Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les difficultés n’existent pas. Il y a seulement des challenges qui une fois relevés nous rendent expert dans un domaine qui nous était jusque là inconnu» Nora Samir

Soutenance de thèse : « Les logiques sociales ne favorisent pas la construction d’une ville durable dans le Grand Ouaga », dixit Moubassiré Sigué, chercheur en sociologie

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • lundi 28 octobre 2019 à 23h45min
Soutenance de thèse : « Les logiques sociales ne favorisent pas la construction d’une ville durable dans le Grand Ouaga », dixit Moubassiré Sigué, chercheur en sociologie

Moubassiré Sigué, cadre du ministère de la Justice, a défendu avec succès, le samedi 26 octobre 2019 à l’Université Joseph Ki-Zerbo, sa thèse de doctorat en sociologie sur le thème : « Dynamique urbaine au Burkina Faso : contradictions entre pratiques des acteurs et construction d’une ville durable dans le Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga ». Le jury, présidé par le Pr Roger Tamassé Danioué, enseignant-chercheur à l’Université de Lomé (Togo), a jugé le travail recevable et lui a décerné la mention « Très honorable ».

Adopté en Conseil des ministres le 28 juillet 1999, le Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga, qui est en réalité un projet ambitieux, prend progressivement forme. Les orientations du Grand Ouaga sont entre autres la maitrise et la gestion de l’espace, le développement des infrastructures, le développement des activités de production et leur meilleure répartition, la maîtrise et la préservation des ressources naturelles
et un meilleur accès aux services sociaux et à un logement décent.

Mais la mise en œuvre de ce projet qui englobe les arrondissements de la ville de Ouagadougou et sept communes rurales environnantes que sont Komki Ipala, Komsilga, Koubri, Pabré, Saaba et Tanghin-Dassouri, dans la région du Centre ; et la commune rurale de Loumbila, dans la région du Plateau central, ne se fait pas sans difficultés. Une lenteur et surtout des conflits d’intérêts avec les populations constituent le lot de difficultés que rencontrent les acteurs sur le terrain.

Pour donc maitriser les obstacles à la concrétisation de ce projet, Moubassiré Sigué, candidat au grade de docteur en sociologie, a consacré son thème de recherche sur les contradictions entre les acteurs et la construction d’une ville durable. En plus clair, son thème était libellé comme suit : « Dynamique urbaine au Burkina Faso : contradictions entre pratiques des acteurs et construction d’une ville durable dans le Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga ». Le travail a été dirigé par Ali Sangaré, Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST).

« L’étude avait pour objectif de cerner les implications des stratégies et logiques sociales du Grand Ouaga et leur implication dans la construction d’une ville durable c’est-à-dire qui puisse satisfaire les besoins des générations présentes et futures. Qu’il s’agisse de besoins en termes de déplacement, du cadre de vie et autres », a indiqué l’impétrant. La conclusion de l’étude est sans équivoque quoique surprenante. « Nous sommes arrivés à la conclusion que les logiques sociales qui prévalent ne participent pas à la construction de la ville durable. Il y a un manque d’arrimage entre les politiques de planification urbaine et la mise en œuvre telle que exercée sur le terrain. Il y a aussi que les populations s’inscrivent dans une logique de maximisation du profit avec les spéculations foncières périurbaines », a affirmé le désormais docteur Sigué.

En effet, selon lui, les études font ressortir entre autres une interprétation contreproductive de l’assertion selon laquelle la terre appartient à l’Etat. Cela se ressent au sein de la population. « Lorsqu’on dit que la terre appartient à l’Etat, les populations installées sur l’aire du Grand Ouaga s’empressent de vendre leurs terres avant qu’elles ne soient retirées pour les besoins de l’Etat. Ce qui entraine une spéculation foncière dans les zones périurbaines de la ville de Ouagadougou », a-t-il expliqué.

Ayant jugé son travail scientifiquement mené et recevable, le jury lui a décerné la mention « très honorable ». Moubassiré Sigué fait désormais partie du cercle restreint des docteurs en sociologie et est une expertise sur laquelle l’Etat pourra s’appuyer pour le volet social de ses grandes réalisations notamment dans le cadre du projet Grand Ouaga.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
L’ère du COVID-19 : Les gros poissons mangent les petits dans les sites d’orpaillage du Burkina Faso.
Actions socio-économiques et environnementales prometteuses à l’échelle locale pour renforcer le bouclier des mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 en milieu Sahélien
Les monuments représentant la femme : Limitation ou valorisation ?
De la contribution des sciences sociales à lutte contre le Covid-19 au Burkina Faso !
Soutien à la relance économique au Burkina : « Les mesures risquent d’enrichir les entreprises sans effet conséquent sur l’économie nationale » dixit l’économiste, Jean SANON
Analyse des implications des mesures de gestion du COVID-19 au Burkina Faso
La maladie à Corona virus au Burkina Faso : Perceptions et attentes de la population
COVID-19 : Un mini-review sur la maladie à corona virus 2019 (Covid-19) ou virus à couronne
Covid-19 au Burkina : Des enseignants proposent un modèle numérique de prédiction
Le COVID–19 : quelle approche pour la riposte au Burkina Faso ?
Université Joseph Ki Zerbo : Abdoulaye Sawadogo analyse les rapports Homme-Nature-Culture dans la gestion de la forêt classée de Dindéresso
La démocratie participative locale : le budget participatif, une autre réalité de la citoyenneté active
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés