Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Accès des femmes à la terre au Burkina : Les enjeux économiques en réflexion

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 10 octobre 2019 à 14h32min
Accès des femmes à la terre au Burkina : Les enjeux économiques en réflexion

Ouagadougou abrite, les 10 et 11 octobre 2019, le Symposium des femmes sur les enjeux économiques liés à la sécurisation des terres agricoles et des activités connexes. Initiée par la Fondation Konrad Adenauer, cette activité qui réunit des leaders de la société civile, des parlementaires, des élus locaux et chefs coutumiers, entre dans le cadre du projet « Un seul monde sans faim : les droits fonciers des femmes en Afrique de l’Ouest ».

Bien qu’elles constituent la principale main-d’œuvre dans le secteur agricole au Burkina Faso, les femmes ont des droits restreints et provisoires à la terre. C’est dans ce contexte que la Fondation allemande Konrad Adenauer a initié le projet « Un seul monde sans faim : les droits fonciers des femmes en Afrique de l’Ouest » au Bénin, au Togo et au Burkina dans les régions du Sahel (Dori) et de l’Est (Gourma, Tapoa). En vue de réfléchir sur les enjeux économiques liés à la sécurisation des terres agricoles et des activités connexes, la Fondation a réuni une cinquantaine d’acteurs à l’occasion d’un symposium de 48 heures à Ouagadougou.

Une vue des participants

Dans son discours lu par son directeur de cabinet, la marraine, Laurence Marshall Ilboudo, ministre de la Femme, a partagé cette pensée du regretté Koffi Annan pour qui « la problématique des enjeux économiques liés à la sécurisation des terres agricoles et aux activités connexes au profit des femmes est une condition préalable pour relever le défi de la réduction de la pauvreté, de la promotion du développement durable et de la bonne gouvernance ».

Delwendé Pierre Nikièma, directeur de cabinet du ministre de la Femme

Les actions du gouvernement

Tout en félicitant les organisateurs de la tenue de ce symposium, elle a rappelé les réformes engagées par le gouvernement en vue d’une offre de sécurisation accessible à toutes les couches de la société et qui se sont traduites par la délivrance de plus de 5 000 attestations de possession foncière rurale (APFR) sur tout le territoire national. Et plus de la moitié de ces documents appartiennent aux femmes, à en croire la marraine qui reconnait qu’il y a encore quelques difficultés liées à la transformation de ces attestations en parchemins qui puissent offrir aux femmes des opportunités d’entreprenariat.

Pour une réduction de la pauvreté

Dans la même logique, le représentant-résident de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS), Florian Karner, a indiqué que la propriété foncière permettra non seulement à la femme d’exploiter la terre, mais aussi d’avoir des financements auprès des banques et autres institutions financières. « Cela participe à la croissance de la productivité des terres et à l’essor économique des ménages et surtout à réduire la pauvreté dans les ménages », a-t-il fait savoir.

Ingo Herbert, l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne à Ouagadougou

La cérémonie d’ouverture a été suivie de la communication inaugurale présentée par l’enseignant-chercheur et 4e Vice-présidente de l’Assemblée nationale, Elise Thiombiano/Ilboudo. Elle a d’abord fait un rappel historique de deux femmes qui ont refusé de se soumettre et qui avaient des assises politique, économique et sociale : les princesses Guimbi Ouattara dans le Guiriko et Nayimsondimba dans le Mogho de Boussouma.

Elise Thiombiano Ilboudo, 4e Vice-présidente de l’Assemblée nationale

A l’image de ces femmes fortes qui se sont battu pour avoir des terres, Mme Thiombiano a invité l’autre moitié du ciel à se battre sans relâche. « Même si de par le passé, la femme n’avait pas toujours accès à la terre, elle se sentait en sécurité. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Il est vrai que ce n’est pas du jour au lendemain que les choses changent mais nous avons bon espoir que les femmes qui sont sensibilisées obtiendront demain gain de cause », a souhaité la parlementaire convaincue que « donner la terre à la femme, c’est sécuriser l’humanité ».

En attendant, le souhait de l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne à Ouagadougou, Ingo Herbert, c’est de voir les participantes de ce symposium être de véritables avocates pour la défense des droits fonciers des femmes afin qu’elles puissent impacter davantage l’économie burkinabè.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 octobre 2019 à 21:04, par Yovis En réponse à : Accès des femmes à la terre au Burkina : Les enjeux économiques en réflexion

    Ne nous trompons pas de cause et de combats. La terre en milieu rural est inaliénable. C’est un bien qui perpétue le moyen de survie de la famille. Le foncier rural est loin de la représentation du foncier urbain qui est un bien marchand donc objet de spéculation.
    Il faut du discernement pour ne pas fabriquer des problèmes qui ne sont pas ou engager des luttes pour lesquelles il n’y a pas d’adversaires.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cour des comptes : Le rapport 2018 présenté aux médias
Impôt unique sur les traitements et salaires : L’Economiste du Faso lance le débat sur la justice fiscale au Burkina Faso
Aide publique au développement : « Les autres pays du monde nous aident parce qu’ils ont des intérêts à défendre », estime l’économiste Taladidia Thiombiano
DOPPEL MUNICH s’invite au Burkina Faso
Burkina : Près de 5 milliards de F CFA pour améliorer la compétitivité des entreprises
Loi de finances 2020 : Les chefs d’entreprises de Bobo sensibilisés sur les innovations et modifications fiscales
Oxfam en Afrique de l’Ouest : Les 22 hommes les plus fortunés au monde possèdent plus que l’ensemble de la population féminine d’Afrique
Burkina Faso : " Il faut que les opérateurs de téléphonie améliorent la qualité du service et réduisent les coûts de la prestation", Dasmané Traoré de la Ligue des consommateurs
Dipgoldinvestment : La plateforme qui a englouti l’argent d’investisseurs burkinabè
Jeunes commerçants et entrepreneurs du Burkina : « Nous devons apporter notre pierre à l’édification du pays »
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Les syndicats des enseignants-chercheurs et des médecins disent niet
Loi de finances gestion 2020 : La Maison de l’entreprise instruit le monde des affaires à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés