Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Situation nationale : "Soyons dans l’action et non l’incantation", invite Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale

Accueil > Actualités > Opinions • • mardi 12 novembre 2019 à 23h45min
Situation nationale :

Le ministre de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro, dans le message ci-après publié sur sa page Facebook, invite ses compatriotes à ne pas baisser les bras face à l’adversité car, dit-il, chaque époque à ses difficultés et chaque génération doit accomplir sa mission.

Après ce moment de deuil, il est sûr que la douleur est toujours vive et que beaucoup d’entre nous se posent diverses questions. Toutefois la meilleure manière d’honorer tous nos compatriotes victimes de cette barbarie, c’est de ne pas baisser les bras, ni de céder au découragement, mais de nous engager en répondant à l’appel de mobilisation générale du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE.

Pour que tant de souffrances et de sacrifices n’aient pas été consentis en vain, nous avons un devoir moral : Soyons dans l’action et non l’incantation. Chaque époque à ses difficultés et chaque génération doit accomplir sa mission.

Soyons fiers de nos Forces de Défenses et de Sécurités. Soyons fiers de tous ces enseignants, ces élus locaux, ces leaders religieux et coutumiers, ces fonctionnaires, bref de tous ces burkinabè qui malgré l’adversité, loin des débats et polémiques des réseaux sociaux font face au péril de leur vie chaque jour à ces barbares d’un autre temps. Oui, soyons conscients des difficultés, sans pour autant verser dans le catastrophisme ni le pessimisme systématique qui paralyse et qui n’avance à rien.

Oui ; ce combat ne peut se gagner que si tous les patriotes s’unissent et mettent leur ego, leur croyance… de côté pour ne plus mettre en avant qu’une seule valeur, LE COURAGE.

Bien sûr qu’il peut arriver que nous ayons peur, mais la lâcheté n’est pas d’avoir peur mais de ne pas agir, de ne pas combattre.

Occulter donc la dimension tragique de l’Histoire ce serait nous condamner à sortir de l’Histoire. On ne construit pas la Paix en renonçant à se défendre.

Le Burkina Faso n’a existé que parce que des hommes ont accepté de se sacrifier à sa cause et parce que cette cause les a unis jusqu’à l’ultime sacrifice. Travaillons donc à mériter d’en être les dignes héritiers.

Pr Stanislas Ouaro

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Invitation des chefs d’Etat du G5 Sahel : « Pour l’amour de la France, Macron est vexé et inquiet, pas arrogant »
Adresse du président du Faso à l’occasion du 59e anniversaire de l’indépendance : Que faut-il retenir ?
Le FMI et les garanties souveraines en Afrique : “Un faux procès d’intention contre EBOMAF”
Commémoration du 11-Décembre : « Les Burkinabè se connaissent-ils réellement les uns les autres ? », s’interroge Poé Naaba Tanga, ministre du Mogho Naaba
Invitation du président Macron à Pau : Le Mouvement citoyen africain pour la renaissance invite le président du Faso à s’aligner derrière le peuple
Invitation du président Macron à Pau : Réaction de Yacouba Isaac Zida
Le président Macron et le général Lecointre fâchés avec les chefs d’Etat et les populations des pays du G5 sahel. Et pourtant.
« Malheur à lui d’avoir choisi Pau », poème d’un citoyen sur la rencontre entre Macron et les chefs d’Etats du G5-Sahel
Sommet de Pau en France : « Chefs d’Etat du G5 Sahel, entendez le cri de la population consciente ! »
Invitation du président Macron à Pau : Ablassé Ouédraogo parie que nos gouvernants présenteront « de plates excuses »
Insécurité au Burkina : Les propositions de Salvador Yaméogo « avant qu’il ne soit trop tard »
Sentiment anti-français en Afrique : « Est-il encore possible d’aider la France ? » s’interroge Siaka Coulibaly
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés