Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

Accueil > Actualités > Société • DÉCLARATION • dimanche 20 octobre 2019 à 01h20min
Rentrée scolaire 2019-2020 :  Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants
Camarades travailleuses et travailleurs de l’Éducation de Base
Chers élèves, étudiants et parents d’élèves

En ce début de rentrée scolaire 2019-2020, le Bureau National (BN) du Syndicat National des Travailleurs de l’Éducation de Base (SYNATEB) saisit une fois encore l’occasion pour s’adresser à vous. En cette période de vives douleurs au sein des populations et de la famille enseignante, nous réservons une pensée pieuse à l’ensemble des disparus. Que leur mémoire puisse être un ferment de lutte pour la sauvegarde d’un système éducatif de qualité et d’une nation prospère.

Camarades

La rentrée scolaire 2019-2020 débute dans un contexte d’insécurité généralisée. En effet, depuis les premières attaques en janvier 2016 dans notre pays, le bilan est macabre et insultant. A titre illustratif, nous notons :

-  des centaines de civils dont des élèves et des enseignants ainsi que des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont perdu la vie ;

-  plusieurs milliers de burkinabè ont été contraints de déserter leur village à la recherche de sécurité dans des conditions déshumanisantes ;

-  plusieurs centaines de milliers d’enfants du pays sont dans la rue avec leurs enseignants suite à la fermeture catastrophique de leurs écoles sous menaces terroristes.

Non content d’être incapable d’assurer la sécurité des populations, le pouvoir du MPP et ses alliés usent de plusieurs stratagèmes pour réduire au silence toute contradiction ou divergence d’opinion.

A ce titre, nous assistons à :

-  des tentatives de musellement de responsables d’organisations combatives allant jusqu’à leur liquidation physique à travers des assassinats de masse ou ciblés. Les cas les plus récents étant ceux de Yirgou et du Yagha où deux camarades de l’ODJ ont été froidement assassinés. Jusqu’à présent, le gouvernement Roch refuse de faire la lumière ;

-  une volonté manifeste de museler les libertés démocratiques, politiques, syndicales et de presse, à travers des lois anti-travailleurs et antisociales ;

-  une vision politique répressive de toutes luttes citoyennes ou de travailleurs. Luttes pourtant qui visent à les contraindre à résoudre les préoccupations des travailleurs et des populations. C’est dans ce registre précis que la manifestation du 16 septembre 2019 de l’Unité d’Action Populaire (UAP) a connu une répression barbare dans la ville de Ouagadougou ;

-  la création de nouvelles taxes (telle le retour de la taxe sur les véhicules à moteur précédemment appelée TDC), de nouveaux impôts tel l’élargissement de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics de l’Etat dans un contexte de vie chère et de fortes odeurs de corruption et de pillage des richesses nationales ;

-  la non mise en œuvre des engagements pris vis-à-vis des travailleurs dans tous les secteurs d’activités notamment le protocole d’accord de la CNSE ;

-  la création d’organisations fantoches pour divertir les travailleurs et empêcher les luttes véritables. Etc.

Camarades

Face aux dures réalités qui assaillent le monde éducatif depuis des décennies, au lieu de mettre en œuvre le protocole d’accord signé avec la CNSE à l’issue d’une lutte farouche et victorieuse, le gouvernement a choisi à travers le MENAPLN de réprimer les travailleurs honnêtes qui se sont massivement mobilisés pour les luttes lancées par la CNSE en opérant des sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina Faso. En effet, sous le prétexte fallacieux d’un surnombre du personnel enseignant dans les grands centres comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, le MENAPLN a procédé à des affectations arbitraires masquées sous l’appellation d’affectations pour nécessité de service( redéploiement) sur toute l’étendue du territoire national malgré les observations préalables et pertinentes des organisations syndicales.

Pourtant, le ministère a toujours été interpellé par le SYNATEB depuis plus d’une décennie sur sa mauvaise gestion des ressources humaines. Pire, pour avoir dénoncé courageusement des affectations de complaisance dans les Hauts-Bassins en 2016, les camarades ont écopé de coupures abusives de salaires pour fait de grève durant quatre mois. Après plusieurs séances de travail, le MENAPLN a reconnu l’illégalité de la coupure et s’est engagé à restituer aux camarades leur droit, chose qui n’est pas effective jusqu’à aujourd’hui malgré les multiples interpellations et demandes d’audience.

En tout état de cause, le SYNATEB de concert avec des syndicats combatifs tels le SYNAPAGER, LE SYNTAS et la F-SYNTER se battra pour une gestion responsable et judicieuse des personnels de l’éducation, malgré la diversion, la délation, la désinformation et le soutien formel de certains syndicats.

Le SYNATEB, fidèle à sa ligne et regroupant tous les personnels de l’éducation de base (IAC, IC, IP, CPI, IEPD, PAG personnels de soutien …) a toujours pris position pour la défense des intérêts de l’école burkinabè, seul ou avec d’autres organisations sœurs. Il s’est investi et s’investit toujours dans la lutte au sein de la CNSE afin de revaloriser la fonction enseignante. Il continue toujours de se battre afin de contribuer à résorber les problèmes qui gangrènent notre système éducatif.

Camarades

C’est le moment pour nous de renouveler nos félicitations à l’ensemble des militants pour la mobilisation et la discipline syndicale dont vous avez fait montre au cours de l’année scolaire écoulée malgré le paysage syndical trouble et confus créé et entretenu par le pouvoir. Aussi, il n’est pas de trop de rappeler que dans un contexte marqué par un mécontentement généralisé des personnels de l’éducation, l’année scolaire 2019-2020 augure des batailles féroces qui méritent d’être menées.

Conscient que face à un régime de plus en plus fascisant, les victoires seules du monde éducatif ne sauraient sauvées le Burkina Faso, nous allions nos luttes à celles de toutes les forces progressistes afin de faire échec aux velléités de liquidation de notre peuple.

Tout en comptant sur votre esprit de combativité, de sacrifice, de discipline et de sens de l’organisation qui caractérisent les militants d’un syndicat révolutionnaire de lutte de classes que vous êtes, le BN vous souhaite une année de vigilance marquée par une conscience syndicale et politique élevée.

Bonne année scolaire 2019-2020 de courage et de luttes ! Vive les élèves, étudiants et parents d’élèves d’ici et d’ailleurs ! Vive les syndicats de tous secteurs et les populations en lutte ! Vive le SYNATEB !

Vive le syndicalisme révolutionnaire de lutte de classes ! Pour le Pain et la Liberté, la lutte continue.

Ouagadougou le 12 octobre 2019

Pour le Bureau National
Le Secrétaire Général

François de Salle YAMEOGO

Vos commentaires

  • Le 20 octobre à 07:54, par MAESTRO SOULI En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    CETTE FOIS NOUS N’ALLONS CEDER .PERSONNE AUJOURD’HUI NE SE SENT PERSECUTEE COMME VOUS L’AFFIRMER.QUAND IL S’AGIT aller A KOUDOUGOU Où JE NE SAIS Où SE REMPLIR LES POCHES ET SABOTER DES CONFERENCES PEDAGOGIQUES EN BUVANT DE LA BIERE FRANCOIS CETTE FOIS CI CA NE MARCHERA PAS. QUE CEUX QUI VEULENT TRAVAILLER REJOIGNENT LEUR POSTE. CE SOIT DISANT SYNDICAT NE POURRA PAS VOUS DEFENDRE QUAND VOS SALAIRES SERONT SUSPENDUS

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 09:01, par Lopes En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    Bien dit Mr YAMEOGO. Seulement que notre SG ignore ceci : une équipe divisée a toujours été battue. Le SYNATEB lutte mal. Copiez les autres. vous avez, pour des intérêts inqualifiables, baissé la culotte, offrant une occasion au gouvernement de vous fésser. Vous avez ourdi une ségrégation négative à l’encontre des enseignants de tous grades qui appuient l’administration scolaire. Ça n’existe nul part. Vous avez sacrifié vos collègues au bureau en échange de miettes. Vous êtes diminués. Ces laissés pour compte ne luttent plus. Rappelez vous de la conférence, des indemnités de logement et j’en passe. Comment peut on agir ainsi et se faire respecter ? Laisser OUARO tranquille. Il fait son job. Tout enseignant est rédéployable. Qu’ils réjoignent leur poste. Le SYNATEB est un père qui haie certains de ses enfants. Krrrr !

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 10:18, par Manuel En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    Bonjour
    Félicitations à vous, mais ne vous inquiétez plus car le nombre d’enseignants allant en grève va augmenter avec des responsables syndicaux , prêts à dénoncer la mal gouvernance du MPP, mais prêts à se déplacer à Koudougou pour empocher des perdiems .
    Vous vous rendrez compte dans quelques années que vos discours ne prendront plus car les vrais révolutionnaires travaillent pour leur pays ,.
    Dans quel pays sérieux au monde un enseignant rendant 3h dans la semaine peut toucher un salaire de plus de 300mil ? Et ça se dit révolutionnaire !
    Pourquoi dans les lycées privés, vous zcceptez des taux inférieurs à ceux prescrits dans les textes ?
    Bonne rentrée à tous et à toutes, votre discours sonne faux sur de nombreux aspects

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 17:56, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    Maestro souli, Lopes, Manuel, vous n’êtes pas intelligents. Parce que les préalables qui avaient été demandés par les structures responsables n’ont pas été acceptés. Si vous remontez aux origine de cette concentration d’enseignants, vous y retrouverez le favoritisme, le clientélisme, l’affairisme, la politisation des affectations... etc. Les mêmes maux n’ayant pas été corrigés, le redéploiement se fait sous ces mêmes auspices. C’est pourquoi les vrais combattants parlent d’arbitraire ! Nom d’un Duc, Pourquoi la liste de redéploiement a été revue trois fois au centre ? Répondez au lieu de parler à tort et à travers de ce que vous ne connaissez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 23:08, par Bigbalè En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    C’est bizarre mais à lire cet article, j’ai l’impression d’avoir un SYNATEB = CDP+NAFA+ UPC+.....!!!. Nous avons toujours soutenu les luttes syndicales dans ce pays mais j’avoue qu’avec cette nouvelle race de responsables syndicaux, on est comme entrain de liquider les acquis des luttes syndicales et encourager les travailleurs à l’indiscipline, à la médiocrité. Sous quels cieux un syndicat donne des instructions à ministère pour l’affectation d’un personnel ? Je pense qu’il est préférable d’arrêter de prendre une partie des Burkinabè comme des imbéciles car même si l’on reconnait que la fonction d’enseignant est dure, vous n’êtes pas les plus mal lotis dans cette fonction publique. D’ailleurs certains enseignants le reconnaissent surtout que certains refusent de faire leur travail depuis plusieurs années. Ce qui est sûr et certain, c’est que les résultat de cette pagaille savamment instauré et entretenue par des paresseux de tous genres finira par emporter notre système éducatif si on n’y prend garde. Messieurs du SYNATEB, on voudrait vous conseiller de vous inscrire comme candidats aux prochains votes et on fera ensemble le bilan. En attendant, votre discours semble être emporté par le vent sans laisser de traces. Bon courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 17:58, par Manuel En réponse à : Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »

    Bonjour
    Généralement les Ducs sont bien éduqués, cela ne semble pas être le cas pour certains.
    On ne développe aucun argumentaire, on traite les autres de ne pas être intelligents sans les connaître.
    Mais c’est le fort de certains syndicalistes dits révolutionnaires, qui en réalité profitent bien de la pagaille car dans un état organisé, ils n’ont aucune chance de réussir.
    Bon courage à vous, Mr le Duc du Yatenga très intelligent !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
« Rien de nouveau sous le soleil » : Le terrorisme multiple vu par Nathanaël Tapsoba
Situation sécuritaire nationale : Le CISAG adhère à l’appel du président Roch Kaboré
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Centre de formation « Le Camillianum » du Burkina : 197 étudiants prêts pour humaniser
Santé bucco-dentaire : La famille au coeur des préoccupations des médecins
24e Journée internationale de la tolérance : L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) insiste sur le rôle des leaders religieux
Un nouveau rapport révèle les conditions désastreuses dans lesquelles travaillent les vidangeurs manuels au Burkina Faso
Situation sécuritaire au Sahel : L’appel "pressant" des conférences épiscopales Burkina-Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée avec succès en carburant par les FDS
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
« Kunadia O’ » : 576 et 628, les deux numéros tirés au sort
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés