Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 20 novembre 2019 à 21h55min
Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

A Tenkodogo, la population rencontre d’énormes difficultés pour avoir l’eau potable. Dans certains quartiers, malgré les branchements à l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), des familles peuvent passer trois jours à un mois sans une goutte d’eau au robinet. Il faut donc se contenter de l’eau des forages privés, une eau à la qualité douteuse. Si pour certains la situation dure depuis longtemps, d’autres estiment en revanche qu’elle s’est aggravée avec les travaux du 11-Décembre.

Des bornes-fontaines fermées ou supprimées, d’autres fonctionnant chaque deux ou trois jours. Dans les familles, il faut croiser les doigts pendant une semaine à un mois pour espérer d’avoir une goutte d’eau, malgré le branchement à l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA). C’est le triste constat à Tenkodogo.
Dans les secteurs 5 et 6 de la ville, les femmes font des va-et-vient à moto ou à vélo, à la recherche du liquide précieux. Souvent, il faut faire le pied de grue dès 5h du matin au forage.

Dans la famille Sorgho au secteur 6, Claudine avoue qu’avant même que Tenkodogo ne porte le fardeau de l’organisation du 11-Décembre 2019, la situation était déjà compliquée en matière d’accès à l’eau. Dans cette famille, il faut souvent attendre une semaine avant de recueillir de l’eau du robinet. Et ce qui est révoltant, c’est que l’ONEA continue d’amener des factures d’eau. Pour l’ONEA, cela s’explique par le fait qu’il y a un décalage de facturation et ceux qui continuent d’avoir des factures bénéficient des services de l’ONEA.

Un forage privé en fonction

Pour pallier ce manque d’eau, la population se rabat sur l’eau des forages privés. Et si ces forages permettent de se ravitailler en eau, la qualité du liquide qui en sort est douteuse.

Selon la mairie, certains propriétaires de forages privés n’ont pas de papier qui atteste que la qualité de l’eau servie est bonne. De son côté, l’ONEA explique qu’au regard du faible débit de l’eau dans certains quartiers, un système de rotation a été mis en place pour permettre à toute la population d’avoir de l’eau.

De son côté, la population estime qu’un travail de fond doit être fait pour permettre à la ville de disposer d’eau potable à tout moment. Pour les habitants de Tenkodogo, la mairie et l’ONEA ne font pas de cette question de l’accès à l’eau potable une priorité.

Pour le premier responsable de l’ONEA à Tenkodogo, Tegawendé Bangré, cette situation existe parce que « nous sommes dans une zone où la majorité des forages ont des débits qui ne sont pas aussi élevés comme dans les zones de la région de l’Ouest, ce qui fait que notre capacité de distribution est limitée ; d’où l’adoption de la distribution alternée ». Il poursuit en soutenant qu’avec la mise en place du nouveau réseau de distribution et le raccordement de dix nouveaux forages, tous les quartiers bénéficieront de l’eau potable dans les jours à venir.

Une fontaine publique fermée

En attendant, cette situation a contraint certaines personnes à déserter leurs domiciles pour se loger dans des hôtels, afin de bénéficier de l’eau. Ces hôtels sont alimentés par un forage. En 2010, un responsable de la justice de Tenkodogo a déplacé toute sa famille dans un hôtel de la commune pour avoir de l’eau potable.
Par ailleurs, à Tenkodogo, l’insalubrité a la peau dure. Certains font toujours leurs besoins à l’air libre. Aux secteurs 3, 4 et 5, l’insalubrité due aux comportements de la population empêche l’ONEA de déposer des conduites d’eau potable.

Pour la population, l’espoir est permis parce que, avec la célébration du 11-Décembre 2019, les lignes vont bouger pour permettre à la commune d’avoir de l’eau potable à domicile.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 novembre 2019 à 12:45, par ALI En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    Mr le directeur , BAGRE n’étant loin de Tenkodogo faite une proposition à votre ministre pour une solution définitive. Vous parlez de l’ouest , GAOUA à aussi des problèmes d’approvisionnement.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2019 à 12:51, par TRIANDEKOU En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    BBonjour,
    c’est la preuve que le MPP , Rock, le premier Ministre, doivent sérieusement revoir la gouvernance au niveau du ministère de l’Eau, et mettre enfin des gens d’une grande expérience a ce niveau. Monsieur le ministre vraiment est dépassé et fatigué par les années de retraites. Il y a des cadres dans ce secteur avec des expériences dans les institutions qui peuvent relever ce défi de corvée Zéro en 12 mois. Il suffit de chercher. au sein du BPN, nous avons hélas ces cadres compétents, pourquoi insister a laisser une personne qui ne peut même pas mobiliser son Village ?
    TRIANDEKOU

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2019 à 15:07, par Amadoum En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    "tous les quartiers beneficieront de l’’eau potable dans les jours a venir". De combien de jours et de quel jour particulier parlez-vous ?
    Avons-nous ici un delais ou juste un souhait ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2019 à 15:28, par OEIL En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    Le fiasco des deux dernières décennies de notre pays s’appelle l’ONEA. Pas une année ne passe sans que des milliards de conventions ne soient signés au profit de cette boite. Incompétence et affairisme. Et lorsqu’on regarde le résultat, c’est minable. Ouagadougou encore ça va. Bobo à coté, des zone encerclée d’à peine 3 où 4 ou lots de parcelle sont sans le branchement pendant 6 ans sans perspective. Je parle du secteur 18 que je connais. Malgré les demandes et les financement par cotisation des habitants, rien de bon. Je ne parle pas des autres provinces. Misérable entité.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2019 à 17:13, par Saalim En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    L’eau c’est la vie. Elle est aussi au cœur des initiatives de tout développement. Ce qui signifie que les départements ministériels doivent disposer de ligne budgétaire pour les réalisations des ouvrages d’eau. Le seul ministère en charge de l’eau ne viendra pas à bout de la corvée d’eau.
    Et dire que les budgets sont redirigés pour l’effort de guerre que nous impose le terrorisme ?
    Cependant, j’estime que le PNDES aurait été SMART si ses concepteurs avaient déclinés les objectifs sur un domaine en demandant aux autres secteurs de contribuer à l’atteinte de l’objectif. A défaut, nous dispersons les énergies et au bout de cinq ans, aucune avancée notable dans aucun domaine n’est observée.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2019 à 10:13, par said zoug En réponse à : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable

    Se sera comme le 11 décembre sans eau à Gaoua.Puis après la première pluie les infrastructures routières vont disparaîtres parceque le sol lui même a besoin d’eau.Sachez déterminer vos priorités serait-on tenté de dire.C’est l’eau on prend pour bâtir des infrastuctures solides.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Loropéni :Un conflit communautaire fait 3 morts
Régularisation des indemnités des magistrats : L’intersyndicale dénonce un "plan funeste pour asphyxier financièrement" les acteurs
Lutte contre le paludisme : La campagne de chimio prévention débute le 13 juillet 2020
Don de sang : Eddie Komboïgo, président du CDP et ses « camarades » sacrifient à la solidarité
Education : Les bisongo, un tremplin pour préparer les enfants du milieu rural au cycle primaire
Gestion des épidémies dans la Boucle du Mouhoun : Le plan de riposte exécuté à 63,21 ℅
Prix burkinabè de la qualité 2020 : CIMBurkina maintient sa place de champion dans la catégorie B
Procès recrutement frauduleux à la CNSS : « J’ai demandé le poste de secrétaire pour ma fille », reconnaît une fonctionnaire
Facturation de l’ONEA : Les responsables provinciaux de la Ligue des consommateurs du Burkina se familiarisent avec le relevé bimestriel
Burkina : La réconciliation est une nécessité, selon le président du HCRUN, Léandre Bassolé
Gendarmerie de Pô : Un réseau de malfrats mis hors d’état de nuire
Université Saint Thomas d’Aquin : Un centre hospitalier universitaire pour renforcer l’offre de santé et de formation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés