Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

Accueil > Actualités > Société • • lundi 11 novembre 2019 à 23h23min
Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu ce lundi 11 novembre 2019 en fin de matinée, le Président Directeur général (PDG) de la Société d’exploration minière en Afrique de l’Ouest (SEMAFO INC), Benoît Desormeaux. Accompagné du président du Conseil d’administration (PCA) de SEMAFO/Burkina, Elie Justin Ouédraogo et de l’ambassadrice du Canada dans notre pays Carol McQueen, il a dit être venu apporter le soutien de sa société aux familles des victimes et au peuple burkinabè, après l’attaque d’un convoi de cars de la mine d’or de Boungou, qui a fait 39 morts et une soixantaine de blessés.

Après le drame qui a frappé la mine d’or de Boungou, située dans la région de l’Est et qui a endeuillé de nombreuses familles dans notre pays, le PDG de SEMAFO INC, Benoît Desormeaux, est venu du Canada, pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de cette attaque terroriste, ainsi qu’à l’ensemble du peuple burkinabè. Reçu ce lundi 11 novembre 2019, il a indiqué qu’il est venu s’assurer que les familles des victimes sont bien accompagnées et que les blessés sont également bien pris en charge. « Les opérations de la mine en ce moment-ci sont secondaires. Nous voulons nous assurer que l’ensemble de notre personnel est en sécurité », a-t-il déclaré à la fin de l’audience.

Benoît Desormeaux a rappelé qu’il fréquente notre pays depuis plus de 22 ans et que c’est également un grand deuil pour la grande famille de SEMAFO. « La rencontre avec le Chef du Gouvernement visait dans un premier temps, à témoigner la sympathie des responsables de la mine, aux familles des victimes et au peuple du Burkina Faso. On veut aussi voir avec l’Etat, comment nous pouvons reprendre la production à Boungou, tout en nous assurant qu’on peut le faire de façon sécuritaire. Nous avons encore un engagement avec le Burkina Faso, mais la priorité aujourd’hui, ce sont nos employés qui travaillent avec nous », a-t-il détaillé.

Le PDG de SEMAFO INC a par ailleurs confié que les employés restés à la mine d’or de Boungou sont en train d’être évacués, et que les opérations sont actuellement à l’arrêt sur ce site. En effet, a-t-il souligné, le drame qui est survenu le mercredi 6 novembre dernier, a eu des répercussions très importantes sur la vie de l’entreprise. Selon lui, sur les 240 personnes (employés, fournisseurs) transportées par le convoi des cinq cars, 39 d’entre elles ont perdu la vie, une soixantaine sont blessées et une personne manque toujours à l’appel. Avant donc de reprendre la production, les responsables de SEMAFO souhaitent s’assurer que toutes les mesures sécuritaires sont réunies. « Nous ne pouvons parler de partir du Burkina Faso. Nous sommes avec votre pays depuis de longues années. SEMAFO est en production ici depuis 2008 avec sa mine de Mana. Aujourd’hui, notre désir et notre objectif, c’est de reprendre les opérations, mais nous ne pouvons le faire, si ce n’est dans la sécurité », a insisté le patron de SEMAFO INC.

SEMAFO est une société minière canadienne. Son siège social est basé à Montréal, au Canada. Elle exploite la mine d’or Mana, laquelle est la troisième plus grande mine d’or de notre pays. Depuis 2018, la mine de Boungou est entrée en exploitation et une troisième est en chantier.

DCI/PM

Vos commentaires

  • Le 11 novembre à 15:57, par A qui la faute ? En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    garçon bête+fille bête = grossesse indésirée. Entre nous le peuple et nos gouvernants on ne sait pas qui est plus laxiste mais en tout cas les étrangers ont compris qu’ils peuvent optimiser sur la sécurité des travailleurs nationaux malgré tout l’argent des mines. Sur un site non burkinabé, j’apprends que les canadiens sont toujours transportés en hélicoptères et les burkinabé par bus. Pensez-vous qu’une société burkinabé aura le droit de faire la même chose dans un pays étranger ? Non. Pourquoi : parce que ces pays sont gouvernés et vont exiger les mêmes conditions de sécurité à leurs citoyens. C’est la moindre des choses. Dès que la société va recruter 40 remplaçants vous allez voir que les activités sont reparties. L’argent dirige le monde surtout dans les pays où les populations sont fiers de la richesse personnelle de leurs gouvernants, qui n’en demandent pas plus pour s’enrichir au mépris du bien être des populations. Cette situation est la conséquence de tout ce que nous avons concédé, accepté contre l’argent. D’autre part les travailleurs de la mines auraient grévé si la mine était exploitée par l’état.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 16:18, par yannick En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    ..."Aujourd’hui,notre désir et notre objectif,c’est de reprendre les opérations,mais nous ne pouvons le faire,si ce n’est dans la sécurité..." a dit le patron de SEMAFO INC,Benoit Desormeaux.
    J’ose espérer que pour des raisons de "secret défense",on ne peut évoquer publiquement les mesures prises par les responsables de SEMAFO INC pour accompagner le BURKINA FASO dans cette guerre contre le terrorisme.
    J’espère comme suggéré dans mes différents posts,que SEMAFO INC et toutes les Sociétés du privé participeront avec urgence à l’effort de guerre ne serait ce qu’avec une contribution de 1% de leurs chiffres d’affaires.
    Je me répète,aucune affaire ne se réalise dans l’insécurité.
    Merci d’etre venu physiquement au BURKINA pour présenter vos condoléances et soutenir les familles des employés victimes de cette attaque en lieu et place d’un communiqué depuis votre pays,le Canada.
    A la mémoire des personnes disparues,soutien aux blessés.Prompt rétablissement à chacune,à chacun.
    LA PATRIE OU LA MORT,NOUS VAINCRONS !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 18:02, par Zimm En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    Internaute 2 : Oui la sécurité et l’état de droit sont les deux premières conditions pour un climat SAIN d’investissement privé pour "essayer" de sortir le Burkina de l’extrême pauvreté via une certaine croissance économique. Visiblement l’état a failli. Dommage pour tout le monde, tout le monde est perdant !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 18:34, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    Is SEMAFO all of what it is cracked up to be ?

    1) Je suis desolé, SEMAFO, il y a longtemps, au Burkina, nous ne mangeons plus les "mercis", comme le disait un personnage dans un film burkinabé. Je refuse de croire en la sincerité de vos "condo" comme le diraient certains de nos diaspo.
    2) Je refuse et j"accuse, j’accuse ! Pourquoi, SEMAFO, ose aligner 5 cars de 240 personnes dans une zone marquée ROUGE et par le Ministère Francais des Affaires Etrangères et par les Autorités Burkinabè ?
    J’accuse ! Combien de fois les couvre-feux ont été prorogés dans la region de l’Est ? Vos presnetations de condoleances sont IRRECEVABLES. Je reste plutot enclin à croire qu’il s’agit d’une negligence prêtée aux terrorristes, comme une banque qui prêterait de l’argent à un client. Oui, cette negligence est intolerable et rame à contre-courant de tout bon sens securitaire. Tenez-vous bien. au Burkina, les PPS (Pug-puusem) sont des ceremonies de fiancailles traditionnelles qui se font en general dans le village de la fille. A l’occasion, il peut ya avoir un cortège de 5 à 10 vehicules. De nos jours, des citoyens, simple LAMDBA, s’avisent de ne s’y rendre (Zone Est) qu’avec un et un seul vehicule. SEMAFO en fait jusqu’à 5 cars de 240 personnes !
    3) SEMAFO, est-ce une société Wik-m-menga et Frères ? (Socièté de debrouillardise locale )
    - SEMAFO, est-ce une PME ?
    - SEMAFO, où mettons-nous la responsabilité societale d’entreprise et la responsabilité de l’employeur vis-à-vis de ses employés ?
    4) En conclusion, j’accuse SEMAFO :
    - de mis en danger flagrante la vie d’autrui
    - complicité avec des organisations criminelles
    5) Propositions de Solutions à SEMAFO :
    - accorder la nationalité Canadienne à toutes les familles de victimes
    - assurer leur vie et leur employabilité au Canada.
    6) Aux FDS, est-ce raisonnable d’accepter d’escorter des effectifs qui vont au-delà de votre puissance de feu ? à en croire les recits. Dieu reste Burkinabè"

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 19:01, par triste En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    Question : que prévoit Sémafo pour les familles ayant perdu une personne ? Idem pour les blessés dont certains seront peut-être handicapés à vie ? L’inégalité du traitement sécuritaire entre burkinabè (bus) et canadiens (hélicoptère) posent problème ! C’est triste car Sémafo se comporte en un capitaliste pur et dur où la vie d’un être humain n’a pas la même valeur selon que l’on est un citoyen d’un pays pauvre comme le Burkina Faso ou d’un pays riche comme le Canada.
    Est-ce que le Burkina n’a pas la capacité d’exploiter lui-même les richesses de son sous-sol sans faire appel aux multinationales occidentales ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 08:25, par Hamon En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    Voici ma proposition pour Monsieur le PDG Benoît Desormeaux : pour vous rendre service et par ricochet à notre peuple, je vous propose d’acheter deux MIG 35 Russes pour notre armée pour la surveillance des deux zones de vos activités à savoir Mana et Boungou. Notre armée se chargera de surveiller les deux zones nuit et jour, 24 heures sur 24 heures pour permettre à vos employés d’aller et venir sans problèmes. Le Burkina Faso peut même vous donner un autre site aurifère plus alléchant que les deux premières.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 12:38, par SIID YIID FAN En réponse à : Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè

    Et si l’attaque de Boungou sonnait la fin du terrorisme au Burkina à l’image des kamikazes japonais qui ont permis de connaître l’épilogue de la seconde guerre mondiale ?
    réfléchissez en cher gouvernement. Ses sociétés ne doivent plus que se contenter de payer des impôts, ils doivent aussi contribuer à la lutte contre le terrorisme.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’excision au Burkina Faso : L’Association burkinabè des professionnels de l’assistance sociale renforce les capacités de ses membres
Région du Nord : L’association SAULER dresse un bilan satisfaisant de ses activités de l’année 2019
Opération 1000 poches de sang : Le FPDCT subventionne la délivrance de la CNIB pour encourager le don de sang
11e promotion du master 2 en management et commerce international : 28 lauréats reçoivent leurs diplômes
Direction régionale de la santé du Centre-est : La SONABHY offre 100 bouteilles de gaz aux structures de santé
Commune de Lena : Le maire fait le point de trois ans de gestion
Journée internationale de l’alphabétisation : Pour une meilleure promotion des langues nationales au Burkina
Prévention et gestion des conflits au Nord : Des communautés de Thiou s’approprient les résultats d’une étude sur le dialogue interethnique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés