Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Lutte contre la résistance antimicrobienne (RAM) au Burkina Faso : Les acteurs se mobilisent pour plus d’efficacité et d’engagements

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 26 novembre 2019 à 19h00min
Lutte contre la résistance antimicrobienne (RAM) au Burkina Faso : Les acteurs se mobilisent pour plus d’efficacité et d’engagements

Les professionnels de la santé humaine, animale et de l’environnement ainsi que les acteurs communautaires et les décideurs ont été sensibilisés le samedi 23 novembre 2019 sur les défis à relever en vue d’un usage rationnel des antibiotiques. Cette table ronde s’est tenue dans le cadre de la Semaine Mondiale pour un bon usage des Antibiotiques.

Dans le cadre de la Semaine Mondiale pour le bon usage des Antibiotiques, le Laboratoire National de Référence sur la RAM (LNR-RAM), l’ Observatoire Burkinabè pour la Qualité et la Sécurité des Soins (OBQUASS), le Ccomité de Coordination sur la résistance antimicrobienne au Burkina Faso (CC-RAM) avec le soutien financier et technique de la FAO et de l’OMS ont organisé le samedi 23 novembre 2019 une table ronde sous le thème : « l’avenir des antibiotiques dépend de nous tous ».

Cette table ronde avait pour objectifs de sensibiliser les professionnels de la santé humaine, animale et de l’environnement ainsi que les acteurs communautaires et les décideurs sur les défis à relever en vue d’un usage rationnel des antibiotiques.
Elle vise également à faire le plaidoyer pour obtenir plus d’engagement les décideurs dans le cadre de la lutte contre la RAM au Burkina Faso.

En effet, la résistance aux antimicrobiens qui est un problème de santé publique d’ampleur mondiale pourrait devenir l’une des principales causes de mortalité dans le monde si rien n’est fait.

Cependant, cette menace globale demeure maîtrisable si les actions nécessaires sont mises en place. Pour cela, le Plan d’Action Mondiale pour combattre la résistance aux antimicrobiens adoptée par l’Assemblée Mondiale de la Santé en mai 2015 invitait chaque pays à se doter d’un plan d’action national sous une approche ‘’Une seule santé-One Health’’ afin de maitriser l’antibiorésistance dans tous les secteurs.

Dr André Nagalo

En Afrique Sub Saharienne, cette problématique est aggravée par d’autres facteurs tels que la vente libre des antibiotiques, l’automédication, les mauvaises conditions d’hygiène à l’hôpital, l’utilisation des antibiotiques dans la filière animale, l’insuffisance de connaissance des acteurs de la santé humaine, animale, et environnementale dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens...

Au niveau du Burkina, selon Dr André Nagalo, des données du réseau national de surveillance ont montré qu’il y’a de nombreuses bactéries qui résistent aux antibiotiques couramment utilisé dans nos centres de santé comme la ceftriaxone, l’erythromycine, la ciprofloxacine, l’amoxicilline etc ; et qu’il y’a de plus en plus des bactéries pour lesquels le Burkina n’a plus forcément les moyens pour prendre en charge les malades qui souffrent de ces pathologies.

Il s’agissait à travers la table ronde, d’interpeller la conscience de tous les décideurs, les participants sur la nécessité d’entreprendre des actions notamment pour limiter l’accès à ces antibiotiques car dit-il « l’une des causes de la résistance des bactéries aux traitements utilisés régulièrement est dû à l’auto médication quel que soit le type de maladie, l’usage abusif dans le secteur de l’élévage. Pourtant un adage dit « qu’un antibiotique n’est pas un bonbon, on ne le prend pas à tout vent ».

Ainsi lorsque ces règles ne sont pas respectées, on apprend aux bactéries à résister aux infections qui existent et le jour qu’on a un problème plus sérieux dans le contexte présent, « il se peut qu’il n’y’ait pas de médicament qui puisse permettre de vous prendre efficacement en charge et on sait ce que cela peut entrainer » met en garde le Dr Nagalo.

Professeur Mahamoudou Sanou

Le Dr Nagalo conseille donc la prudence pour préserver ce qu’il y’a comme antibiotique car de plus en plus il n’y’a pas de nouveaux antibiotiques sur le marché et il faut donc travailler à conserver le peu d’antibiotiques qu’il y’a aujourd’hui pour que demain quel que soit la situation avec le peu d’antibiotique disponible que les malades puissent être pris en charge à des coûts raisonnables.

Le Professeur en bactério-virologie Mahamoudou Sanou pour sa part recommande étant donné la complexité du problème impliquant plusieurs intervenants (humaine, animale environnement), de conjuguer tous les efforts aussi bien des praticiens mais aussi des décideurs, des gouvernements pour une meilleure prise en charge des patients parce que « si rien n’est fait nous allons passer du rêve des antibiotiques à la désillusion à cause de l’utilisation anarchique et de vente illicite de médicaments de la rue ».

Cette table ronde intervient après une conférence publique organisée plus tôt dans la matinée en faveur des étudiants issus d’université, instituts et écoles des secteurs concernés par la problématique de la RAM et devrait donc permettre d’atteindre les objectifs de sensibilisation et d’engagement de tous les parties prenantes pour un bon usage des antibiotiques au Burkina Faso.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réduction des inégalités au Burkina : L’ONG Oxfam en appelle à des engagements des gouvernants
Accès à l’eau potable : La commune de Béré bénéficie de 28 forages en une année
Maladie du coronavirus : « Aucun cas n’a été notifié au Burkina », selon le ministère de la Santé
Projet RESIANE : Une table ronde pour partager les approches réussies
Bobo-Dioulasso : La Douane détruit 5 tonnes de cannabis et 3,8 tonnes de produits médicamenteux prohibés
Région de l’Est : L’amélioration du climat des affaires au cœur des préoccupations
2e CASEM de l’année 2019 du ministère de la Santé : Le bilan des activités 2019 et les priorités 2020 à l’ordre du jour
Beauté : L’épilation à base d’aloé Véra, une astuce efficace
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Burkina : « 2020 commence comme s’est achevée 2019 », regrette le syndicat des éducateurs de base
Ouagadougou : La Police écourte le plan de Kiemtoré Lassina, auteur d’un détournement d’une escorte de fonds
Burkina : Le ministère du commerce met en garde contre les pratiques de prix illicites sur le gaz butane
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés