Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

Accueil > Actualités > Société • DÉCLARATION • jeudi 17 octobre 2019 à 12h00min
Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

Le 17 septembre 2019, l’ordre national des infirmiers et infirmières du Burkina Faso adressait une note à ses membres sur le territoire national. Des dénonciations sur des faits jugés ambigus et graves et qui menaceraient l’avenir de la profession infirmière constituaient le principal sujet en référence aux décisions du Répertoire interministériel des métiers de l’Etat (RIME) adopté une semaine auparavant. A la suite de cette note, les infirmiers, sages-femmes et maïeuticiens ont, dans une déclaration en date du 24 septembre 2019, donné leur point de vue. L’emploi des infirmiers et sages-femmes du Burkina, selon la déclaration, doit suivre une structuration bien précise. Lisez plutôt.



Vos commentaires

  • Le 17 octobre à 16:32, par wendlassida En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    DU COURAGE MES CHERS COLLÈGUES.
    LE MS N EST PAS LE CHAMP DE QUELQU UN.
    IL FAUT QUE CHAQUE CORPS SE RESPECTE.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 17:02, par Dr En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Je suis médecin mais je ne saurai cautionner une telle injustice à l’égard d’autres professionnels de santé. Soutien total et entier à tous les corps professionnels de santé.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 19:13, par Nana En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Le loup est dans la bergerie. Le syntsha il dit quoi ? Vous avez privilegié les grosses ententes aux debats des corps. C’est tard surtout que bcp parmii vous sont a la retraite comme au syntsha. Pourquoi percevoir ça maintenant. Laissez les gens du terrain se battre pour ça. Ne les embrouillez pls

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 22:46, par le pays va mieux En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Moi j’ai l’impression qu’il y a des gens autour de Roch qui travaillent à saper ses efforts. Sinon comment peut on comprendre ce qui se passe au ministère de la santé. Je crois que l’élaboration des RIME est un processus consensuel impliquant les différents sensibilités dans chaque ministère. C’est à partir de ce consensus que normalement les RIME sont adoptés en conseil des ministres. Si d’or et déjà à peine adopté il y a des oppositions, c’est que le consensus n’a pas été obtenu ou du moins les travaux ont été conduits en solitaire en écartant les plaignants. Ainsi, quelqu’un a floué ce principe élémentaire et du même coup a trompé tout le gouvernement. Il va falloir rechercher la personne et au besoin la sanctionner à la hauteur de son forfait. Quel interet ce ministère gagne à marginaliser des professions aussi importantes ? A défaut, pour un souci de démocratie que tout le aspire tant, je propose que l’on scinde ce ministère en deux car certains corps considèrent d’autres comme des parias. Et si l’on sait que la prise en charge du patient recommande une complémentarité et non une relation de subordination entre les acteurs, on comprend aisément que ce climat ne fait qu’impacter négativement la qualité des soins tant recherchée. Vivement que Roch prenne ses responsabilités en corrigeant ces fautes pour un souci de justice.

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre à 10:58, par HORUDIAOM En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

      Ce n’est pas Roch, c’est nous -même ! Pour relancer le Burkina, il faut un homme compétent, qui sait s’entourer d’hommes et de femmes capable. C’est tout ! Pour revenir à la situation des corps ou professions au Ministère de la santé, il faut exclure la nomination des médecins comme ministre de la santé. Je l’ai toujours répété sur ce forum et j’en ai pris des exemples dans un de mes posts sur ce même forum. Sous le régime Compaoré, les meilleurs ministres de la santé étaient des technocrates(Alain Yoda, Pierre Tapsoba, Christophe Dabiré,etc). Au début du règne de Blaise Compaore, certains médecins ont été nommé ministre de la santé mais ça n’allait pas(Alain Zoubga, Naboho Kanidoua, etc). C’est la transition qui nous a ramené dans cette situation(Prosper Diguemdé) et le régime de Roch nous a terminé (Smaila Ouédraogo, Nicholas Méda, Lougué Claude). Pour minimiser les frustrations des paramédicaux, il faut créer une direction des paramédicaux au sein du ministère de la santé et ouvrir le doctorat en soins infirmiers et Obstétricaux ou en santé publique tout simplement. Ceux-ci devront être affecté dans les hôpitaux et district pour encadrer les paramédicaux. Ce qui sous entend que les paramédicaux seront notés par ces derniers et les médecins par les médecins. Donc ne laisser pas les médecins noter les paramédicaux. En clair, remettre chacun à sa place. Ensuite, relever tous les médecins-chefs de leur fonction et les reverser dans la clinique avec une motivation conséquente. Il faut remplacer les médecins-chefs par des gestionnaires ou administrateurs des hôpitaux comme chef de district avec à leur coté des docteurs en soins infirmiers et obstétricaux et des médecins comme technicien. Enfin, parmi les conseillers technique du ministre, on doit retrouver non seulement des paramédicaux et mais aussi les médecins. Vous verrez que les choses vont un peu s’améliorer, je n’ai pas la prétention de connaitre tous les problèmes du ministère de la santé mais je crois que c’est une des solutions pour amoindrir les frustrations des paramédicaux. tel est mon point de vue

      Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:58, par visionnaire En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Le moment est venu pour que les syndicats puissent s’organiser pour pouvoir mieux lutter,surtout avec cette histoire de coupure de salaire qui va s’étendre pour 6 mois pour certains et 8 mois surtout pour les agents de la santé.Quittons surtout dans cette histoire de mouvement d’humeur et allons y tous en rang serrés d’une grève générale.Ceux qui pensent que c’est uniquement aux autres que ça n’arrive seront désagréablement surpris.C’était premièrement le tour des Grh ?Actuellement c’est le tour des agents de la santé ,à qui le prochain tour ?Aussi nos responsables syndicaux doivent s’assumer car maintenant c’est soit ça passe ou ça casse.On attend BASSOLMA surtout pour sa réaction.Ce pays est foutu.on nous avait dit que vu le comportement de nos dirigeants ce pays n’aura pas d’avenir.on n’est pas très loin de cela

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:18, par Al pacino En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Je l’ai toujours dit et répété, si ceux qu’ils appellent paramédicaux font 30mn d’arrêt de travail, tout le système de santé de la pyramide des soins à la pyramide administrative est grippée. Le seul mouvement des attachés de santé dans les blocs opératoires a mis à nu cette évidence à tel enseigne que les grands professeurs sont devenus fébriles .Ils sont fébriles pas pour le système mais parce qu’ils sont obligés de faire leur travail dans le publique, justifiant ainsi leur salaire.Il faut que le gouvernement prenne la mesure de la réalité car la période des infirmiers de Lama est derrière nous ,nous nous rencontrons de plus en plus dans les universités et avons appris à nous jauger.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:22, par Intérêt général En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    C’est vraiment dommage qu’on arrive jusqu’à ce point. Qu’est ce que ces corps ont gagné en faisant une telle imposition ? Rien que de l’égoïsme pure et simple à court terme en lieu et place de l’intérêt général pour la population. Et si tel est le cas, ils ont plutôt bloqué la carrière de leurs enfants, leurs petits fils et de leurs épouses actuellement, car beaucoup d’entre eux sont mariés à des accoucheuses, sage femmes ou infirmières.
    Je suis tout à fait d’accord avec l’internaute qui a déclaré que : " il y a des gens autour de Roch qui travaillent à saper ses efforts".
    A revoir !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 09:40, par Pensons-Y En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Le problème au BF c’est que certaines personnes veulent resté seul dans leur domaine. Elles empêchent les autres d’évoluer sur le plan professionnel pour éviter toutes concurence. Mais comment un Etat peut-il être complice de telles pratiques ? Qu’est ce qu’on fait de l’expérience de tous ces infirmiers sur le terrain. Je pense qu’il faut valoriser l’emploi des soins infirmiers et obstétricaux et faire de sorte qu’on ai des docteurs, des professeurs, des experts... en soins infirmiers n’en déplaise aux égoïstes qui veulent dominés le système de santé dans la médiocrités. Battez vous pour cela mes frères et soeurs infirmiers. Tout le monde est apte au savoir et au progrès

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 10:26, par Indjaba En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Un infirmier est important Et indispensable dans le systemème de santé et uN medecin est aussi important et indispensable dans ce systeme. Mais un medecin n’est pas un infirmier et n’a pas le droit de poser des actes infirmiers et vice versa. Maintenant si les infitmiers ont l’ultime convictions qu’ils font bien des actes de medecins , c’est que soit la description des taches a été mal faite ou bien des taches de medecins leur ont été deleguéeS à un moment donné. Dans tous Les cas, la restauration de chaque Corps dans ses attributionS doit se faire de façon consensuelle , progressive en evitant au maximum les frustations et les insubordibations. Donnons 20 ans pour revoir les curiculas, le renforcement en ressources humaines , la redefinition des taches et des profils etc. Arretons de tout copier chez Les blancs : religions, la maniere d’aimer, la democratie, et meme la santé. Nous ne sommes Pas obligÉ d’appeler nos infirmierS actuels ’’infirmiers’’. Nous ne sommes pas obliger d’utiliser nos infirmiers comme le fait la France avec ses infirmiers etc etc . Emancipons nous soyons fiers et decomplexer. Ayons notre propre definition et philosophie de developpement. Avancons à notre rythme.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 03:38, par Wedaga En réponse à : Ministère de la Santé : Les infirmiers et sages-femmes se disent victimes de décisions dictées par d’autres professions

    Le malheur au Ministère de la santé est que l’on confond la santé à la seule activité médicale. Et la conséquence est le mépris des autres quand on est pas médecin. Regardez de très près les nominations et les responsabilisations : la quasi-totalité ce sont de médecins, qui souvent ne connaissent pas grand chose de ce pour quoi ils sont appelés. Ils sont administrateurs, gestionnaires, ils ont bloqué les fonctions de Responsable de district en les baptisant, médecin chef de district, les fonctions de Directeur régional.... Tout récemment avec le projet de retour à la nomination des Directeurs provinciaux de la santé, le syndicat des médecins ramait tous les jours au ministère pour demander de ne nommer que des médecins à ce posté. Conséquence : ils sont absents de là même où ils devraient être, dans les Formations sanitaires pour les soins.
    La solution serait purement et simplement de ne plus nommer un médecin comme ministre de la santé. La gestion du département par le personnel non médical a été un succès : on se rappelle toujours du passage de Alain Yoda. Les ministres médecins ne font pas cette différence surtout quand ils quittent directement ce milieu hospitalier. C’est l’arrogance professionnelle qui les animé : le médecin d’abord, le médecin ensuite, le médecin enfin ; les autres à son service. Ils oublient qu’ils ont changé de casquette et que pour réussir dans la santé, tout le monde compte, y compris les autres professionnels en dehors de la santé. C’est dommage ce que nous observons. Au delà de leur méchanceté, c’est plutôt la médiocrité, car les infirmiers et sages-femmes sont au service de la population et non des médecins.Tous ceux qui connaissent bien le Système de santé du Burkina savent que ce sont les autres, notamment les infirmiers qui font le grand boulot. Il faut que le gouvernement prennent ses responsabilités en allant sur le terrain et en trouvant un mécanisme fiable pour vérifier les rapports du ministre qui lui sont transmis.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
Journée mondiale du diabète 2019 : « La lutte concerne chaque famille » (Léonie Lougué, ministre de la Santé)
Diabète au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées
Recrutement à la CNSS : « Nous avons foi que la lumière sera faite dans ce dossier et que les responsabilités seront situées », dixit le Réseau national de lutte anti-corruption
Région du Sahel : Les jeunes sensibilisés sur les stratégies intégrées du G5 Sahel
Recrutement de volontaires : « Si les terroristes nous poussent à prendre ces mesures, ça veut dire qu’ils ont déjà une longueur d’avance », Mamoudou Savadogo, spécialiste de l’extrémisme violent
Agriculture : Les acteurs examinent l’avant-projet de loi sur la gestion durable des sols
Centre-Nord : Le PNUD à la recherche de solutions endogènes pour l’insertion socio-professionnelle des jeunes vulnérables
Appel à des volontaires : Ne pas confondre « recrutement » et « emploi », clarifie le ministre de la Sécurité
Situation sécuritaire au Burkina Faso : « Le Président Roch Kaboré doit démissionner et va démissionner », prédit le frère Christian Boglo
Planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural : Un atelier pour présenter les résultats du projet
Burkina : L’activiste Naïm Touré relâché
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés