Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Gestion des catastrophes : 23 stagiaires de 11 pays certifiés à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 22 novembre 2019 à 21h45min
Gestion des catastrophes : 23 stagiaires de 11 pays certifiés à Ouagadougou

23 stagiaires de 11 pays africains ont reçu ce 22 novembre 2019, leurs certificats de fin de formation de commandant des opérations de secours et de directeur des secours médicaux. Trois semaines durant, à l’Institut supérieur d’études et de protection civile (ISEPC) de Ouagadougou, les officiers supérieurs sapeur-pompiers, des capitaines anciens et des médecins militaires, intervenant dans la chaine de gestion de secours de leurs pays ont été outillés pour mieux gérer les catastrophes quand elles surviennent.

Pour la troisième fois, l’Institut supérieur d’études et de protection civile (ISEPC) de Ouagadougou met à la disposition des pays africains, des commandants d’opérations de secours et des directeurs des secours médicaux. La session 2019 a regroupé 23 stagiaires du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de Djibouti, du Gabon, de la Guinée Conakry, de Madagascar, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal. Officiers supérieurs sapeur-pompiers, capitaines anciens et médecins militaires, ils ont été pétris trois semaines durant pour mériter le certificat qui fait d’eux, des commandants d’opérations de secours et des directeurs des secours médicaux.

Selon le Colonel Abdel Zongo, directeur général de l’Institut supérieur d’études et de protection civile (ISEPC), les impétrants peuvent désormais sauver des vies tout en luttant contre le sinistre initial, ce de façon simultanée et coordonnée.

Notamment durant les trois semaines d’apprentissage, ils ont acquis les techniques de raisonnement tactiques nécessaires ; ils ont appris à connaitre l’environnement multiservices d’une opération d’ampleur. Aussi, désormais, les certifiés sont à mesure de commander une opération de secours d’envergure et mieux gérer la communication de crise à la survenue d’une catastrophe d’ampleur.

Le Colonel Abdel Zongo a invité les désormais anciens stagiaires à avoir toujours à l’esprit que la crise qui génère de la surprise, est parfois inhabituelle et difficilement prévisible. Aussi, elle implique des enjeux matériels, et des enjeux socio-économiques. De ce fait, les apprenants devraient savoir que « commander, c’est prévoir ». Cette formation intervient dans un environnement national, sous -régional et international particulier.

Le Directeur général a poursuivi en indiquant que « dans un contexte marqué par la récurrence des crises sociopolitiques, le terrorisme et les catastrophes de tout genre qui mettent à rude épreuve aussi bien les forces de défense et de sécurité, que les acteurs de protection civile », les nouveaux certifiés doivent être désormais capables d’organiser les secours, conduire les opérations tout en rassurant les populations. Désormais ambassadeurs de l’Institut supérieur d’études et de protection civile (ISEPC), les impétrants devront se surpasser et travailler à mériter leurs diplômes, a recommandé le Colonel.

Pour le délégué de la promotion, le médecin lieutenant-colonel Tiendrébéogo Omar, cette formation était attendue et elle améliorera les pratiques sur le terrain. « Actuellement, nous avons des problèmes liés au terrorisme, à l’insécurité grandissante dans notre pays et dans la sous-région ; cette formation nous permet de gérer les situations d’attaque terroristes à travers le sauvetage et le secours, l’organisation du sauvetage et des secours en cas de victimes nombreuses », a-t-il dit. Il a en outre témoigné la gratitude de la promotion aux experts français qui se sont investis pour le bon déroulement de la formation.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
Dimensionnement et gestion des réservoirs de barrages : Une conférence réunit des professionnels du domaine à Ouagadougou
Problématique du chômage : L’ANPE dévoile ses actions en faveur des jeunes
Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel : Les acteurs satisfaits des résultats
Burkina : Des agents recenseurs de Barsalogho en colère
5e RGPH : Un questionnaire pour prendre en compte les personnes vivant avec un handicap
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés