Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Surdité au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 13 novembre 2019 à 23h30min
Surdité au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées

Le ministère de la Santé, à travers la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles, a organisé ce mercredi 13 novembre 2019 en collaboration avec CBM, une rencontre d’information et de formation au profit des hommes et femmes de média sur la surdité. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la Journée mondiale des sourds célébrée le dernier samedi du mois de septembre de chaque année.

La surdité peut être définie comme « toute diminution de l’acuité auditive ou audition. Elle peut aller de la simple baisse (hypoacousie) à la perte totale de l’acuité auditive (cophose). », explique Dr Céline Bambara, médecin ORL au CHU Yalgado Ouédraogo.

La surdité est surtout un handicap qui n’est pas visible au premier abord et qui malheureusement touche au Burkina Faso 5% de la population, soit 1,2 millions de personnes, selon le recensement général de la population et de l’habitation de 2006. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), dans le monde, plus de 380 millions de personnes sont atteintes de surdité dont 32 millions d’enfants. Et si rien n’est fait, en 2050, 900 millions de personnes, soit une personne sur 10, en seront atteintes. Pourtant, selon Dr Bambara, 50% des causes de cette pathologie sont curables.

Les causes de cette maladie sont variées et multiples selon le Pr Ouoba Kampadilemba, médecin chef du service ORL au CHU Yalgado Ouédraogo. Il s’agit entre autres des infections de l’oreille telles que les otites, les traumatismes causés par les accidents, les bagarres. Il y a aussi les traumatismes sonores, notamment les bruits intenses, les bruits persistants qui rendent sourds à long terme. La surdité peut aussi être due à des malformations de l’oreille, aux tumeurs bénignes ou cancéreuses, au paludisme grave, aux oreillons, à la méningite, la rubéole, à la syphilis, à la souffrance fœtale pendant la grossesse, à l’anémie sévère de la femme enceinte, à certains médicaments, mais aussi à l’âge qui entraine un vieillissement de l’oreille interne.

Pr Ouoba, medécin chef de service ORL au CHU Yalgado Ouédraogo

Les traumatismes du tympan causés par des objets comme le coton tige, les bâtonnets, les plumes, les agressions, les corps étrangers introduits dans le conduit auditif peuvent aussi entrainer la surdité. « Le coton tige n’est pas fait pour nettoyer l’oreille. On ne peut bien nettoyer l’oreille que lorsqu’on la voit, donc par un praticien de la santé. Quand vous utilisez un coton-tige, vous allez enfoncer davantage des éléments habituels de l’oreille qu’on appelle le cérumen. Autant vous ne l’utilisez pas, mieux vous vous portez. Le coton-tige est fait de deux éléments, une tige solide et le coton. Vous pouvez facilement blesser le tympan. C’est la raison pour laquelle, nous ORL recommandons très peu l’usage du coton-tige qui doit être réservé aux agents de santé, particulièrement les ORL. »

Au regard de la multiplicité des causes de la surdité, il convient de consulter un ORL au moindre signe d’appel pouvant faire penser à cette pathologie, conseille Dr Bambara. Au nombre de ces signes, la non réaction aux bruits, le mauvais rendement scolaire, l’auto exclusion de la vie familiale, sociale ou professionnelle, la demande de répétition des mots, l’écoute à haut niveau des appareils sonores.

Une fois le diagnostic de surdité établi, le médecin propose alors le type de traitement approprié : celui curatif s’il s’agit d’une surdité curable, ou le traitement de réadaptation. Dans ce cas, le patient bénéficiera de prothèses auditives ou à défaut d’une éducation dans les écoles spécialisées pour les enfants malentendants.

Les implants cochléaires, bientôt une réalité au Burkina Faso

Le Burkina Faso dispose d’un programme national de lutte contre la surdité depuis 2002. Ce programme a permis de former le personnel de santé sur la prévention, le dépistage et la prise en charge de la surdité, mais aussi de mener des campagnes de dépistage et de sensibilisation sur les signes d’appel, les causes et la prévention de la surdité. Le pays est accompagné en cela par des ONG telles que CBM qui conduit le programme « Des oreilles saines et communication pour tous » qui permet entre autres d’appareiller des enfants malentendants. Une aide précieuse, quand on sait que le coût d’une prothèse auditive de moyenne qualité est d’environ 300 000 F CFA.

Mais dans le cadre de la lutte contre la surdité, un projet tient à cœur le Pr Ouoba : celui des implants cochléaires que la Société burkinabè d’ORL ambitionne d’opérationnaliser sous l’égide du ministère de la Santé. Ils sont le dernier recours pour vaincre la surdité lorsque les audioprothèses sont inopérantes.

Ces implants sont des dispositifs électroniques implantés directement par voie chirurgicale au niveau de l’oreille interne et qui permettent aux patients de réentendre. « C’est un projet qui nous tient à cœur, parce que cela permettra de régler le problème sur place au Burkina Faso. On n’aura pas besoin d’évacuer ces enfants. Lorsque ce projet verra le jour, ça nous permettra d’être autonomes. », indique le Pr Ouoba. Et le souhait du professeur, c’est qu’au premier trimestre de l’année 2020, ce projet soit une réalité.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fête de l’indépendance Tenkodogo 2019 : Le ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles célèbre également les mets locaux !
Lutte contre l’excision au Burkina Faso : L’Association burkinabè des professionnels de l’assistance sociale renforce les capacités de ses membres
Région du Nord : L’association SAULER dresse un bilan satisfaisant de ses activités de l’année 2019
Opération 1000 poches de sang : Le FPDCT subventionne la délivrance de la CNIB pour encourager le don de sang
11e promotion du master 2 en management et commerce international : 28 lauréats reçoivent leurs diplômes
Direction régionale de la santé du Centre-est : La SONABHY offre 100 bouteilles de gaz aux structures de santé
Commune de Lena : Le maire fait le point de trois ans de gestion
Journée internationale de l’alphabétisation : Pour une meilleure promotion des langues nationales au Burkina
Prévention et gestion des conflits au Nord : Des communautés de Thiou s’approprient les résultats d’une étude sur le dialogue interethnique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés