Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Prenez la décision aujourd’hui de faire quelque chose de merveilleux avec votre vie» Brian Tracy

Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • jeudi 10 octobre 2019 à 23h04min
Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

La capitale burkinabè semble éprouver des difficultés à contenir et éliminer l’amoncellement des déchets domestiques dans les décharges publiques. En témoigne le spectacle de ces montagnes d’ordures dans la capitale, avec tous ses désagréments. Ce ne sont pas aux populations riveraines du canal du Mogho Naaba (côté sud du Théâtre populaire), situé dans l’arrondissement N°1 de Ouagadougou, qu’on peut conter une telle situation. Elles qui se sont vu obligées d’inviter le premier adjoint au maire dudit arrondissement et le chef coutumier et député résidant de l’arrondissement, Poé Naaba, pour venir, ce jeudi, 10 octobre 2019, constater les désagréments qu’elles vivent à cause d’un entrepôt d’ordures.

Le spectacle est triste en ce lieu. Outre l’image hideuse qu’il offre, cet entrepôt d’ordures dégage de fortes odeurs, exposant du coup les populations riveraines. Selon des témoignages recueillis sur place, ce site de transit existe depuis trois à quatre ans, mais le problème d’amoncellement dure maintenant des mois. Des explications font également ressortir que l’entreprise commise à l’enlèvement des ordures peine, depuis un moment, à faire le travail.

En cette matinée de jeudi où la pluie de l’aube a encore aggravé les choses, le premier adjoint au maire de l’arrondissement N°1, Adamou Kafando, et le chef coutumier, le Poé Naaba, député, résidant dans l’arrondissement, ont effectué le déplacement pour aller toucher du doigt, les réalités que vivent les riverains. « Prévues pour être enlevées chaque trois jours, les ordures font souvent plus d’un mois dans ce lieu de transit. Ce qui est de nature à nuire à la santé et au bien-être des riverains dans un large rayon (odeurs, mouches, saletés, souvent, il faut boucher le nez étant chez soi) », explique un riverain.

« Ce n’est pas facile. En saison sèche, le vent soulève des sachets et les ordures légères pour les jeter dans les concessions environnantes. Pendant la saison pluvieuse aussi, les odeurs sont insupportables. Voyez-vous que même pour avoir accès au site, c’est un véritable calvaire ! », reconnaît un collecteur d’ordures.

« La question des ordures à Ouagadougou est très préoccupante. Il y a trop d’incivisme au sein des populations. Nous-mêmes qui collectons les ordures, nous sommes obligés de nous arrêter fréquemment dans les artères pour ramasser des ordures que les gens sortent nuitamment jeter. Des espaces publics, les murs des écoles et autres espaces sont devenus des dépotoirs, simplement parce que les gens ne veulent pas débourser 500 ou 1000 francs par mois pour enlever leurs ordures. C’est triste. Il faut que les populations soient éduquées. Regardez comment Ouagadougou est devenue sale. Mais tout cela, c’est la faute des autorités. Il faut trouver des sites fiables et veiller à l’enlèvement régulier des ordures sur ces espaces de transit. Ces questions d’ordures sont une vraie préoccupation, parce que c’est la santé des populations qui est en jeu », décrie ce collecteur d’ordures dans un ton de révolte.

Pour le cas d’espèce, bien plus que le temps d’enlèvements, c’est l’emplacement même du site qui semble poser problème. En effet, les riverains estiment que ce lieu n’est pas indiqué pour entreposer des ordures de plusieurs centaines de tonnes (l’espace côtoie le grand canal qui traverse une partie de la ville du sud au nord, il est au milieu d’habitations et au centre-ville). C’est pourquoi ils demandent au premier adjoint au maire, Adamou Kafando, et au député, Poé Naaba, de plaider auprès de qui de droit pour qu’une solution rapide soit trouvée.

Au moment où s’achevait la visite à la mi-journée, de nombreux tricycles et charrettes, pleins d’ordures, arrivaient sur le site pour y déverser leur contenu.

OHL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 octobre 2019 à 04:37, par MKouka En réponse à : Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

    Pas besoin de long commentaires. Ce qui est indéniable c’est que globalement nous avons une culture de l’insalubrité. Cela se constate dans les cours, devant les cours, dans les rues, ds les lieux publics, espaces verts, etc et nous sommes assis à longueur de journée à côté sinon au milieu de déchets de tout genres. Et curieusement ça n’a pas l’air de nous déranger, ces odeurs et sources de maladies. D’où nous vient tout cela ? De nos traditions ou de nos religions ? Une étude sociologique sur la question serait peut être un point de départ pour une sensibilisation générale. Deux exemples :
    Dans mon quartier secteur 15 j’ai remarqué un jour du mois d’août passé que des caniveaux ont été vidés de leur déchets, à moitié je crois mais entassés ici et là. Le boutiquier me confie que cest la mairie. Bravo ! Seulement plus de 2 semaines plus tard ces déchets étaient toujours là le long des caniveaux, insupportables du regard et des odeurs. Avec les pluies du mois eaux et vent les ramènent petit à petit dans les fossés !!!!
    J’ai dps des années un groupe de jeunes qui se retrouvent les soirs au coin de la rue pour bavarder en buvant du the. Parmi eux des étudiants et travailleurs. Les eaux sales et puantes des toilettes de la cour d’a côté stagnent juste à 1 mètre de leurs pieds. Deux d’entre eux viennent de cette même cour. Peu importe, ils y restent tous les soirs au delà de minuit. "Ça ne me regarde pas " me dit l’un d’eux lorsque je lui ai demandé en tant que voisin de trouver une solution à ces odeurs insupportables.
    Voilà. Comment changer cette culture typique burkinabè ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2019 à 08:53, par changeons En réponse à : Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

    Outre l’incivisme des citoyens, la commune de Ouagadougou qui contractualise chaque année avec des entreprises de collectes devrait être plus rigoureuse et appliquer les textes. Pourquoi la commune paie des entreprises, celles-ci n’enlèvent pas les ordures pour les amener au centre d’enfouissement technique ne font pas leur travail ? Pourquoi ne pas résilier le contrat des entreprises défaillantes ? C’est là tout l’étonnement. Peut-être qu’il y a un deal bien huileux qui profite aux deux parties (Marie et Entreprises) et les citoyens n’ont que leurs yeux pour constater les immondices et pleurer. Malheureusement, on n’a plus de maire à Ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2019 à 09:49, par Badisak En réponse à : Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

    Quand les occidentaux nous taxent de pays de merde, cela fait mal ; mais lorsqu’on prend le temps de regarder au quotidien le comportement des gens, on est vraiment parfois très découragé. On a l’impression que certains pensent que le développement est quelque chose qui doit nous tomber du ciel ; c’est l’ensemble de nos actes responsables et bien pensés qui peuvent nous mener au développement et à l’épanouissement de tous. Comme l’a si bien remarqué MKouka, il y a des rues dans cette capitale, lorsqu’on y passe, on se demande si c’est réellement des êtres humains qui vivent dans les environs. La question est de savoir ce que font les autorités municipales de cette ville qui avait il faut le dire, pris une belle allure sous la gestion de Mr Simon COMPAORE ; même les mesures prises peinent à être appliquées ; la divagation des animaux, la circulation des véhicules poids lourds au centre ville pendant les heures de pointes, etc..., sont des exemples de l’incapacité notoire des autorités municipales à faire régner l’ordre dans la capitale. je proposerais aux différents maires de nos communes de faire un tour à Niamey la capitale du Niger situé à environ 500 km de Ouagadougou pour se donner de l’inspiration. Ceux qui ont la chance comme moi de visiter régulièrement Niamey ont fait le constat que la ville est en train de se donner une fière allure et c’est agréable à voir.
    Je dis merci aux hommes de média qui font leur devoir d’informer et attirer l’attention des autorités sur les manquements et désordres constatés dans la gestion de nos cités. Les autorités municipales et le pouvoir central se doivent parce qu’il s’agit tout de même de la capitale qui renvoi l’image de ce que nous sommes au reste du monde, mettre les moyens qu’il faut pour redorer et améliorer l’image de notre cité ; notre honneur en dépend.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2019 à 12:42, par Jean-Paul En réponse à : Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

    Comme l’a si bien dit un internaute, nous avons la culture de l’insalubrité. Il faut que l’école s’implique dans l’éducation à la base, pour apprendre le citoyen à être propre dans son environnement. On a l’impression que les gens ne peuvent vivre sans la saleté, c’est devenu comme vital pour la société.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2019 à 14:36, par Sacksida En réponse à : Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !

    A vrai dire, l’on nomme ou elit des gens qui ne font pas leur travail car toute cette insalubrite est due en partie a la mauvaise gouvernance communale. Des missions sont parties s’inspirer du cas Rwandais au pays de Paul Kagame en la matiere, mais qu’est ce qui bloque sa mise oeuvre ? C’est tres simple, la politisation de tout ,l’incompetence et la mauvaise volonte due a la recherche effrenee de l’argent. Seule une veritable Revolution Democratique et Sociale sera un debut de solution a nos problemes environnementaux qui ne sont insurmontable. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires
Environnement : Un atelier pour redéfinir les éléments de base pour une meilleure gestion des forêts
Environnement : Un nouveau projet pour améliorer la disponibilité de l’eau dans les aires fauniques
Changement climatique : Le Conseil national pour le développement durable forme les acteurs en suivi-évaluation
Développement durable : Vingt-cinq formateurs renforcent leurs capacités dans l’élaboration de cartes sur la gestion forestière
Environnement : Un conseil scientifique et technique pour sauvegarder la biodiversité du parc urbain Bangr-weogo
Ressources forestières : Le Fonds d’équipement des Nations unies explore les opportunités d’affaires dans le secteur
Pollution de l’eau et l’environnement : « Il est clairement établi que les pesticides sont toxiques pour l’homme », député Alidou Sanfo
Burkina : L’actualité météorologique pour les périodes de juin-juillet-août et juillet-août-septembre 2020
Eau et assainissement : Des députés burkinabè s’inspirent de l’expérience de l’ONG Eau Vive
CASEM du ministère de l’Eau : Les rapports annuels de performances des programmes budgétaires en examen
Déclassement de la forêt de Kua : Le Syndicat des travailleurs de l’environnement réclame la publication du rapport d’étude
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés