Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

39e Journée mondiale de l’alimentation : Garantir la sécurité alimentaire pour une alimentation saine

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Issoufou Ouédraogo • jeudi 17 octobre 2019 à 22h00min
39e Journée mondiale de l’alimentation : Garantir la sécurité alimentaire pour une alimentation saine

Chaque année, le 16 octobre est célébrée la Journée internationale de l’alimentation (JMA). Au Burkina Faso, c’est Bobo-Dioulasso qui a accueilli la célébration au niveau national sous le thème « Une alimentation saine pour un monde faim zéro ». Cette journée vise à renforcer la sensibilisation et l’action en faveur des personnes victimes de la faim, à inciter aussi les populations à changer leur mode de production, d’approvisionnement et de consommation, pour une alimentation saine. En somme, il s’agit d’interpeller tous les acteurs du domaine à œuvrer pour un Burkina exempt de faim et de malnutrition à l’horizon 2030.

La célébration de la Journée mondiale de l’alimentation est l’occasion de rappeler au monde à quel point la faim constitue un frein au développement dans plusieurs pays. Cette journée vise à améliorer la compréhension des problèmes relatifs à la sécurité alimentaire et à accroître la sensibilisation des décideurs politiques, des acteurs du secteur privé et des producteurs en vue du renforcement et de la mise en œuvre d’actions permettant d’atteindre la faim zéro d’ici à 2030.

Cette année, les chiffres sont angoissants et les données contenues dans le rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ne sont guère rassurantes. Dans le monde, garantir la disponibilité et l’accès à une alimentation saine reste un énorme défi, notamment pour les personnes aux ressources limitées. Quoique l’objectif visé soit d’assurer la sécurité alimentaire, les régimes alimentaires malsains sont devenus également un facteur de risque principal de morbidité et de mortalité dans le monde, à cause du changement des habitudes alimentaires.

Des participantes à la cérémonie

De plus en plus, les populations font recours aux fastfoods et aux plats cuisinés à emporter. Cette alimentation souvent malsaine est à l’origine d’invalidité et de décès. C’est au regard de l’évolution sensible du phénomène que, cette année, la Journée mondiale de l’alimentation a été célébrée sous le thème « Une alimentation saine pour un monde faim zéro ».

Ce thème vise à interpeller les pays du monde, et en particulier le Burkina, à prendre des mesures pérennes dans les domaines de l’environnement, de la résilience face au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire, en vue d’une alimentation saine. « Les priorités de la FAO sont l’éradication de la faim dans le monde et aussi de s’attaquer à toutes les formes de malnutrition. D’où cet appel aux agriculteurs, aux gouvernements, aux chercheurs, aux acteurs du secteur privé et aux consommateurs de jouer leur rôle pour bouter le fléau de la malnutrition », a souhaité le représentant résidant de la FAO au Burkina, Dauda Sau.

Le représentant de la FAO au Burkina Dauda Sau

En effet, en 2018, 149 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retard de croissance, tandis que 49 millions souffrent de dépérissement. A contrario, plus de 670 millions d’adultes et 120 millions de garçons et de filles (5-19 ans) sont obèses, et 40 millions d’enfants dans le monde sont en surpoids. Or, de nos jours, le nombre de personnes sous-alimentées est reparti à la hausse, avec plus de 800 millions, soit environ une personne sur neuf. Ce qui signifie que malgré les problèmes de sécurité alimentaire que connaissent plusieurs pays dans le monde, l’alimentation saine constitue également un autre fardeau.

Ainsi, les problèmes de santé liés à l’obésité coûtent aux budgets nationaux 2 000 milliards de dollars par an. Pis, 50 à 90% de ces cas se retrouvent dans les pays à faibles ou moyens revenus, du fait de la consommation accrue d’aliments transformés et de viande. Face à cette situation, il est nécessaire que les populations changent leur mode de production, d’approvisionnement et de consommation. Par exemple, adopter le système de la ferme à l’assiette. Ce qui permettra de favoriser la production de denrées de base à haut rendement.

Le gouverneur des Hauts Bassins représentant le ministre de l’agriculture Antoine Atiou

Antoine Atiou, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, représentant le ministre de l’Agriculture, a interpelé les acteurs nationaux et les partenaires au développement à œuvrer en parfaite synergie pour relever le défi de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina.

De leur côté, les acteurs préconisent d’adopter une approche globale qui permettra d’examiner les causes de la malnutrition, en éradiquant les mauvaises pratiques d’alimentation, la mauvaise hygiène et le manque d’assainissement, etc. A l’occasion de cette célébration, une rencontre sur la sécurité alimentaire des aliments au Burkina Faso a permis d’aboutir à des recommandations.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ministère de la santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 20 au 30 novembre 2019
Exploitation artisanale de l’or : Une source de financement des groupes terroristes
Insécurité : « C’est ensemble que nous pouvons ramener la paix dans notre pays » , Mgr Pierre Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Situation alimentaire et nutritionnelle au Burkina : Les experts font le point
« Rien de nouveau sous le soleil » : Le terrorisme multiple vu par Nathanaël Tapsoba
Situation sécuritaire nationale : Le CISAG adhère à l’appel du président Roch Kaboré
Un nouveau rapport révèle les conditions désastreuses dans lesquelles travaillent les vidangeurs manuels au Burkina Faso
Centre de formation « Le Camillianum » du Burkina : 197 étudiants prêts pour humaniser
Santé bucco-dentaire : La famille au coeur des préoccupations des médecins
24e Journée internationale de la tolérance : L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) insiste sur le rôle des leaders religieux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés