés par des Chefs d’Etats ou de gouvernements. Cela montre l’engouement de nos amis africains envers mon pays et envers notre président. Parfois même, certaines personnalités qui étaient à leur première visite de notre pays étaient agréablement surprises.

Formellement, ce sommet a donné l’occasion à plus de 1500 rencontres de différents niveaux ; on a eu au total plus de 40 manifestations politiques, économiques, culturelles et autres, dans le cadre de ce sommet. Cela été un évènement couplé avec le forum économique ouvert avant le début du sommet. Pour l’essentiel, on a adopté une déclaration, un document consensuel, concerté, qui montre les actes d’importance majeure, fixant les secteurs de coopération entre l’Afrique et la Russie. Il s’agit des volets humanitaire, politique, économique, scientifique. Cela n’a pas été un évènement isolé, en plus des autres forums au sommet des partenaires classiques de l’Afrique.

Nous voulons institutionnaliser ce Sommet, qui aura un forum de partenariat entre l’Afrique et la Russie tous les trois ans. On prévoit également la rencontre des chefs de diplomatie entre la Russie et les pays qui assurent la présidence de l’Union africaine (UA) à présent, dans le passé et dans l’avenir pour discuter des problèmes africains. A l’issue du sommet, on a signé deux documents importants, dont le premier document est un mémorandum qui détermine les principes de coopération entre la Russie et l’Union africaine et le deuxième est un mémorandum sur le nouveau cadre de coopération entre l’Union économique eurasiatique et la commission de l’UA.

Concernant le bilan au sens politique, le sommet a bien prouvé le rôle important et actif de la Russie dans la construction de la paix et la stabilité en Afrique. On a montré le rôle de la Russie dans le maintien de la sécurité ; de la paix sur le continent africain et dans la lutte contre le terrorisme. Cela a permis d’assurer le contact entre les organes de renseignements dans la lutte contre le terrorisme. Le sommet a assuré une certaine percée dans les affaires internationales, donc, c’est un évènement d’une importance planétaire.

Quel est le seuil de coopération au développement que se fixe la Russie avant le prochain sommet dans trois ans ? Quels sont les chantiers déterminants, pour le Burkina Faso en particulier ?

Cela doit être basé sur le principe gagnant-gagnant, sur la base d’un principe pragmatique et non sur le principe idéologique. Il ne faut pas que nos amis africains raisonnent comme à l’époque soviétique, à l’époque de la guerre froide. La Russie est un pays qui aspire à l’économie de marché, c’est un pays démocratique qui a ses intérêts économiques et géostratégiques. Avec l’Afrique, la Russie veut une coopération gagnant-gagnant, dans plusieurs domaines.

La Russie joue un rôle important dans la formation des jeunes cadres africains ; actuellement, il y a plus de 15.000 étudiants sub-sahariens qui sont formés en Russie, dont un tiers ont des bourses du gouvernement russe. Dans chaque cas particulier, nous ne voulons pas imposer, en disant on va faire ceci, cela ; on va coopérer. Par exemple en Egypte, nous sommes en train de construire une grande centrale nucléaire avec quatre réacteurs, dont chaque réacteur à 1000 mégawatt, donc 4000 mégawatt. Cela est concret dans les relations de coopération. C’est vrai qu’on n’a pas les mêmes capacités financières que nos partenaires de la Chine et du Golfe. Mais on a d’autres choses plus concrètes. Par exemple, le phénomène d’Ebola, c’est la Russie qui a développé le vaccin qui est en train d’être testé en Guinée. La Russie va fournir ce vaccin pour combattre l’Ebola.

Concernant le Burkina Faso, c’est très difficile d’en parler, du fait de la situation sécuritaire. Il faut dire qu’on a d’importants capitaux russes, notamment avec NordGold, avec plusieurs centaines de milliers de dollars investis. Pour les autres domaines, il faut assurer le climat sécuritaire, le climat d’affaires. Malheureusement, actuellement, il faut dire que la situation sécuritaire n’est pas propice.

Il y a des spéculations et des mensonges concernant le sommet, on prétend qu’il a été organisé pour la vente d’armes, D’abord, actuellement, même si la Russie joue un rôle important en matière de vente d’armes en Afrique, c’est un tiers du volume d’armes livrées sur le continent, qui sont livrées par des entreprises russes.

Nous devenons également un important exportateur de céréales. L’an dernier, le volume total d’exportation de céréales était estimé à plus 25 milliards de dollars alors que la vente d’armes était de 15 milliards de dollars. Avec l’Afrique, on peut trouver de bonnes conditions d’exportation de céréales et d’engrais.

Quel sera le volume des investissements russes dans l’économie du Burkina Faso que vous espérez atteindre, disons, dans les cinq ans à venir ? Est-ce que la Russie va octroyer des crédits au Burkina Faso ? A quel taux ?

Par l’entremise d’une société privée russe, l’Agence internationale du développement souverain, on pourrait trouver des financements plus avantageux sur les marchés extérieurs pour les pays africains, à travers les conditions très favorables. Nous avons un projet avec le Burkina Faso très important, mais je préfère maintenir le suspens. Les potentiels des pays africains pour le financement extérieur à des conditions avantageuses sont estimés à plus de 100 milliards de dollars.

Comment la Russie entend se frayer une place compétitive au milieu de la concurrence chinoise et occidentale sans conséquence négative pour le Burkina Faso ?

Il ne faut pas raisonner dans le sens que quand la Russie fait quelque chose c’est toujours contre quelqu’un ; nous avons notre place à nous, l’Afrique est tellement grande. Dans certains domaines, c’est notre savoir-faire et nos compétences qui peuvent nous permettre de coopérer. Il faut noter que plus les partenaires viennent sur le continent, plus vos pays se développent, et cela n’est pas une compétition. C’est une sorte de coopération gagnant-gagnant.

Sur le franc CFA, quelle est la position du Kremlin ; est-ce que la Russie soutient le front anti- CFA ?

Nous avons un principe de politique claire : aux problèmes africains, les solutions africaines ; si vous avez les problèmes sur le continent africain et vous pensez que vous pouvez les résoudre, nous sommes toujours prêts, selon vos approches ; si vous pensez que le moment est venu pour substituer le franc CFA, c’est à vous de voir. Notre rôle, c’est d’être des observateurs bienveillants. Quand il s’agit des problèmes d’ordre politique, tels les conflits et que ces sujets sont débattus au Conseil de sécurité de l’ONU, nous leur appliquons une approche sur la base des propositions des pays africains. Si vous pensez que l’heure est venue, c’est à vous d’en juger, par exemple, comme un pays africain qui a décidé de changer son hymne. Peut-être que ce sera la même chose, ce n’est pas à nous d’en juger.

Il faut noter que la Russie est un grand pays, c’est un pays démocratique, même si on nous accuse à tort de beaucoup de choses, on parle souvent d’ingérence du Kremlin, du bras de Moscou. En fait, il s’agit souvent des associations, des conseils en politiques, des communications qui sont en jeu, parfois des sociétés commerciales qui font leurs affaires, leurs business. Mais, sur la base de telles idées ou des associations pour dire la Russie a fait ceci, ou cela, ce n’est pas juste. Il faut dissocier la position de la Russie qui est un pays démocratique et des associations Think Tank qui font ceci, cela, et peuvent encourager les associations anti-franc CFA.

Ce n’est pas la position officielle de la Russie. Je répète que nous sommes un pays démocratique et les gens ont le droit d’exprimer leur position différente de celle de l’Etat. N’amenons pas une complication politico-diplomatique, je rappelle que c’est quand même le président, c’est le Chef de l’Etat qui détermine la politique extérieure, et c’est le ministre des Affaires étrangères, notre ministre de tutelle, qui conduit la politique étrangère. En ce qui me concerne, je peux affirmer officiellement que dans l’agenda de notre politique étrangère, il n’y a pas la question du franc CFA.

Au Mali et à travers les réseaux sociaux, de plus en plus de voix appellent à une intervention de la Russie de Poutine, afin de débloquer la situation. Comment la Russie compte-t-elle répondre à cet appel ?

J’ai déjà mentionné qu’aux problèmes africains, les solutions doivent venir des pays africains. Concernant les situations tragiques du Mali, quelle était l’origine de cette stratégie. C’est à cause de ce qui est arrivé en Libye, avec les tentatives de certains pays occidentaux de détruire le régime de Kadaffi, éliminer physiquement Kadaffi et détruire l’Etat. Et si l’Etat n’est plus là, s’il y a des bases militaires opérationnelles des djihadistes en Libye qui assurent leur propagation au Mali et sur votre pays, ce n’est pas la faute à la Russie, ce n’est pas à nous d’apporter la solution. C’est ceux qui ont créé cette situation tragique, ce n’est pas à nous ; voyez-vous, nous sommes quand même assez loin, par la situation géographique de la région du Sahel. Je peux vous dire qu’en ce qui concerne la Syrie, c’était une menace directe à nos intérêts, le président Vladimir Poutine a décidé de répondre à l’appel du gouvernement légitime de Bachar Al Assad. Il y a quatre ans, nous sommes venus sauver l’Etat et on a éliminé les menaces djihadistes. On a élimé DAECH , sauf dans certains foyers. Sauf que parfois, certains de nos partenaires occidentaux souhaitent avoir ces foyers de tension, en pensant savoir qu’il y a des bons et des mauvais terroristes, ce qui est faux, les terroristes sont des terroristes, il faut les éliminer.

La Russie a de très bonnes relations avec les pays de cette région, beaucoup de ces pays dans la région du Sahel, nous les aidons dans le cadre bilatéral dans la formation militaire, soit les ventes d’armes, soit les échanges des renseignements, etc. On ne fait pas beaucoup de publicité à ce sujet. C’est quelque chose qui existe bel et bien. Concernant notre engagement, ce n’est pas dans l’intérêt majeur stratégique de notre pays, parce que l’implication étrangère ce n’est pas quelque chose de bien en soit, sauf quand il s’agit de la survie de l’Etat. Dans le cas actuel, quand vous parlez de vos voisins des autres pays de la région, les Etats existent, sauf qu’il y a des foyers de tension dans certaines régions du pays. Et il revient aux forces armées nationales de les combattre. Ce n’est pas à nous de les remplacer. C’est la vision générale de la Russie.

Nous avons donné des réponses ; en 2015, aux Nations unies, le Président Vladimir Poutine a lancé un appel pour la création d’une coalition internationale contre les terroristes ; mais rien n’a été fait. Mais maintenant que la situation S’est aggravée, on dit que la Russie ne fait rien. Ce n’est pas la Russie qui a aggravé la situation, alors pourquoi voulez-vous que nous nous engagions dans cette opération. Il n’y a pas de présence visible de militaires russes dans le Sahel et ce n’est pas notre rôle. On a les militaires russes en Syrie où on a éliminé les terroristes, on a montré l’efficacité des militaires russes dans la lutte contre le terrorisme.

Malgré la forte présence française, aidée par les Américains, les forces de l’ONU, le G5 Sahel, la force mixte et les armées des pays sahéliens, les terroristes font toujours la loi. Comment comprenez-vous cela ?

Je ne suis pas un grand spécialiste des conflits, dans le domaine militaire et du renseignement, mais je crois que c’est une lutte idéologique. Il faut assurer le développement social et économique. La pauvreté joue un rôle dans le recrutement des fous de Dieu. L’option militaire n’est pas sûre ; même si on arrive à écraser les menaces terroristes sans prendre en compte le développement social, la menace va toujours persister. Ce n’est pas le grand nombre de militaires qui permet d’écraser le terrorisme. Donc, il faut d’abord assurer le développement social et économique du pays.

Au sortir du Sommet, des chefs d’Etat et de gouvernement ont formulé des recommandations, parmi lesquelles la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, la construction d’un système de relations internationales plus juste et plus équitable, etc. Quel est le mécanisme de mise en œuvre de ces recommandations, et à quelle période ?

Pour la réforme du Conseil de Sécurité des Nations Unies, bien sûr la réalité actuelle n’est plus la même qu’à la création de l’ONU. On est tout à fait d’accord avec nos amis africains et de l’Amérique latine qu’il faut modifier la composition du Conseil de sécurité actuel pour augmenter le nombre des membres permanents. Mais, c’est un processus de longue haleine. Si je parle de principe, nous sommes tout à fait d’accord qu’il faut parler concrètement, qu’il faut accroitre le nombre des pays africains, pas seulement, membres du Conseil de Sécurité, à titre d’alternance.

Il faut tenir compte de l’autre pôle de croissance tel que l’Amérique latine et l’Asie. Si les propositions des pays développés qui souhaitent avoir leur place au Conseil de sécurité, ce serait toujours le rôle de l’Occident historique qui est déjà important, au regard de la composition actuelle. Notre vision est très simple, on ne peut pas forcer, mais l’idée est claire, il faut changer la situation, il faut revoir, mais cela prendra beaucoup de temps. Il faut que l’Afrique soit mieux représentée. Cela demande une vraie concertation de la communauté internationale. Mais malheureusement, il y a certaines puissances qui pensent que le droit international n’est plus applicable, qu’il faut inventer les règles qui sont acceptables pour les pays qui les proposent, et qui reflètent leurs intérêts et de jeter à la poubelle les propositions des pays qui ne vont pas dans le sens de leurs intérêts. L’Afrique est un contient d’avenir, l’Afrique a le droit de renforcer sa place au Conseil de sécurité.

Où se tiendra le prochain sommet Russie-Afrique ? Quelles en seront les perspectives ?

Les deux parties ont retenu que l’organisation de ce sommet sera faite sur la base d’alternance, une fois en Russie, la deuxième fois, dans un pays africain. Peut-être y aura-t-il beaucoup de propositions.

Votre dernier mot ?

Les Burkinabè sont des gens laborieux et accueillants. Je leur demande de rester optimistes, de défendre l’intégrité de leur territoire et de combattre le terrorisme. La Russie est de retour sur le continent africain et nous sommes très contents de pouvoir aider nos partenaires africains.

Interview réalisée par Edouard Samboé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 novembre à 00:57, par Indjaba En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

    Chers Burkinabè, arreter de vous masturber intellectuellement. Malgré tous les defauts que vous collez à tord ou à raison à la France, elle vaut 1000 fois mieux que la Russie. Le sacrifice que fait la France dans tous les domaines pour nous, la Russie ne le fera pas. Certes la France ne fait rien sans tenir compte de ses interêts mais rassurez vous car la Russie voudra tirer obligatoirement le même interèt chez nous sans fournir le moindre sacrifice. J’imagine ironiquement des financements et des ONG russes dans la santé, la culture, l’agriculture, l’environnement etc . C’est pas parcequ’on a le terrorisme qu’on doit perdre notre raison. Continuons avec notre France (qui est connue) tout en renforçant l’education et la scolarisation de sorte que dans 20 ans on ait une jeunesse et une population plus instruites plus eveillées et plus engagées pour qu’il soit plus difficile pour la France d’intervenir au Burkina sans tenir compte de l’interèt des Burkinabè.

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre à 16:17, par Goulgoulé En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

      Désolé de vous decevoir, mais en 4 années de collaboration avec l’ex URSS a permit au Burkina d’’avoir une auto suffissance alimentaire tout en restant dans des valeurs morales avec moins de pillage des deniers public sensé aider les populations.

      QUe nous a apporté les 27 années de Blaise, le pion de la France ?
      Quand un ministre Français annonce sur les ondes que "Al Nosra" un groupe terroriste , fait du bon boulot en Syrie", , cela ne vous choque pas ? N’oubliez surtout pas que de même que l’armée URSS a vaincu le Nazisme pour liberer l’Europe, c’est encore la Russie avec ses alliés qui a permit de vaincre l’état Islamique en SYrie et recuperer une bonne partie du territoire.

      C’est encore l’armée Russe qui a couper leurs sources de financements en detruisan tout une colonne de camion citerne qui exportait le pétrol Syrien vers d’autres pays. Bref, la Russie et ses alliés ont fait du bon boulot en Syrie et l’EUrope même commence à en sentir les effets avec la crainte du retour des djihadistes qui ont été endoctrinés pour aller combattre en Syrie .

      Poutine l’a bien dit : "Les terroristes, s’il le faut on ira les chercher dans les chiottes.." EN attendant que Poutine décide d’aller chercher les terroristes à Kidal, prions pour que la vie de nos FDS soient préservées de ces barbares.

      SI les Russes ont contribué à la defaite de l’armée NAZI qui occupait une bonne partie de l’Europe, qu’est ce qui peut les effrayer ? LA Russie vient de loin et reste toujours fidèles dans ses relations, surtout n’abandonne pas ses alliés, comme Donald TRup qui a abandonné les Kurdes qui ont pourtant aidé à combattre l’état Islamique .

      Chacun est libre de faire confiance à qui il veut en fonction des ses valeurs morales ou spirituelles. A la difference des autres grandes puissance, la Russie est aujourd’hui le seul pays capable de discuter avec tous les protagonistes du moyens orient . La France aujourd’hui a perdu toute sa crédibilité en moyen orient, surtout après ce qu’elle a fait subir à la Lybie de Kadafi.

      Ce n’est pas un sentiment anti France de ma part, mais une simple analyse géopolitique. Nous assistont avec stupéfaction à la fin du monde unipolaire, avec en montée de nouvelles puissance .

      L4amérique a atteint son apogée et amorçe sa phase de déclin , au risque de nous déclencher une nouvelle guerre inutiles, Heureusement qu’ils savent que cette fois ci, ils n’en sortiront pas vainqueurs face à petite Corée du Nord, ni face à l’Iran, ni face à Russie ou à la Chine.

      La Bataille de Stalingrad reste un indicateur majeur du courage et de la combativité d’un peuple qui a su su resister face à la machine de guerre tyranique la plus puissante du monde.
      Qui dit mieux ?

      Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 07:54, par Hamon En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

    Brillantissime cet ambassadeur de Russie. Que Dieu vous donne longue vie pour mieux développer la coopération africaine pour une prospérité partagée et éliminer les terroristes dans cette partie du monde comme vous l’avez fait en Syrie. Je vous demande d’aider le peuple burkinabé, peuple laborieux à gagner la guerre qui nous a été imposée pour certains de nos fils à la faveur de la volonté impérialiste de liquider la jamayra libyenne.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 13:29, par Le Pacifiste En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

    Quand les premières bombes occidentales (3000 bombes ont été larguées) ont commencé à tomber sur Babalazya (Palais présidentiel) j’ai écrit dans la presse pour dire que si l’on venait à tuer kadhafi, les conséquences pour l’Afrique et pour l’Europe seraient catastrophiques. Voilà ce que nous sommes en train de vivre en ce moment-là. Il faut rappeler que la Russise, la chine (deux membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU) plus l’Allemagne s’étaient abstenues au vote de la résolution 1973 pour l’instauration de la zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Lybie. Si ces pays s’étaient opposés, nous ne serions pas arrivés là aujourd’hui dans nos pays.
    Voici les personnes qui doivent être poursuivies pour assassinat d’un chef d’état africain, ce qui a créé le chao actuellement dans certains pays de la Boucle du Niger : je cite par degré d’implication :
    - Nicola Sarkozy de la France et Alain jupé (ministre des affaires étrangères qui s’est déplacé à l’ONU pour appeler de toutes ses forces à voter immédiatement la résolution
    - David Cameron de la Grande Bretagne qui a poussé son pays dans ce sale boulot
    -Barack Obama des USA dont le pays s’est impliqué dans cette basse besogne
    - Le philosophe français Bernard Henry Levy qui a passé son temps entre la Lybie et la France pour insister à détruire Kadhafi
    Nous avions suivi la chose de bout en bout et nous nous apprêtions à écrire un livre sur ça.
    Ce qui nous arrive aujourd’hui, ces personnes en sont en partie responsables. Il faut que l’humanité se rappelle de ces gens pour les faire payer un jour. Ils sont cachés comme si de rien n’était. Sauf Sarkozy qui a maille à partir avec la justice

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre à 23:06, par Goulgoulé En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

      Vous avez raison dans vos arguments, mais l’abstention du vote Russe et CHinois dans la resolution était légitme, car cette resolution mettait l’accent sur la "protection des populations" et non le changement d’un regime avec la mort de son leader. c’était donc de bon coeur qu’ils se sont abstenus tout en faisant confiance pour la mise en oeuvre de cette resolution.

      Le chaos installé suite à cette resolution a donné l’occasion aux Russes et CHinois de voter contre une même resolution visant cette fois ci la Syrie. Dans la logique de cette opposition, la Russie s’est militairement déployé en Syrie, pour éviter que le même scénarion Lybien se reproduise.

      Si la Russie et la Chine avaient voté pour la resolution Lybienne, aujourd’hui elles se sentiront responsable du chao et auront du mal à s’impliquer à l’avenir pour la resolution de la crise.
      Sa diplomatie fait que aujourd’hui, elle peut intervenir en Lybie pour tenter de reconcilier les partie en conflit, à la difference des pays qui ont signé pour l’intervention Française en Lybie.
      N’oubliez pas que les Russes jouent aux échec, où il faut pouvoir anticiper les coups d’avance, alors que les Américains jouent au pojer menteur, où en l’absence de stratégie, seul la chance et la triche peuvent faire gagner.

      A l’internaute n°1 j’aimerai lui demander où était la France quand les Russes se battaient pour resister à l’occupation Nazi ? Même si nos livres d’hisoire ne revèlent pas la victoire de la Russie sur le Nazisme, à nous de faire un petit effort pour aller rechercher l’information afin de mieux decrypter les évènements qui se passent sous nos yeux.

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre à 20:08, par oumar mare En réponse à : Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso

    je merci au peuple d.avoire une grande vision securitair sur
    l,afrique merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Invitation du président Macron à Pau : Une « occasion de parler franchement sur les différentes questions », selon le président du Faso
Opération Barkhane : Emmanuel Macron convoque une réunion de "clarification" avec les pays du G5 Sahel
Réseau inter-agences en matière de recouvrement des avoirs pour l’Afrique de l’Ouest : Les points focaux tiennent leur 6e Assemblée générale à Ouagadougou
Renforcement de la cohésion sociale dans la commune de Dori : La France injecte plus de 500 millions de F CFA
Coopération : « La Russie est de retour sur le continent africain », Vladimir Baykov, ambassadeur de Russie au Burkina Faso
Insécurité au Burkina : « Les Etats-Unis demeurent un partenaire indéfectible »
Espace UEMOA : Vers la validation de deux projets de directive sur l’efficacité énergétique
Insécurité au Burkina : L’ambassade des Etats-Unis rapatrie les enfants de son personnel
Cour de justice de l’UEMOA : Le respect des droits de l’homme au cœur des préoccupations des magistrats
Intégration des peuples : Le ministre Paul Robert Tiendrébéogo rencontre les communautés vivant à Koudougou
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés