Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Organisation internationale pour les migrations : Le Mécanisme national de référencement des migrants vulnérables présenté aux acteurs des Hauts-Bassins

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 14 octobre 2019 à 07h00min
Organisation internationale pour les migrations : Le Mécanisme national de référencement des migrants vulnérables présenté aux acteurs des Hauts-Bassins

Dans le cadre de la mise en place d’un Mécanisme national de référencement (MNR) des migrants vulnérables en transit ou bloqués sur le territoire, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a organisé, les 9 et 10 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier de dissémination et formation sur MNR au profit des acteurs de la région des Hauts-Bassins.

Dans l’objectif de faire connaître le Mécanisme national de référencement (MNR) aux différents acteurs sur le plan national, le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont entrepris quatre grandes consultations auprès des acteurs gouvernementaux et de la société civile des régions du Burkina dont le Centre, l’Est, le Centre-Est, le Sahel, les Hauts-Bassins et les Cascades. Ces consultations ont pour objectif de répertorier, dans les régions concernées, les acteurs impliqués dans l’assistance/protection, leurs domaines, leurs ressources et recueillir leurs besoins.

A l’issue de ces différentes consultations, un draft de document a été adopté le 4 avril 2019 lors d’un atelier de validation à Ouagadougou et soumis pour la mise en forme des impressions. C’est un manuel qui donne les lignes directives pour pouvoir orienter tous les acteurs au plan national sur comment affecter les migrants en transit dans des situations de vulnérabilité ou bloqués sur le territoire burkinabè.
C’est dans ce but que l’OIM a organisé, les 9 et 10 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier de dissémination et formation sur le Mécanisme national de référencement (MNR) au profit des acteurs de la région des Hauts-Bassins.

L’atelier a pour objectif de diffuser le MNR des migrants vulnérables en transit ou bloqués sur le territoire dans la région des Hauts-Bassins.

Il s’agira également, pour les participants, d’avoir des informations sur la protection et la prise en charge immédiate des migrants vulnérables, de s’approprier le document du MNR à travers une présentation et une mise en pratique.

Selon Aïcha Pitroipa, chargée de projet à l’OIM, ce mécanisme est le bienvenu en ce sens que « le Burkina est connu comme un carrefour pour beaucoup de migrants au cours de leurs voyages. Il y’en a qui réussissent à passer tandis que d’autres restent bloqués pour des questions de vulnérabilité ou des situations de violence, d’abus, d’exploitations, sans qu’on ne sache exactement comment les assister convenablement sur le territoire burkinabè. Voilà pourquoi ce mécanisme est le bienvenu pour pouvoir orienter ; c’est une feuille de route pour pouvoir les assister convenablement sur le territoire burkinabè ».

Aicha Pitroipa Chargée de Projet à l’OIM

Aussi, le ministère en charge de la Solidarité nationale a joué un grand rôle dans l’élaboration de ce document en affectant un point focal à l’OIM. Pour Youssoufou Ouédraogo, conseiller technique de la ministre de la Solidarité nationale, cette collaboration a donné de bons résultats et le document recouvre également beaucoup d’avantages : « Beaucoup d’acteurs sur le terrain intervenaient comme ils pouvaient pour venir en aide aux migrants en transit ou bloqués ou les migrants nationaux de retour. Maintenant, avec ce mécanisme, nous avons une feuille de route commune qui permet à chacun d’intervenir de façon harmonisée.

La disponibilité de cet outil permet aussi d’informer les différents migrants qui sont en transit de ce dont ils peuvent bénéficier comme assistance et protection au niveau national pour pouvoir poursuivre leur route migratoire ou pouvoir retourner dans leur pays d’origine ».

En effet, autrefois considéré comme un pays de transit plutôt qu’un pays de départ de migrants, le Burkina abrite un nombre de plus en plus important de migrations, notamment irrégulières. Pour faire face à ce flux important de migrations de plus en plus important, le gouvernement du Burkina Faso s’est doté d’une Stratégie nationale de migration (SNMIG) dont la vision concorde avec celle de l’OIM qui est « qu’une migration sûre et ordonnée est profitable à toute société ».

Youssoufou Ouédraogo conseiller technique de la ministre de la Femme

Par conséquent, dans sa mission d’appui et d’accompagnement des gouvernements dans la gestion de la migration, l’OIM a soumis le programme « Sécurité, Soutien et Solutions sur la route vers la Méditerranée centrale (3S-RMC) » au Département du développement international du Royaume Uni. Ce programme intervient dans dix pays dans le but de rendre la migration plus sûre et plus ordonnée, pour moins de souffrances et de morts tout le long des principales routes migratoires.

Haoua Touré

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
« Rien de nouveau sous le soleil » : Le terrorisme multiple vu par Nathanaël Tapsoba
Situation sécuritaire nationale : Le CISAG adhère à l’appel du président Roch Kaboré
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Centre de formation « Le Camillianum » du Burkina : 197 étudiants prêts pour humaniser
Santé bucco-dentaire : La famille au coeur des préoccupations des médecins
24e Journée internationale de la tolérance : L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) insiste sur le rôle des leaders religieux
Un nouveau rapport révèle les conditions désastreuses dans lesquelles travaillent les vidangeurs manuels au Burkina Faso
Situation sécuritaire au Sahel : L’appel "pressant" des conférences épiscopales Burkina-Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée avec succès en carburant par les FDS
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
« Kunadia O’ » : 576 et 628, les deux numéros tirés au sort
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés