Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

Accueil > Actualités > Société • Par Sita TARBAGDO • dimanche 10 novembre 2019 à 23h29min
Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

Maître Titinga Frédéric Paceré (homme de culture, premier avocat, premier bâtonnier du Burkina Faso, chef coutumier de Manéga dans l’Oubritenga), devant les graves agressions du pays et le risque de sa désintégration par les attaques répétées, entraînant des centaines de morts de civils et de militaires, a saisi les plus hautes instances militaires du Burkina, pour demander son incorporation dans l’armée.

Maître Paceré, pour rappel, a aujourd’hui 76 ans. Malade, il a été plusieurs fois interné à l’hôpital. On se rappelle encore son évacuation d’urgence à l’extérieur (il y a 3 ou 4 années seulement), pour des soins qui ont nécessité une intervention chirurgicale. Rentré au pays natal, il a été victime, par deux fois, d’accident vasculaire cérébral. Après plus de trois mois de soins, il s’en est sorti sans séquelles très graves. Le 15 juin dernier, au lancement, dans son village, de ce qui a été appelé « Appel de Manéga pour la cohésion sociale, le vivre-ensemble et la paix au Burkina Faso », en plein discours, il est tombé en syncope. Il a été évacué immédiatement et assisté par trois médecins qui étaient à la cérémonie. Le 2 août dernier, en plein Ouagadougou, une autre chute en public.

C’est cet homme à la santé fragile, mais plein d’amour pour la patrie qui l’a vu naître, qui a demandé officiellement son incorporation dans l’armée burkinabè, pour répondre à l’appel du clairon du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, sonné le 7 novembre 2019 dans son message à la Nation suite à l’attaque terroriste qui a fait 38 morts et plusieurs blessés sur l’axe Ougarou-Boungou. La surprise est grande !

Mais pour qui connaît bien l’homme, rien d’étonnant en cela. En effet, il est des plus connus au pays ; mais dans l’opinion, il apparaît comme insaisissable et mystérieux, amoureux à mort du travail constructif de sa nation et de l’Afrique, reposant tout sur les valeurs de culture de son pays et du continent.

Maitre PACERE : "Mon engagement n’est pas un coup de théâtre ou d’instinct."

Toutefois, pour dire vrai, même si la situation de la nation est très inquiétante, la déclaration de Me Paceré surprend plus d’un. Mais à y réfléchir, son acte reste conforme à la nature de l’homme, si son âge et son état de santé n’étaient pas en cause. Certains, et même au sommet de l’Etat et de la hiérarchie militaire, pourraient penser à un coup de théâtre ou d’instinct ; mais l’homme, qui est toujours logique avec lui-même et son peuple, se justifie par sa vie qui va au-delà de son appartenance de nos jours à plusieurs Académies et à plusieurs autres Sociétés savantes d’Europe.

En effet, l’intéressé explique lui-même qu’à 16 ans, il s’était engagé dans une formation militaire à Koudougou, puis au camp militaire de Ouagadougou (camp Guillaume-Ouédraogo aujourd’hui), pour servir son pays si un jour celui-ci était attaqué. Il en est d’ailleurs ressorti avec une attestation de succès et un diplôme de succès au Brevet de préparation militaire, année 1959, avec la mention « Assez bien ». A l’époque, il était âgé de 16 ans, et était en classe de 4e au Cours normal de Koudougou.

Son pays, devenu indépendant en 1960, n’a pas connu une série d’attaques d’envergure comme celle qu’il connaît de nos jours. Pour avoir été en études en Europe pendant longtemps, il garde cependant, en souvenir lointain, le triste conflit entre le Mali et le Burkina.

Etant allé chez lui ce week-end pour m’enquérir de son état de santé, je lui ai demandé ce qu’il pouvait faire, à cet âge et malade, dans une armée. Il m’a répondu, d’un air grave, que « tout homme, quel que soit son âge, en cas de péril de la nation, peut, d’une manière ou d’une autre, être d’utilité, et même militaire, pour son pays. Le service, ici, peut ne pas être physique sur le théâtre des opérations. Mais par exemple, il peut être d’encouragement psychologique, d’encadrement par la sensibilisation aux valeurs de bravoure et de lutte pour la sauvegarde du pays « Il peut y avoir des psychologues dans des circonstances de nécessité. Mais des personnes âgées, de crédibilité certaine à l’échelon national, à côté des combattants, peuvent être de service pour la bravoure et le combat. Tout le monde peut servir ; toutes les personnes peuvent servir si elles sont de conviction, convaincues du caractère sacré de la nation. Il nous faut remonter, par notre soutien, le moral des troupes et de leurs encadreurs », a expliqué Me Paceré.

"Tout âge est sollicité pour sauver la patrie."

Malgré son âge avancé qui pourrait être un handicap à sa volonté d’agir, Me Paceré est formel : « Dans ce contexte d’agressions de notre pays, tout âge est sollicité pour sauver la patrie en danger ».

"Je souhaite un engagement total de toutes les couches sociales pour la cause nationale"

Décidé et engagé à sa manière au front des combats contre le terrorisme qui menace la survie de la nation burkinabè, Me Paceré souhaite que dans les deux semaines à venir, au moins 10 000 citoyens de ce pays s’engagent pour la guerre contre le terrorisme, à Ouagadougou ; 10 000 à Bobo-Dioulasso et 10 000 dans chacune des autres régions du Burkina Faso. « L’appréciation ou la réserve sur l’aptitude de chaque postulant relèvera de la souveraineté de l’armée. Mais je souhaite un engagement total de toutes les couches sociales - femmes et hommes, jeunes et anciens de toute la nation - pour cette cause nationale de la défense de la patrie en danger », conclut Me Titinga Frédéric Paceré.

Témoignage de Maître Pacéré à son fils Sita Tarbagdo, journaliste

Vos commentaires

  • Le 11 novembre à 00:26, par Hamon En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Maître Pacéré, éminent patriote jusqu’aux orteils, je vous vénère. Chef coutumier, homme de culture, avocat émérite, je vous vénère, Que Dieu vous protège jusqu’à l’éternité.

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 14:46, par Maria de Ziniaré En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

      Que ceux qui voient regardent que ceux qui entendent écoutent. Ça c’est le cri de cœur du vrai voltaïque, homme pétri de valeur d’honnêteté de courage de justice et d’amour pour la patrie. Comme vous nous le rappelez dans vos ouvrages sur nos traditions même la vie du DIMA pouvait être sacrifié par le collège des gardiens de la tradition si la survie du royaume l’exigeait.
      Alors vieux voltaiques, jeune homoBurkinabè, et surtout les anciens étudiants voltaiques khokhozien de Dijon qu’il soit ancien dealer de parcelles de Ouaga et aujourd’hui redoublant éternel à la classe de vice-président de la CAMORA (suivez mon regard) ou qu’il soit palpeur de feuilles, prenez en de la graine il s’agit du Faso ou du Ba-yiri qui n’a pas de prix

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 02:01, par yannick En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Maître Passéré TITINGA,
    Par ce reportage,nous redécouvrons le sentiment profond de votre amour pour cette Terre du Burkina,toujours combattue mais jamais vaincue.
    A 76ans, même diminué par l’âge et la maladie,vous avez encore toute l’énergie que j’admire en vous.
    Ceux qui entendent, vous ont entendu,
    Ceux qui voient,aperçoivent sans doute l’avancée de la menace sur tout le territoire :
    - des villages abandonnés aux terroristes,
    - la perte de notre liberté de parcourir notre propre pays de l’est à l’ouest et du nord au sud,
    - les enterrements continus des innocentes et innocents de cette agression sans que nos larmes ne sèchent,
    - des milliers d’orphelins,de veuves et de veufs.
    Allons nous continuer d’accepter de nous barricader ?
    Allons nous continuer de rester passifs,insouciants,face aux assassinats quotidiens de nos enfants,de nos femmes,de nos hommes ?
    NON, nous ne devons plus accepter de reculer face à ces criminels ni céder le moindre centimètre de notre cher Faso.
    Comptons sur nos propres forces,notre amour pour ce pays et le défendre même au prix du sacrifice suprême.
    Notre héritage commun légué par nos ancêtres reste le Burkina Faso.
    Des millions de patriotes répondront à l’appel !!!
    LA PATRIE OU LA MORT,NOUS VAINCRONS !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 05:35, par Inosa En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Bien dit papa Pacéré. Si tout le monde avait cette vision, y’a longtemps que les terroristes avaient fuit.
    Malheureusement c’est pas le cas. Nous assistons à des querelles intestines et des grèves interminables.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 06:51, par Peuple Insurgé En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Jusque là je trouve que les burkinabe (politiques, coutumiers et intellectuels) refusent de se poser les bonnes questions. Dans ce cas pas étonnant que l’on continue de tâtonner dans le sang de nos compatriotes, et c’est bien dommage. Pire, nous refusons d’apprendre de nos erreurs dans cette tragédie que nous vivons.
    Quelqu’un à dit dans ce forum que NOTRE LEADERSHIP N’EST PAS À LA HAUTEUR. Même un petit groupement villageois est voué à l’échec s’il n’a pas de leadership. Ne parlons pas d’un pays.
    Pourquoi le terrorisme à pris si facilement dans notre pays ? Pourquoi une quinzaine de terroristes arrivent à s’emparer si facilement d’une commune entière. La gouvernance dans notre pays depuis les gouvernements qui se sont succédés n’ont pas travaillé à construire un état nation. Et cela nous rattrape. Et pire notre tâtonnement agrave nos erreurs passées. Pendant ce temps l’ennemi qui lorgne nos ressources, se frotte les mains.

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 09:17, par BOUBOU BLANCHE En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

      Je suis totalement d’accord avec vous....nous ne sommes pas un Etat Nation....Depuis toujours, nos gouvernements ont travaillé à nous montré l’Égoïsme et non le patriotisme, la corruption et non l’honnêteté, la division sociale à travers la politique et non l’union,
      la politique à fait tant de mal dans nos maisons que dans nos cœurs..... l’intérêt d’une nation devrait passer avant toute chose....Mais hélas !

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 07:14, par moralite En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    J’ai des larmes aux yeux car au lieu de tel patriotisme d’autres burkinabes prennent des armes pour faire voler notre patrie aux eclats.
    Puisse votre patriotrisme inspirer plus d’un.
    Quelle sagesse !
    Dieu vous accorde longue vie et une meilleure sante.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 08:11, par Franc En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Un exemple à suivre. Tout est sollicité pour la défense de la patrie mère

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 08:26, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Avec tous les pouvoirs mystiques qu’on lui prête, il sera d’un grand apport pour la défense de la patrie. D’ailleurs c’est le moment de valoriser tous les pouvoirs mystiques que les africains prétendent détenir et n’allez pas me dire que cela ne marche pas avec les terroristes. En effet, au vue des atrocités commises, tous les chefs de terre du Burkina devraient bannir ces gens et s’ils refusent ces sanctions, alors toutes les rigueurs des traditions devraient leur être appliquées (pertes de capacité de nuire par tous les moyens).

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 09:48, par Ouaga En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

      Que l’armée donne tout de suite acte d’engagement à Maître Pacéré. Me Pacéré interpelle aussi bien les jeunes que les plus âgés. Personne n’est de trop dans la défense de la patrie. Le type et le niveau de contribution peuvent varier, mais l’essentiel est de ne pas croiser les bras et végéter dans le laxisme et l’immobilisme. Que Maître Pacéré utilise ses puissances mystiques dont il serait dépositaire ou que sa demande soit de l’ordre du symbolique pour aiguiser l’engagement des plus aptes physiquement, rien de mauvais.

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 09:27, par Bragues En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    « Tout homme, quel que soit son âge, en cas de péril de la nation, peut, d’une manière ou d’une autre, être d’utilité, et même militaire, pour son pays. Le service, ici, peut ne pas être physique sur le théâtre des opérations. Mais par exemple, il peut être d’encouragement psychologique, d’encadrement par la sensibilisation aux valeurs de bravoure et de lutte pour la sauvegarde du pays » (Pacéré, 2019). Me Maître Titinga Frédéric PACÉRÉ a tout dit et je crois à sa sincérité. De mon point de vue, cette personnalité emblématique et pleine de valeurs peut effectivement apporter sa contribution à la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso, malgré son état de santé. Je voudrais tout simplement et humblement lui dire MERCI !
    PS : Je voudrais savoir si un fonctionnaire de l’État burkinabè peut demander son incorporation dans l’armée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et comment. L’idée de m’y engager me taraude l’esprit depuis belle lurette !!! Et si Grand Père a décidé de s’engager, pourquoi pas moi ??? Et pourquoi pas toi "son of Zion" ??? Songes-y !!!

    May ALLAH The Mercifuland & The Omnipresent bless us forever ! Peace, Love & Harmony for Burkina Faso ! JAH Guide !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 10:22, par bationo xavier En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    j’ai les larmes aux yeux cela dépasse tout entendement

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 11:53, par Manuel En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Bonjour.
    Grande leçon de morale à tous ceux qui s’attaquent au Peuple du Burkina. surtout ceux pour qui il n’y a que les injures comme mode d’expression.
    Merci pour cette leçon et je termine avec le président Abraham Lincoln qui disait qu’une nation divisée court à sa perte.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 12:17, par Bebeto En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    A PAPI PACÉRÉ
    Non Papi, nous n’accepterons pas que vous soyez incorporé dans l’armée, parce que nous jeunes tes enfants et petits enfants sommes la pour ça.
    Papi, nous ne vous laisserons pas aller au front, parce que c’est le devoir de nous tes fils et petits fils.
    Papi, nous jeunes avons compris le sens profond de votre message. Et très grand merci pour votre message plein de sagesse qui a réveillé toutes nos énergies.
    Le chef de l’État a sonné le tocsin de la mobilisation, vous, en tant que garant de nos traditions, vous avez pris le relai de ce tocsin. Vous avez fait votre devoir et de la plus belle manière. Que c’est très beau Papi !!! Je me rend compte que le beau ce n’est pas souvent ce que nous imaginons.
    Papi, rassurez- vous la patrie dont vous êtes un des dignes dépositaires des valeurs ancestrales sera sauvé vaille que vaille, parce que nous saisissons le sens profond et la portée de votre message. Dit, rien sue hier, votre message est déjà inscrit en lettre d’or dans l’histoire du BF.
    Que Dieu Tout Puissant vous bénisse, qu’il continue à vous inspirer en tant que Papi pour nous guider et nous galvaniser.
    Nous vous aimons très fort Papi PACÉRÉ.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 12:38, par Le combattant En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Maitre,, vous avez assez fait pour le pays. Reposez vous maintenant.
    C’est autour des leaders religieux, le présent et son gouvernement, les OSC d’aller au front.
    Les responsables coutumiers aussi sont invités à prendre les armes.

    Tous ceux qui ont prôné à corps et à cri le changement sont invités à assumer leurs responsabilités. Le pouvoir leur appartient, en avant pour l’accomplissement totale de l’insurrection du 30 et 31 octobre.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 12:53, par Fils de Tampané En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Merci bien au journaliste TARBAGDO pour ce beau reportage et Témoignage. J’estime à mon humble avis que face à ce péril commun que nous vivons, ce devait être le rôle fondamental que tout homme des médias doit accomplir pour sonner la mobilisation générale et annihilé par tous les moyens les messages alarmants lancés par les terroristes et leurs suppôts pour apeurer les populations.
    Chapeau à Sa Majesté le chef de Manèga qui nous donne l’exemple vivant d’engagement.
    J’estime que les FDS devront diffuser les messages pour montrer où il faut aller pour s’inscrire comme volontaire dans toutes les circonscriptions administratives du pays car on n’est pas suffisament renseigné sur cela.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 13:06, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    "Zabr pa zagbo, ti b yânsê n baood kasem ye" . Cette citation, premonitoire, que je tiens depuis le drame de SEMAFOi est une citation depuis belle lurette heritée des travaux recherchés du Père de la Bendrologie : "la bagarre n’est nullement une partie de tô à se regaler, où l’on doive attendre les ainés". Quelques informations micro-biographique de l’homme à l’attention de ces faux intellectuels axiologiquement arrieré, constitué en un "amen corner" face à ces pontificateurs bigots des droits-de-l’homisme  :
    Biographie de notre Respecté Naaba Panentugri : (source Balguissa Sawadogo, EcoduFaso)
    1- Titulaire de la Licence Es Sciences Juridiques de Droit Public (actuelle Maîtrise)
    De l’Université de Rennes, Faculté de Droit et de Sciences Economiques, (France, 19 Juin 1972, Mention ASSEZ BIEN 1972)
    2- Titulaire de la Licence Ès Lettres et Sociologie ...
    3- Titulaire du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (C.A.P.A.) 1972 Option. Droit Public Sciences Politiques de l’Université de Rennes (France) ;
    4- Titulaire du B.A.P.P. et du B.P.M.E. (Brevet de Préparation Militaire Elémentaire). République Française, Secrétariat d’Etat aux Forces Armées (TOM) Service de L’Entrainement Préparatoire et des Réserves, Attestation de Succès au BPME N°223233 du 16 Juin 1959, Session d’Examen 1959 passés les 11 et 12 Juin à Koudougou. Acte signé du Commandant du Détachement, Département de la Haute Volta ;
    5- Suspension des études en milieu d’année de Doctorat, (1973), mois d’Avril, pour rejoindre précipitamment le Pays en proie à la sécheresse, à la famine avec des morts dans son village, pour s’intégrer à la population afin de lutter contre les calamités (Voir Œuvres sociales).
    6- Diplôme, Attestation de Succès, « Cours de Sécurité Avancée sur le Terrain », département de la Sûreté et de la Sécurité de l’ONU, 26 Octobre 2007 ; (Me PACERE Expert Indépendant sur la Situation des Droits de l’Homme en RDC, 2004-2008, Conseil des Droits de l’Homme, Genève, New York, ONU).
    - Intelligentsia Burkinabè, vrais comme faux intellectuels, qui dit mieux ? Droit-de-l’homisme par ci, droit-de-l’homisme par là !
    - Relisez bien les points 4) et 5)  : Ceci explique bien cela ! Malheureusement, je ne connais pas le ZAB-YOURE de notre Reverend Chef, pour leur sonner le cor. America, right or wrong !
    Que Dieu et ses Archanges veillent sur ce Volontariat !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 13:32, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    1) Pidm-padm, pidm padm, tond kabs yêsa ! (essai caricaturale du langage du tam-tam). Que son Reverend Chef le Naaba Panentugri nous permette d’en rajouter à sa cause. Qu’il me permette de lui ajouter le surnom de "Jacques Verges de l’Afrique, l’Enfant Utile de Manega".

    2) Voici un temoignage de Naaba Panentugri, alors toujours Avocat. (source : NetAfrique : "Me Paceré, appel à mon pays, à la Magistrature, ..")
    "J’ai connu une expérience unique dans ce pays et le seul Avocat de l’histoire pour qu’on me comprenne dans le fait que j’implore mon pays de tout faire pour le respect des Droits de la Défense et du droit à la vie, je précise que j’ai accompagné un de mes clients devant le peloton d’exécution ; il chantait les versets de coran et clamait son innocence ; il me demanda de lui tenir la main quand on allait l’exécuter, ce que je fis ; la Sécurité m’écarta mais m’autorisa à rester à un peu plus de 2 mètres à côté de lui malgré les risques de balles perdues ; ....... et je reçus sur moi, en plein visage et mon corps, tout le c........ et le sang ; je perdis pratiquement la vue."
    3) Qui dit mieux en matière de compassion et de defense de droits humains ?
    Que la Grace du Tout-Puissant accompagne cette mobilisation generale !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 15:07, par Made En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Si je reflechis :
    1/le premier place l’honneur en avant comme vertu de son engagement au combat : c’est Maitre Paceré Titinga, la sagesse ;
    2/le deusième place l’argent en avant comme vertu de son engagement au combat : c’est le maire de Ouagadougou l"economiste.
    Dans un pays pauvre comme la BF, laquelle des deux vertus part gagante ?
    Nos hommes politiques et autres dirigeants doivent arreter de penser que tout tourne autour de l’avoir, l’argent, l’argent....
    La meilleure arme pour mobiliser tous les Burkinabés pour la patrie, se fait avec zero francs : c’est ce que Maitre Paceré est en train d’enseigner aux Politiciens qui ne pensent qu’à l’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 15:20, par Bantchandi En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Papa merci pour cette leçon que tu nous donnes à nous les jeunes ah les gars de l’appel de Manéga allez-y hein le padre vous invite à emboîter le pas. Pour la paix Enrôlons-nous.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 16:44, par Gwandba En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    J’avoue avoir été dubitatif dès les premiers instants de l’annonce de la demande faite par le papa d’être enrouler pour défendre le pays. Mais après explication et après avoir saisi la substance, je comprend mieux. Force est de se rendre de nouveau à l’évidence que la période révolutionnaire avait déjà trouver la solution à ce type de problème car, la formation militaire, idéologique et militaire dont devait bénéficier la population pouvait aujourd’hui envoyé au front des engagés formés. hélas, nous somme dans un pays où tous ne voulons pas de la construction solide brique par brique. cependant, il n’est pas tard si nous voulons redresser le tire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 17:12, par Têedbeogo En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Père, me voici !
    Du pic du Nahouri
    De la boucle du Mouhoun
    Des dunes du Lorum

    De la forêt dense de Boungou
    Des champs d’arachide du Boulgou
    Des bords du Nakâbé
    Je t’ai entendu appeler

    De la vallée du Kou
    Des grottes de Déou
    Des collines de Tongomael
    J’ai entendu ton appel.

    Si tu prends ton carquois
    J’en porterai trois
    Pour chacun de tes pas
    Ma foulée retentira

    L’essaim d’abeilles sur le karité
    L’idiot l’a lapidé
    Ne lui seront d’aucun recours
    Ses cris au secours.

    L’oiseau étourdi par ses cris
    A appelé le pluie
    Qu’il ne s’étonne point des torrents
    Qu’il n’avait jamais vus de son vivant.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 17:16, par Marie En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Ou est passe le Koro Yamyele quand on a besoin de l’entendre ? Pas de declaration d’engagement sur le terrain ? Ce serait tres encourgeant. Imaginez un peu lui suivant Me. Passere et nous le suivant. Ainsi bien conduits sur le champ de bataille, decides et resolus, on fera des exploits. En tout cas, bien que femme, je suis prete. S’il faut mourir, mieux vaut succomber luttant avec l’ennemi que cache sous son lit.

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 20:20, par verite no1 En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

      Marie, le Koro ne bougera pas pour une seule raison : Son bangui matinal !!!!!! Ca va m’etonner qu’on le laisse boire du bangui au front, ca risque d’etre dangereux ! Il suffit qu’il voit un arbre et il va penser que c’est un terroriste et commencer a tirer sur tout ce qui bouge !!!!!!! Il est aussi un wackman et pourrait vraiment aider mais helas, son bangui !!!!!!
      Toi et le vieux Titinga, je vous remercie pour votre bravoure, meme si vous ne partez pas, l’intention vaut l’acte et c’est deja bien.

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 17:56, par SOME En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    La surprise n’est pas grande, c’est la honte qui est grande pour son president et ses soldats. Et ce ne sera pas 10000 citoyens mais 5 millions de burkinabe, mais eulement si ah oui si l’armee elle meme prend ses responsabilites et se montre digne de porter ce nom d’armee. Malheureusement ce n’est pas encore le cas aujourd’hui.

    Pourtant cette armee était déjà une armee populaire mais elle a gaché ce soutien. A l’heure actuelle cette fusion armee et civils n’est plus automatique. C’est une honte de faire appel a des volontaires pour defendre le pays quand il y a une armee qui ne fait meme pas le minimum.

    Oui nous voyons le piege, là où ils veulent nous amener. C’est a croire que roch fait tout pour tomber dans le piege, meme si l’autre piege c’est la « confrontation » avec l’armee... Certes le probleme est plus complexe, mais la la hierarchie militaire a manqué (!?) d’analyse politique et strategique ou... de courage militaire. Mais surtout le chef supreme des armees : Roch lui-même et son gouvernement de copains ne sont pas a la hauteur de la situation car ils ont voulu ignorer les conditions dans lesquelles ils sont arrives au pouvoir. Le peuple et le pays est en train de le payer cher mais eux ils risquent de le payer plus cher encore. Il a fait un choix et il doit l’assumer : il a voulu oublier la tactique de l’entrisme eh bien ! il le paie aujourd’hui. Roch est entouré de gens qui n’ont rien a faire de l’avenir de ce pays et de ce peuple.

    Ce que dit maitre pacere ne prenons pas cela a la surface, c’est beaucoup plus profond que cela . D’ailleurs c’est ce que demandent les populations depuis longtemps. Pourquoi le president ne declenche-t-il pas la mobilisation generale des armees d’abord et ensuite des soldats en civils (le peuple) encadrés par l’armee gendarmerie et police ? C’est ce que demandent les dozos, kolgweogo et autres milices populaires. Cet encadrement est essentiel. « Un militaire est un civil en mission et un civil est un militaire en permission » Thomas Sankara.

    Ces voyous ne sont pas des islamistes comme on veut nous le faire accepter. Ce ne sont que des desoeuvrés mercenaires mordus a l’appat du gain et employés par qui on peut imaginer. Les renseignements generaux peuvent s’en occuper, mais pourquoi ils ont abandonné les populations au debut qui ont voulu cooperer et reclamaient de cooperer avec les forces de securité ? Certes il faut etre precautionneux mais il y a des limites (meme si tout est fait pour nous faire franchir ces limites et atteindre leur but). Il faut expliquer un minimum au peuple au lieu de venir faire des communiqués insipides dans la langue de bois politique

    Hymne du Wassoulou
    « Si tu ne peux organiser, diriger et défendre le pays de tes pères, fais appel aux hommes plus valeureux.
    Si tu ne peux dire la vérité, en tout lieu et en tout temps, fais appel aux hommes plus courageux.
    Si tu ne peux exprimer courageusement tes pensées, donne la parole aux griots.
    Si tu ne peux être impartial, cède le trône aux hommes justes.
    Si tu ne peux protéger le peuple et braver l’ennemi, donne ton sabre de guerre aux femmes, qui t’indiqueront le chemin de l’honneur.
    Oh Fama ! Le peuple te fait confiance, il te fait confiance parce que tu incarnes ses vertus
    . »
    Voilà des exigences du peuple à travers les griots vis-à-vis du Roi Almamy Samory Touré, qui ne seraient pas de trop, gravées, en lettres d’or, dans les bureaux de bien des chefs d’Etat actuels.

    Nous savons que tout cela en est ainsi parce que sankara n’est plus là, mais il a dit : tuez sankara il se levera 1000 autres sankara. Non pas mille mais des millions aujourd’hui : nous sommes les enfants de sankara
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 18:03, par Burkindi En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Bien parlé, Papy. Merci beaucoup Papy. Ca c’est la marque des grands hommes ! C’est ça le BURKINDI ! C’est la sagacité et la témérité dans la sagesse qui parle. Merci de nous avoir REVEILLES. Que Dieu vous garde en bonne santé afin que vous demeuriez longtemps parmi nous pour nous conseiller, nous appuyer par tous les moyens et nous montrer le chemin. Un adage ne dit—il pas qu’un vieux assis voit plus loin qu’un enfant debout ? Mais de grâce, Papy, ne nous mettez pas, nous jeunes, la honte en allant sur le terrain des opérations. Restez à la maison et faites votre TRAVAIL étant à la maison. Vos enfants, petits enfants et arrières petits enfants feront le reste proprement sur le terrain, s’ils sont vraiment les fils de leurs pères. Nous attendons maintenant que les 5 Dima se prononcent et s’enrôlent comme Papy Pacéré. Il s’agit du Dima de tenkodogo, du Dima du Yatenga, du Dima de Ouogdgo ou Mogho Naba, du Dima de Boussouma, du Dima du Gourma. Les Dimbi suivront forcément après avec leurs populations. Je fais en même temps un clin d’oeil aussi aux Tiéba et hommes forts de l’ouest avec leurs dozos (Bobo, Banfora, Orodara, Sindou, Moussodougou, Dédougou, le Kénédougou, Gaoua, le Tuy, Boromo, etc…). Ça va barder pour les terroristes ! Ahhhh dja ! Merci encore au Papy Pacéré pour avoir montré la voie et donné le top départ. Nous autres, on attend seulement le recrutement pour la zone de Ouaga pour s’enrôler rapidement et se faire former militairement (guérilla). Les petits mécréants gringalets de terroristes tirailleurs de 15-20 ans ne sont pas mieux que nous en terme de formation si nous en recevons un peu. Naan lara, an saara. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 19:30, par MOREBALLA En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Si les décideurs de l’état avait eu la juste vision des aménagements à apporter au péril terroriste, nous n’en serons pas là aujourd’hui. Juste les armes nécessaires à l’auto défense par communauté. C’est maintenant que les dépositaires du culte des ancêtres agiront dans la légalité pour la survie et à l’éradication des enfants du mal ; il n’ y pas à craindre pour une quelconque génocide, seulement que les uns et les autres acceptent l’esprit de vivre - ensemble et le refus de la facilité des dogmes ethnicises.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 21:28, par Toto En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    C’est un homme respectable et un patriote comme il n’y en a plus beaucoup dans ce Faso. Un tel engagement aurait tache d’huile en d’autres temps. Le vrai problème du Burkina actuel est que nous n’avons pas d’homme d’état ni de politicien dignes de ce nom. Aucun ne pense à la patrie avant son ventre et son bas-ventre à commencer meme par l’actuel president dont la préoccupation est d’obtenir son deuxième mandat en toute légalité coute que coute, tant pis si le pays s’effondre. Je crois que c’est difficile de demander aux autres d’aller au de la de ses propres limites. Certains ont trouvé l’occasion de se venger des adversaires ou ennemis d’hier. Le Burkina n’a jamais été aussi divisé, aussi corrompu aussi incivil que Sous Roch. Si Roch est incapable de diriger et qu’il se limite à diriger par procuration, et à laisser ses ministres régler leurs comptes personnels avec les opposants, il ne pourra compter que sur une partie des Burkinabé et peut être pas les plus nombreux.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 13:10, par DANIEL S. SAWADOGO En réponse à : Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée

    Juste ce message plein d’amour est suffisant pour notre encouragement,voila un sage qui rayonne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Un drone finit son vol dans une concession
Commune de Kongoussi : Le directeur régional de Plan International solidaire des déplacés internes
Présence militaire étrangère au Burkina : Le MBDHP/Séno se pose des questions
Association hommes et femmes pour le développement du Sourou et du Nayala : 25 ans au service du bien-être des populations
Entrepreneuriat des jeunes : La Fondation Tony Elumelu et le PNUD volent au secours de 5000 porteurs de projets
Règles douloureuses : « Aucune femme n’a le droit d’en souffrir en 2019 », Pr Der Adolphe Somé, gynécologue-obstétricien
Cour d’Appel de Ouagadougou : 99 dossiers de crimes seront jugés dans la période du 16 décembre 2019 au 10 janvier 2020
Centres de formation professionnelle au Burkina : L’éducation sexuelle complète désormais inscrite au programme
Sécurité : 18 kg de drogues saisis à Bourzanga (Centre-Nord)
Gouvernance locale et cohésion sociale : Le rôle des collectivités et des organisations de la société civile examiné dans le Plateau central
Annuaire statistique : Le tout sécuritaire du Burkina dans un document
Santé : Le Club des hommes d’affaires franco-burkinabè sensible à la cause des insuffisants rénaux et du cancer infantile
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés