Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly : Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 5 novembre 2019 à 00h52min
Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly :  Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe

Ouagadougou a abrité, ce 4 novembre 2019, la quatrième session ordinaire de la commission technique interministérielle d’appui à la réalisation des études de la construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly. A l’occasion de cette session de deux jours, la commission technique va procéder à l’examen des rapports d’études d’avant-projet détaillées des barrages de Banwaly et de Bassiéri, et le rapport d’études d’avant-projet sommaire du barrage de Ouessa. A terme, ces barrages vont permettre d’accroître les capacités de production agricole, pastorale, hydroélectrique et piscicole ainsi que la production d’eau potable pour la consommation humaine.

Dans le cadre de la lutte pour l’atteinte de la sécurité alimentaire, le gouvernement burkinabè, à travers le ministère de l’Eau et de l’Assainissement, a fait de la mobilisation des ressources en eau, l’une des priorités de sa nouvelle feuille de route. Cette nouvelle orientation s’est traduite par l’accélération de la réalisation des barrages de Ouessa, de Bassiéri et de Banwaly. C’est dans cette dynamique que la commission technique interministérielle d’appui à la réalisation des études de construction des trois barrages tient sa quatrième session ordinaire.

Durant 48 heures, la commission technique va passer à la loupe, les études de faisabilité restituées par les différents cabinets d’études afin d’apprécier les multiples options des projets. Autour de ces éléments-clés du rapport, les experts, à travers des échanges, vont apporter des observations et des orientations pour aider au choix des variantes et permettre la poursuite des investigations nécessaires à la réalisation des ouvrages, notamment celui de Bassiéri et de Banwaly.

Des participants

En effet, concernant ces deux sites, les études sont en cours de finalisation et les consultants n’attendent que les dernières préoccupations de la commission technique afin de permettre d’aller pratiquement vers la réalisation. Pour ce qui concerne l’ouvrage de Ouessa, cette session va également permettre de prendre des recommandations et des orientations pour mieux affiner les propositions afin d’évoluer vers l’élaboration de l’avant-projet détaillé.

Le sécrétaire général du ministère en charge de l’eau Alassoun Sori

Pour Adama Nombré, chargé de mission pour le barrage de Bissiéri, « le stockage de l’eau est fondamental pour le développement d’un pays ». Ces études permettront de faire des barrages de Ouessa, de Bassiéri et de Banwaly, des ouvrages hydro-électriques et hydro-agricoles pour accroître les capacités de production agricole, pastorale et piscicole ainsi que la production d’eau potable pour la consommation humaine. Pour Alassoun Sori, secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, « ces ouvrages ont des enjeux économiques très importants. Une des contraintes majeures de notre développement est la mobilisation des ressources en eau et nous sommes en train d’aller vers la maîtrise de cette ressource à travers la réalisation de ces ouvrages ».

Adama Nombré chargé de mission pour le barrage de Bissiéri

Chaque ouvrage à réaliser possède plusieurs caractéristiques. Par exemple, le barrage de Bassiéri sera implanté sur un affluent du fleuve Niger qu’on appelle la Sirba, dans la province de la Komandjari. Les études ont permis de définir un ouvrage qui va retenir 700 millions de mètres cubes pour répondre à des besoins multiples. Cet ouvrage contribuera à maîtriser l’eau pour développer l’agriculture et alimenter certaines zones en électricité avec l’installation d’une centrale de 3 mégawatts.

En rappel, pour garantir la qualité technique des études, la commission regroupe plusieurs départements mis en place par un arrêté interministériel le 27 mars 2018.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Accès à l’eau potable : Les femmes de Loropéni appellent au secours
Commune de Seytenga : Le MBDHP/Séno organise une journée de salubrité
Actions climatiques au Burkina Faso : L’état des lieux dressé à travers deux rapports
Sécurisation des corridors biologiques n°1 et n°2 : Un message de plaidoyer livré au Ministre Batio Nestor Bassière
Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité national de suivi fait le point des activités
Ministère de l’Environnement : Le programme budgétaire 088 passé en revue
Journée mondiale des toilettes 2019 : « Pour la santé et la dignité humaine, agissons ! »
Gestion durable des terres : Des cas d’école dans la région du Plateau Central
Eau et assainissement : EAA outille des acteurs du secteur de l’eau sur la thématique du marketing et de la mobilisation sociale
Dégâts causés par les animaux sauvages : Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) indemnise 160 victimes
Lutte contre le changement climatique : Des jeunes analysent leurs contributions
Grande muraille verte : Betta, un village écolo dans le Plateau central
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés