Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 15 octobre 2019 à 20h18min
Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »

Le Colonel-Major Charles Josaphat Zoungrana, Attaché de Défense à l’Ambassade du Burkina Faso en Ethiopie, a soutenu le mardi 8 octobre 2019 à Addis Abéba, son mémoire de Master 2 en relations internationales. Il s’est penché sur la problématique de la coordination des initiatives régionales et internationales déployées au Sahel pour aider la région à relever les défis de sécurité et de développement auxquels elle fait face. C’était en présence du Docteur Patrick Ferras, Enseignant Chercheur à l’IRIS et Directeur de Mémoire, de l’Ambassadeur, Représentant Permanent Adjoint, Léopold Bonkoungou et des membres du personnel diplomatique de l’Ambassade.

« Le G5 Sahel et le défi de la coordination des stratégies Sahel », tel est le thème sur lequel le Colonel-Major Charles Josaphat Zoungrana s’est penché en tentant de répondre aux questions suivantes : En quoi le G5 Sahel représente-t-il une opportunité de coordination des stratégies Sahel dans son espace géographique ? Dans quelle mesure peut-il contribuer à cette coordination ?

En effet, créé en février 2014, sur une initiative de cinq pays sahéliens (le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad), le G5 Sahel ambitionne de garantir des conditions de développement et de sécurité dans l’espace de ses Etats membres. Toute chose qui a inspiré le Colonel-Major Zoungrana qui justifie le choix de son thème par l’intérêt qu’il porte à toute question se rapportant à l’interaction entre les concepts de sécurité et de développement, d’une part, et d’autre part, par le contexte actuel de questionnement sur l’efficacité des efforts déployés par la Communauté internationale au Sahel, compte tenu des problèmes de coordination rencontrés.

Le Colonel Major recevant les félicitations de son Directeur de mémoire le Docteur Patrick FERRAS

Utilisant une démarche s’inspirant de la planification stratégique à travers une analyse des forces, des faiblesses, des menaces et des opportunités, l’Officier du Génie Militaire a démontré que face au besoin d’amélioration de la coordination des nombreuses stratégies Sahel portées par les organisations multilatérales et les acteurs bilatéraux, le G5 Sahel constitue un cadre opportun de coordination.

Il estime aussi que le G5 Sahel dispose d’une forte légitimité et à ce titre pourrait s’imposer aux partenaires internationaux comme une interface régionale pour la mise en œuvre de leurs stratégies dans la région. Toutefois, il a indiqué que pour jouer un rôle clé, l’organisation aura besoin de corriger certaines de ses faiblesses, de renforcer sa coopération avec les autres cadres de coordination régionaux et d’innover par la recherche et la mise en place de nouveaux mécanismes de convergence.

Le Colonel-Major Zoungrana a également insisté sur la nécessité de créer des points d’interface pour promouvoir les échanges entre acteurs de la sécurité et acteurs du développement car dit-il, c’est le meilleur gage pour opérationnaliser le lien entre sécurité et développement.

Ce Master 2 en Relations Internationales à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) de Paris, constitue le troisième parchemin du Colonel-Major Charles Josaphat Zoungrana, déjà titulaire d’un diplôme d’Ingénieur en Génie civil et d’un Doctorat en Génie civil (option Génie de l’Environnement).

Service Presse Ambassade du Burkina Faso à Addis Abéba

Vos commentaires

  • Le 16 octobre à 18:35, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »

    ...ça me donne surtout envie de pleurer !... Je ne comprends pas vraiment ces conclusions parues dans La Presse : j’attendrai donc de me procurer son mémoire de Master, et de le lire avant de commenter.
    Personnellement, et aussi loin que je saches, ce G5 me parait ralentir l’opérationnalité des actions anti-terroristes et offre surtout des marchés aux fabricants de matériel militaire français ; pas toujours les moins chers ni les plus appropriés. Ce G5 est donc un outil économique pour soutenir une guerre qui est essentiellement économique, même si elle est dite anti-terroriste également. IL FAUT QUE NOUS NOUS RÉVEILLONS MAINTENANT ; SI NON,...

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 08:52, par LE JUSTE En réponse à : Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »

    Dire que le G5 est une initiative des 5 Pays cités est un mensonge. C’est la France qui a initié cette solution pour encore canaliser et mieux contrôler toute action rentrant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
    C’est une stratégie qui doit remplacer le Néocolonialisme, mais qui s’appelle"Occupation" couverte par un fléau qu’il entretiennent pour renforcer leur position géopolitique dans le monde mais aussi et surtout maintenir un équilibre économique dejà brinquebalant de la France.
    Remarquez que les Opérateurs Économiques des 5 pays ont déjà créer un cadre approprié pour se partager les commandes.
    Le G5 sera comme l’ONU avec des démembrement qui vont augmenter les budgets alloués et pourvu de postes juteux qu’on placera des amis et parents.
    Et comme c’est la France qui est à la tête des pays qui vont financer le "machin" comprenons que dans 50 ans on aura passer à G 15 Sahel sans, ni finir les Terroristes, ni développer la Zone .
    La France a des base militaires partout dans le G5. Et le G5 sera là pour expliquer si besoin était encore,la présence de toutes ses Bases millitaires que les populations rejettent de tout leur coeur.
    Africain, aucun sacrifice n’est trop pour notre liberté !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 15:24, par Sheikhy En réponse à : Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »

    Mes chers amis, le C-M cherche un Mastère et en même se positionne pour la suite de sa carrière internationale. Sinon, son parcours académique est déjà lourd. Félicitations à lui et cela plus pour le travail de recherche et de rédaction que pour la conclusion de ses recherches qui restent toujours une opinion personnelle. Si vous faites attention à l’institut de tutel et son Directeur de mémoire, on peut comprendre.
    Bon vent au C-M.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
Coopération Burkina Faso-UNICEF : 90% de taux de réalisation en matière de communication
65e anniversaire de la révolution algérienne : « Le peuple algérien va s’inscrire dans l’histoire », foi de l’ambassadeur Mohamed Ainseur
Forum international francophone de l’évaluation : Quatre jours de partage de bonnes pratiques pour le rayonnement de l’évaluation
L’ambassade de France au Burkina n’a pas suspendu la délivrance des visas (Communiqué)
Intégration régionale : L’expression culturelle comme moyen d’action
Bio-sûreté : Des équipes du G5 Sahel et de la Tunisie s’exercent au diagnostic mobile des menaces
G5 Sahel : « L’heure n’est pas à la diversion, mais à l’union sacrée », déclare Maman Sambo Sidiko (Secrétaire permanent)
Intégration régionale : « Notre objectif, c’est qu’un jour, il n’y ait plus de Burkinabè, de Maliens, d’Ivoiriens…, mais simplement des Africains », prône le ministre Paul Robert Tiendrébéogo
Course-cycliste féminine de l’intégration : Les communautés vivant au Burkina pédalent en chœur à Tenkodogo
Promotion de l’intégration régionale : « Cette façon de faire au Burkina doit faire tache d’huile en Afrique », loue Toumey Kodjo, porte-parole des communautés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés