Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 25 novembre 2019 à 21h30min
Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

Tout aurait pu basculer pour lui, il y a 18 ans de cela. Mais la peur d’être jugé et rejeté n’a pas eu raison de lui. Son mental d’acier et le soutien de ses proches ont été déterminants pour s’afficher et gagner la bataille psychologique contre le SIDA. A Kombissiri, Ousséni Sawadogo, marié et père de quatre enfants, nous raconte son histoire et son combat à travers l’association Buud-Sugri. Nous l’avons rencontré dans le cadre de la caravane de sensibilisation du Conseil national de lutte contre le SIDA et les IST, qui sillonne les trois provinces de la région du Centre-Sud.

Tout remonte à 2001, lorsque Ousseni, atteint du zona ophtalmique, décide sur conseils de ses amis, de faire son dépistage du VIH-SIDA. Un courage rare à l’époque. Le résultat était positif. « Comme je souffrais déjà du zona ophtalmique, je n’ai pas réagi quand on m’a annoncé les résultats. Comment faire passer le message au niveau de la famille ? C’était cela mon inquiétude. »

« Elle a beaucoup pleuré »

Plutôt que de se murer dans le silence, le jeune attaché d’éducation au lycée provincial de Diébougou se confie à son épouse. « Nous avions deux enfants. Je lui ai expliqué qu’il serait à présent difficile qu’on ait un autre enfant. Ça n’a pas été facile. Elle a beaucoup pleuré. Je lui ai dit qu’il fallait s’armer de courage ».

Au début des années 2000, le traitement du VIH coûtait la quinine. Environ 200 000 F CFA/mois. Dans l’incapacité de se prendre en charge, un curé se propose de lui donner un coup de pouce. « Il m’a fait savoir qu’il pouvait m’aider à avoir les médicaments un ou deux mois, le temps que je prenne la relève. Je lui ai dit que ça allait être difficile pour moi, un fonctionnaire catégorie B1 », se souvient Ousséni Sawadogo.

Se rapprocher de la capitale

Un jour, en écoutant la radio, il apprit la naissance du Réseau national pour la grande implication des personnes infectées par le VIH-SIDA (REGIPIV), qui faisait le plaidoyer pour la prise en charge des personnes vivant avec le VIH. A la tête de ce réseau, un humaniste, Mamadou Sawadogo, qui a été un véritable adjuvant pour la vie de l’attaché d’éducation en détresse. Comment se rapprocher de Ouagadougou pour bénéficier d’un traitement approprié ? Sans trop y penser, Ousséni introduit une demande de mutation pour se rapprocher de la capitale burkinabè.

En 2003, il obtient gain de cause et est affecté au lycée provincial de Kombissiri. Il sera orienté au CMA de Pissy où exerçait Médecins sans frontières. Avec l’accompagnement de ses proches et du REGIPIV, il bénéficie des traitements antirétroviraux.

« On ne peut pas changer le regard de la société »

« Aujourd’hui, je vis avec le VIH sans grande difficulté depuis 18 ans. Je ne suis pas victime de discrimination au boulot ». Pour Ousseni Sawadogo, il n’y a pas de secret en la matière. « Il faut partager son statut, accepter qu’on est malade, suivre les conseils des médecins traitants. Le problème du VIH est de l’avoir et de demeurer dans le mutisme. On ne peut pas changer le regard de la société. C’est au malade de s’adapter à la situation. Tant qu’on ne partage pas son statut, il y a toujours un poids lourd à supporter », confie-t-il.

L’engagement

En 2004, Ousséni Sawadogo n’était pas la seule personne vivant avec le VIH à Kombissiri. « Nous étions 6 ou 7 personnes dans la même situation. Nous avons décidé de nous réunir pour aider les autres qui sont dans l’ombre, qui n’ont pas le courage de s’afficher et d’accepter vivre avec la maladie ». C’est ainsi qu’est née l’association Buud-Sugri, avec le soutien du REGIPIV et de l’action sociale.

Jusqu’en 2015, l’association bénéficiait de financements de ses partenaires. Mais avec la baisse de la séroprévalence, les fonds se font rares au niveau des associations de lutte. Pour les partenaires qui réorientent les aides vers d’autres activités, la lutte contre le VIH n’est plus une priorité.

Qu’à cela ne tienne, l’association Buud-Sugri mène tant bien que mal ses activités au profit des 295 personnes de la file active du CMA. Il s’agit notamment de l’animation des groupes de parole et des clubs d’observance qui permettent aux personnes sous traitement de parler des difficultés qu’elles rencontrent dans la prise des ARV. L’association mène également des causeries éducatives à l’endroit des jeunes sur les mesures de prévention du SIDA et des IST et bénéficie, souvent, grâce au CNLS/IST, d’un appui alimentaire pour les personnes vivant avec le VIH.

Le réconfort

« L’association est ouverte à toute personne dépistée positive au test. Il n’y a pas de conditions particulières. Pourvu que la personne accepte d’intégrer nos activités, de vivre positivement son mal.
Elle ne doit pas non plus insulter et critiquer les autres », précise le président de Buud-Sugri.

Chaque jour est une lutte pour l’espoir, la dignité humaine pour Ousséni Sawadogo. Mais le plus réconfortant pour lui, nous rappelle-t-il, c’est de savoir que son épouse et leurs quatre enfants ne sont pas contaminés.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 novembre à 17:59, par VISION En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Bravo Ousséni Sawadogo.
    le Seigneur vous garde, vous et votre famille !
    Vous accomplirez encore de grandes et belles choses.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 19:23, par figo En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Sauf erreur du rédacteur, il y a un élément très important dans l’article qu’il convient de relever car ça va remonter le moral de beaucoup de personnes visant la situation : au moment où M. Sawadogo informait son épouse de sa maladie, ils avaient deux (02) enfants. Maintenant ils en ont quatre (04). Si c’est vrai, quelle épouse extraordinaire et courageuse. Bravo Maman.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 20:31, par A qui la faute ? En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Félicitations pour la combativité !
    - Par ailleurs nous avons un problème transversal dans ce pays. Avoir beaucoup beaucoup d’enfants ne doit pas être l’ultime marque de notre passage sur terre. Au début on vous annonce cette lourde nouvelle et la préoccupation n’est pas de s’occuper des 2 enfants déjà existants ou pouvoir se soigner, mais plutôt comment faire encore d’autres enfants malgré ses coûteux soins ?
    Puissions-nous parvenir à éradiquer cette maladie comme la peste et la lèpre ont été vaincues

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 04:50, par Sainte Mireille En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Temoignange tres emouvant. Du courage a vous et que le sang precieux de Jesus vous guerisse et vous libere. Tous mes encouragements.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 09:34, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    - Mr Ousséni Sawadogo, vous êtes tout simplement admirable et honnête. Or Dieu sait récompenser les gens honnêtes. Puisse ce même Dieu permettre que le médicaments curatifs de ce mal soit vite trouvés et qu’il agisse sur les coeurs des grands capitalistes afin que leurs égoismes diminuent pour que les ARV soient en version générique et accessibles à tous.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:44, par john Promised En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Du courage Monsieur SAWADOGO. Que le Seigneur vous vous soutienne.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 13:38, par Ka En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Comme j’ai l’habitude de le dire dans ce forum, ‘’’’dénoncer les choses qui vont ou ne vont pas, n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale, bien au contraire, c’est une aide vers la perfection qui n’est pas donné à tout le monde. Monsieur Sawadogo dans un pays ou le fatalisme est sur toutes les lèvres, vous êtes un courageux. Que Dieu tout puissant vous accompagne dans votre lutte, et surtout donne plus de courage à votre famille. Souvenez-vous que la franchise a toujours été le vrais remède qui guérie tout sans condition.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 17:02, par HAMADOU OUMAROU En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Je loue le courage et l’engagement de cet homme dans le combat pour la prise en charge médicale et psychosociale des personnes infectées car au délà de sa personne ,il a apporté un soutien et un réconfort à d’autres personnes infectées à travers la création de l’association buud sugri qui aujourd’hui compte beaucoup d’adhérants,car il a su convaincre d’autres malades à créer ce cadre qui leur permet de se retrouver et partager leurs expériences pour non seulement mener une vie positive mais aussi se secourir mutuellement ,bon vent ! tout le plaisir a été pour moi de travailler à accompagner cette association.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 17:07, par DAMN En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    BRAVO M SAWADOGO ET FAMILLE
    ILS SONT COMBIEN D autorités A VIVRE AVEC CETTE MALADIE SANS OSER EN PARLER ET AU LIEU D AIDER CEUX QUI N ONT PAS LES MOYENS ILS PREFERENT SAUTER DANS LES AVIONS POUR DE MEILLEURS TRAITEMENTS AVEC L ARGENT DE TOUT LE MONDE, A L EXTÉRIEUR !
    ET PUIS TANT QUE LES GRANDS LABOS VONT VOIR LE FRIC AU DELÀ DE LA VIE ET QUE LES AUTORITÉS AFRICAINES NE VONT POINT CHANGER PALUDISME CANCER
    hépatites DIALYSES PAUVRETÉ FAMINE, ETC VONT CONTINUER A DÉCIMER L AFRIQUE !

    PS CHÈRES autorités PENSEZ VOUS QU APRÈS LE POUVOIR VOUS AUREZ LA possibilité D ALLER A L extérieur POUR SOIGNER VOTRE SIDA, VOTRE CANCER ? POURQUOI PAS DES CENTRES SUR PLACE ET L ACCOMPAGNEMENT DE LA RECHERCHE ?
    NUL NE PEUT résoudre NOTRE PROBLÈME A NOTRE PLACE

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 17:57, par PIETRO VENEZIA En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    L’ Herpes zoster ophthalmicus (HZO) ( Zona Ophtalmique) est la manifestation clinique de la réactivation de l’infection latente du virus varicella-zoster (VZV) dans la branche ophtalmique du nerf trigéminal. En raison d’une immunité cellulaire altérée, les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) courent un risque accru de développer un HZO . Si le HZO cutané n’est pas traité, la participation oculaire se produit dans plus de la moitié des patients et mène à la douleur débilitante chronique, à l’affaiblissement visuel et, par la suite, à la cécité unilatérale . Ces complications oculaires sont plus fréquentes chez les personnes infectées par le VIH et ont une présentation clinique plus sévère et un taux de récidive plus élevé. L’ Inflammation cornéenne et l’opacification et l’uvéite antérieure sont les complications les plus courantes, mais les paralysies oculaires du nerf crânien, la névralgie, les déformations des paupières, la conjonctivite (blepharo), la sclérite (épi) et la névrite optique peuvent également se produire . Dans la phase aigue de HZO, les complications cornéennes « tôt » peuvent se développer telles que la kératite épithéliale de punctate et la kératite dendritique ; ceux-ci sont associés à un risque minimal de déficience visuelle. Cependant, si elle n’est pas traitée, la progression vers des complications cornées chroniques à un stade avancé avec une déficience visuelle grave due à l’opacification et à l’ulcération cornéennes peut se développer . Dans les cas où l’uvéite se produit, l’uvéite antérieure aigue HZO-associée légère peut progresser aux étapes de vue-menaçantes dues à l’inflammation chronique menant à l’oedème cornéen, à l’atrophie d’iris, au synaechiae postérieur et à la formation de cataracte . Ainsi, la reconnaissance tôt de la participation oculaire dans les patients de HZO et l’initiation suivante du traitement oral et topique ciblé est essentielle pour empêcher la morbidité oculaire. L’Afrique du Sud est fortement affectée par l’épidémie de VIH et la présentation clinique du HZO dermique est relativement commune . Les informations sur les manifestations oculaires du HZO chez les Africains sub-sahariens infectés par le VIH sont rares. Mes meilleurs voeux. Docteur Pietro Venezia

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 18:08, par BOUREIMA SAWADOGO En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Salut. Témoignage réconfortant. Bon courage. Pas facile mais avec l’aide de Dieu, tout ira bien.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 10:12, par Fille d’une victime En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    J’en ai les larmes aux yeux en vous lisant. Je puis vous dire que vous avez eu la grace divine d’etre tombé sur des gens qui vous ont épaulé ; c’est courageux de votre part de faire ce témoignage qui va reconforter des malades et leur famille. Vivre avec ce mal ce n’est pas une fatalité. Ma mère est morte en 2000 de ce mal par manque de soins (en parti) et ayant voulu cacher sa maladie. En lisant votre témoignage ce matin, je revis ces moments difficiles et pénibles et je me dis si c’était aujourd’hui j’aurai fait tout mon POSSIBLE pour l’avoir parmi nous mais hélas c’est la volonté de Dieu. courage à vous et profiter de chaque instant de votre famille

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre à 16:54, par Mylène En réponse à : Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence

    Courage pour la suite ! On en connait tous des gens qui ont vécus avec ce mal et qui ont tout fait pour le cacher à leur proche par honte et pourtant, ils ne les auraient pas jugés.

    Communiquez numéro de compte Orange ou bancaire pour ceux qui voudraient faire des dons pour vous aider dans vos actions.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : Infecté par le VIH, Ousséni Sawadogo mène un combat contre le silence
Mode : Moussa Korogo, le petit couturier du quartier devenu businessman
Recyclage : Amiratou Porgo ou comment transformer les pneus usagés en objets d’art
Réparateur de téléphones portables au Burkina : Un métier qui ne connait pas la crise
Entreprenariat : « Mon ambition est d’habiller un jour les Etalons », Daouda Dianda, équipementier sportif
Bertine Ouédraogo, animatrice de Web TV : De la diplomatie à la caméra, le parcours d’une femme qui valorise la femme
Mode : « Quand on parle de création, il faut repousser les limites », Joël Vignon
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (M’aandyS) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés