Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les difficultés n’existent pas. Il y a seulement des challenges qui une fois relevés nous rendent expert dans un domaine qui nous était jusque là inconnu» Nora Samir

Région du Centre-Est : La police de l’eau ferme des unités de production illégales

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 21 novembre 2019 à 23h15min
Région du Centre-Est : La police de l’eau ferme des unités de production illégales

La police de l’eau de la région du Centre-Est a effectué, le 20 novembre 2019 à Tenkodogo et à Koupéla, des patrouilles de contrôle de conformité des unités de production d’eau préemballées et de postes d’eau autonome destinée à la consommation. Il s’est agi de vérifier si les unités de production d’eau disposent du protocole d’analyse et du certificat d’homologation. A l’issue des contrôles, quatre unités de production d’eau ont été fermées et des propriétaires de postes d’eau autonome interpellés. L’équipe de la police de l’eau est aussi allée faire le constat des activités de production de contre-saison sur les berges du barrage d’Intengué.

La police de l’eau de la région du Centre-Est, dans le cadre de ses missions, a entamé depuis quelques jours sur le terrain, une série de contrôles des unités de production d’eau préemballée et des postes d’eau autonome. Cette sortie avait aussi pour objectif de faire le constat des activités de culture de contre-saison sur les berges du barrage d’Intengué.

Sur le terrain, 60 Postes d’eau autonome (PEA) et 42 unités de production d’eau préemballée ont été identifiés et contrôlés par la police de l’eau. Ainsi, quatre unités de production d’eau préemballée ont été fermées pour non-conformité à la règlementation en vigueur.

En effet, elles ne possèdent pas de protocole d’analyse d’eau agréé par un laboratoire reconnu par l’Etat et le certificat d’homologation. « La police de l’eau est présente pour accompagner les propriétaires d’unités de production d’eau et les PEA à se conformer à la règlementation afin d’assurer à la population une eau de qualité. Si certains que nous avons interpellés à travers des recommandations de se conformer refusent, nous sommes obligés de faire appliquer la loi », a souligné Arouna Soré, chef de service de la police de l’eau.

Le hic est que les propriétaires des unités de production d’eau préemballée débutent les activités sans souvent aucun document administratif. Même interpellés, certains continuent la production sans tenir compte des recommandations. C’est le cas de l’unité de production d’eau préemballée Cawsara, sise à Tenkodogo, qui a été fermée avec la saisine de 19 rouleaux de sachets d’emballage.

En ce qui concerne les PEA réalisés par des personnes de bonne volonté pour aider la population à pallier le manque d’eau au niveau l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), la police de l’eau demande aux propriétaires, un document prouvant que l’eau est analysée de façon périodique. Par manque dudit document, certains PEA ont été fermés par la police de l’eau. D’autres en revanche ont les documents mais le taux de nitrate est trop élevé, ou sont installés dans un environnement insalubre.

Outre le contrôle des unités de production d’eau et des PEA, la police de l’eau est allée faire le constat de l’exploitation des berges du barrage d’Intengué par la population pour la culture de contre-saison, malgré les multiples sensibilisations sur le taux avancé de l’ensablement du barrage. Gabriel Bagagnan, exploitant sur la berge du barrage, avoue qu’ils ont été sensibilisés mais c’est le manque de travail qui pousse la population à continuer. « Si l’Etat nous offre d’autres solutions, nous partirons de la berge », promet-il.

En plus, il y a des risques de contamination de l’eau par des produits chimiques utilisés par les exploitants, alors que le barrage sert également à approvisionner en eau potable les villes de Koupéla et de Tenkodogo. « Après la phase d’observation sur le terrain, la police de l’eau est amenée à aller à la répression », a martelé le procureur de Tenkodogo, Adama Ouédraogo, qui a sous sa tutelle la police de l’eau. Il est donc demandé à la population de faire preuve de compréhension et de souci du bien commun.

En rappel, la police de l’eau a pour mission la protection de la ressource en eau et des écosystèmes associés.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »
Affaire Canal+Burkina : Le CDP dément les allégations portées à l’encontre de son président
Affaire des audios : « Défendons le vrai peuple maintenant », Dr Nestorine SANGARÉ
Santé au Burkina : Un numéro vert pour améliorer la gouvernance du système
ONEA : les clients se cherchent !
Étude du COVID-19 dans les communautés minières artisanales : L’Alliance pour une Mine Responsable se mobilise !
Lutte contre l’excision : La participation de la jeunesse au cœur de la 20e journée nationale
Yobi Barry : Le parcours d’une battante
Bobo-Dioulasso : Les agents communaux s’insurgent contre l’application de l’IUTS
Institut supérieur de technologie (IST) : Les curricula de formation en cours en relecture
Projet Contrats Durables pour le Riz des Hauts-Bassins : Un atelier pour faciliter son ancrage dans la zone d’intervention
Lutte contre le Covid-19 : Centamin West Africa fait don de produits d’hygiène au CHU-T
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés