Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde vοyаit tοus lеs mοtifs qui lеs рrοduisеnt.» Duc François de La Rochefoucauld

Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

Accueil > Actualités > Opinions • Par Sayouba Traoré • jeudi 7 novembre 2019 à 12h57min
Insécurité au Burkina :

Les nouvelles du front ne sont pas bonnes. C’est même insoutenable, pour celui qui a encore une conscience. Toutefois, ne cédons pas à la psychose. Car la psychose démoralise le grand nombre, crée des fractures en notre sein. C’est l’objectif premier d’un combattant sans visage.

Si nous nous laissons gagner par la psychose, l’ennemi aura remporté la moitié de la victoire. Croyez moi, si nous sommes désunis, nous aurions nous-mêmes réunis les conditions de la défaite prochaine.

J’ai des proches et des amis qui ont été frappés. Des familles qui ne savent plus quoi entreprendre.

Rester au village sous les menaces de forces obscures, ou partir sur les chemins incertains de l’exil. De ce simple fait, je suis au coeur du problème que d’autres frères Burkinabé découvrent à présent. C’est la géographie qui veut que nous vivons le problème depuis les débuts.

Mais j’ai toujours dit de ne céder ni à la psychose, ni à la haine envers son prochain. Ce sont des mots difficiles à entendre pour celui qui pleure un parent. Et j’ai prononcé quand même ces phrases sans craindre d’affronter le regard de la veuve, et les gémissements des orphelins. Des gens qui ont craché quand je partais.

Je sais au fond de moi qu’ils ont raison. Et je sais aussi que je n’ai pas entièrement tort. Ainsi va la vie, qui sait nous rappeler que nous sommes peu de chose.

Je le sais, souvent les mots sont impuissants. Mes condoléances, tout de même !

Sayouba Traoré
Journaliste, écrivain

Vos commentaires

  • Le 7 novembre 2019 à 13:30, par wendlassida En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

    BONJOUR ET MERCI POUR LE PARTAGE.
    AU DELA DES CONSEILS, JE PENSE QU’IL FAUT QUE LE GOUVERNEMENT METTE LES MOYENS MILITAIRES POUR QUE LES POPULATIONS VICTIMES S AUTODEFENDENT.
    - COMMENT SE REFENDAIENT NOS GRAND PARENTS AU VILLAGE ?
    - EST CE QU’ILS ATTENDAIENT LES BRAS CROISES POUR SE DÉFENDRE ?
    - LE MOMENT EST VENU D’ORGANISER LES POPULATIONS AVEC DES ARMES DE GUERRE ET VOUS VERREZ QU A MOINS D’UN MOIS, IL Y AURA DU SUCRES
    .
    CEUX LA QUI ATTAQUENT, EN DEHORS DE L’ARME QU’ILS DETIENNENT, QU’EST CE QU’ILS PEUVENT NOUS FAIRE ?
    RIEN DU TOUT.
    L’HEURE EST VENU DE NOUS BATTRE JUSQU’AU PRIX DU SACRIFICE.
    LES TERRORISTES NE SONT PAS PLUS NOMBREUX QUE NOTRE POPULATION ; S’IL FAUT SÉPARER L’IVRAIE DES BONS GRAINS, IL FAUT LE FAIRE SANS PITIÉ.

    Répondre à ce message

    • Le 7 novembre 2019 à 16:22, par Goulgoulé En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

      Sans remettre en cause la pertinence de vos propos, la seule question qui continue à me ronger les méninges est la suivante : QUelle interpretation chaque Burkinabé fait de la notion du sacrifice ?

      Du point de vue d’un homme intègre, on pourra dire à l’image de Thomas Sankara, que le Sacrifice consiste à se priver de tout le confort à sa disposition pour améliorer la qualité de vie de la masse populaire, au risque même de sacrifier sa vie.

      D’un autre point de vue, le sacrifice a constituer à ôter la vie des autres pour améliorer son propre confort, tout en soumettant la masse populaire à la terreur, allant parfois même à ôter la vie de journaliste qui ose simplement informer l’opinion sur leur dérives.

      Le grand paradoxe c’est quand des moyens de l’état, et plus précisement d’une institution sensée assurer notre sécurité sont détournés à d’autres fins, pendant que nos FDS n’ont pas la capacité de faire voler un petit drone d’inspection pour surveiller certaines zones sensibles.

      Moi je veux bien m’engager pour sacrifier mes projets et même ma vie pour liberer ma patrie, mais face à ces incohérences j’aimerai d’abord savoir quel sera l’attitude de ces même responsables, si leur enfants étaient en première ligne sur les champs de bataille ?

      N’allaient -ils pas s’assurer que leur enfants portaient les meilleurs gilets pare-balle avant d’aller combattre ?

      Fini l’heure des beaux discours, car tout citoyens intègre n’écoute plus ce que racontent tous ces gouvernants, mais observent plutot ce qu’ils font.

      Que nos gouvernants soient d’abord l’exemple de ce qu’ils souhaitent que le Faso deviennent. S’ils ne montrent pas l’exemple du Sacrifice pour leur Patrie, c’est que leur interêts sont ailleurs et l’histoire les jugera en temps opportuns.

      Tous les bigots qui attendznt que Dieu descende pour sauver le Burkina seront déçu de constater que Dieu n’en a rien à foutre, après nous envoyer Thomas Sankara et tous l’héritage qu’ils nous a légué.

      Quelqu’un n’est -il pas en train de jubiler du côté de la lagune ébrié ? là où l’on a prophétisé le malheur du Burkina à travers des multiples attaques ?

      D’une fiction téléphonique mal ficelée par 2 scénaristes chapeautée par un production en faillite, nous voilà plongés au coeur de la réalité, avec un scénario qui marche à perfection....
      A quand la fin du tournage ou du cauchemar ?

      Seule le temps nous donnera la réponse à tous ces questionnements.

      Répondre à ce message

    • Le 7 novembre 2019 à 19:27, par Razambia En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

      Merci et felicitation a l auteur et tout les intervenants.Seulement je doute fort que tout les Burkinabe soient dans cette disposition d esprit.Oui,ou certains sont cyniques ou attardés.Sinon comment peut t on expliqué que des Burkina se plaisent a publier des morts causés par les suppots de satan.Ou encore des messages appocalyptiques de nature a faire peur aux citoyen.Un ami a perdu son fils militaire la semaine passée et il m a annoncé la mauvaise nouvelle avec une tres grande dignité.Je lui tire mon chapeau.

      Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2019 à 15:31, par Fils du Pays En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

    Merci au frère Sayouba pour ces phrases de condoléances et ces conseils. C´est douloureux, courage et que Dieu nous protège contre le mal.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2019 à 16:28, par yannick En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

    Wendlassida,je partage ton avis que je me dois de compléter par quelques petites suggestions d’un profane que je suis.
    A l’exemple du peuple français qui c’était mobilisé contre les nazis,des villes à l’image de Paris ont été défendu par des RESISTANTS composés de volontaires femmes et hommes.
    N’attendons pas tout de l’état.
    Une guerre coute très chers et les seuls moyens d’un pays pauvre comme le Burkina ne peuvent faire face à cette menace.
    L’heure est venue pour un sursaut national,une mobilisation générale de toutes les filles et tous les fils du Burkina.
    Malgré tous ses efforts,l’armée à elle seule ne peut obtenir la victoire contre le terrorisme.Soyons sincères de le reconnaitre vu le nombre des militaires chargés de combattre un ennemi "infiltré et invisible" sur une superficie de 274.200km2.
    Alors que faut il faire dans l’immédiat ?
    - décréter une guerre populaire générale sur toute l’étendue du territoire,
    - décréter un effort de guerre spécial soumis à toutes les sociétés d’état,publiques comme privées en vu d’équiper nos forces de défenses de tous les moyens nécessaires,
    - décréter le recrutement de supplétifs militaires dans toutes les régions du Burkina avec leur formation militaire accélérée ensuite leurs équipements en armement sous commandement d’ un encadrement militaire dans chaque zone de défense.
    - sélectionner les meilleurs éléments de l’armée pour la création d’un corps d’élite de Forces Spéciales composé de 3000 éléments à former dans des pays qui ont de longues expériences anti-terroristes,
    - créer donc 03 ZONES DE DEFENSE au Burkina avec répartition de 1000 éléments des Forces Spéciales chacune.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2019 à 20:04, par Tapsoba Désiré En réponse à : Insécurité au Burkina : "Ne cédons pas à la psychose", exhorte Sayouba Traoré

    Une nation, un peuple,un destin commun. Une même détermination face à un ennemi qui veut nous détruire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Djibrill Bassolé hospitalisé au CHU de Tengandogo
Message des autorités coutumières et religieuses : Le Faso Autrement salue un langage « direct et franc »
Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »
Affectation de Hervé Ouattara dans le Sahel : Maître Paul KERE s’insurge contre la politisation de l’administration au Burkina
Sahel : « A qui profitent les discours antifrançais ? » s’interroge Guillaume Lafargue, journaliste indépendant
Développement d’un entrepreneuriat inclusif et durable : Le financement participatif comme alternative
Transformation des produits agricoles locaux : Un investissement à grande valeur ajoutée
IUTS sur les indemnités et les primes : « Un sacrifice nécessaire pour la nation »
Un instituteur écrit au président du Faso : « Prêchez par l’exemple et vous aurez votre trêve sociale demandée »
Retour sur le message de nouvel an du Président du Faso : Un Burkina Faso uni sortira victorieux selon Poussi Sawadogo
Situation nationale : Le Burkinabè, le terrorisme et l’œcuménisme
Invitation des chefs d’Etat du G5 Sahel : « Pour l’amour de la France, Macron est vexé et inquiet, pas arrogant », explique Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés