Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 24 octobre 2019 à 23h40min
Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

Dans une lettre ouverte adressée au Chef de file l’opposition burkinabè, le président de La Faso autrement accuse ce dernier de « jouer un double jeu avec le pouvoir et l’opposition ». Dr Ablassé Ouédraogo suspecte même le CFOP d’être « un agent du pouvoir MPP infiltré au sein de l’opposition politique burkinabè avec pour mission essentielle de contenir l’opposition et d’aider le Président Roch Marc Christian Kaboré à asseoir son pouvoir et ainsi de lui tracer un boulevard pour sa réélection en 2020 ». Nous vous proposons ci-après l’intégralité de la lettre.

Monsieur le Chef de File de l’Opposition Politique,

Nous vous rappelons que par déclaration publique faite le 21 juillet 2016, le parti Le Faso Autrement a choisi librement d’appartenir et de militer au sein de l’Opposition politique burkinabè conformément aux dispositions de la loi N° 046 -2013/AN du 17 décembre 2013.

Le Bureau Politique National de Le Faso Autrement était naturellement en droit d’attendre d’être invité par le CFOP à participer à ses réunions et activités afin de contribuer à l’animation collective et harmonieuse de l’Opposition.

Notre attente fut vaine, mais de guerre lasse, nous nous sommes résolus à vous contacter expressément à travers notre courrier en date du 06 septembre 2018 et réceptionnée le même jour par votre Directeur de Cabinet. A travers notre lettre, nous vous demandions instamment de nous communiquer le programme des activités et concertations de l’opposition politique au Burkina Faso.

A notre grande surprise, cette demande est restée jusqu’à ce jour sans suite. Et nous vous avons encore relancé par lettre datée du 14 octobre 2019, ne voulant pas croire à un silence volontaire, mais hélas.

Notre étonnement est d’autant plus grand qu’il est établi et reconnu par tous et partout qu’aucune Opposition politique n’a jamais réussi à atteindre son objectif légitime et légal qu’est la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat par les urnes, si elle reste divisée et éparpillée.

Monsieur le Chef de File de l’Opposition Politique,

Votre silence face à nos demandes répétées, au-delà de son caractère inamical et discourtois, n’est rien d’autre qu’une obstruction à notre droit constitutionnellement garanti qu’est la liberté d’association et en l’occurrence la liberté d’appartenance à l’Opposition politique, ce qui est constitutif de l’abus de pouvoir. De plus, en créant de toutes pièces votre prétendu cadre de concertation du CFOP (structure sans aucune existence légale donc non reconnue) dans le seul but d’empêcher certains partis pouvant vous apporter la contradiction d’avoir un accès libre à l’Institution de la République qu’est le CFOP, vous vous rendez coupable de détournement de pouvoir.

En outre, l’utilisation du financement d’Etat pour les activités du prétendu cadre de concertation constituerait purement et simplement un détournement de fonds publics.

En effet, l’instauration de ce « prétendu » cadre de concertation du Chef de File de l’Opposition, vous a permis de le substituer à une Institution constitutionnelle et républicaine qu’est le Chef de File de l’Opposition Politique au Burkina Faso. La loi ne vous fait pas porte-parole d’un cadre de concertation mais plutôt de toute l’Opposition politique républicaine. Il va sans dire qu’on ne peut porter la parole d’un groupe de personnes morales sans un minimum d’organisation ou de concertation de tout ce groupe et donc de tous ses membres déclarés. Le silence du législateur à cet égard ne devrait donc pas être interprété comme une invitation à la ségrégation et au sectarisme.

Plus récemment, dans le cadre de la mise en place des démembrements de la CENI, nous avons constaté qu’on a fait circuler une rumeur honteuse et calomnieuse selon laquelle Le Faso Autrement ne serait pas de l’opposition. Mieux, notre parti a même été interdit avec violence de participer aux concertations entre partis de l’opposition dans certaines localités et ce, sur la base de la liste des partis membres du cadre de concertation. Il s’agit ni plus ni moins d’une manipulation grotesque et indigne de personnes responsables.

Par ailleurs, il nous est revenu que vous justifiez votre refus de nous répondre par l’appartenance du député de notre parti à un groupe parlementaire se réclamant de la mouvance présidentielle. Souffrez que nous vous rappelions l’adage populaire qui veut qu’on balaie sa propre chambre avant de trouver que la cour du voisin est sale.

Auriez-vous oublié la situation incongrue dans laquelle se trouve l’ensemble de vos députés à l’Assemblée nationale et qui vous permet de garder in extremis la tête de l’Opposition politique tout en apportant un soutien de plus d’une dizaine de voix à la majorité parlementaire ? Qui voulez-vous duper ? Pourquoi n’avez-vous pas exclu purement et simplement ce groupe de députés de votre parti, l’UPC, à défaut de les contraindre à réintégrer entièrement et tout simplement le parti et ainsi rejoindre les rangs de l’Opposition ? En entretenant savamment ce double jeu qui ne sert que vos intérêts personnels et égoïstes, vous avez perdu toute légitimité à prétendre jouer le rôle de porte-parole de l’Opposition politique au Burkina Faso.

Aussi, nous nous interrogeons sur les motivations profondes de votre attitude tendant à maintenir le parti Le Faso Autrement et d’autres partis hors de l’Opposition politique au Burkina Faso, alors qu’ils en sont membres de droit et de par leurs choix respectifs. Certains faits évidents et visibles aux yeux de tout le monde donnent cependant des explications simples.

Il s’agit notamment de l’inaction totale dans laquelle vous avez plongé l’Opposition politique burkinabè depuis le début de la nouvelle législature, de la scission sournoise de votre groupe parlementaire permettant ainsi à l’UPC d’avoir un pied dans la mouvance présidentielle et l’autre dans l’Opposition, de votre grande préférence pour les négociations de salon au détriment du travail concret de terrain et enfin du fait que sous votre actuel mandat l’Opposition politique n’a pu faire de propositions concrètes et pertinentes au peuple pour sortir de la situation calamiteuse dans laquelle le régime MPP l’a plongé.

En effet, de mémoire de Burkinabè, depuis sa création en tant qu’Institution de la République, jamais le CFOP n’a autant brillé par son incapacité à mobiliser le peuple et l’aider à prendre en main son destin face à l’arbitraire. En quatre années, seulement un meeting à la maison du peuple le 29 avril 2017 et une marche meeting du 29 septembre 2018, ont été organisés, alors que tous les jours, nos concitoyens sont assassinés du fait de l’incapacité et de l’incompétence de nos gouvernants à garantir notre sécurité.

Quelles sont les propositions de l’Opposition pour sortir de cette situation ? Quelle action a été menée par l’Opposition pour amener le peuple à réclamer de ses gouvernants plus de résultats ? Il n’y en a pas eu. Mais en lieu et place de la mobilisation sur le terrain, en lieu et place du travail d’information et de sensibilisation, vous montrez votre préférence aux conciliabules avec le régime MPP et aux simulacres de dialogue politique.

Au cours de la présente mandature, deux activités publiques ont été organisées pourtant chaque année, vous percevez des millions de francs d’argent public. Est-ce pour votre silence et votre inaction que l’argent du contribuable Burkinabè vous est versé ? L’obligation de reddition des comptes vaut pour toutes les Institutions de l’Etat. A cet effet, vous devriez rendre publics les bilans financiers et comptables de votre gestion pour des besoins de transparence et de redevabilité.

Tout ce qui précède porte à croire et renforce même l’idée selon laquelle vous seriez un agent du pouvoir MPP infiltré au sein de l’Opposition politique burkinabè avec pour mission essentielle de contenir l’Opposition et d’aider le Président Roch Marc Christian Kabore à asseoir son pouvoir et ainsi de lui tracer un boulevard pour sa réélection en 2020. Sans être dupe, nous osons croire ou espérer que cette assertion se révèle fausse. En tout état de cause, et dores et déjà, votre responsabilité dans les difficultés et les malheurs du peuple burkinabè est entière.

La complicité de non-assistance à peuple en danger sera immanquablement requise contre vous devant le tribunal de l’histoire dont la sentence est toujours juste et sans appel. Pour l’heure, vous pourriez tenter de vous racheter et faire acte de pénitence en démissionnant de votre poste de Chef de File de l’Opposition burkinabè afin de lui permettre de se réorganiser pour offrir au peuple une alternative crédible au régime MPP dont la carence et l’échec lamentable ne sont plus à démontrer mais qui malheureusement grâce à vous, risque de faire un pied de nez à toute une nation en souffrance. Le peuple burkinabè ne mérite pas cela.

Veuillez agréer, Monsieur le Chef de File de l’Opposition Politique, l’expression de notre considération distinguée.

Dr. Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’ordre National

Vos commentaires

  • Le 24 octobre à 17:30, par verite no1 En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ah ! C’est quelle affaire encore ! Bravo a Zeph, ne l’ouvre pas la porte du CFOP ! Et pourtant, c’est Ablasse l’infiltre et le le porte parole de celui qui est cache de l’autre cote !!!!!!!! Entre nous, est-ce que Ablasse peut diriger ce pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 17:51, par sai En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ici le faso autrement a raison, le cfop nous avait fait croire que c’était à cause de son député dans la majorité. Aujourd’hui l’upc a aussi des députés dans la majorité. Donc le faso autrement doit porter plainte contre le cfop s’il ne revient pas à la raison.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 17:53, par Kankelen En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Le comportement de Ablassé m’intrigue bcp. Quand Rock KABORE s’est porté candidat aux élection de 2015, il a attaqué cette candidature en demandant à la Cour Constitutionnelle d’invalider celle-ci. Oubliant qu’il venait de signer son arrêt de mort de rejoindre le candidat Roch devenu entre temps Président, il attendit quand même qu’il soit appelé à la table. Le MPP l’ayant royalement ignoré, toute honte bu, il déménagea avec "armes et bagages" ce sont ses termes, à l’opposition. Voici qu’eux aussi ne veulent pas de lui. Ce qui m’étonne par dessus tout c’est son incapacité à s’entendre avec quelqu’un. Il diffame, injurie, insulte, calomnie...tout le monde. Pour un intellectuel de sa trame, je pense honnêtement qu’il ne pouvait tomber plus bas.
    Sincèrement, qu’il ait le courage de dire adieu à la politique car il ne pourra plus jamais convaincre un seul burkinabè qu’il est capable de quoi que ce soit.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 18:08, par To mi ta to zi. La to bangr daaré, to na san ! En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Que le Faso Autrement organise son propre meeting. Etre membre du CFOP ne signifie pas qu’on ne doit exister que par le CFOP.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 18:31, par Yako En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Merci Excellence, j’ai poste sur le forum fasonet dans la semaine un commentaire relatif à la torpeur dans laquelle l’opposition est plongée alors que le pays est menacé dans son existence.Malheureusement le post a été censuré. Honnêtement les Burkinabé ne savent plus à quel saint se vouer pris entre la gouvernance défaillante de Mr RMCK et l’indulgence de l’opposition vis-à-vis de la majorité présidentielle surtout en ce moment précis de l’histoire de notre pays.En effet,une partie du pays n’est plus sous l’autorité de Ouaga l’extrême Nord, les fds sont en grande difficulté face au terrorisme, 600.000 déplacés internes,des paysans chassés de leurs champs...La chose la plus élémentaire pour l’opposition c’est de défier la majorité tout en faisant des propositions, à défaut c’est de demander la démission pure et simple du président ou l’inviter à dissoudre la chambre la seule manière de vérifier s’il a encore la confiance du pays réel.En lieu et place l’opposition se contente de conférence de presse de temps en temps d’ailleurs pour dire ce que l’on sait déjà.
    Conclusion : Il ne nous reste qu’à organiser des prières œcuméniques implorant le seigneur d’illuminer et le président et sa majorité et l’opposition vu que ces deux camps s’entendent au point d’enfoncer le pays.

    Répondre à ce message

    • Le 25 octobre à 15:15, par Fêrkêbougou En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

      Le MPP en prenant le pouvoir savait qu’il avait des défis à relever. Donc arrivé au pouvoir il ne revient pas à une opposition de faire des propositions. Si vous venez au pouvoir, c’est que vous avez les moyens de votre politique. Ablassé fait un faux procès à l’opposition. Il ne revient pas à une opposition de gérer à la place de la majorité, mais d’apporter des contributions et c’est que l’opposition a toujours fait.
      Chaque mardi, l’opposition apporte des contradictions et des critiques constructives.

      Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 18:55, par Et puis quoi encore ? En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé OUEDRAOGO ou la stratégie de "moi ou rien".

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 20:00, par jeunedame seret En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Docteur Ablassé, il vous manque une seule chose : l’esprit d’équipe. Sinon, on ne publie pas ses premières tensions nerveuses en famille. Car, la RÉCONCILIATION y est toujours possible. Sans autre frustration personnelle. J’espère que vous avez toujours bonne foi en ce mot RÉCONCILIATION.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 20:13, par Lopes En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé est-il devenu débile ? Je lance un vibrant appel aux philosophes et psychiatres pour sauve le patron de FASO AUTREMENT

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 20:15, par Toto-Est-Fâchée En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    - Merci infiniment Dr. Ablassé Ouédraogo. J’ai cependant peur de quelque chose : combien de personnes vous comprendront ? Et c’est surtout ça aussi notre problème au Faso.
    Par ailleurs, pour tout observateur prudent et pertinent, il est définitivement admis depuis 2016 que M. Zéphirin Diabré de l’upc n’est pas sincère. Dans les conditions actuelles, le mpp passera en 2020. Et cela, pour le malheur final de notre pays.
    - Un enfant qui vient au monde avec "des dents dans la bouche" comme le mpp le dit si bien de lui-même, c’est signe que le village va grandement souffrir. Mais comme le dit Homme du Rang,... "Allons seulement..."

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 21:16, par Le Vigilent En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablasse, si l’unique député de Le Faso Autrement a de declarintégré un groupe parlementaire membre de l’alliance de la majorité présidentielle. Ablasse a déclaré officiellement son que Le Faso Autrement est de l’opposition, mais de tout ce qu’il a raconté dans dans son adresse à Zephirin Diabre, il ne dit nulle part qu’il a lui a signifié officiellement son adhésion au CFOP comme le prévoient les textes. Il oublie que le CFOP est une institution parlementaire et non pas une foire ouverte à tous les plaisantins disant être de l’opposition. Est-ce qu’il appartient au chef d’enrôler de force le député d’un parti de la majorité dans le CFOP. ou d’inscrire le chef du parti de ce député de la majorité dans le CFOP sans que ce dernier n’en fasse expressément la demande comme le prévoient les textes ?
    Ablasse Ouedraogo fait une mauvaise querelle à Zephirin Diabre, qui agit selon le consensus dégagé au sein du CFOP, et non pas en échos des bruits assourdissants de tous les déçus et mécontents de tout bord

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 21:22, par TRAORE En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Heureusement que Yako n’est pas Président du Faso, et ne le sera jamais. Sinon le pays serait sous la gouvernance des terroristes s’il l’était. Il est facile de parler de la défaillance des gouvernants quand on ne sait pas que la terre tourne autour du soleil en sens inverse. Yako, je t’invite à faire un tour dans certains pays où les terroristes versent leur salade, tu vas comprendre que le gouvernement seul ne peut rien. Chaque Burkinabè peut contribuer de sa manière dans cette lutte anti-terroriste au lieu d’être un juge négatif. Apprends à te mirer avant de salir le visage d’autrui.

    Répondre à ce message

    • Le 25 octobre à 05:41, par Yako En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

      Bonjour cher Traoré,je n’ai pas la prétention de diriger le Burkina Faso mais il est de mon devoir de dénoncer l’amateurisme d’un gouvernement défaillant.En français facile si on était dans un pays normal Rock serait parti depuis belle lurette.C’est pourquoi j’ai beaucoup d’admiration pour le régime parlementaire.La majorité actuelle tient à son mandat de 5 ans coute que coûte en dépit des centaines de morts et la crise humanitaire que connaît le Burkina Faso. Mrs Zephirin et M Rock sont des problèmes et non des situations en ce moment de la vie du pays.

      Répondre à ce message

      • Le 25 octobre à 17:01, par A qui la faute ? En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

        @Yako, je suis du même avis que vous. Ils aiment bien qu’on les appelle "son excellence, son très haut je ne sais quoi " et quand il y a un problème ils disent que c’est tout le monde qui doit le résoudre. Certes mais mais sous l’impulsion des chefs qui doivent prouver qu’ils sont à la hauteur. Sinon il faudrait supprimer les campagnes électorales et remplacer l’élection présidentielle elle même par un tirage au sort. Quand on n’arrive pas à résoudre les problèmes qu’on a juré de résoudre on démissionne. Mais Roch non seulement ne démissionne pas mais veut même se représenter avec le seul motif que personne ne ferait mieux

        Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 22:21, par Africa En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Si j’étais un conseiller de Mr Diabré Zéphirin, je lui aurais dit de ne pas piper mot, ni directement ni par personne interposée. Les citoyens de ce pays attendent de la classe politique un discours de rassemblement patriotique autour de la nation en ce moment où plus d’un demi million de personnes ont abandonné leurs terroires pour échapper aux exactions terroristes. C’est une terrible giffle infligée à la nation. Mais l’Histoire renseigne que c’est en ces moments difficiles dans la vie d’une nation qu’émergent les grands hommes d’Etat. Le Burkina n’en sera pas une exception. Le CFOP, à travers son chef de file, devrait, toute affaire cessante, travailler avec le pouvoir pour créer l’union sacrée autour de la nation et ses Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Zéphirin ne doit pas se laisser rabaisser au niveau de ceux qui se reclament d’une ethnie, originaires d’un terroire.
    Zéphirin doit se hisser au niveau des pères fondateurs tels Présidents : Maurice Yaméogo "la Haute-Volta est une et indivisible", Aboubacar Sangoulé Lamizana " je ne suis d’aucune région, d’aucun village, d’aucune ethnie ; je suis voltaïque tout court" et Thomas Sankara "la patrie ou la mort...".
    Vaincre le terrorisme est un impératif pour laver l’honneur national.
    On nous tue ; on ne nous déshonore pas, tel devrait être l’appel au sursaut national de toute la classe politique patriotique.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons ! Thomas Sankara, 04 août 1983.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre à 23:06, par Manuel En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Bonjour
    Comme toujours il verse dans une polémique inutile. Vraiment il m’arrive d’en vouloir au peuple Burkinabé qui a financé les études de ces pseudo intellectuels qui pensent que les autres sont des niais.
    Franchement, quel que soit la démonstration que ferait Abaissé, qui pourrait encore croire en lui ?
    Rock démission, Zeph démission, au moins eux ils ont une légitimité pour parler, ce qui est loin d’être le cas pour notre cher Docteur ; à force de refuser de s’assumer, on devient ridicule à la fin, mais comme le ridicule ne tue pas !
    Svp confions le Burkina au docteur pendant une semaine et on verra qu’il fera mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 07:01, par Leon En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé est comme quelqu’un qui annonce qu’il est candidat au BEPC, qui ne dépose pas de dossier et qui se présente le jour de l’examen pour composer.

    Ablassé n’a pas écrit pour demander une adhésion au CFOP. Il s’est contenté d’une déclaration publique. Or les textes ne prévoient pas une déclaration publique, mais plutôt une demande écrite, adressée au CFOP.

    Ablassé n’a pas voulu officialiser son appartenance à l’opposition parce qu’il espérait que ROCK finirait par l’appeler. Donc le député de son parti siège avec la mouvance présidentielle, et lui il joue à "un pied-dedans un pied-dehors" avec l’opposition. La stratégie n’a pas marché, et le voilà devenu méchant avec tout le monde, qui méprise et qui joue un jeu trouble. Ablassé serait-il le prototype du "Burkinabé 3M" que lui-même avait défini : méchant, mesquin et méprisant ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 07:07, par HORUDIAOM En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Le pays vit une période difficile et ce n’est pas le moment de s’attarder sur des querelles intestines. IL nous faut nous unir face à l’adversité. A Roch, je dirai qu’on ne nomme pas uniquement les membres de sa formation politique dans un pays. IBK l’a compris au Mail en confiant le portefeuille des Affaires Etrangères à Tiébilé Dramé, son opposant irréductible. ça ne fera pas reculer le Mali, au contraire. Toujours au Mali, ATT a soutenu la candidature de son opposant Soumaila Cissé au poste de président de la commission de l’UEMOA. Je demande à Roch de revoir son management. A Zéphirin Diabré, je lui demande d’accepter Ablassé Ouédraogo comme membre de l’opposition afin d’éviter les frustrations inutiles. Une opposition unie est source de victoire. Je sais qu’Ablassé parle beaucoup, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut le fermer. Attention aux frustrations.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 07:19, par kap En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Le gâteau n’est plus bien partagé , le cdp est mourant . Il veut peut être rejoindre l’autre table .

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 07:57, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    - Franchement ce grand bavard de Ablassé commence à nous rendre la vie polluée dans ce pays. En réalité Ablassé est un pion ou un bâton si vous voulez, utilisé par le MPP pour bastonner ZEPH. Il est dans la provocation continuelle à l’égard de ZEPH, mais le chien aboie et la caravane passe. Ablassé est en mission du MPP mais il se prend très mal si bien que ses intentions sont connues de tous et pire, dans le MPP personne n’a la finesse du roublard Feu Salif Diallo. Ablassé est un instrument du MPP et surtout de RMCK qui a trouvé là, un garibou de service.

    Ablassé avait parlé dans les journaux auparavant mais ZEPH ne lui a pas répondu et cette fois c’est une lettre ouverte qu’il lui adresse. Pauvre Ablassé !!

    ’’Nous vous rappelons que par déclaration publique faite le 21 juillet 2016, le parti Le Faso Autrement a choisi librement d’appartenir et de militer au sein de l’Opposition politique’’ : Ablassé, précise que c’est avec deux militants c’est-à-dite toi et le Maire de Sapuy !

    Et puis Ablassé le Directeur de Cabinet du Président ZEPH a froissé ta lettre et jeté dans la pubelle parce que ce n’était pas la peine de déranger Mr le Président du CFOP avec des inutilités pareilles venant de quelqu’un qui a du temps à perdre alors que lui est très occupé.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 08:20, par X En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Africa, sans inquiétue. C’est déjà fait. Merci pour votre clairvoyance.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 08:23, par y En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Si l’upc n’exclut pas ses députés qui sont dans la majorité, l’upc n’a plus sa place au cfop tout comme le faso autrement. Un pied dedans un pied dehors, c’est dehors ! A moins que le fondateur du cfop Me Sankara vienne mettre de l’ordre.

    Répondre à ce message

    • Le 25 octobre à 15:12, par Sak Sida En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

      Ablassé ne sait pas lire entre les lignes. En réalité, les députés dits frondeurs de l’UPC, n’ont jamais dit qu’ils avaient démissionné du parti. Ils n’ont jamais fait de déclaration pour dire qu’ils rejoignaient la majorité. Ils ont juste créé un groupe parlementaire qui est indépendant mais qui se réclame toujours de l’UPC. Est-ce qu’il revient à Ablassé de dire à l’UPC la décision que nous devons prendre ? Qu’il aille gérer son parti mourant. Son parti inexistant sur le territoire. Un parti qui est à l’image de son président. Ça veut dire inexistant, vide de sens. Vide sur tous les plans et qui fait beaucoup de bruit pour se faire voir

      Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 08:31, par Ka En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Mon cher ami mangeur de Kola Ablassé Ouédraogo : Si dans notre marigot politique avec des sicaires politiciens aux petits pieds qui jouent l’autruche, c’est toi qui prend le peuple, l’opposition, la majorité pour des idiots en allant mendié des miettes avec ta CODER, surtout en bernant l’introverti Blaise que tu peux le sauver sans la justice.

    Et moi je te dis ici que la vérité blesse mais ne tue pas. Ce que tu oublies, ‘’’c’est mal connaître un président mouta a mouta qui respecte sa parole donnée a son peuple comme Roch Kaboré.

    Il a promis que la justice sera rendu aux Burkinabé quoi qu’il arrive, même malgré qu’Ablassé à trouver un fonds de commerce comme sa CODER pour berner le peuple.

    Ici je félicite et rend hommage à l’honorable Zépherin Diabré de ne pas marcher dans tes magouilles. Lui au moins, il a compris qu’on ne peut continuer à confondre l’opposition a un ennemi juré de la majorité. Si Zépherin Diabré le prenait ainsi, il n’y aura pas de paix sociale. Il faut jouer le jeu démocratique et acter une bonne fois pour toutes que l’opposition est légitime, qu’elle a le droit d’exister et de s’opposer, et, au contraire, qu’elle est même une richesse et une chance pour la nation, car les bonnes idées n’ont pas de couleur politique, elles ne sont pas, loin s’en faut, le monopole des tenants du régime, elles sont susceptibles d’"émerger" de partout, y compris, et surtout de l’opposition !

    Mon cher Ablassé, ce que tu avances est idiot et contre-productif de chercher à imposer ou se contenter d’une fausse paix qui "arrange que tes propres intérêts.

    D’ailleurs c’est une sortie comme la tienne en ce moment qui me contraint de dire dans mes critiques fondées que l’opposition au Burkina à un seul problème : ‘’’’Celui de s’opposer à une personne qui ne lui convient pas et qu’elle ne veut pas. A partir de là tout ce qui émanerait de cette personne en tant que projet ou sous sa gouvernance comme le cas avec Roch Kaboré qui se bat contre vent et marré, cette opposition comme celle que toi Ablassé veut qu’elle soit, dira NON à tout et Non je ne veux pas de TOUS LES PROJETS même si ceux-ci étaient "bons ou au moins prometteurs, qui nous feraient avancer". Au Burkina, nos opposants d’Autruche d’aujourd’hui comme Ablassé Ouédraogo, sont ceux de la majorité d’hier, c’est donc très amusant de les écouter et de remarquer que c’est l’attitude qu’ils ont eu eux-mêmes qu’ils critiquent aujourd’hui ayant perdu le pouvoir. Et je regrette de le dire ouvertement, qu’hier les opposants qui sont la majorité actuelle sont pareils, certains imposent sans le savoir ou sans se sourciller et ne donnent pas l’ombre d’une possibilité d’ouverture, on fait aussi ceux qu’on a reproché à cris d’orfraie hier.

    Conclusion mon cher Ablassé : ‘’’’’’’’’’Ta sortie n’est qu’une haine d’un perdant. Et je t’ouvre ici tes yeux qui ne voient que le bout de ton nez.’’’’’’’’’’’ Son honorable Zépherin Diabré a compris que pour plus de démocratie dans notre pays, pour des représentants politiques plus responsables et soucieux de la cause publique, bref pour une politique plus noble et plus saine, nos opposants politiques doivent prendre conscience de leur mission.

    Il ne s’agit pas de nos jours de tenir un éternel et redondant discours démagogique. Il ne s’agit pas non plus d’avoir à l’esprit une éternelle critique stérile encore moins une velléité de seulement détruire sans être une force de propositions. Il s’agit de contribuer à l’évolution des idées et des pratiques politiques. Il s’agit de prendre part à un projet collectif noble et humaniste dans un vrai processus démocratique. Une démocratie de façade fera long feu.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 09:14, par Le Maître En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé a raison. Zeph ménage Papou son ami. L’avenir nous révèlera tout. Avec toutes ces tueries chaque jour aucune réaction conséquente. Quand on ne peut pas protéger ses concitoyens on démissionne et on laisse faire ceux qui peuvent parce qu’un jour il sera trop tard

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 11:22, par s En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    L’UPC et le CFOP dirigés par Monsieur Zéphirin Diabré gagneront plus d’un milliard du contribuable Burkinabé durant les cinq ans de mandat. Qui est fou !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 12:26, par Minnayi En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Bravo au Moaga musulman du plateau central. Si le ridicule pouvait tuer, ... Entre Ablassé et Zeph, qui est proche du pouvoir MPP ? Des deux, lequel a déjà sollicité, en vain, une audience solitaire à Kosyam ? Bref, ça devient ridicule.

    Pour la reddition de comptes, on est tous d’accord, mais le CFOP lui même en personne, en répondant à une question d’un journaliste de BF1, a déjà dit publiquement tous les corps de contrôle sont invités à faire toute sorte de contRôle de la gestion des fonds alloués au CFOP. Ablassé est vraiment perdu au regard du péril de son avenir politique. C’est pourquoi, il s’en prend aux autres. Qu’est-ce que le Faso Autrement fait sur le terrain puisque le CFOP ne fait rien, a-t-il forcément besoin d’attendre les actions du CFOP pour agir ? Que c’est triste l’attitude de nos hommes politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 14:58, par Camarade Dipama En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Rectification : les députés du groupe parlementaire RD ne sont pas dans la majorité parlementaire, contrairement au député du Faso Autrement qui est dans la majorité parlementaire. J’étais de passage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 15:11, par Nikièma En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé ! Tu dis que tu es de l’opposition. Le seul et unique député que tu as ne se reconnait même pas en toi et mieux, siège au compte de la majorité. A ce que nous sachions, il n’a pas démissionné de son parti. Ça c’est déjà un premier problème. Les partis ont demandé à Ablassé, si tu es de l’opposition, il y a des groupes parlementaires de l’opposition comme celui de l’UPC, CDP, PJRN. Que ton député intègre l’un de ces groupes, (c’est) la condition qui lui a été posée (et il a été) incapable de remplir cette condition

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 15:17, par Dânkân En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Encore des « Ablasseries ». A moins d’être bête, comment est-ce ZEPH qui est président de parti qui est sur le terrain et qui est chef de file l’opposition va travailler à ce que son adversaire puisse être réélu ? C’est des « Ablasseries ».

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 15:30, par Wilfried En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Les fonds mis à la disposition du Chef de file servent à l’organisation de son cabinet (secrétaire, conseillers, etc.) Ils ne servent pas aux activités des partis de l’opposition comme le prétend Ablassé.
    On comprend son désarroi parce que, de ce que nous disent les quelques rares militants de Faso Autrement, les temps sont très durs financièrement.
    Eh oui ! Quand les cabinets de consultation ne marchent plus, qu’on n’a plus les émoluments de député, alors qu’il faut faire bouillir la marmite et entretenir un parti, je sais que c’est très dur. Si Ablassé souhaite bénéficier d’une partie de ces fonds, il faut qu’il soit salarié dans le cabinet du Président Diabré. Il peut donc faire une demande écrite pour se faire embaucher. C’est sans gêne !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 15:40, par Tibila En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    CFOP signifie « chef de file de l’Opposition politique ». C’est qui le chef de file l’Opposition politique ? A qui revient ce titre ? D’après la loi, c’est le « Président du parti politique de l’opposition ayant le plus de députés » ; le CFOP c’est donc un individu. Ce n’est pas une organisation. Donc contrairement à ce qu’on entend souvent ici et là, on n’adhère au CFOP et on n’est pas membre du CFOP. Comme vous le voyez aussi, le chef de file n’est ni nommé, ni élu par l’opposition politique. En fait il s’élit lui-même, puisque c’est son travail à la tête de son parti qui lui confère le titre. Le titre de CFOP et les privilèges qui vont avec, lui appartiennent donc à lui seul et à son parti. Pas à l’opposition.

    Par exemple, le chef de file a droit à un véhicule : c’est son véhicule, pas celui de l’opposition.

    Il a droit à un bureau, qui lui sert de siège. C’est son bureau, pas celui de l’opposition. C’est là qu’il invite et rencontre l’opposition pour arrêter une position commune sur un sujet donné. Mais c’est lui le propriétaire des lieux. Ce n’est pas l’opposition politique. C’est là aussi qu’il reçoit ses visiteurs, etc. Sur le plan pratique, il peut par solidarité autoriser un parti politique d’opposition à utiliser ce bureau pour une rencontre quelconque. Ce n’est pas un droit. C’est une faveur.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 16:10, par djognin En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Ablassé est vraiment ridicule.
    Apres avoir tenté en vain de rejoindre la majorité, il revient sans scrupules se réclamer de l’opposition, vu qu’il a échoué là aussi, il décide de tout détruire.
    Heureusement que tout le monde te connait maintenant. Ta parole ne vaut plus rien.
    Je demande à ZEPH de ne même pas répondre sinon il donnera de la valeur au chiffon qu’Ablassé a écrit.
    Ablassé ne fait que récolter des malus à travers ses sorties hasardeuses.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 17:41, par La Banciculture 1er En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    Dois-je croire que vois ne pouvez prendre aucune initiative sans votre ralliement au CFOP ??? Oui le CFOP est ceci ou cela !!! Oui le MPP est comme-ci ou comme-cela !!! Oui le peuple souffre de par la faute des autres !!! Oui, Oui et Oui !!! Et vous que faites vous au nom de Le Faso Autrement pour venir en aide au peuple ??? Que c’est trop facile de critiquer

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 21:15, par Jupiter En réponse à : Vie politique au Burkina : Le Faso autrement accuse le Chef de file de l’opposition de jouer « un double jeu »

    J’avoue que ce type n’est qu’un va-t-en guerre, un être belliqueux, qui donne des coups partout, pour se faire remarquer. quand- Mais même si c’est le cas, qu’il conserve quand-même un minimum de sagesse, pour demeurer cohérent ! N’est- ce pas lui qui a été le premier à s’attaquer la fois dernière au CFOP, en l’insultant concomitamment avec le MPP ? Comment pouvait-il s’hasarder à croire sans d’abord se faire excuser, que ce dernier continuerait à le dorloter et le traiter avec le même respect qu’auparavant. De grâce qu’Ablassé se montre d’abord conséquent en tant que personne, avant de vouloir s’agiter dans la politique. Qu’il apprenne une fois pour toutes ; que les autres ne sont pas là pour lui tendre une joue, après s’être fait gifler sur l’autre "Accommode-toi des gens, si tu veux qu’ils s’accommodent de toi !"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dialogue politique : « Nos divergences ne nous empêchent pas de nous fréquenter », selon Me Gilbert Noël Ouédraogo
Suspension du FPR : L’opposition demande la levée pure et simple de la sanction
CDP : Les secrétaires généraux réitèrent leur attachement et leur fidélité au fondateur du Parti
Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP
Suspension du FPR : L’opposition politique convoque une réunion d’"urgence"
Burkina Faso : Un parti politique de l’opposition, le Front patriotique pour le renouveau, suspendu de ses activités pour trois mois
Situation nationale : « Un gouvernement avec un bilan comme celui-là, la sanction du peuple doit être lourde », juge Pr Augustin Loada
Burkina : La lutte contre le terrorisme implique une bonne lecture de la situation nationale, selon le mouvement patriotique pour le Salut (MPS)
Zéphirin Diabré à Abidjan : « L’abattement, le découragement, la résignation ne franchiront jamais les portes de nos cœurs »
Sécurité : Le MPP invite les Burkinabè à répondre sans réserve à l’appel du président du Faso pour la défense de la Patrie
Burkina Faso : "Comment faire pour aider un gouvernement qui n’arrive pas à s’aider, lui-même ?", s’interroge Zéphirin Diabré
Eddie Komboïgo au président du Faso : « Permettez que les éléments du RSP aillent au front pour défendre le Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés