Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • COMMUNIQUÉ DE PRESSE • mardi 15 octobre 2019 à 20h30min
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation

Depuis son implantation dans la commune de Partiaga, le Projet SEMAFO Boungou a toujours mis en priorité la promotion des emplois locaux dans le but de participer au développement durable de la région de l’Est du Burkina Faso.

Une politique d’embauche à l’avantage des candidats locaux dans le strict respect des textes …

Pour ce qui concerne les emplois non qualifiés, la quasi-totalité des postes à pourvoir sont occupés par des travailleurs originaires de la Région de l’Est. En étroite collaboration avec le service des relations communautaires de l’entreprise, les sélections sont faites en privilégiant les natifs de la province de la Tapoa, de la commune de Partiaga, et des villages riverains de la mine

De la politique des emplois qualifiés…

L’industrie minière a des besoins spécifiques en termes d’emplois à haute technicité. Une large palette de tâches sur les sites miniers est gérée par des profils professionnels que l’on trouve difficilement sur le marché de l’emploi au plan local. Cette situation s’explique par le fait que le Burkina Faso fait ses premiers pas dans le cercle restreint des pays miniers. Les universités et écoles supérieures n’offrent pas toujours la possibilité de se former aux métiers des mines. Ce sont des réformes de longue haleine qui devraient, dans les années à venir porter fruit et impulser une nouvelle dynamique au profit des emplois locaux.

SEMAFO a mis en œuvre une politique nationale de recrutement des cadres qualifiés. Elle est basée sur le respect des textes en vigueur au Burkina Faso, avec toutefois des avantages pour les jeunes ressortissants de la Région de l’Est.
A compétence égale la priorité est donnée au candidat de la Région de l’Est. Tous les sous-contractants dans le cadre du projet SEMAFO Boungou sont soumis à cette politique.

Ainsi les récentes statistiques nous donnent les effectifs suivants :

-  nombre total d’employés 1245 ;
-  employés nationaux 1145 soit 92% ;
-  employés expatriés : 100 soit 8% ;
-  employés locaux (région de l’Est) 548 soit 44% ;
-  employés locaux (commune de Partiaga) : 280 soit 22,5% ;

La discrimination positive a permis à SEMAFO Boungou de dépasser ses prévisions. En effet pour un engagement de 33%, SEMAFO compte 44% d’employés locaux (région de l’Est) toutes catégories confondues. Nul doute que ces emplois directs ont un impact économique sur la commune de Partiaga et la région de l’Est.
… un programme de relève national pour valorisation des compétences locales.

Soucieux du développement de son personnel, SEMAFO s’est engagé à valoriser les compétences locales. En s’inspirant de son expérience dans la première mine à Mana (Boucle du Mouhoun), SEMAFO a initié à Boungou un programme de relève national qui vise à promouvoir les employés locaux à des postes de haute responsabilité. Ce programme permet aux travailleurs nationaux ayant un bon niveau d’instruction de postuler à des emplois de hautes responsabilités occupés jusqu’alors et en grande majorité par les expatriés.

Un fonds minier pour soutenir le développement local ...

Le fonds minier de développement local (FMDL) est un des quatre (04) fonds créés par la loi n° 036-2015/CNT du 26 juin 2015 portant code minier du Burkina Faso, pour soutenir le développement du secteur tout en assurant le partage des revenus miniers. Un décret d’application de cette loi fixe l’organisation, le fonctionnement et les modalités de perception du FMDL. Ce décret précise les modalités de répartition de cette manne financière entre toutes les communes et régions du Burkina Faso, tout en privilégiant les communes et les régions abritant les sites miniers.
Au terme des textes règlementaires, le FMDL est alimenté par 1% du chiffre d’affaire des sociétés minières et de 20% des redevances proportionnelles payées à l’État par les sociétés minières.

Depuis qu’elle a débuté l’exploitation commerciale en septembre 2018 SEMAFO Boungou a versé la somme de 5 284 012 810 FCFA au titre des redevances proportionnelles et 1 220 208 512 FCFA au titre de sa contribution du FMDL.

En plus du FMDL, d’autres taxes versées par les sociétés minières participent au développement local. Il s’agit des taxes superficialités liées à la superficie du permis d’exploitation. Pour cette taxe spécifique, SEMAFO Boungou a respectivement versé 204 813 288 FCFA en 2017, 217 950 000 FCFA en 2018 et 217 950 000 FCFA en 2019 pour un total de 640 713 288 FCFA pour les trois années.

Un arrêté interministériel en date du 16 septembre 2019 consacre la répartition du FMDL à toutes les collectivités du Burkina pour une partie des contributions des années 2017 et 2018. Pour cette période, la région de l’Est s’en sort avec les montants suivants :

Conseil régional de l’Est : 183 889 719 FCFA
La commune de Partiaga : 301 071 240 FCFA
Les communes de Coalla et Mani : 26 185 184 FCFA chacune
Les autres communes de la région de l’Est : 18 057 544 FCFA chacune.

C’est une bonne moisson qui est ainsi réalisée par la région de l’Est. Du reste, la commune de Partiaga se retrouve avec le plus gros montant de toutes les communes du Burkina.

La présence de SEMAFO Boungou créé des attentes …

La présence de SEMAFO Boungou créé des attentes légitimes au sein des communautés impactées. Ces attentes avaient connu un début de satisfaction à travers les activités de la Fondation SEMAFO qui est financée en grande partie par la société minière. La création du FMDL prive SEMAFO Boungou d’une ressource qui lui permettait de faire des réalisations directes sur le terrain à travers sa Fondation alors que les doléances des populations ne font que croitre.

L’espoir de SEMAFO Boungou réside dans la mise en œuvre diligente du FMDL pour permettre à la Commune de Partiaga de prendre en compte des doléances des communautés dans l’exécution du Plan Communal de Développement.
Cette nouvelle configuration induite par la mise en route du Fonds Minier de Développement Local doit amener les différents partenaires que sont les mines, l’administration centrale, les collectivités territoriales à traiter avec diligence les nombreuses requêtes des populations locales. Chacune de ces entités devra jouer à fond sa partition afin d’éviter que la machine ne se grippe.

SEMAFO Boungou, entreprise citoyenne continuera pour sa part à respecter ses engagements vis-à-vis de l’État du Burkina et par ricochet, les populations du pays des hommes intègres. SEMAFO met un point d’honneur à maintenir ses engagements en matière de responsabilité sociale des entreprises. Comme le dit l’adage burkinabè, « une seule main n’est pas en mesure de ramasser la farine ».

C’est ensemble et de manière concertée et objective que toutes les parties prenantes pourront jouer leur partition dans le concert du développement des nations en général et du Burkina Faso en particulier.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
Mine de Karma au Nord : Des kits d’embouche ovine pour les jeunes de Namissiguima
Société minière de Sanbrado (Somisa SA) : Une convention pour démarrer l’extraction de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés