Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Justice : Un internaute mis aux arrêts pour incitation à la haine sur le réseau social Facebook

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 18 octobre 2019 à 22h50min
Justice : Un internaute mis aux arrêts pour incitation à la haine sur le réseau social Facebook

Un internaute Burkinabè avait appelé sur le réseau social Facebook à s’en prendre à une communauté, auteure du terrorisme. Sentant le roussi après son forfait, il avait supprimé son compte Facebook et avait disparu de la circulation. C’était sans compter avec la ténacité des enquêteurs. Dans ce communiqué qui suit, le procureur du Faso près du tribunal de grande instance de Ouagadougou annonce son arrestation.

L’opinion publique burkinabè a été choquée, le 25 mars 2019, par un message publié sur le réseau social Facebook, notamment dans le groupe « Tirs croisés », émanant du nommé NIKIEMA Aimé dont la teneur suit : « les peulh de la ville sont sages, c’est ceux de la campagne les vrais dangers. La solution pour stoper le terrorisme, c’est d’exterminer les peulh dans les campagnes. Merci les Kolgweogo d’avoir amorcer l système. J vè construir des camps de concentration, des fours crématoire pur vous. Labo ouvert ».

Le 02 Avril 2019, le procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou instruisait le commandant de la section recherche (Gendarmerie Nationale) à l’effet de diligenter une enquête sur les faits et de procéder à l’arrestation de l’auteur du message. Se sentant recherché, Mr NIKIEMA aimé, étudiant en première année d’économie, avait supprimé son compte Facebook et s’était rendu injoignable jusqu’à la date du 16 Octobre 2019 où il a été mis aux arrêts et déféré au parquet près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou.

II a été poursuivi pour incitation à la haine et à la violence suivant les dispositions de l’article 322-4 du Code Pénal qui dispose qu’ « Est puni d’une peine d’emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de trois cent mille (300 000) à trois millions (3 000 000) de francs CFA tout discours ou écrit public qui justifie ou prétend justifier toute discrimination telle que visée à l’article 322-2 ci-dessus, toute haine, toute intolérance ou violence pour quelque motif que ce soit à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes. Si ces discours ou écrits ont entraîné des violences envers les personnes et/ou des destructions de biens, la peine est de trois ans à dix ans et une amende de cinq cent mille (500 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA. La juridiction saisie peut, en outre, ordonner la confiscation des supports de ces écrits ou discours ».

Un mandat de dépôt a été décerné contre lui et il sera traduit devant le Tribunal correctionnel de Ouagadougou suivant la procédure de flagrant délit.
Le Procureur du Faso par la même occasion en appelle à la conscience et à la responsabilité de tout un chacun en vue de garantir la paix et la cohésion sociale.

Le Procureur du Faso
Harouna YODA

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : L’Agence de l’eau du Nakanbé en conclave avec ses comités locaux de l’eau
6e session du Conseil national pour l’enfance : Pour un renforcement du système de protection des droits de l’enfant
Education dans le G5 Sahel : Des réflexions pour un retour des enfants dans les salles de classe
Projet VIH et handicap au Burkina : Plateforme national VIH et Handicap dressent le bilan
Région du Sud-Ouest : L’ANEEMAS sensibilise aux bonnes pratiques d’exploitation des sites aurifères
Ministère de la santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 20 au 30 novembre 2019
Exploitation artisanale de l’or : Une source de financement des groupes terroristes
Insécurité : « C’est ensemble que nous pouvons ramener la paix dans notre pays » , Mgr Pierre Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Agriculture durable à l’horizon 2050 : La prospection comme alternative pour relever les défis du futur
Situation alimentaire et nutritionnelle au Burkina : Les experts font le point
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés