Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • jeudi 10 octobre 2019 à 17h00min
Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme

Les ministres en charge de l’Education du Mali, du Burkina et du Niger ont signé, ce 10 octobre 2019, un nouvel accord de partenariat avec la fondation norvégienne Stromme. Ce partenariat vise à intégrer ou réintégrer, dans le système éducatif, des adolescents de 9 à 12 ans qui sont hors des écoles.

Le nouveau partenariat entre le Burkina Faso, le Mali, le Niger et la fondation Stromme garde la même vision : celle d’offrir la chance à des millions d’enfants d’être insérés ou réinsérés dans le système éducatif. Les enfants ciblés sont ceux jamais scolarisés ou précocement déscolarisés.

Pour ce faire, une Stratégie de scolarisation accélérée/Passerelle (SSA/P) a été mise en place. Cette stratégie consiste en un processus d’enseignement ou d’apprentissage de neuf mois, dont deux mois en langue nationale et sept mois en langue française, dans l’objectif de préparer les élèves, soit pour le Certificat d’études primaires (CEP), soit pour l’auto-emploi, ou encore pour le renforcement de compétences de vie. Ceux qui n’ont jamais fait l’école, après une année de formation, peuvent passer en troisième ou quatrième année du primaire.

Ce programme soutenu par la fondation Stromme va au-delà d’apprendre à lire et à écrire aux adolescents. En effet, l’important pour un enfant qui a reçu une instruction n’est pas seulement de savoir lire ou écrire, c’est aussi la confiance en soi et le futur, justifie Kristine Sodal, secrétaire générale de la Fondation Stromme.

Un nouveau plan, de nouveaux défis

A l’heure du renouvellement du partenariat, les acteurs sont appelés à la poursuite des efforts pour la continuation des élèves des écoles passerelles dans le système éducatif formel. Et ce nouvel accord s’est fixé des défis pour une amélioration de l’accès des enfants à l’éducation. Et pour cela, 60 000 écoles SSA/P devront être créées durant ces cinq années. Egalement, il est prévu d’atteindre 50% de filles enrôlées parmi les effectifs de ces centres passerelles, tout en incluant les enfants vivant avec un handicap.

Face à la situation sécuritaire dans les trois pays concernés par le partenariat, la coordination insiste sur un besoin d’augmentation des financements dans l’exécution dudit projet. Néanmoins, environ 4 milliards seront mobilisés par an sur une durée de cinq années. Et le ministre burkinabè en charge de l’Education, Pr Stanislas Ouaro, de rassurer que des efforts seront faits pour ouvrir un maximum de centres passerelles dans les zones à forts défis sécuritaires, pour faire face à la situation des déplacés qui se sont avec leurs enfants, mais aussi pour permettre à des enfants « hors écoles » de pouvoir poursuivre leur scolarité.

Notons que le partenariat a été reconduit dans le cadre de la première session du Conseil de partenariat entre les gouvernements du Burkina, du Mali et du Niger et la fondation Stromme, autour des formules accélérées d’éducation et de formation.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 octobre à 10:02, par Lagitateur En réponse à : Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme

    Mes félicitations aux troix Ministres et mes remerciements aux partenaires norvègiens. L’objectif est salutaire et noble d’autant plus que cela aboutira à l’apprentissage d’un métier, chose qui permettra aux impétrants de travailler pour subvenir à leurs besoins.
    Toutefois , je trouve qu’on aurait pu élargir la tranche d’âge jusqu’à 16 ans puisque l’école est obligatoire jusqu’à cet âge, du reste, pour le Burkina mais cela est raisonnable et justifiable. Cela aurait pu prendre en compte beaucoup d’enfants déscolarisés à l’image du système allemand que je connais bien.
    Tout compte fait, c’est déjà bien d’y penser et de faire quelque chose mais des améliorations peuvent être apportées dans le futur.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:12, par Kaboré En réponse à : Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme

    Bonjour Lagitateur et merci pour ton analyse. Dans les formules accéléreés d’éducation et de formation , il se trouve que la SSAP qui concerne les enfants de 8-9 à 12 ans est bien stabisée d’ou sa mise à l’echelle par les Minsitères des trois pays. Cependant, les autres formules notamment la SSA2 pour les enfants de 13-14 ans, la S3A pour les adolescents et jeunes de 15 à 25 ans et la AA pour les femmes sont en cours de stabilisation avant la mise à l’echelle dans le cadre de ce nouveau partenariat. Merci !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
Coopération Burkina Faso-UNICEF : 90% de taux de réalisation en matière de communication
65e anniversaire de la révolution algérienne : « Le peuple algérien va s’inscrire dans l’histoire », foi de l’ambassadeur Mohamed Ainseur
Forum international francophone de l’évaluation : Quatre jours de partage de bonnes pratiques pour le rayonnement de l’évaluation
L’ambassade de France au Burkina n’a pas suspendu la délivrance des visas (Communiqué)
Intégration régionale : L’expression culturelle comme moyen d’action
Bio-sûreté : Des équipes du G5 Sahel et de la Tunisie s’exercent au diagnostic mobile des menaces
G5 Sahel : « L’heure n’est pas à la diversion, mais à l’union sacrée », déclare Maman Sambo Sidiko (Secrétaire permanent)
Intégration régionale : « Notre objectif, c’est qu’un jour, il n’y ait plus de Burkinabè, de Maliens, d’Ivoiriens…, mais simplement des Africains », prône le ministre Paul Robert Tiendrébéogo
Course-cycliste féminine de l’intégration : Les communautés vivant au Burkina pédalent en chœur à Tenkodogo
Promotion de l’intégration régionale : « Cette façon de faire au Burkina doit faire tache d’huile en Afrique », loue Toumey Kodjo, porte-parole des communautés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés