Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.» Les proverbes et dictons africains (1962)

Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 18 octobre 2019 à 20h00min
Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel

Le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes (MDENP), à travers la Direction Générale des Technologies de l’Information et de la Communication (DGTIC) a organisé, du 15 au 17 octobre 2019, un séminaire de formation au profit des directions en charge des systèmes d’information sur le Référentiel Général d’Interopérabilité (RGI). Les cérémonies d’ouverture et de clôture de ce séminaire qui a connu l’accompagnement du projet e-Burkina et de la Banque Mondiale, ont été présidées les 15 et 17 octobre dernier, à Ouagadougou, par Izaï TOE, Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication.

Ils sont plus d’une quarantaine de participants, issus des ministères et institutions publics, à prendre part à ce séminaire de formation sur le RGI. Eux, ce sont les directeurs en charge des systèmes d’information.

L’objectif de ce séminaire est de faciliter l’appropriation du RGI par les différents directeurs des services informatiques afin de faciliter sa mise en œuvre.
Le RGI, faut-il le relever, est un cadre de recommandations référençant des normes et standards qui favorisent l’interopérabilité des systèmes d’information des administrations. Il fixe les règles techniques qui permettent d’assurer l’interopérabilité des systèmes d’information et détermine les répertoires de données, les normes et les standards qui doivent être utilisés par les autorités administratives.

« C’est un recueil de protocoles. C’est-à-dire des règles de communication recommandées pour certains et obligatoires pour d’autres, indispensables au développement des applications informatiques », a indiqué Izaï TOE, Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication.

« Dans le cadre du développement numérique et des différentes applications informatiques, il est important qu’on puisse s’aligner sur un certain nombre de référentiel au niveau international et qu’on puisse parler le même langage quand on développe les applications », a-t-il souligné.

A l’en croire, ce référentiel est basé sur trois niveaux d’interopérabilité. Ce sont respectivement les niveaux sémantique (savoir se comprendre), syntaxique (savoir communiquer) et technique (pouvoir communiquer).

S’approprier le RGI

Pour le formateur Yaya OUATTARA, ingénieur de conception, il s’est agi d’outiller les participants sur les différentes notions du RGI. « Nous avons ensuite mis en relief le cadre d’interopérabilité entre les systèmes d’information avant de décortiquer le guide qui a donné le nécessaire aux participants sur ce qu’il faut prendre en compte face à des systèmes d’information », a-t-il relevé.

A titre illustratif, Yaya OUATTARA a pris le cas des centres de santé et des sociétés d’assurances qui traitent à peu près des mêmes questions. Ceux-ci peuvent communiquer les informations afin d’éviter aux usagers de courir d’une administration à une autre pour faire valider un document. « Cela ne peut se faire que s’il y a une harmonisation des différents systèmes en termes de communication », a fait savoir l’ingénieur de conception.

Cheville ouvrière de la mise en œuvre des référentiels numériques dans les administrations, ce séminaire de formation au profit des directeurs des services informatiques vient à point nommé. « Il va vraiment me permettre d’accroitre davantage mes connaissances dans le domaine du numérique », foi de Sansan DA du service informatique du Premier ministère. D’où la satisfaction du Directeur Général des Technologies de l’Information et de la Communication, Izaï TOE.

Tout en remerciant le facilitateur pour la qualité des apprentissages, il a demandé aux participants de faire siens le RIG au bénéfice des administrations et des usagers.

Toua TRAORE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : L’ambassade des Etats-Unis rapatrie les enfants de son personnel
Crise à La Poste : SYNAPOSTE, le nouveau syndicat pour « élargir le champ d’expression de tous les camarades »
Région du Centre-Est : La police de l’eau ferme des unités de production illégales
Violences basées sur le genre : Les femmes, premières victimes des normes socioculturelles
Région de la Boucle du Mouhoun : Rencontre des Organisations de la société civile alliées du Programme voix pour le changement
Renforcement des systèmes de santé et des politiques de lutte contre les maladies infectieuses : Des cadres africains outillés pour relever les défis
Ecole de santé Sainte-Julie de Dori : 76 agents prêts à servir
Burkina Faso : La campagne 2019-2020 de commercialisation du sésame est lancée
Mesures anti-tabac au Burkina : Quatre mois après, le constat est « satisfaisant », selon Afrique contre le Tabac
Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable
Burkina Faso : Une campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole du 22 au 28 novembre 2019
Convention relative aux droits de l’enfant : 30 ans après, le Burkina renouvelle son engagement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés