Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans chaque être humain une force intérieure qui, une fois libérée, peut faire de chaque vision, rêve ou désir, une réalité» Anthony Robbins

Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly : Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 5 novembre 2019 à 00h52min
Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly :  Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe

Ouagadougou a abrité, ce 4 novembre 2019, la quatrième session ordinaire de la commission technique interministérielle d’appui à la réalisation des études de la construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly. A l’occasion de cette session de deux jours, la commission technique va procéder à l’examen des rapports d’études d’avant-projet détaillées des barrages de Banwaly et de Bassiéri, et le rapport d’études d’avant-projet sommaire du barrage de Ouessa. A terme, ces barrages vont permettre d’accroître les capacités de production agricole, pastorale, hydroélectrique et piscicole ainsi que la production d’eau potable pour la consommation humaine.

Dans le cadre de la lutte pour l’atteinte de la sécurité alimentaire, le gouvernement burkinabè, à travers le ministère de l’Eau et de l’Assainissement, a fait de la mobilisation des ressources en eau, l’une des priorités de sa nouvelle feuille de route. Cette nouvelle orientation s’est traduite par l’accélération de la réalisation des barrages de Ouessa, de Bassiéri et de Banwaly. C’est dans cette dynamique que la commission technique interministérielle d’appui à la réalisation des études de construction des trois barrages tient sa quatrième session ordinaire.

Durant 48 heures, la commission technique va passer à la loupe, les études de faisabilité restituées par les différents cabinets d’études afin d’apprécier les multiples options des projets. Autour de ces éléments-clés du rapport, les experts, à travers des échanges, vont apporter des observations et des orientations pour aider au choix des variantes et permettre la poursuite des investigations nécessaires à la réalisation des ouvrages, notamment celui de Bassiéri et de Banwaly.

Des participants

En effet, concernant ces deux sites, les études sont en cours de finalisation et les consultants n’attendent que les dernières préoccupations de la commission technique afin de permettre d’aller pratiquement vers la réalisation. Pour ce qui concerne l’ouvrage de Ouessa, cette session va également permettre de prendre des recommandations et des orientations pour mieux affiner les propositions afin d’évoluer vers l’élaboration de l’avant-projet détaillé.

Le sécrétaire général du ministère en charge de l’eau Alassoun Sori

Pour Adama Nombré, chargé de mission pour le barrage de Bissiéri, « le stockage de l’eau est fondamental pour le développement d’un pays ». Ces études permettront de faire des barrages de Ouessa, de Bassiéri et de Banwaly, des ouvrages hydro-électriques et hydro-agricoles pour accroître les capacités de production agricole, pastorale et piscicole ainsi que la production d’eau potable pour la consommation humaine. Pour Alassoun Sori, secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, « ces ouvrages ont des enjeux économiques très importants. Une des contraintes majeures de notre développement est la mobilisation des ressources en eau et nous sommes en train d’aller vers la maîtrise de cette ressource à travers la réalisation de ces ouvrages ».

Adama Nombré chargé de mission pour le barrage de Bissiéri

Chaque ouvrage à réaliser possède plusieurs caractéristiques. Par exemple, le barrage de Bassiéri sera implanté sur un affluent du fleuve Niger qu’on appelle la Sirba, dans la province de la Komandjari. Les études ont permis de définir un ouvrage qui va retenir 700 millions de mètres cubes pour répondre à des besoins multiples. Cet ouvrage contribuera à maîtriser l’eau pour développer l’agriculture et alimenter certaines zones en électricité avec l’installation d’une centrale de 3 mégawatts.

En rappel, pour garantir la qualité technique des études, la commission regroupe plusieurs départements mis en place par un arrêté interministériel le 27 mars 2018.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires
Environnement : Un atelier pour redéfinir les éléments de base pour une meilleure gestion des forêts
Environnement : Un nouveau projet pour améliorer la disponibilité de l’eau dans les aires fauniques
Changement climatique : Le Conseil national pour le développement durable forme les acteurs en suivi-évaluation
Développement durable : Vingt-cinq formateurs renforcent leurs capacités dans l’élaboration de cartes sur la gestion forestière
Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo
Ressources forestières : Le Fonds d’équipement des Nations unies explore les opportunités d’affaires dans le secteur
Pollution de l’eau et l’environnement : « Il est clairement établi que les pesticides sont toxiques pour l’homme », député Alidou Sanfo
Burkina : L’actualité météorologique pour les périodes de juin-juillet-août et juillet-août-septembre 2020
Eau et assainissement : Des députés burkinabè s’inspirent de l’expérience de l’ONG Eau Vive
CASEM du ministère de l’Eau : Les rapports annuels de performances des programmes budgétaires en examen
Déclassement de la forêt de Kua : Le Syndicat des travailleurs de l’environnement réclame la publication du rapport d’étude
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés